© Vivre Livres !

Pour les passionnés de Développement Personnel

© Vivre Livres ! - Pour les passionnés de Développement Personnel

Gnôthi seauton

logo forum newLorsqu’il y a sept ou huit ans en arrière de cela, ma femme et moi-même avons créé le forum psukelogos afin de faire connaître aux français la psychologie ésotérique propre à l’enseignement issu en grande partie des Shiva Sutra (Shivaïsme du Cachemire, branche laïque), nous n’étions pas certains de rencontrer un franc succès. En effet, présenter à un public habitué à se trahir, à composer et à mentir à tout bout de champs, une technique pour redevenir intègre et véridique, cela revenait à devenir marchand d’aspirateur dans un village du Sahel ne possédant pas encore l’électricité !

Non pas qu’il n’existe pas, en France, de personnes assez matures pour affirmer leur désir de « trouver la vérité. » Disons plutôt que cette quête de vérité est censée exclure l’individu qui la conduit. Gag !

 

 

 

pouvoir sur autrui-manipulationUne technique spirituelle, ésotérique, surtout si elle offre des avantages et un pouvoir sur autrui, aurait rencontré un bien plus grand succès. Mais une vérité spirituelle qui réclame de ses chercheurs qu’ils se déprogramment et redeviennent des hommes et des femmes dignes de ce nom, voilà bien une vérité qui n’intéresse que très peu de monde. Quel ésotériste en herbe ne connaît pas et n’est pas capable de citer de mémoire la sentence qui était jadis clairement écrite sur le fronton du temple de Delphes ?

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux. »

 

 

 

 

Mais est-ce que ces aimables « chercheurs de vérité » ont bien compris le sens du « connais-toi toi-même » ? Puisqu’il est question de SE connaître soi-même, pourquoi se précipitent-ils ainsi sur des livres traitant de tout autre secret que celui que leur être recèle ? Il n’a jamais été question d’apprendre beaucoup ou même de savoir comment fonctionne l’univers et quels sont ses secrets : il a toujours été question de s’étudier Soi afin de se connaître Soi.

Il n’est même pas utile de savoir « se dédoubler« , de faire bouger des objets à distance, de contacter les morts ou les Maîtres, d’étudier la kabbale (quelle prise de tête !) ou de déchiffrer les grimoires antiques de sorcellerie : il est question de descendre profondément en soi et d’exhumer tout ce que nous y avons préalablement enterré, avec application et secrète satisfaction.

 

 

 

Alors quoi ? L’homme a-t-il si peur de lui-même qu’il préfère encore passer pour un âne en faisant mine de ne pas voir qu’il agit à l’inverse de ses paroles, plutôt que de se rencontrer lui-même ?

Une personne de mes proches me demandait, voici quelques années, pourquoi la psychologie ésotérique, vieille de six mille ans, n’était pas au moins aussi connu que l’ésotérisme traditionnel.

En guise de réponse, je lui ai demandé s’il lui arrivait de se mentir, d’avoir peur de connaître la vérité et de préférer un mensonge qui sécurise qu’une vérité qui fait peur. La personne m’a répondu par l’affirmative.

Je lui ai donc dit simplement ceci :

« Sache que les autres aussi. »

 

 

 

personaIl n’est pas possible de s’étudier soi-même si on a peur de découvrir en soi des choses dérangeantes et laides. Il n’est pas possible d’aimer la vérité et de mentir pour couvrir d’autres mensonges. Et il n’est pas possible de se demeurer fidèle tandis que l’on passe une vie entière à se trahir avec application.

La psy éso est faite pour les plus courageux d’entre nous, pas pour ceux qui se rangent toujours du côté où sa crie le plus fort et où ça peut faire le plus mal, en cas de désobéissance. Cela dit, on peut très bien être un matérialiste convaincu et compter parmi les plus doués des élèves de la psy éso.

Il suffit, pour cela, de ne retenir de l’enseignement que la partie purement psychologique qui est valable pour tous et en tous temps.

 

 

 

 

peur-immenseCroire est inutile quand l’on peut savoir. Mais pour savoir, il faut ne plus craindre de courir le risque de se faire peur, de se décevoir au point de refuser de s’assumer en l’état (tel que nous sommes pour le moment.) Il est clair que l’homme et la femme de ce présent siècle ne s’aiment pas. Ils se trouvent faibles, moches et, surtout, sans grande valeur.

Mais pour qu’ils aient pu en arriver à ce constat déplorable et sans doute un brin exagéré, encore a-t-il fallu qu’ils en arrivent à SE DÉCEVOIR EUX-MÊMES.

 

 

 

 

En somme, celui qui ne s’aime pas, qui se trouve lâche et stupide, celui-là n’a aucun intérêt à faire des efforts. Surtout sachant (ou plutôt croyant) que le moindre de ces efforts sera voué à l’échec, comme tous les autres. Avec ce genre de pensée et à partir d’un tel état d’esprit, il est clair que le plus sur moyen de ne pas se décevoir plus encore, c’est de ne plus rien tenter du tout, ne plus jamais chercher à s’améliorer, voire de ne plus vivre vraiment.

 

 

 

en recherche de sa propre valeurLe problème c’est que cela ne consiste pas en une solution viable, bien au contraire ! En effet, ne plus rien faire n’aura pas pour seul effet de ne plus faire de conneries : cela aura surtout pour effet de fortifier l’idée que la personne n’a aucune valeur. Or, il est impossible à l’homme et à la femme de vivre sans avoir un minimum de ce sens de sa propre valeur.

La question est donc celle ci :

« Comment recommencer à s’aimer, à être sinon fier de soi, du moins conscient de sa place dans la société et de la valeur du rôle que l’on a à y jouer ? »

 

 

 

 

valeur personnelleLe problème, comme toujours, contient sa propre solution. (« Tout est double. ») Puisque l’homme ne s’aime plus à cause du sentiment d’un manque de valeur, la seule façon de se remettre à s’aimer et à se respecter, c’est de faire des choses qui ont une quelconque valeur à ses yeux. C’est d’ailleurs ce qu’ont bien compris ceux et celles qui ont un comportement compulsif lorsqu’il s’agit d’aider, de conseiller, de soigner gratuitement (sic), d’agir d’une manière noble et altruiste, etc.

Seulement voilà : n’ayant pas l’habitude de s’aimer et de se respecter, ils ne peuvent avoir, du moins au départ, qu’un comportement correspondant à leur propre état d’esprit. Alors nous rencontrons de ces personnes qui, pour redorer leur blason, salissent celui des autres.

 

 

 

 

critiques-colportagesQui d’entre nous ne connaît pas au moins un parent, un « ami », un collègue de bureau ou de travail, qui ne peut pas s’empêcher de critiquer les autres dans le buts de démontrer que lui, il aurait fait mieux ? A la base de ce comportement, nous trouvons toujours un mal-être profond, une carence presque totale d’amour-propre, dans tous les sens du terme. Les psy éso ont une très belle phrase pour résumer le comportement de ce genre de personnages :

« Nul ne peut s’élever en abaissant les autres. »

 

 

 

 

aller vers les autresJ‘aimerais proposer aux lecteurs de ce blog, une réflexion sur la valeur intime. vous aimez-vous vraiment ? Avez-vous du respect pour vous ? Si la réponse est quelque peu hésitante, voici une question, en fait une astuce, qui devrait vous aider à trancher tôt ou tard :

« Que faites-vous de bien pour vous ou pour autrui qui puisse transformer l’image que vous avez de vous ? A qui servez-vous ou à quoi ? qu’attendez-vous pour faire tout ce qui est en votre pouvoir pour devenir fier de vous et heureux d’exister ? Mais s’il vous plaît, quelle que soit votre action, évitez de blesser, de tromper ou de chercher à diminuer les autres dans le but de vous élever vous, car vous ne feriez alors que condamner votre actuelle image de vous-mêmes et vous finiriez par vous haïr définitivement. »

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

vivre dans l’instantanéité

 

esprit ouvertD‘ici peu de temps, (pour d’autres c’est déjà en cours) de nombreuses personnes vont se mettre à vivre « certaines expériences » de nature purement psychiques, qui nécessiteront un état d’esprit désigné par les termes  » sens pratique spirituel.  » Hélas, très peu de chercheurs de Lumière sont naturellement dotés d’une telle faculté relevant des activités du Mental Analytique. Ce sens pratique spirituel serait susceptible de leur épargner une expérience toujours désagréable et que les psy éso nomment le Délestage spirituel.

 

 

 

 

Le Délestage spirituel est une sécurité naturelle à laquelle a recours la partie inconsciente de notre mental, lorsque une personne vit une série d’expériences pour laquelle elle n’était pas correctement préparée. Face à cette série d’évènements que la personne ne peut pas traiter en se servant du matériel intellectuel qui est déjà à sa disposition (le savoir acquit), le mental préfère instaurer l’état d’urgence, cet état de délestage spirituel, qui évitera à la personne de devoir affronter son incapacité totale à faire face et à assimiler vraiment ce qui lui arrive. Les psy académique nomme ce processus autrement.

 

 

 

 

nuages-vivre surÉvidemment, cela ne va pas sans quelques désagréments notoires dont ce plus connu : La personne perd graduellement pieds avec la réalité et se met à vivre sur un petit nuage en rejetant tout ce qui n’est pas assimilable à son expérience et au nouveau monde idéalisé qu’elle vient de se construire. Pour ceux qui connaissent ces choses, le Délestage spirituel est comparable à un « Koan » (Bouddhisme Zen Soto) qui durerait puis s’installerait à demeure. En clair, la personne part peu à peu en sucette (lol) et les gens qui la connaissaient avant cette expérience, se demandent ce qui lui arrive et, ordinairement, s’imaginent qu’ils ont affaire à une victime supplémentaire de quelque secte redoutable.

 

 

 

 

magie noire8Cela, c’est ce qui se passait AVANT et en cas de non-préparation totale. Mais pour qu’une personne fasse les frais d’une telle expérience, il fallait qu’elle « tripote » certaines forces et énergies que l’on ne peut contacter que si l’on s’en donne vraiment l’occasion.

Je parle bien évidemment de tous ces rituels plus ou moins morbides et inquiétants de magie noire ou de sorcellerie, conduits sans discernement ni aucune connaissance technique véritables, voire sans la plus élémentaire prudence. Ainsi, et jusqu’à présent, pour vivre ce genre d’expérience quelque peu traumatisante (le délestage spirituel), il fallait vraiment le chercher et le vouloir ! Cela n’arrivait pas au petit bonheur la chance. Et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la plupart ignore encore l’existence de ce risque psychologique non négligeable.

 

 

 

 

Mais les énergies sont en train de changer et comme l’auront compris les plus futés d’entre nous, tout va bientôt être mis en place afin que chacun, même le plus matérialiste et le moins sensible des êtres humains, puisse à son tour, expérimenter certaines choses lui permettant de comprendre qu’il existe autre chose que cette morne vie de tous les jours qu’il croit devoir se farcir, son existence durant. Résultat, quasiment tout le monde va devenir plus ou moins « psychiste » et cela, sous peu. Et attendu le nombre effarant de gens qui ne sont pas prêts pour une telle expérience, ça nous promet du sport !

 

 

 

 

mental16Comment les choses vont-elles se passer pour celles et pour ceux dont le Mental Analytique (voir l’article lui étant consacré sur ce même blog) fonctionne encore plus ou moins bien et qui, de ce fait, pourront faire face à cette subite augmentation de fréquence vibratoire, qui aura pour principal effet de nous rendre presque tous « voyants » ou « médiums » ? Les choses se passeront plutôt bien puisque chacun pourra atteindre quelques-uns de ses objectifs spirituels les plus immédiats.

 

 

 

 

babajiIl faut comprendre que cet état d’esprit -le sens pratique spirituel- est très précieux pour les Maîtres et les Grands-Maîtres. Il offre à ceux qu’ils désirent aider et inspirer, une faculté dont on parle beaucoup en ce moment ce qui, j’ai plaisir à l’imaginer, est loin d’être un hasard. Cette faculté de la conscience objective permet à l’être humain qui la possède (ou qui la développée) de vivre dans l’instantanéité. On dit aussi « Vivre l’instant présent » ou encore « Vivre la Présence à soi. »

 

 

 

 

Vu la subtilité du sujet et la pauvreté des mots écrits, surtout lorsqu’il s’agit de traiter des choses de l’esprit, je vais essayer de vous donner un exemple plus « parlant » pour vous montrer l’état d’esprit qu’il convient d’avoir si on veut filer un petit coup de main (sans prétention de « mission planétaire » non plus) à nos Grands Frères.

Imaginez une personne qui bosse dans une boîte qui compte une centaine d’employés. Chaque jours et à toutes heures de la journée, cette personne qu’on va nommer Alfred, rencontre ses collaborateurs, les croise dans des couloirs, en bas des cages d’escaliers ou les rencontre devant la machine à café, lors des heures de poses. Pensez-vous qu’Alfred bondit chaque fois qu’il croise l’un de ces cent collaborateurs en s’écriant :


« Oh Merde ! Tu m’as foutu la trouille en surgissant ainsi de nulle part, je ne m’attendais pas à te voir ! »
?

 

 

 

entreprise du mondeDe même, croyez-vous qu’Alfred demande à chacun de ses collaborateurs, leurs nom, adresse, fonctions définies et, aussi et pourquoi pas, buts secrets poursuivis au sein de l’entreprise ? (sic) Non, n’est-ce pas ? En fait, Alfred est CONSCIENT de bosser dans une entreprise comptant de très nombreux collaborateurs et même s’il les salut poliment, chaque matin, il se comporte avec eux comme s’il était naturel et tout à fait légitime de les croiser quatre fois dans la journée, ou comme s’il était tout aussi naturel de ne les voir qu’une fois par semaine, voire moins. Il sait que certains sont appelés ailleurs, partent en congés, changent de poste voire d’entreprise…

 

 

En somme, Alfred se comporte donc comme une personne responsable et réactive qui conserve, en arrière plan de sa conscience, tout ce qui vient d’être mentionné plus haut. Alfred ne s’accroche pas à ceux qu’il croise, ne les soulent pas durant des heures entre deux portes, les empêchant ainsi de faire leur boulot. Toutefois, Alfred est assez courtois pour accorder à chacun le temps nécessaire pour bien comprendre les échanges qui s’effectuent chaque fois qu’une telle rencontre a lieu et pour en profiter au maximum. A présent, voici ma question :

Pourriez-vous être comme Alfred ?

 

 

 

 

Si oui, alors bienvenue à vous dans cette Grande Entreprise que les psychologues ésotéristes appellent la Fraternité des Lumières !

Je puis répondre à certaines de vos questions sur ce sujet un peu à part, si vous ressentez l’envie de les poser. Sachant que tout ne sera pas dit avec des mots, et que l’essentiel ne pourra être compris que… « Sans la tête. »  Smile

 

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Processus de Reconnaissance Divine

Dans l’Inde antique, avant que ne naissent ces âmes  qui séparent et différencient les êtres avec leurs idées de « castes », les élèves des Maîtres se plaignaient souvent de ne pas «y arriver» :
«Baba (père spirituel) je n’arrive pas à faire ceci ! »
«Baba ! Je ne réussi pas à obtenir cela ! »
«Baba ! Pourquoi tout marche-t-il toujours de travers alors que je fais tant d’efforts ?»

(ils employaient également le terme Guruji qui est un diminutif affectueux que nous retraduirions nous par « Maître bien aimé ») A quoi les premiers Siddha répondaient immanquablement :

«Mon fils, parce que tu essayes de le faire toi, de réussir ce qui est déjà effectué et de faire ta volonté plutôt que de faire celle de Dieu en toi….»

 

 

 

Dans les premiers écrits chrétiens, il était mentionné cette étonnante Parole de Dieu : «J’ai mis mon Fils au-dessus de Moi…» Dieu parle à l’homme et lui explique que pour lui donner « vie, force et durée » (Ankh, Djed, Ouas, en Égyptien), il a dut le mettre en premier plan de son attention mentale et se placer lui-même «en retrait», c’est à dire s’oublier afin de l’homme puisse naître et vivre de sa propre vie.
Ceci, c’était « au commencement » de l’aventure humaine, c’est à dire «Lorsque les Dieux devinrent des hommes.» Mais à présent, l’aventure humaine, telle que nous la connaissons depuis lors, doit « se terminer » !

 

 

 

i0rg8rp0Attention : Je ne dis PAS que l’homme doit cesser d’exister, car cela est impossible, la Création Divine étant par nature continue, illimité et éternelle, ce qui existe maintenant existe depuis toujours et à jamais…. (En fait, c’est une sorte d’éternel présent, si vous préférez, rendu dans la tradition Hébraïque par le mot « Béréschit » qui signifie pas « au commencement » mais plutôt « Dans le Principe« ) Nous dirons donc que le processus «d’ascension» (le vrai) consiste désormais à INVERSER LE PROCESSUS !

 

 

 

 

M-INotre mission, si nous l’acceptons (lol) sera de placer notre Père-Qui-Est-En-Nous de nouveau à Sa Juste Place, c’est à dire au-dessus de nous. Non pas qu’il nous faille nous oublier en Lui, comme tentaient maladroitement de le dire les anciens mystiques, mais bien de lui laisser «la Part du Roi» ou, plus prosaïquement, «La Part-Dieu.»

 

 

 

PinochioIl nous faut Le placer à l’avant-scène de notre conscience, ceci en nous concentrant sur Lui avant toutes choses et en reconnaissant que sans Lui, nous n’aurions ni vie, ni force ni durée. Sans Lui, nous ne serions même pas conscient d’être, tout simplement ! Ce Processus de Reconnaissance Divine (PRD) est ce qui remplacera désormais le Processus de Réforme Psychologique (PRP, clin d’œil pour certains membres du forum de psy éso qui me liront.)

 

 

 

Deux comparsesEntendons-nous bien et ceci, une bonne fois pour toutes : Il N’EST PAS question de disparaître, de nous suicider spirituellement ou de nous transformer en larves rampantes et dégoulinantes de mysticisme de mauvais aloi ! Il est question ici de ne plus mettre en avant les deux fils bâtards de l’intellect, fils unique du mental humain, comme s’il s’agissait des deux seules choses les plus magnifiques et réussies de l’univers ! Je fais ici allusion à l’ego et au Moi-Idéalisé.

 

 

 

 

Jean-Baptiste n’aurait jamais eu besoin qu’on lui coupe la tête (faire taire l’intellect) s’il avait su à temps décroître afin que «Lui» (Jésus = le Je Suis) ) puisse croître. Pourtant, un verset de la Bible sur ce sujet, nous apprend que « Celui qui aplanit le Chemin » savait exactement ce qu’il convenait de faire à ce propos.

Entendez par là que l’intellect de l’homme qui n’existe que pour «aplanir les chemins du Seigneur» -autrement dit, de la Conscience– n’aurait pas à être fustigé ou montré du doigt s’il savait se remettre à sa juste place (la seconde) lorsque la Conscience intérieure commence enfin à répondre à son Appel.

 

 

 

 

lavage de piedsL’esprit est un bon serviteur mais un très mauvais Maître ! Et nous parlons-là bien sur de l’esprit dont se servent les hommes pour penser, non pas celui qui est Dieu. 

En somme, il est question pour l’homme de «changer de Dieu» et d’abandonner ce faux Dieu qu’est sa tête pour retrouver le vrai Dieu de son cœur et de sa compréhension, comme disent les Rosicruciens.

 

 

 

 

dragonCe Dieu là n’a pas besoin d’être compris; il a juste besoin d’avoir les coudées franches et de ne plus devoir passer par les caprices d’un intellect surchauffé et orgueilleux (Dragon de l’Apocalypse) pour réussir à se faire entendre. C’est Dieu qui s’est fait homme, et non l’inverse, n’est-ce pas ?

Alors pourquoi la plupart des traditions ésotériques actuellement en vogue, proposent-elles à l’homme de «se faire redevenir» Dieu ?

 

 

 

 

plus petit-plus grandComment le plus petit pourrait-il se grandir lui-même, s’il vous plaît ? Par quelle force ou par quel pouvoir mystérieux ? Mais si un quelconque pouvoir peut grandir l’homme et le hisser jusqu’à Dieu, alors c’est ce pouvoir qui est Dieu, et non pas l’homme ! Comprenez-vous la différence ? Je vous le souhaite de tout cœur, car cela pourrait vous mettre à l’abri d’amères désillusions, dans un futur proche de notre présente humanité.

 

 

 

 

Ascension2Il est demandé à l’homme d’ascensionner… Il n’est pas attendu de lui qu’il se fasse ascensionner lui-même ! (Ni qu’il disparaisse dans une gerbe d’étincelles multicolores, il faut arrêter de fumer la moquette.)

Il est seulement pressenti que, cette fois, l’homme va redevenir Dieu… Tout en restant homme ! Quel grand Mystère que cela, n’est-ce pas ?

 

 

 

 

Dieu4En vérité, Dieu ajoute mais ne retranche jamais rien. L’homme NE PEUT PAS cesser d’être; il peut seulement changer de forme et de nature ou, plus simplement, il peut sans cesse évoluer, comme le fait son Père à travers lui, depuis toujours et à jamais, c’est-à-dire Maintenant.

Évoluer au point de ne plus du tout ressembler à l’homme tel que nous le connaissons, certes, mais être toujours distinct de Dieu tout en demeurant étroitement et définitivement uni à Lui, comme la main droite est unie à la main gauche mais sans possibilité que l’une soit jamais confondue avec l’autre et réciproquement.

 

 

 

 

homme dans mainIl est attendu de l’homme qu’il devienne l’Homme, et cela, Dieu seul peut le permettre et le réaliser en nous et à notre place mais avec notre concours. Un concours qui se résume à ne pas résister, à se laisser transformer, de l’intérieur et sans craintes inutiles.

En réalité, l’Homme existe déjà ! L’Homme existe depuis toujours !  L’homme existe Maintenant, mais il a peur de tout perdre alors qu’il n’a jamais rien possédé !

L’homme a peur de ne plus exister alors qu’il n’existe pas encore et ne saurait d’ailleurs exister, bien qu’il puisse être il est vrai. L’homme a peur de mourir alors que l’esprit seul existe. Ou la Conscience, depuis tous les « Maintenant » de notre éternité linéaire !

 

 

 

 

lk8mc5qwL’homme va bientôt Naître alors qu’il est déjà persuadé d’exister. Mais il n’en est pas encore conscient, car pour le moment, RIEN n’est là d’assez «consistant» pour réaliser ce qui se passe vraiment. Et ce qui est formidable, c’est que dès que l’homme deviendra conscient de « Qui il est vraiment« , il se mettra à aider Dieu à le construire, il deviendra Cocréateur avec Lui et son premier « coup d’essai » sera un coup de Maître car ce sera lui-même : l’Homme !

 

 

 

 

RayonantVous voulez avoir un avant goût de ce que seront les années à venir ?
Devenez Homme et vous le saurez !

Demeurez homme et vous continuerez à trembler devant les sarcasmes de corbeaux en tous genre qui projettent leur peur abjecte de « ne plus exister » sur ceux qui demain commenceront à vivre et à être vraiment, pour eux et à leur place…

Comme d’habitude… Comme il y a douze mille ans… Comme depuis tous les Maintenant du Monde.

 

 

 

 

wiu5cj1bMais cette fois-ci, ce ne sera pas une «lame de fond» qui va emporter sur son passage les justes et les moins justes; ce sera «une pluie de Feu qui tombera du Ciel» (et) qui brûlera celui qui résiste à la conscience» (de ce qui est Juste et Bon pour soi et donc, pour tous), symboliquement « Shaïtan » ou « Shah Tan » (« Celui qui Résiste »), de sa base à son sommet (des surrénales à la pinéale). Comprenne qui pourra, accepte qui voudra !

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Conserver sa Note

diapasonNous discutions dernièrement, avec mon épouse, de l’intérêt vital qu’il y a, pour nous tous, de conserver notre fréquence vibratoire propre, coûte que coûte. Surtout en cette époque de changements et de perturbations psychologiques unique dans l’histoire de notre humanité.Lorsque nous ne sommes pas incarné, nous avons une «signature vibratoire», une «note» spirituelle de base qui nous est propre et qui ne varie jamais. C’est ce qui nous «nomme», nous différencie et fait de nous cet être distinct et unique.

 

 

 

ondulatoireNormalement -et sauf cas exceptionnel- même une fois incarné, nous conservons cette «note», cette signature vibratoire. Toutefois, certains évènements tragiques et traumatisants, peuvent faire varier de quelques degrés cette vibration ou «note» et nous faire nous sentir très mal à l’aise sans raison apparente ou directe.

 

 

 
visage-murDe fortes tensions psychologiques, de nombreuses (et inutiles) remises en question peuvent aussi avoir un effet néfaste sur notre fréquence animique de base. A noter que « se » remettre en question est TRÈS différent de «remettre en question notre état d’esprit !» Bien que nous ne soyons pas ce que nous pensons et ressentons sans cesse, nous sommes vraiment ce que nous sommes et le fait de « nous » remettre en cause à tout bout de champs pour tenter de correspondre aux attentes frustrées de nos contemporains, voici bien un danger réel qu’il nous appartient de ne plus courir à l’avenir.

 

 

 

 

subconscient-psyMais comment se manifeste le danger, pour nous ? C’est simple : lorsque vous discutez avec une personne, il est facile de vérifier si cette personne fait des efforts honnêtes pour se faire comprendre ou s’il est clair, pour elle, que c’est à vous et à vous seul qu’il appartient de quitter votre état d’esprit pour venir dans le sien propre. Normalement, si une personne ne comprend pas ce que nous souhaitons lui dire, c’est sans doute parce qu’elle ne peut pas (ou n’a pas à) le faire. Insister pour amener une personne « vers soi » (la faire abonder en notre sens) est la plus sure façon de la faire se détourner de… Soi, justement ! De son Soi.

 

 

 

 

rêvesSi les gens se groupaient «par affinités» (ou similitudes) et non «par complémentarités» (comme ils essayent maladroitement de le faire depuis des siècles), il n’y aurait aucun problème de communication, c’est très évident.
Mais les gens se groupent par paires d’opposés qui font simplement mine de se compléter, alors qu’ils ne font que se repousser et se nier mutuellement.
Quand deux personnes ne sont pas en phase et pensent différemment, il est généralement attendu que l’une des deux fasse le sacrifice de son individualité et se mettre à penser comme l’autre. Cette façon d’agir n’est pas simplement criminelle, elle est extrêmement stupide en vérité.

 

 

 

 

positionnementIl existe de part le monde assez de gens qui sont déjà en harmonie avec ce que nous sommes, pour ne pas avoir d’efforts à faire en vue d’en créer de toutes pièces des «comme nous» ! Ainsi, sur mon forum, par exemple, il est attendu aimablement (mais fermement) des nouveaux membres, qu’ils restent avec nous seulement s’ils pensent et sentent que leur état d’esprit peut s’accorder au notre. En somme, nous espérons la venue de ceux qui sont déjà comme nous et encourageons tous les autres à réagir selon leur intuition.

 

 

 

les nouvellesIl ne leur est pas demandé de rester de force, ni de se soumettre à notre état d’esprit s’il diffère du leur. Et il est encore moins attendu d’eux qu’ils nous fassent savoir, avant de partir en se comportant comme des gamins attardés, qu’ils ne nous aiment pas et nous trouvent trop ceci ou pas assez cela.
Évidemment, nous n’avons que peu d’intérêt pour leur avis, mais cela n’est pas une raison valable pour faire d’eux des emmerdeurs et de nous des personnes faibles qui ne réagissent à aucune médiocrité affichée.

 

 

 

bonheur10Donc, sur mon forum, nous avons l’occasion de nous grouper afin de renforcer l’état d’esprit qui est le notre. Mais comment se nomme cet état d’esprit ? A quoi se résume-t-il ? Il se nomme «vérité» et se résume à ne plus se mentir pour se faire plus beau de peur d’être trop moche. Il se nomme aussi «J’apprends à me connaître sans concession aucune.» Et il propose à ses membres de découvrir qui ils sont vraiment, puis de se mettre à s’aimer très fort « en l’état », ceci tout en continuant à être conscient de tout ce qu’ils sont et pourraient être, par ailleurs.

 

 

 

 

    Serge

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Être soi-même

bonheurD‘aucuns essayent de devenir heureux sans y parvenir. Certains font même des efforts en ce sens et ne parviennent, en fin de compte, qu’à être malheureux, en plus d’être épuisés par leurs efforts !Il semblerait qu’il existe un secret du bonheur, alors que le seul secret est plutôt celui-ci :

«Comment font les gens pour ne pas voir la solution, alors qu’ils la repoussent consciemment et volontairement chaque jour et depuis des lustres ?»

 

 

 

 

dédoublement-00Vous qui lisez ces lignes, sans doute aimeriez-vous être autrement, différent ou encore mieux que ce que vous ne l’êtes déjà. Du coup, vous engendrez mentalement et avec votre esprit, un décalage entre l’actualité (ce qui existe et se passe, en fait, que vous en soyez conscient ou non) et votre réalité intérieure (tout ce que vous pensez, croyez et projetez sans cesse en esprit, et qui ne correspond pas forcément à l’actualité.)

 

 

 

 

bonheur-argentJe ne dis pas qu’il n’est pas naturel de se souhaiter plus riche ou en meilleure santé, ou encore de désirer un partenaire amoureux plus adapté à soi, par exemple. Je dis seulement que vous passez votre temps à ne pas accepter, ne pas aimer voire à carrément rejeter ce que vous êtes déjà et de toutes façons !

 

 
bonheur-femmeMais saviez-vous que ce que vous êtes déjà, en esprit et en vérité, est exactement ce que souhaite et projette votre Soi Divin, votre véritable identité cosmique et éternelle ? D’ailleurs, si «ce que vous êtes en fait» (le Soi) n’aimait pas ce que vous êtes, actuellement, vous mourriez dans l’instant ! Mais comme vous êtes occupé à lire ces quelques lignes, c’est donc que ce que vous êtes, actuellement, convient à «ce que vous êtes, en vérité» Pouvez-vous, s’il vous plaît, comprendre réellement ce concept ?

Ne dites pas : « Certes, j’ai compris, je ne suis pas stupide, mais n’empêche que… » N’empêche que… Quoi ? Vous n’aimez pas ce que vous êtes actuellement ? OK ! Et vous croyez que c’est parce que vous n’êtes pas encore tel que vous aimeriez être que vous souffrez ?

 

 

 

souffrance7Et vous ne savez pas quoi ? Vous vous mettez the finger dans l’œil jusqu’au Chakra Racine ! Car en fait, ce n’est pas parce que vous êtes «ceci» ou «cela» pour le moment, que vous souffrez, mais bien parce que vous le vivez mal et n’acceptez pas d’être ce que vous êtes de toutes manières ! En clair et en décodé, vous souffrez parce que vous résistez à ce qui est pour induire de force «ce qui n’est pas encore.

 

 

 
souffrance2En cela se trouve l’origine de votre souffrance, et non pas dans le fait d’être ce que vous êtes actuellement et cela, quoique vous soyez. Et sachez que tant que vous serez dans le refus, le dénie et la résistance, non seulement vous souffrirez, moralement, mais vous ne pourrez pas faire cesser cette souffrance ni passer à l’étape suivante qui, justement, devez vous mener tout droit à votre idéal de vie.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Pouvoir et énergie

mental07On parle beaucoup de pouvoir…. Mais qui est conscient du fait que le pouvoir, sur la Terre comme ailleurs, est une simple question d’énergie ?

Les gens qui recherchent le pouvoir semblent sans cesse devoir se battre contre les autres et tenter, par tout moyen à portée, de détruire l’adversaire afin de mieux se construire eux-mêmes. Et même si on laisse de côté toutes considérations d’ordre purement moral, on demeure néanmoins en droit de se questionner sur ce genre d’état d’esprit.

 

 

tornade psyEn effet, pourquoi serait-il «utile», d’un point de vue pratique, de détruire un adversaire, alors qu’il est plus spécifiquement question d’avoir plus d’énergie que lui, cela afin d’avoir plus de pouvoir encore et ne plus avoir à le craindre ensuite ?

La réponse est simple : où croyez-vous que les gens en quête de pouvoir vont chercher l’énergie qui leur manque pour arriver à leur fin ? Chez les autres, gagné ! Ah ? Et pourquoi donc chez les autres, Monsieur le Maire ?

Parce que c’est devenu le seul point d’accès à l’énergie, pardi ! Du moins pour toute personne non initiée aux choses de l’esprit. Oh ? Bah oui.

 

 

iqeosr3qJadis, lorsque les gens n’avaient pas encore comme métier unique d’être Menteur à plein temps, et qu’ils acceptaient encore courageusement de plonger en eux-mêmes pour y trouver « ombre et Lumière » qui cohabitent toujours et nécessairement, ils pouvaient alors s’abreuver à la Source intarissable d’énergie cosmique (ce que font encore quelques-uns, n’en doutez pas)

Mais depuis que l’homme, dans son immense courage, a décidé de refuser la vérité, cela sous prétexte qu’elle pouvait blesser son joli petit ego, il a dû, et du même coup, refuser également de demeurer branché à la Source Intérieure qui permet de faire face à tout et de triompher de l’adversité sans avoir à détruire la vie d’autrui (même si c’est « flatteur » comme victoire, du moins aux yeux des abrutis.)

 

 

Psycho 01Alors depuis ce temps, l’homme essaye par divers moyens bien connus des psychologues ésotéristes, de voler l’énergie des autres, cela afin d’atteindre un double but évident en soi : être plus fort et détruire ceux qui sont ainsi devenus plus faibles, après avoir été les victimes de ce vampirisme vital !

Bien trop de gens, à notre époque, ont ce désir compulsif de détruire… Ceux qui leur ont donné à mangé ! Méditez ça quelques secondes et vomissez uniquement ensuite, svp. Et pas sur cet article, merci !

 

 

Dans le murJe vous laisse réagir à mes propos, car il serait sympa que l’on puisse en discuter un brin ensemble. Si vous le voulez bien  Toutefois,  fragiles émotionnellement s’abstenir, car vous risquez de réagir comme à votre habitude, c’est à dire en cherchant à nuire et à faire du mal dans l’espoir de faire cesser l’origine présumée extérieure d’un mal qui vous ronge depuis votre propre intérieur. A bon entendeur…

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)