© Vivre Livres !

Pour les passionnés de Développement Personnel

© Vivre Livres ! - Pour les passionnés de Développement Personnel

Causes et effets séparés ?

Si on cherche la raison des expériences psychiques dans les lieux où elles se manifestent, on se retrouve dans la position de cet homme qui cherchait à l’extérieur et par la fenêtre, la raison des grognements de son estomac, tous les jours et à l’heure du déjeuner !

De même, si on cherche la raison de ce qui nous arrive aujourd’hui dans les annales du passé, on se retrouve dans la situation de cet homme qui croit manger ce midi parce qu’il a eut très faim il y a deux jours !

 

 

 

Aucune réponse ne se situe avant, c’est-à-dire dans l’antériorité. Aucune réponse ne se trouve au-dehors ou chez les autres. S’il en était autrement, si les causes se situaient en amont des effets qu’elles sont sensées produire, alors les causes appartiendraient au passé, leur effet au présent et la juste compréhension du tout se verrait repoussé à un futur improbable. Si la vérité était au-dehors, alors l’homme ne pourrait jamais la ressentir en son propre cœur. Voici une loi ontologique à méditer :

« Cause et effet sont simultanés, dans le temps (maintenant) et dans l’espace (dans ce mental là) »

 

 

 

La sourceAinsi, ce qui nous arrivent n’est pas toujours « logique » et trouver un but autre que celui qui coule de source (si j’ose dire) me semble être, au mieux, une perte de temps et un moyen immanquable de se surchauffer les neurones !

Je connais un type qui trouvait sans cesse des quilles sur son chemin. Il s’en étonnait encore, des années après être devenu un excellent jongleur.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Pourquoi ne suis-je pas…

____________________

 

jeunesJ‘entends souvent des jeunes gens se plaindre :

« Pourquoi ne suis-je pas plus riche, plus heureux, plus maître de moi, plus ceci ou plus cela ? »

En général, je réponds :

« Je sais, pour ma part que je ne suis pas un grand sportif parce que j’ai horreur du sport et manifeste une mauvaise foi absolue dès qu’il est question d’activités physiques dites « récréatives » ! » Le plus souvent, les jeunes gens sourient poliment, l’air de dire : « Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce con, quel rapport avec mon vrai problème à moi ? » En effet, ils ont un vrai problème : ils n’écoutent pas la réponse qui leur propose la vie et… Toujours avant la question !

 

 

 

sportSi je ne fais jamais de sport, je ne peux guère espérer obtenir le corps d’un athlète, n’est-ce pas ? Étant lucide, je suis pleinement conscient de mes responsabilités, en ce domaine comme en tous les autres. Ce qui est proposé ici semble logique, non ? Alors, si c’est bien le cas, pourquoi tant de jeunes réputés instruits, sinon intelligents, posent-ils de telles questions, alors que la réponse existait déjà avant leur questionnement ?

Parce que, justement, cette réponse ne les satisfait pas !

 

 

 

oeil de sauronNos jeunes amis qui arrivent dans l’étude ésotérique se demandent souvent pourquoi ils ne sont pas déjà des Maîtres, puisqu’ils n’en sont pas à leur première vie… (sic) Pourtant, ils sont passionnés et devaient l’être sans aucun doute jadis ! Voici la réponse : Parce que dans « leurs » autres vies, comme dans celle-ci, ils passaient leur temps à espérer, à râler et à désirer sans rien foutre de leurs âme. Sinon, d’autres questions, les Djeuns ? Si vous êtes jeunes (ou croyez encore l’être), vous êtes invités à réagir ! Agir n’étant à la portée que de celles et ceux qui sont bien trop occupés à se vivre pour se plaindre ou espérer vivre autre chose ou simplement « mieux » !

 

friends

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Changer de monde

archétypes5Lorsque nous pensons en esprit et dans notre mental, nous formons des archétypes qui conditionneront, par la suite, l’ensemble de  nos perceptions futures. Ces archétypes mentaux sont, pour ainsi dire, des modèles de pensée et ces modèles, comme nous allons le voir plus loin, vont former ce que nous appelons notre réalité. Tout est énergie, tout est vibration. La matière n’est pas telle que nous la percevons encore actuellement. Les scientifiques ont reconnu, depuis bien longtemps, que la matière était formé de bien plus de vide que de plein, de bien plus d’espace, entre les particules subatomiques, que de particules en elles-mêmes. Et cela, les philosophe de l’antiquité le savaient bien avant nos scientifiques modernes qui sont réputés découvrir l’eau en se promenant par hasard au bord de la mer ! (lol)

 

 

 

matière-énergieBien entendu, cette connaissance était aussi celle des anciens ésotéristes qui savaient non seulement que la matière n’était pas telle que nos sens nous le présentent mais un Océan d’énergie à partir duquel toutes choses peuvent être créées. La matière est énergie, la matière n’est pas… Matérielle, en somme ! Et comme toute forme d’énergie, la matière rayonne, irradie et envoie constamment des signaux. Ces signaux sont relatifs aux informations spécifiques -de nature spirituelle- contenues par «Tout ce qui se passe à l’extérieur

 

 

 

 

matière-énergie2A longueur de vie, nous sommes littéralement bombardés par des informations spirituelles, c’est-à-dire d’informations relatives au contenu enregistré dans les particules d’esprit qui forment toutes choses et que nous nommons la matière. Notre monde extérieur est fait d’énergie et cette énergie nous apprend certaines choses par le biais de nos cinq sens objectifs. Pour le moment, il ne semble pas que nos valeureux scientifiques aient découvert que toute énergie contient nécessairement des informations spirituelles, son propre code interne qui «explique» ce qu’elle est, son but, ses antécédents et, surtout, sa mémoire !

 

 

 

 

5 sens3Ce sont nos sens qui ont à charge de nous transmettre les informations contenues dans le rayonnement des particules spirituelles qui forment l’ensemble de notre monde extérieur (ou considéré comme tel.) Ces sens, au nombre de cinq, se situent eux-mêmes dans une fourchette vibratoire qui ne couvre pas -loin s’en faut– l’ensemble des manifestations du monde extérieur. Présenté plus simplement, nos sens objectifs ne captent qu’un dixième (et encore !) des informations de nature vibratoire que propose le monde extérieur. Juste trois ou quatre notes sur un clavier qui en compte des milliers !

 

 
corpuscule-ondeUn lieu, un événement et une personne vivante font partie intégrante de ce fameux monde extérieur. Ces lieux, ces évènements ainsi que ces êtres vivants et conscients, nous envoient sans cesse des informations. Le fait de définir si ces informations qui nous parviennent sont de nature «corpusculaire» ou «ondulatoire» importe vraiment peu. L’essentiel est de se souvenir que tout vibre et tout rayonne sans cesse, et que ce rayonnement est porteur d’informations d’une grande richesse.

 

 

 

 

 

schumann résonanceTandis que le monde extérieur rayonne vers nous ses informations innombrables, nos sens se contentent de n’en retenir que quelques-unes (celles qui correspondent à leur fourchette de perceptions vibratoires.) Il ne s’agit pas d’une intention de cacher mais d’une limite devenue elle aussi réelle et considérée comme étant naturelle. De fait, ce qui nous parvient n’est pas faux, comme le pensent encore certains étudiants de l’ésotérisme, mais plutôt très limité. Ces informations une fois triées involontairement par nos sens objectifs, sont ensuite acheminées vers nos centres cervicaux de perception.

 

 

 
archétypes6C’est ici qu’interviennent nos archétypes mentaux, c’est-à-dire tout ce à quoi nous prêtons foi et qui nous semble être logique, correct, bon et réel. Ce sont ces archétypes ou modèles mentaux qui donnent alors un sens aux informations d’ordre vibratoire perçues par nos sens. Dès lors, il nous semble que nous avons capté ceci ou cela, alors que nous n’avons fait que stimuler ou réactualiser tout ce qui se trouvait déjà engrammé (enregistré) dans notre esprit. Retenez bien cette dernière proposition car elle consiste en l’une des clefs de la maîtrise de notre vie !

 

 

 

 

affirmationsC’est cette connaissance qui permis aux premiers ésotéristes d’affirmer que Le monde est tel que nous le pensons. Cette connaissance leur permis surtout de changer de monde, ceci en transformant leur façon de penser et de concevoir la vie (l’état d’esprit général.) En effet, si nous changeons nos modèles mentaux, nous changeons nos perceptions et ne réagissons et ne vivons alors plus de la même manière. Nous ne captons toujours pas l’entière réalité (l’Actualité cosmique) mais ce que nous propose nos sens n’est plus faussé par tout ce que nous pensons et croyons déjà au sujet de la réalité des choses et des êtres. Notre réalité personnelle s’élargit, connaît une grande expansion et nous permet d’appréhender des niveaux d’existence et des niveaux de conscience encore inusités.

 

 

 

 

Monde-penséeLe PRP (Processus de Réforme Psychologique) que proposent les psychologues ésotéristes, depuis des siècles, consiste justement à définir nos actuels modèles mentaux ceci afin d’en établir le bien fondé et, éventuellement, de transformer ce contenu mental inconscient mais qui conditionne notre vie à tous les niveaux. Le conditionnement mental peut, il est vrai, provenir d’une source extérieure à l’origine (parents, éducation, société) mais la conservation ultérieure de ces programmes est de notre responsabilité. Nous ne sommes pas forcés de conserver nos croyances et modèles mentaux éternellement !

 

 

 
Monde-pensée3Vous désirez changer votre vie ? Ne faites rien dehors et n’attendez rien des autres : agissez au-dedans de vous, changez vos modèles de pensée et vous changerez votre perception du monde et des autres. Vous changerez littéralement de monde ! Alors vous comprendrez vraiment les paroles du Maître Jésus :

«Je suis dans ce monde mais je ne suis pas de ce monde…»

 

 

 

 

    Serge

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

 

Les sectes en question

Citation :

 

« La secte du Mandarom a obtenu jeudi gain de cause devant la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), qui a condamné la France pour des redressements fiscaux portant, selon elle, atteinte à la liberté de pensée, de conscience et de religion.

Les juges de Strasbourg ont appliqué à deux associations liées au Mandarom et à une autre secte la même logique que celle dont ils avaient déjà fait bénéficier dans un autre arrêt, en 2011, la branche française des Témoins de Jéhovah. »

Pour lire la suite sur le site originel : http://www.paris-normandie.fr/article/actualites/la-secte-du-mandarom-fait-condamner-la-france-devant-la-cour-des-droits-de-lhomme

 

***

 

 

Assemblée-RépubliqueJe crois que le problème des sectes et de ses présumées «dérives» vient du manque de rigueur mentale (pour ne pas dire de l’hypocrisie) dont fait montre le gouvernement français et ce, depuis de nombreuses années. Il est clair qu’il ne souhaite pas reconnaître qu’il mélange allègrement les histoires de fric avec la liberté culturelle (ou cultuelle.) En fait, il faudrait faire trois procès, ceci pour être bien certain de respecter aussi bien la législation que les droits citoyens les plus élémentaires.

 

 

 

procésLe premier procès devrait servir à définir si la France ne profite pas de ses lois édictées pour se remplir les poches sur le dos des autres cultes, voire pour contrôler les croyances du peuple. Les lois fiscales sont une chose, en profiter pour casser les reins aux différents cultes en les mettant dans l’incapacité de rembourser et donc, en la rendant hors la loi, en est une autre.

 

 

 

Procès-ZolaLe second devrait se résumer à décider, preuve à l’appui, si une secte est nuisible, socialement ou pas. Si elle l’est, le fric ou la liberté d’expression deviennent dès lors des considérations secondaires. De telles sectes doivent absolument être condamnées et leurs dirigeants mis hors d’état de nuire.

 

 

 

procés2Le troisième devrait régler définitivement le problème des libertés de conscience, d’opinion et de croyances. Ou bien nous sommes libres de croyances et de pratiques, ou bien autant nous imposer les religions «en place» et effacer le premier des trois mots, «liberté», de la devise de nos monnaies !

 

 

 

incompetenceTant que les gens mélangeront tout, ce sera la pagaille et il y aura nécessairement des injustices. Mais la question qui se pose est de définir, avec quelque exactitude, si ce mélange découle de l’incapacité de nos dirigeants à se montrer logiques et justes, (incompétence) ou si cela dénote une volonté sous-jacente de parvenir à des fins que je laisse à chacun le soin de définir par lui-même.

 

 

 

 

    Serge

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour la citation de début et les images, trouvées sur le Web.      Me dire en cas de droits non respectés et à mon insu.)

Premier pas vers le pouvoir

ange male 01Généralement, personne ne veut être coupable et donc responsable de ce qui lui arrive. De fait, n’étant pas coupable et donc pas responsable de ce qui arrive, ce qui arrive va se transformer en des souffrances futures qui n’auront pas, ou presque, de limite ou de fin. Car soyons logique un instant : si je commets une faute, si je suis responsable totalement de ce qui arrive, je demeure du même coup capable de réparer ma faute, de compenser voire de faire en sorte de transformer ma faute en une bénédiction.

Par exemple, je reconnais avoir été injuste envers un ami, pour compenser, je lui offre un cadeau somptueux qui lui fait bénir ma connerie !

 

 

wiu5cj1bMais si ce qui arrive ou se passe « à l’extérieur » ou en moi ne résulte pas de mes faits, si ce qui arrive est « bizarre » ou « indépendant de ma volonté » (sic) alors je suis en danger et sous le contrôle de la personne présumée avoir commit la faute. En dépassionnant le débat, on réalise assez vite cette erreur qui consiste à nier notre responsabilité dans les problèmes et souffrances qui nous accablent notre vie durant.

Je ne suis pas celui qui a tort ou qui a commit la faute et ne suis donc pas responsable de ce qu’il arrive par la suite… OK, mais dans ce cas, je suis mal, car le pouvoir de me libérer d’une erreur disparaît !

 

Le refus de responsabilité retire le pouvoir de réparation et l’acceptation de notre responsabilité nous donne le pouvoir de reprendre notre vie en main.

Car le sens de nos responsabilités est le premier pas vers l’obtention de la Maîtrise de notre vie (et non de celle d’autrui, n’est-ce pas ^^ )
Et comme nous le savons tous, il n’y a que le premier pas qui coûte !

 

En résumé, accepter la responsabilité de nos erreurs nous redonne LE POUVOIR de nous en libérer ou de réparer ces mêmes erreurs. Si c’est un autre qui est « responsable » de nos fautes, alors nous devenons dépendant de lui pour redevenir libre et heureux. Vous saisissez l’astuce ? Espérons-le  !

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Seuls les pauvres…

argent-valeurOn dit que seuls les pauvres parlent sans cesse d’argent. On se demande, du coup, ce qu’il peut bien en être de tous ceux et toutes celles qui ne cessent de parler d’amour, de paix et de fraternité !

(Je prépare un autre pavé ? Non, ça va, c’est très soft ! ) Sur un forum, j’ai lu un jour une belle phrase de ce genre :

« Il ne faut pas être l’enseignant mais devenir l’enseignement. »

 

Moi, vous me connaissez, je suis comme vous, j’aime les belles phrases pleines de spiritualité Smile (Qui a pouffé ???) Voilà ce que j’ai répondu à cette jolie phrase, avant que l’on me dise la suite logique, du genre :
« Mais c’est plus difficile à dire qu’à faire ! » (ou assimilé)

 

Citation:
Pour « devenir l’enseignement », il suffit de mettre en pratique soi-même ce que l’on enseigne. Une simple question de probité morale, rien de bien méchant à faire, à moins que ce que l’on enseigne puisse dépasser nos capacités humaines (toujours se méfier du fameux « Moi-Idéalisé. ») C’est pour cela que je ne traite jamais de sujet que je ne sois pas capable d’incarner moi-même afin d’en être l’exemple vivant au lieu de me contenter d’en être que le porte-parole.

Pour réussir à y parvenir, j’ai retiré de l’enseignement tout ce qui me paraissait trop mystique ou trop « lumineux » et je recommande à ceux avec lesquels je partage actuellement mes connaissances d’être bien trop occupés à s’aimer, à produire de la paix et à générer de la joie eux-mêmes pour avoir le temps d’en parler aux autres. Enseigner qu’il faut aimer avant tout est un manque total de respect pour autrui. C’est le placer ipso facto à un rang inférieur : celui du pauvre diable qui n’a encore rien compris de la vie, alors que nous, c’est pas pareil, n’est-ce pas ? Nous assumons grave de chez grave, en matière d’humanité ! (prouuuut !)

 

 

4mhsw38lUne question de « probité morale », tout simplement.
Ne jamais chercher à tromper l’autre sur la marchandise. Voyez dans le couple, par exemple : qui penserait, en se mettant en couple, de faire l’inventaire de tous ses défauts à l’autre ? L’habitude est, au contraire, de se montrer sous le meilleur jour, de « faire des efforts » pour être le mieux que l’on peut et… Le plus longtemps possible ! (sic)

Oui mais voilà : Qui peut être toujours irréprochable une vie durant ? Pourquoi ne retenir que les qualités alors qu’on sait que ce n’est jamais l’excès de qualités qui entrainent les séparations et les divorces ?

En nous montrant au contraire sous notre jour le plus noir et ce, dès le départ, on permet à l’autre de savoir s’il pourra « vivre avec ça » et on se met ainsi à l’abri de bien des désillusions futures.

 

 

Qui a le courage et la volonté de tout mettre en œuvre pour être heureux ?
Qui est devenu l’incarnation de ce qu’il prêche et qui demeure constant, de la pensée à ses actes en passant par toutes ces émotions plus ou moins matures qui nous animent sans cesse ?

A force de pousser son siège plus haut que sa tête tout en conservant l’espoir d’y assoir son cul, l’homme s’est enfermé lui-même dans un cercle vicieux infernal. Il a menti dès le départ sur  » la marchandise « , à présent, il doit continuer à le faire ou accepter de devoir avouer sa franche médiocrité.

 

 

Under the maskC‘est pour cela que la psy éso enseigne que le Moi-Idéalisé vit dans la crainte permanente d’être démasqué et lorsqu’il l’est enfin, il pousse la personnalité aux pires bassesses, laissant ainsi entendre que, finalement, le niveau n’était pas bien élevé, même dès le départ.

 

Si au départ la personne était honnête, se contentant d’être un homme, tout simplement, au lieu de se rêver être un Grand Dieu, elle n’aurait pas à s’enfoncer ainsi toujours plus loin dans le mensonge et dans le besoin d’abaisser sans cesse les autres pour ne pas rester elle-même la plus basse de toutes.

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)