© Vivre Livres !

Pour les passionnés de Développement Personnel

© Vivre Livres ! - Pour les passionnés de Développement Personnel

Derrière Eros et le sexe

 

chakra N°2-2Les psychologues ésotéristes savent que le sexe (et tout ce qui s’y rattache) est comme un thermomètre de notre propre degré de divinité. Comme le savent ceux qui suivaient les différents topics du forum Psukelogos, qui existait depuis 2006 (et qui n’est plus en ligne, désormais) le second chakra en montant (Swaddhisthana, en sanskrit et «Centre Sacré» en Français) est non seulement le siège de l’échange énergétique qui gère notre sexualité, mais aussi le siège de notre «Potentiel à Être.»

 

Swaddhisthana signifie d’ailleurs «le Siège du Soi.»chakra N°2 C’est à partir de ce Centre Spirituel que notre Soi, « Tout ce que nous sommes en simultané » trouve la force pour s’exprimer, bien que son « siège » véritable ne soit pas vraiment dans la région du nombril, mais dans celle du cœur physique.

 

 

 

 

shantiInutile de dire que notre santé spirituelle (Shanti, en sanskrit) dépend en grande mesure de l’emploi que nous faisons de nos énergies sexuelles. Bien sûr, beaucoup de choses ont été dites et surtout écrites, par des «orientalistes» qui auraient mieux fait d’écrire les mémoires de leurs propres familles terrestres, plutôt que de se lancer dans la traduction littéraire d’écrits antiques dont la profondeur et le sens réel nécessitent bien plus que la maîtrise intellectuelle d’une langue.

 

 

 

 

Maîtriser intellectuellement une langue telle que le sanskrit n’est pas suffisant pour en traduire l’Essence véritable, c’est-à-dire l’esprit (voir à ce propos, mon article sur le mot « karma »)

Il n’est pas utile de se priver de sexualité pour devenir «plus spirituel.» La preuve, les curés de la religion catholique boudent le sexe, ce qui ne les empêche pas d’être aussi limités et faillibles que n’importe quel être humain qui use de la sexualité comme si sa vie en dépendait !

 

 

 

free hugsEn toutes choses, c’est l’excès qui est pénalisant et non l’emploi raisonnable. Certains ont appris, compris et accepté l’importance du toucher, du contact direct et intime avec autrui… Les fameux « free Hugs » qui nous feront rire et nous attendrir encore longtemps ! Que se passe-t-il lorsque vous prenez une autre personne dans vos bras pour lui faire un câlin ? Il se passe que les énergies dégagées par le second chakra (juste sous le nombril) peuvent alors circuler librement de vous aux autres et des autres à vous. Ces énergies ne peuvent pas trop monter en fréquence, cela sous peine de perdre leur pouvoir vital et leur capacité à réveiller la mémoire cellulaire.

 

 

 

chakraPour mémoire (lol), cette mémoire cellulaire ou karmique, c’est-à-dire nos pensées récurrentes et aliénantes (limitatives) qui proviennent de l’âme, se trouve dans les deux derniers éthers (lumineux et réflecteur) du corps vital, et l’énergie qui sous-tend cette mémoire karmique est régulée par le second Chakra en montant. Cela dit, si la régulation s’effectue au niveau de Centre sous le nombril, le « stockage », quant à lui, s’effectue au niveau du « corps Causal » (ou Mental supérieur), c’est à dire là où les anciens mystiques plaçaient la amande-Mfameuse « Amande Mystique. »

Un simple contact charnel peut donc permettre de libérer ces « mémoires karmiques » et de transmettre aux autres des informations concernant leur rôle exact nous concernant, tandis que leur propre mémoire cellulaire nous informe de notre rôle dans leur propre vie.

Ce Chakra est donc aussi celui des « synchronicités » (interactions avec autrui dans une vie donnée.)

 

 

 

La sexualité, partant de ce principe et à la lumière de ces informations que je vous livre avec un grand plaisir, devient infiniment plus spirituelle que de prime abord ! En effet, il n’est alors plus question de se borner à « donner et à prendre du plaisir », mais de répondre à une volonté divine d’échange d’informations, avec tout le pouvoir qui les sous-tend. Car n’en doutez pas : se souvenir de «qui on est» ne suffit pas, encore faut-il trouver LA FORCE de redevenir «Tel qu’aux premiers jours du monde.» (Expression qui signifie en fait « Tel que vous seriez si vous n’aviez pas été programmé dès le départ de votre vie terrestre dans la chair.)

 

 

 

relationsEt cette force – qui est stockée dans le second Chakra – est libérée par les autres dès que nous acceptons de «faire corps» avec tous les merveilleux messages d’amour qu’ils conservent, pour tous, dans leurs propres cellules.  En clair, nous sommes invités voire obligés de nous lancer dans le relationnel, car Dieu a pensé qu’il ne serait pas bon, pour l’homme, de réussir à «se construire tout seul» (si vous me suivez bien…) Voici de quoi initialiser d’agréables et très inspirantes méditations, ne croyez-vous pas ?

Des questions ? Lancez-vous, je ne mords pas (du moins, pas après manger !)

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

La peur de la colère

Ce qui m’avait le plus étonné, en arrivant sur les t’chats (Salons de discutions) de Voilà/Wanadoo, voici une douzaine d’années de cela, c’est de constater à quel point beaucoup de jeunes gens qui échangeaient des propos entre eux, avaient une sainte peur -pour ne pas dire une grande honte- à la seule idée de… S’énerver !

 

 

Je notais souvent des phrases du genre « Ne t’énerve pas ! » ou encore « Reste calme ! » auxquelles la sempiternelle réponse faisait immédiatement écho :
« Je ne m’énerve pas, je suis calme ! » Comme si le fait de s’énerver pouvait passer pour une maladie honteuse !
J’en ai discuté avec des amis psychologues qui partagent les mêmes passions et connaissances de l’Ontologie (étude de l’être) que moi et nous en sommes arrivés à la conclusion que beaucoup de jeunes ont peur de s’énerver à cause de ce que cela pourrait impliquer par ailleurs.

 

 

 

L‘implication serait qu’en s’énervant, ils perdraient le contrôle de leurs émotions et qu’ils en viendraient à se déverser sans plus pouvoir se tenir, cela à cause d’une colère immense qu’ils abritent en leur cœur et qu’ils tentent vainement de refouler depuis des années.

 

 

 

 

Un peu comme si leur âme leur chuchotait :
« Attention ! tu vas encore t’énerver et ça va mal se terminer comme la dernière fois, tu te souviens ?! »
Selon les mêmes amis psy (et ésotéristes de surcroît), cela pourrait provenir de souvenirs animiques (relatifs à l’âme, donc) reliés à des vies Atlantes (ou extensions différentes d’un même Soi), à une époque durant laquelle toutes les plus basses et plus viles passions humaines décimèrent littéralement l’humanité d’alors.

 

 

 

 

 

Atlantide3La tradition parle de la mort de 600 millions de personnes, en trois jours et deux nuit, lors de l’engloutissement non pas de l’Atlantide sous les eaux, mais de la conscience humaine sous les vagues déferlantes des émotions les plus débridées. Nul doute que mes lecteurs assidus ou même occasionnels, auront quelque chose à en dire, des témoignages ou même des questions à ce propos. N’hésitez pas, nous sommes là pour partager et, pour les plus simples et courageux, pour apprendre !

 

 

Atlantide6Alors lâchez-vous et réfléchissez ensuite, pour changer ! Il est possible que vous soyez animé « de force » par une de ces âmes qui ont tant à apprendre sur elles-mêmes et qui, désormais, sont prêtes à s’y atteler…

Souvenez-vous que seuls les imbéciles et les vaniteux s’imaginent tout savoir ou pire encore « se faire seuls« , sans l’aide de personne. Ce qui est, à n’en pas douter, un signe d’humilité évident !

 

 

 

 

Serge Baccino
Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Laisser briller ou éclairer

Inspiration2Il est dit des ésotéristes de la Terre qu’ils sont comme des Phares capables d’illuminer les ténèbres de l’ignorance. Bon, d’accord. Voici mon sujet, et je le propose à votre réflexion: Est-il utile d’éclairer ou est-il préférable de laisser briller sa lumière afin que cette dernière n’éclaire que celui ou celle qui veut bien l’être ? Mieux encore : est-il utile de laisser briller sa lumière avec l’intention bien arrêtée que cette lumière réussisse à éclairer les autres ? Briller « avec intention et direction », c’est à dire chercher à éclairer celui-ci ou encore celui-là, qui croise notre vie, ou bien simplement laisser briller notre lumière afin qu’elle éclaire la grande pièce dans laquelle se trouve tous ceux qui cherchent la Lumière et aussi tous ceux qui ne la désirent surtout pas ?

 

 

 

Et quels seraient les effets si cette lumière qui brille « malgré nous et même quand on y pense pas » avait le pouvoir de déranger certains ? Est-ce nous qui dérangeons ou notre lumière ?

Si c’est nous, nous devons assumer ensuite les conséquences de notre besoin d’éclairer les autres, mais si c’est la Lumière en nous qui dérange et effraye certains, est-ce alors à Dieu de se démerder avec toutes les réactions négatives et destructives de certains, face à cette lumière ? N’est-il pas étonnant de poser le problème en ces termes ?

Vos avis ainsi que vos questions (sur Facebook) sont les bienvenus.

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

L’air de la calomnie

calomnieNous connaissons tous cette plèvre de l’âme qu’est la calomnie (cf : Barbier de Séville, l’air de la calomnie.) Tous ceux qui s’abaissent à propager, au sujet des personnes qu’ils jalousent, de fausses accusations ou des propos tendant à émietter la réputation d’un individu, sont tout aussi criminels que s’ils utilisaient un révolver et tiraient directement une balle dans la tête de leur ennemi. Cela aurait le même effet, mais en bien plus rapide.

 

 

 

calomnie2Mais les maîtres de la calomnie savent très bien ce qu’ils font et tuer physiquement ne les satisferait pas. Ce qu’ils désirent, c’est que leurs ennemis souffrent dans le temps et, si possible, mettent des années avant d’être finalement abattus. Aucune âme n’est aussi noire, vindicative et éloignée de la divinité que celle qui se sert de la calomnie pour se débarrasser de toute âme plus élevée qu’elle et qui lui fait de l’ombre.

 

 

 

calomnie8Rien n’est plus criminel et anti-spirituel que d’empêcher une autre âme de briller de la Lumière du Dieu Vivant, en elle. Et ceci, toutes les âmes le savent pertinemment. C’est la raison pour laquelle certaines armes psychologiques, même « blanches » et qui ont été sali par quelques-uns, sont boudées, depuis des siècles, par les initiés.

 

 

 

BoddhiMais on peu très bien être un initié, même de haut niveau, sans pour autant être… éclairé ! Les âmes lumineuses ont toutes « Atma » d’actif (atome germe du cœur, aspect Amour) mais rares, très rares sont celles qui ont à la fois « Atma » et « Boddhi » (aspect Sagesse) d’actifs ! Présenté autrement, on peut être un ésotériste ou un initié de haut niveau, même approcher de la Maîtrise, sans pour autant avoir un esprit vraiment éclairé par la véritable Sagesse qui, je vous l’affirme ici, est bien plus ludique et coquine que ce que vous pourriez vous l’imaginer !

 

 

 

illusionOr donc, celui qui en plus d’être « instruit des choses de l’esprit » (initié) est aussi éclairé par la sagesse (non pas «antique» mais intemporelle, n’est-ce pas) sait différentier l’acte de l’Action. Dans le cas de la calomnie, ce n’est PAS le fait de raconter à tout le monde ce que sont ou font les autres qui est un crime (ou qui est mal) mais bien le fait de répandre le mensonge dans l’intention de nuire. Ici, c’est une fois de plus l’Intention qui est souveraine, et non l’acte en lui-même. Ceux qui dénoncent des faits avérés et qui peuvent produire des nuisances, ne sont pas des disciples de la calomnie, cela pour deux raisons :

1. Ce qu’ils dénoncent est fondé et véritable.

2. Leur intention n’est pas de nuire à la personne concernée mais au contraire de la placer dans l’impossibilité de nuire à autrui.

 

 

 

lois spirituellesRappel de la règle Ontologique impliquée : « Ce n’est pas ce que l’on fait qui compte, mais l’état d’esprit dans lequel on le fait. »

Celui dont l’esprit est libéré des contraintes sociales et spirituelles (Schémas mentaux les plus directifs) est capable de se tenir le discours intérieur suivant :

« Attendu que selon la Loi Tout est double, il est permis au mensonge de se répandre en toute impunité cosmique, alors selon cette même Loi, il est également permis à la vérité de se répandre de la même façon et en toute impunité aussi ! Je me ferai le support de la vérité et je serai son porte flambeau qui allumera des milliers d’autres flammes ! »

 

 

 

compensationQu’est-ce que je veux dire ici ? Je veux dire que si vous ne faites rien dans votre vie pour COMPENSER le mensonge par la vérité, alors non seulement vous êtes coupables de guerre (coresponsable du marasme mental planétaire) mais de plus, vous ne jouez plus le Jeu de la Grande Vie, cela sous le prétexte orgueilleux que « vous êtes au-dessus de ça » (la belle affaire !) vous n’êtes plus dans le « Courant Vital de l’Économie de la Vie. » Non seulement vous ne remplissez plus votre rôle d’être humain ordinaire ou lambda mais de plus, vous devenez coresponsable du mal qui se répand plus aisément puisque vous ne faites pour compenser son action.

Toutefois, vous n’avez plus à lutter CONTRE le mal quand vous comprenez qu’il est ici question d’agir POUR le bien.

 

 

 

Sachez que bien des lâches sont brusquement devenus  « spiritualistes » (On en retrouve pas mal d’entre eux dans le Bouddhisme ) afin de cacher cette peur de vivre et de participer au relationnel, qui leur ronge les entrailles. Mes propos seront jugés par certains comme exagérés et on me trouvera certainement quelque problème spirituel bien senti mais ceux qui penseront ou diront cela deviendront du même coup des adeptes de la critique et de la dénonciation, à la différence que dans leur cas, ils se borneront à dénoncer celui qui dénonce. Gag !

 

 

 

En effet, en se donnant eux aussi le droit de me critiquer, ils ne feront pas mieux que moi mais pire, car moi je critique le mensonge tandis que eux, critiquerons ceux qui dénoncent un mensonge dont ils ont un besoin vital pour survivre ! (si vous captez pas tout, relisez, j’ai la flegme de l’écrire plus simplement !)

 

 

 

bave crapeau-colombeOn ne lutte PAS contre le mal, on ne s’y oppose pas : on le compense ! Et pour le compenser, il suffit de travailler POUR ce qui nous paraît être le Bien. Qui oserait simplement s’imaginer en train de colporter la vérité sur des gens malveillants, négatifs et qui sèment scandales et souffrances morales de partout où ils passent ? Qui OSE dénoncer le mal en le montrant carrément du doigt ?

Oh ! je sais : « Je suis au-dessus de tout ça ! » allez-vous me répondre avec cet air constipé de celui ou de celle qui a depuis bien longtemps dépassé le stade humain grossier (Prouut !)

 

 

 

bave crapeau-colombe2Vous avez quatre ovaires ou quatre testicules et vous ne pouvez être atteint par « si bas », OK, j’ai bien compris l’idée de la bave de crapaud et de la blanche colombe. Mais essuyez une seule fois, dans votre existence, le feu des vibrations de haine de celui ou de celle qui est passé maître en l’art de la calomnie, et on en reparle après !

Même les Maîtres du passé qui œuvraient de tout leur esprit, de tout leur cœur, de toutes leurs tripes pour répandre la Lumière, la Vie et l’Amour, même ces Être Exquis ont été sali, traînés dans la boue jusqu’à ce que leur souvenir même soit effacé de la mémoire des hommes… Qu’êtes-vous de plus ou de mieux que ces Grandes Âmes, s’il vous plaît ?

 

 

 

Ascension2Celui ou celle qui se croit « au-dessus du mal » et de la calomnie, celui-là ou celle-là est un(e) grand(e) orgueilleux ou une grande orgueilleuse que la vie se chargera de ramener à une dimension plus humaine.

Mais cela vous est peut-être déjà arrivé mais vous ne saviez pas. Dans la Bible il est écrit : « Ne savez-vous pas que vous êtes des dieux, des Fils du Dieu Vivant ? » 

Les psychologues ésotéristes rajouteraient : « Ne savez-vous pas que tandis que vous êtes sur Terre et dans la chair, vous êtes des dieux qui ont accepté de devenir des hommes, des Fils du Dieu de l’Amour et de la Sagesse ? Vous croyez-vous encore à l’abri du mal et de la souffrance morale et physique ? »

 

 

 

hommes et femmesSe savoir d’essence divine ne sera jamais une excuse pour ne plus se comporter comme un homme ou une femme digne de ce nom.

Se savoir divin n’excuse en rien le fait de se conduire comme un porc envers son prochain.

Se savoir (se reconnaître) divin n’est plus, désormais, une excusable valable pour fuir ses propres responsabilités sous le prétexte fallacieux d’être trop évolué pour s’abaisser à être encore un homme ou une femme, tout simplement. Si vous désirez la vérité, la justice et la Lumière pour tous, alors AGISSEZ en fonction de votre intention, car seule compte l’intention.

 

 

 

jalousieVous avez affaire à une personne malsaine, jalouse, envieuse et qui n’hésiterait pas à détruire la vie d’une autre personne pour la gloire de son ego ? Alors faites-le savoir autour de vous ! Ça vous scie, hein ? A votre tour, employez les mêmes armes que les maîtres de la calomnie : Répandez… La vérité !

 

 

 

violence verbale-WebToute la différence est là ! Vous ne désirez pas nuire au bien mais nuire au mal. violence verbale4Et cela, aucun initié se prétendant lumineux n’a jamais osé le penser et encore moins le mettre en pratique. C’est d’ailleurs pour cela que le mal a toujours gagné, sur terre, depuis des temps immémoriaux, et c’est pour cela, aussi, qu’aux différents gouvernements mondiaux, « Des porcs dirigent des cerfs » (cerfs = passifs, lâches, besoin d’être dominé et dirigé, etc.)

 

 

 

ensemble2On se comprend ? Chouette, ce serait bien la première fois que ce genre d’idée serait acceptée… à l’unanimité ! Mais ne rêvons pas : le monde commence sur le pallier de notre propre porte et la réforme Mondiale débute par soi-même. Quant à vous, qu’allez-vous faire ?

 

 

 

Allez-vous vous satisfaire encore longtemps de parler du mal sans jamais essayer d’en compenser les effets ? Que ferez vous de Bien pour compenser tout le Mal qui a été produit, spirituellement ? (C’est à dire en esprit et dans le mental humain, donc) Une dernière fois : n’empêchez rien, ne luttez pas contre et ne cherchez pas à prévenir le mal : agissez paisiblement de votre côté et à votre niveau.

Là où la Grande Vie vous a placé, là manquent vérité et Lumière.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Pourquoi ne suis-je pas…

____________________

 

jeunesJ‘entends souvent des jeunes gens se plaindre :

« Pourquoi ne suis-je pas plus riche, plus heureux, plus maître de moi, plus ceci ou plus cela ? »

En général, je réponds :

« Je sais, pour ma part que je ne suis pas un grand sportif parce que j’ai horreur du sport et manifeste une mauvaise foi absolue dès qu’il est question d’activités physiques dites « récréatives » ! » Le plus souvent, les jeunes gens sourient poliment, l’air de dire : « Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce con, quel rapport avec mon vrai problème à moi ? » En effet, ils ont un vrai problème : ils n’écoutent pas la réponse qui leur propose la vie et… Toujours avant la question !

 

 

 

sportSi je ne fais jamais de sport, je ne peux guère espérer obtenir le corps d’un athlète, n’est-ce pas ? Étant lucide, je suis pleinement conscient de mes responsabilités, en ce domaine comme en tous les autres. Ce qui est proposé ici semble logique, non ? Alors, si c’est bien le cas, pourquoi tant de jeunes réputés instruits, sinon intelligents, posent-ils de telles questions, alors que la réponse existait déjà avant leur questionnement ?

Parce que, justement, cette réponse ne les satisfait pas !

 

 

 

oeil de sauronNos jeunes amis qui arrivent dans l’étude ésotérique se demandent souvent pourquoi ils ne sont pas déjà des Maîtres, puisqu’ils n’en sont pas à leur première vie… (sic) Pourtant, ils sont passionnés et devaient l’être sans aucun doute jadis ! Voici la réponse : Parce que dans « leurs » autres vies, comme dans celle-ci, ils passaient leur temps à espérer, à râler et à désirer sans rien foutre de leurs âme. Sinon, d’autres questions, les Djeuns ? Si vous êtes jeunes (ou croyez encore l’être), vous êtes invités à réagir ! Agir n’étant à la portée que de celles et ceux qui sont bien trop occupés à se vivre pour se plaindre ou espérer vivre autre chose ou simplement « mieux » !

 

friends

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Dénoncer ce qui va

dénonciation-délationOn connaît bien ce plaisir et cet empressement que mettent certaines personnes à «dénoncer ce qui ne va pas.» Surtout chez autrui, bien évidemment. Mais qui oserait ou penserait même «dénoncer ce qui va» ? Pourquoi dénoncerait-on ce qui va bien, c’est idiot, non ? Faut voir ! Comment sait-on qu’une chose est «bien pour nous», par exemple ? A quoi se fie l’homme pour décréter que «ceci est bien et ceci est mal» ? Simplement à se qu’il PENSE ou CROIT sur le sujet.

 

 

 
bonheur-routeOr, nos pensées et nos croyances peuvent évoluer, n’est-il pas vrai ?
J’oserais dire qu’il est vital qu’elles évoluent, cela, sous peine de nous asphyxier sous le poids de tous ces concepts mentaux que nous abritons encore mais qui ne sont plus d’actualité. Tout cela stagne et entre en putréfaction, nous donnant des « gaz mentaux » !

 

 

 

 

esoterikosDe fait, nous pouvons CROIRE que quelque chose «va bien», alors que ce quelque chose nous oblige à aller mal, cela, sans que nous le réalisions vraiment. Je fais ici allusion aux fameux conditionnements mentaux qui peuvent nous donner l’illusion de sécurité, de maîtrise ou même de bonheur. Qui pense seulement à passer en revue ses différents concepts et crédo pour en éprouver la valeur et, surtout, l’actualité ? Ce qui était bon jadis est-il toujours aussi bon pour nous ? Mais était-ce vraiment bon, jadis ? Quelle était notre expérience réelle pour en juger ?

 

 

 

délation4Qui pense à «dénoncer ce qui va», ou, plus exactement, ce qui donne l’illusion de bien aller ? Qui pense seulement à remettre en cause le bien fondé de tous ces repères psychologiques sur lesquels reposent sa vie ? Je ne demande pas «qui se remet en cause», mais bien :

«Qui remet en cause tout ce matériel mental avec lequel l’homme s’identifie si imprudemment ?»
Il m’a semblé que ce sujet méritait au moins d’être évoqué et, pourquoi pas, exploré…. Questions, commentaires ? A vous de décider !  🙂

 

 

 

 

    Serge

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)