© Vivre Livres !

Pour les passionnés de Développement Personnel

© Vivre Livres ! - Pour les passionnés de Développement Personnel

Votez pour le pardon (test)

le pardon-170Suite au deux précédents sondages, voici le dernier de cette journée et celui qui fera la matinée de demain, ceci afin de laisser le temps à tout le monde de pouvoir répondre au test. Certains se couchent comme les poules mais se lèvent aux aurores, alors demain, certains répondront déjà alors que d’autres dormiront encore ! Le sondage porte donc sur la notion de PARDON.

 

Pour vous, le pardon c’est :

 

1. Une grosse connerie ! Pardonner, c’est le meilleur moyen de pousser les autres à la récidive ! Moi je ne pardonne plus, je condamne !

 

2. Une chose risquée ! Car si on pardonne, comment être sur que l’autre ne va pas en profiter pour recommencer ? Mon coeur n’est pas un yoyo !

 

3. Pardonner ? Vous rigolez ! Quand les autres culpabilisent et attendent mon pardon, moi ça me fait jouir car je les sens attentifs, collés à mes basques et en attente de ma décision ! Je me sens trop important et fort, en ces moment là, pour me priver de cette jouissance rare !

 

4. Généralement, je pardonne, enfin, si ce n’est pas trop grave, bien sur ! Car après, il faut pouvoir revivre avec la personne, la côtoyer, la regarder en face et si on arrive pas à pardonner, elle le ressent et ça fout le boxon.. Enfin, je crois.

 

5. Pardonner ? C’est une nécessité ! En fait, je suis très égoïste et je pardonne aux autres juste pour pouvoir me sentir bien ! J’ai remarqué que quand je ne pardonne pas, quand je conserve de la rancune envers quelqu’un, c’est d’abord à moi que je fais du mal. Alors je pardonne, oui, mais par pur égoïsme, c’est certain !

 

6. Bah ! Oui, en général, je pardonne, je ne suis ni un chien, ni un saint, alors j’essaye de pardonner, si je peux. En général, le temps m’y aide mais bon, ensuite, c’est plus pareil, avec la personne et je ne réussis plus à la fréquenter, comme avant…

 

7. Oui, moi aussi, je pardonne mais… A distance ! En gros, je ne conserve pas de rancune mais je refuse ensuite de conserver un rapport quelconque avec la personne qui a trahi ma confiance. Elle est pardonnée mais ensuite, je ne veux plus en entendre parler. Et c’est très bien ainsi.

 

8. Moi, pardonner ? Tu veux rire ! J’ai une haine farouche envers ceux à qui j’en veux et j’ai un mal de chien pour me retenir de leur faire du mal, pour me venger ! Si un jour la prison, la police et les lois sont abolies, je suis certain que je pourrai alors commettre un petit meurtre ou deux car je pourrait alors être et me montrer tel que je suis : sans aucune pitié pour la racaille !

 

9. Je suis croyant(e), j’ai été élevé(e) dans la foi catholique, je suis bien obligé(e) de pardonner… Ce n’est pas toujours de gaité de coeur mais bon, je veux aller au paradis et comme j’ai horreur de la chaleur, je préfère monter plutôt que descendre, après ma mort ! Vous me comprenez, j’espère ?

 

10. On est tous frères et sœurs, alors je pardonne de tout coeur et sans arrière pensées ! Personne ne peut me faire de mal car Dieu est avec moi et j’ai de l’amour pour toutes les créatures. je veux que Dieu rayonne à travers moi alors je pardonne à tous, toujours !

 

Note : Comme précédemment, vous pouvez créer une onzième et même une douzième réponse, mais à la seule condition d’écrire en détail à quoi correspondent ces réponses supplémentaires.

Bon test  et souvenez-vous, la seule « bonne réponse », c’est la vôtre !

Soyez honnêtes et sincères et ne vous souciez pas des réponses des autres, le mieux étant de jouer et de voter AVANT de lire les autres réponses.

😀

Serge

Licence Creative Commons

Catégorie : sondages et tests
  • avatar

    marc a dit :

    Choix 11 il est facile de pardoner a un idiot, c est plus difficile pour une personne que l on apprecie. Cela depend de ses autres qualities, ca permet de mieux connaitre les gens ou pas.

  • avatar

    Anthony Albertini a dit :

    11 – J’ai tenté, cherché par tous les moyens le sens, le moyen, les outils, le pourquoi et le comment du pardon mais j’en demeure incapable. Pas que je ne veuille pas, mais je reconnais ne pas y arriver. En face de l’impardonnable, comment pardonner? Je ne peux pas car je ne possède pas ce pouvoir.

    • avatar

      Serge a dit :

      Parce que tu relies l’autre (le fautif) à cette notion typiquement morale (voire religieuse) de pardon, au lieu de t’y relier toi. C’est la pensée de haine ou de rancune que tu « pardonnes » (allège), pas la personne ! 😉
      Vois ce que tu peux faire de ce subtil détail….

      • avatar

        Anthony Albertini a dit :

        Oui j’y avais pensé, mais dans ce cas, c’est plutôt que « je m’autorise des pensées de haine et de rancune » plutôt qu’un pardon?

        Ou alors tout simplement j’ai ces pensées, elles sont là et je reconnais ne pas avoir de pouvoir sur elles, et donc je me pardonne ne pas avoir ce pouvoir?

        Au final ça amène au lacher prise donc?

      • avatar

        Serge a dit :

        Il y a mille façons de considérer ce même propos et tu en as proposé deux, déjà 🙂
        Tout est bon si c’est bon pour nous, en sommes 😉

  • avatar

    Imma a dit :

    Re coucou Serge,

    C’est donc faire la confusion entre le problème en lui-même et la personne qui, elle n’était que le « véhicule »…?
    Cette personne n’est liée au « véhicule » que par le fait que l’on choisit pour ainsi dire de le penser ainsi… d’où la difficulté à lâcher prise , puisque en fin de compte, la cible n’était ni nous, ni l’autre, mais le problème… Pff!
    En tout cas, me voilà partie pour une bonne méditation sur le sujet.
    Un sondage « anodin » en apparence qui déjà se révèle des plus instructifs.

    Gros bisous et merci.

    • avatar

      Serge a dit :

      oui, voilà.
      La personne ne le sait pas, mais elle nous « instruit » au sujet de nos limites.
      Limites qui ne doivent pas nous vexer car nous le sommes tous, limités.
      Toutefois, nous ne sommes pas obligés d’avoir cinquante limites pour justifier notre humanité, si tu me suis ^^ lol

      😀

      • avatar

        Anthony Albertini a dit :

        Eh ben il semble que c’est la réponse à mon problème alors, reconnaître ma limite!

        je vais peut être enfin dormir en paix! 😀

        • avatar

          Serge a dit :

          Reconnaître nos propres limites revient à perdre notre dernière limite : la peur d’assumer ce que nous sommes 🙂

  • avatar

    Imma a dit :

    Intéressant, ce sondage… mon Cher Cherge!

    Par le passé, je dirais que j’aurais répondu par la réponse N° 6 : J’essaie de pardonner, mais après, ce n’est plus pareil… c’est donc que je ne pardonnais pas en fin de compte.
    Au juste, qui pardonne-t-on ? ou qui peut-on pardonner en dehors de nous-même ?
    Le sentiment de trahison, comme tout le reste, n’est que le fruit de nos schémas de pensées, alors comment pardonner à un tiers le résultat de notre interprétation toute personnelle d’un quelconque sentiment ?
    Aujourd’hui,je mets plutôt de l’espace physique entre ce genre de personnes et moi. Dans un 2ème temps, je travaille à lâcher les pensées qui peuvent me relier à ces gens-là… Là, c’est dans certains cas plus difficile à dire qu’à mettre en pratique!
    Mais tout cela bien entendu, dépend largement des liens qui pouvaient nous lier… c’est moins facile avec des personnes supposées nous aimer…
    Voilà un petit bout de réflexion
    bonne journée
    bisous Serge !!!

    • avatar

      Serge a dit :

      Coucou Imma 🙂

      En fin de compte, ce que nous devrions « pardonner », c’est ce qui se trouve entre une autre personne et nous, c’est à dire le problème, tout bêtement !
      En effet, puisque c’est la présence, en nous, de ce sentiment lié à une problématique qui nous fait souffrir, alors nous n’avons pas à pardonner « l’autre » ou bien nous-même, mais bien le problème qui nous lie tous deux.

      Et je rappelle ici que le mot « pardonner » n’est pas pris dans le sens religieux ou moraliste du terme, mais dans celui de « fréquence vibratoire rehaussée. »
      Ce qui vibrait bas, nous le faisons vibrer haut et, du coup, tout est pardonné car il ne reste plus rien qui soit à pardonner.
      Plus difficile à expliquer qu’à comprendre intuitivement, je dirais !

      😀

  • avatar

    SINN Jean-Marc a dit :

    La réponse 7 me correspond assez bien. Le pardon est souvent relatif à mon ressenti. Je pardonne facilement ce que je ressens comme une petite offense, après cela va de paire, plus je me sens offensé, moins facile et moins rapide sera le pardon. J’ai curieusement plus de difficulté à pardonner à de bons amis qu’à des collègues.

    • avatar

      Serge a dit :

      Il est naturel de pardonner plus facilement les fautes de celui qui ne prétend pas nous aimer, plutôt que celles de ceux qui prétendent le faire.
      Après, à chacun de se croire meilleur que ce qu’il est vraiment et de plus se fier à son Moi-Idéalisé qu’à son bon sens et à sa propre humanité. 😉

  • avatar

    dias jocelyne a dit :

    moi mon ex époux disait « jocelyne quand on lui fait une vacherie c’est encore elle qui demande pardon » C’est un peu vrai mais c’est pas en mon avantage car c’est la culpabilité à mon avis qui me fait réagir comme ça. J’ai beaucoup observé et je sais que je suis très tolérante mais depuis que j’ai décidé de « m’aimer » dans des situations où j’ai à pardonné c’est à moi d’abord que j’adresse le pardon et c’est unique quand je croise la personne qui m’a fait ressentir la trahison ou la blessure que je sais si c’est pardonné ou pas. Je viens de vivre une expérience avec une personne à qui j’ai prêté de l’argent et qui ne me le rends pas. Chaque fois que je la vois le couteau remue dans la plaie et justement hier je lui ai simplement dis ce que cela me faisait et pour lâcher complètement je lui ai dis qu’elle pouvait garder l’argent car j’en avais assez d’avoir des ressentiments. A suivre…….  Donc oui je pardonne et cela depuis mon enfance mais au détriment de ma propre personne et là c’est pas juste à mon sens ……. donc changement en cours….

    • avatar

      Dominique a dit :

      Tu peux me prêter 1000 euros ma Jo ? hi hi !
       

  • avatar

    BASSIS a dit :

    Maintenant je suis pour la 10ème réponse . En fait avant mon nouveau chemin j’ai essayé une fois de pardonner et de croire que la personne changerai mais ce ne fut pas le cas. Alors pour me protéger d’abord j’ai mis fin à la relation mais malgré cela la douleur d’avoir été intimidé encore après en silence , d’avoir été encore maltraité par les mots alors que j’ai continué à essayé par les mots d’adoucir les choses pour que la violence mental s’arrête. tout cela m’a donné l’envie de me battre pour que la vérité soit entendu et acté par la justice mais voyant que les mensonges en face prenaient une telle ampleur, et moi seule sans avocat à me défendre, j’ai décidé dans mon nouveau chemin de tout pardonner même si j’ai essayé de me défendre en vain. Et puis maintenant le pardon n’est plus nécessaire car de tout mon coeur je souhaite que le meilleur pour tout ceux et celles qui m’ont malmenés . J’accepterai les bras ouverts un retour éventuel de leur pardon avec amour. Par contre pour me protéger, et ne pas recevoir le karma de leurs êtres , si ces personnes ne changent pas, je choisi d’éviter la relation. Voilà. Merci (Et c’est d’autant plus difficile aussi lorsque ce type de relation est aussi présente dans le milieu familiale ). Alors c’est sur que la solitude se fait davantage sentir mais je suis courageuse et je fait de mon mieux pour me relever et suivre mon nouveau chemin, l’unique 😉  

    • avatar

      Serge a dit :

      Ce que nous disons, faisons et les choix qui nous guident, sont toujours « bien » s’ils sont bien de nous !
      Autrement dit, du moment que ce ne sont pas nos conditionnements mentaux qui dictent nos pensées, nos paroles et nos actes, ce que nous faisons est toujours approprié à l’instant présent.
      Le temps qui passe ne doit pas servir à se juger mais à considérer la valeur de l’expérience.
      Puisse l’homme ressentir une profonde compassion envers ses paroles et ses actes car il ne de pire juge que celui qui ne sait pas se pardonner sa propre humanité. 🙂

  • avatar

    D'Amico a dit :

    ben , pour moi je dirais la 7 même si le fait de ne plus avoir ces personnes dans mon entourage , s’ils avaient besoin je pense que je dirais encore ok 🙂 si la personne le demanderais

    • avatar

      Serge a dit :

      7. Oui, moi aussi, je pardonne mais… A distance ! En gros, je ne conserve pas de rancune mais je refuse ensuite de conserver un rapport quelconque avec la personne qui a trahi ma confiance. Elle est pardonnée mais ensuite, je ne veux plus en entendre parler. Et c’est très bien ainsi.

      Ma foi, Martine, voilà un choix qui me semble aussi équilibré que raisonnable 🙂
      J’ajouterai qu’il est également honnête car, en vérité, même si ceux qui prétendent « pardonner » (d’un point de vue moral) réussissent à se le faire croire, le seul fait qu’il ne réussissent jamais à OUBLIER démontre qu’ils ont essayé de violer une Loi de leur âme, et qu’ils ont de ce fait plus « pensé leur vie » que ce qu’ils on accepté de RESSENTIR toutes les émotions véritable qui vivaient en eux. Vivre véritablement est un défi que le « Moi-Idéalisé ne peut pas relever sans périr du même coup en sombrant corps et bien.

      Bises 🙂

  • avatar

    Matthieu a dit :

    Si l’on doit s’en tenir aux réponses données, j’oscille entre la 2 et la 5.
    Mais je préfère plutôt apporter une réponse n°12…

    « Je considère le pardon comme étant une chose assez secondaire ; ce qui m’importe vraiment, c’est de savoir comment ne pas être blessé de nouveau et de la même manière. Si je dois pardonner, je pardonne, si je dois prendre de la distance avec la personne qui m’a offensé, je le fais. J’agis selon la situation et selon les intentions de la personne que j’ai en face, de manière à me protéger au mieux, moi. »

    J’avoue que je ne me pose jamais la question du pardon, et pour les choses les plus graves, que j’ai du mal à pardonner, le temps me fait oublier, petit à petit, la saveur de ce souvenir.
    Donc, au final, je crois bien que pour un certain nombre de choses, je ne pardonne pas mais j’oublie.

    Si chaque chose que nous n’avons pas pardonnée nous alourdit, alors ça sent carrément le roussi pour moi ! Tout ça pour dire que pour le coup, cet article soulève la question du pardon dans mon esprit, et je pense qu’elle se pose à raison.

    Donc, merci pour ce sondage 🙂

    • avatar

      Serge a dit :

      Merci pour ta participation, Matthieu, elle est toujours hautement appréciée 🙂

  • avatar

    Dominique a dit :

    La 5 !!!! même si parfois cela me prend du temps, lol !

    • avatar

      Serge a dit :

      T’inquiète pas, Dominique, tu ne bosses pas « à forfait » à propos du pardon !
      Prends donc tout ton temps voire celui des autres (ceux que tu dois pardonner)

      😀

  • avatar

    Ludovic a dit :

    En faite je pense que j’ai toujours plus ou moins fait un mix des réponses 5 /6. Se serais compliquer d’en prendre qu’une des 2. Mais s’il le fallait quand même alors la 6.

    • avatar

      Serge a dit :

      Ludovic, attendu que nous sommes (encore) en République en un seul mot, oui ^^) tu peux choisir ce qui te chante !
      L’essentiel, c’est de participer et, surtout, de noter au passage et pour toi-même, ce que tu as ressenti en lisant puis en répondant à ces sondages.
      Se connaître soi-même est le seul et véritable but ! Tout le reste est là pour nous distraire.

      😀

  • avatar

    Iza a dit :

    on rigole, on rigole, mais quelle réponse choisir franchement? je me fais un mélange de la 5 et de la 7 par exemple, si je pardonne pas (y compris moi-même), évidemment que la rancune va laisser des traces dans mon corps, mon état d’esprit sera touché par cette rancune.
    Par contre, je ne vais pas m’éloigner à jamais de moi-même une fois pardonnée, ça c’est sûr… ce qu’il l’est moins pour une autre personne à qui je pardonnerai. Peut-être est-ce plus facile dans ce deuxième cas, de faire en sorte de plus jamais voir la personne qui a trahi ma confiance.
    Entre blessée physiquement ou blessée dans sa fierté, la trahison n’est pas la même, alors j’essaye de faire au mieux dans cette notion de pardon.
    Je me suis déjà pardonnée mes propres actes ou mots pour lesquelles les autres ont pu y voir une trahison, mais là encore est-ce davantage facile d’oublier mes propres erreurs, pour ne faire qu’avancer et constater que tout à sa raison d’être, y compris ce qu’on nomme « erreurs »…
    Voilà ce que je peux dire pour l’instant

    • avatar

      Serge a dit :

      Coucou Iza 🙂

      Et pourquoi, par exemple, ne pas pardonner, ne serait-ce que pour chasser les vibrations de basses fréquences de ton complexe énergétique (corps psychique ou âme) tout en te promettant de ne pas oublier ?
      Ne pas oublier et entretenir de la rancune, c’est pas du tout la même chose.
      Dans le premier cas, on tient compte de l’expérience et on apprend par son biais, d’une manière rapide, intense, vivante.

      Bises 🙂

      • avatar

        Iza a dit :

        c’est vrai, t’as raison, y a des trucs pour lesquels j’ai pas pardonné, et en fait je ne peux oublier non plus… 

        • avatar

          Serge a dit :

          Mais si déjà tu te pardonnes à toi-même de ne pas être parfaite, alors ça va 🙂

           

  • avatar

    Joelle L a dit :

    Je vote pour la 11 ! Je pardonne. C’est difficile, mais je pardonne une fois ma colère passée. J’ai du bol, ça passe assez vite. Je prends la leçon, je la comprends. Même lorsque je ne comprends pas tout de suite, je pardonne. Mais, car il y a un « mais » : je fais attention à l’autre, dans le sens où j’ai appris de cette personne ce que je peux lui dire ou pas. Lui confier ou pas. Ce que je peux vivre avec cette personne ou pas.
    Je pardonne, mais je n’efface pas, je n’oublie pas, car j’ai reçu un savoir de cette expérience et je me sers de cette expérience afin de ne plus commettre l’erreur qui m’a mise en colère, ou qui a pu blesser l’autre et entraîner cette situation.

    • avatar

      Serge a dit :

      Bonjour, Joelle L 🙂

      Ok pour cette onze là, donc.
      Merci pour cet intéressant témoignage; l’avis de chacun et de tous et toujours instructif, assurément.
      (et en plus, ça me permet de peaufiner mes prochains sondages ! )

      Cordialement.
      Serge

  • avatar

    sebastien a dit :

    5h55 🙂 un signe lol, je me lève ou le coq chante pour ses poules. Même si ce coq est un peu sans voie/x stérile par trop de grains mangé. mais bon porteur de boules cosmique appelée force et amour.
    il a appris dans sa basse cours et ce depuis un moment a veiller sur ses ami/es avec le peut de connaissance, ce jeune coq qui se lève aux aurores a dut apprendre dans sa matrice duel a prendre les coups sur son plumage phosphorescent, pour regravir les marches allant du plancher, le ramenant au Saint poulailler, même si devant y laisser quelques plumes aux pas-sage.
    Le pardon sur son le chemin est devenu l’essence de sa légèreté d’action remontant les 10 marches d’ascension, qui lui ont montrées que ce Chiffre symbolique comprenait l’union et surtout que dans la matrice actuelle la transition du bien pour tous devait être mise en place avec le peu de connaissances acquissent sur son chemin.
    De grâce et de FOI, non trop chargé dans le foie et si même par foi même celui ci fut chargé de colère par t’en d’aventure entre les plans, le pardon est et sera toujours dans le cœur de sa liberté.
    Ce coq chaud vin est bien française de sa fierté compris la notion de jugement.
    il y eut t’en de périple sur son chemin entre bête a maîtriser au lieu de la pourfendre, armée a contrées, princesses a délivrer, notre ami coq en a bien bavé sur son chemin de pureté.
    heureusement que notre coq a suit conserver toutes une panne-ailes de non dualité dans cette matrice de Fou armé. Notre ami coq a trouvé sur son chemin de retour du font du trou bas ou il fut enfermé 3 jours, des personnes dans ses rencontres, devant l’aider a gravir sur le haut de la montagne.
    Passant porte et voile de cette matrice et OUI le PARDON lui fut enseigné et intégré dans un nouvelle forme de compréhension de son voyage extérieur/intérieur guidé par le coeur de sa vision passé ou réside la connaissance de son chemin choisie ici et maintenant,
    grâce a cela l’ami Coq garde confiance sur l’a venir d’une nouvelle réalité d’existence pour la basse cours dans sa généralité. car l’ayant vu dans l’appel de l’éternité comme une carte intégrée et imprimée dans le coeur de sa conscience par la Parole d’éternité. 
    Le 10 est Mon chemin est je pense que tu l’as bien compris dans mon petit texte qui se veut fait d’humour et de légèreté. merci pour ce test sur le pardon 🙂

    • avatar

      sebastien a dit :

      la tribu de Dana pour bercer ce jour 
       


    • avatar

      Serge a dit :

      Espérons que le jeune coq se verra offrir un avenir prometteur, accompagné de jolies petites poulettes ! 🙂

  • avatar

    Sarah a dit :

    Etant rancunière, avant je fonctionnais comme pour la 8. Aujourd’hui, je tends plus vers la 5. Pour moi, c’est difficile de demander pardon parce que j’ai peur d’être rejetée (l’ayant fait moi-même, je sais que c’est possible lol), donc j’essaye de me mettre à la place de l’autre et de ne pas lui faire ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse !
     

    • avatar

      Serge a dit :

      C’est la Règle d’argent, Sarah : « Ne fais pas à autrui ce que tu détesterais qu’il te fasse à toi ! »
      Quand à la fameuse « Règle d’Or », celle qui est la polarité inverse de la Règle d’argent, laissons-là à celles et ceux qui ont encore besoin de se prouver quelques chose en s’aidant des malheurs d’autrui.
      Dit comme ça, cela semble horrible mais la vérité n’est pas souvent bonne à lire ou en attendre.
      Dans le cas contraire, le mensonge aurait déjà disparu…

      🙂

  • avatar

    johnny a dit :

    Bien que la 10 après un moment de méditation et après avoir évacuer le stress quotidien et avoir oublié tous les boulets, hé bien ça devrait le faire lol

  • avatar

    johnny a dit :

    je répondrais avec la 5: quoique l’on fasse c’est généralement pour Soi et le pardon donne une sensation de bien être et je trouve que c’est un acte de cœur également. Et puis il y a une phrase qui dit: ce que tu fais au plus petit de tes frères, tu le fais à toi même.

  • avatar

    Chris a dit :

    Bon alors ce test là a été plus difficile pour moi tant je me retrouvais dans la 5, la 6 et la 7.
     
    Alors pour faire bonne mesure je vais me créer la 11ème qui me semble plus proche de ce que je ressens vraiment.
     
    11 – Je pardonne avant tout pour me sentir bien et en paix avec moi-même, pour éviter toute colère ou sentiment qui me nuit plus qu’il ne me fait avancer. Je peux même être en mesure de côtoyer de nouveau la personne, mais pour ça, j’ai besoin que cette dernière ait exprimé, réalisé, et assumé sa malveillance. Dans le cas contraire, je la mets définitivement à distance de moi.

    • avatar

      Serge a dit :

      Cette onzième option me semble intéressante, car riche et équilibrée, Chris.
      Elle paraît respecter ta personnalité tout en te permettant de la transcender, pour faire court 🙂

  • avatar

    Stef a dit :

    J’ai rigolé sur la 5 !!! trop drôle car en effet, il m’arrive de pardonner au premier abord pour ne pas me sentir coupable de ne pas pardonner. Mais après avec le temps et beaucoup d’amour…. je finis avec le 10. Bon… des fois, ça prend du temps hein !!! (mais j’y arrive de mieux en mieux, elle progresse la Stef)

    • avatar

      Serge a dit :

      Et je te souhaite non seulement de progresser encore, mais de carrément t’envoler, Stef 🙂
      Il me faut avouer qu’en écrivant certaines réponses proposées, je me marre tout seul comme un débile !
      Mais bon, que cela reste entre nous et l’ensemble du Web francophone ^^

      😀

      • avatar

        Dominique a dit :

        Bizarre mais la 5 ne m’a pas fait rigoler moi….

        • avatar

          Serge a dit :

          Pourtant, tu devrais rire, Dominique, car ces sondages ne sont pas une excuse pour se prendre le choux mais bien au contraire, pour nous détendre ensemble.
          Laisse la vie et les autres te faire du mal, soit toujours avec toi et ne te fais que du bien !
          Ou pas ! C’est comme tu veux 🙂

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.