© Vivre Livres !

Pour les passionnés de Développement Personnel

© Vivre Livres ! - Pour les passionnés de Développement Personnel

Ego, Moi Idéalisé ou Soi ? Comment s’y reconnaître ?

Voici une question qui devrait vous servir pour vous interroger vous-mêmes, car moi, je n’ai pas le pouvoir de le faire pour vous et à votre place. Et je n’en ai surtout pas l’envie, car cela donnerait l’impression aux imbéciles qui persistent à me lire qu’ils sont en droit d’argumenter, de critiquer et faire savoir qu’ils ne sont pas d’accord avec moi, ce dont je me moque éperdument, étant depuis longtemps déjà en accord avec moi-même. Mais trêve de digressions !

Voici cette inquiétante question :

« Lorsque je réagis ou crois agir du moins, qui le fait, du Soi, du petit « moi » (ou ego) ou du Moi-Idéalisé ? »
Comment le définir avec quelque exactitude, voire en être certain, en somme ?

Il existe pour cela une « astuce » très efficace et cela se nomme « la Connaissance Initiatique. » Cette dernière fait partie intégrante de l’ésotérisme, dont le mot lui-même indique clairement, pour ceux qui connaissent sa racine grecque, qu’il est ici question de se connaître et de s’apprendre soi et depuis le dedans ou l’intérieur de notre être profond.

 

Mais avant de vous indiquer clairement cette astuce rafraichissante, laissez-moi le temps de vous rappeler, brièvement, ce que sont respectivement le Soi, l’ego ou petit « moi » ainsi que le Moi-Idéalisé.

 

Le Soi, c’est ce que nous sommes vraiment, en esprit et en vérité ou, à tout le moins, ce que nous serions si on nous avait fait grâce de toutes ces programmations mentales que nos contemporains osent nommer « éducation » et « enseignement. » En somme, le Soi, c’est nous, c’est simplement « qui nous sommes vraiment », sans toutes les fioritures mentales qui tentent de former notre identité terrestre. Cette identité terrestre, ce « masque social », c’est le « Moi. »

 

Le « Moi » à savoir « Ce que nous croyons être ou devoir être », présente deux polarités (« Tout est double ») : l’ego et le M.I. (contraction de « Moi-Idéalisé. ») L’ego n’est que faiblesse, plainte, souffrances, blessures issues de la prime enfance, etc. L’ego est cela qui, en nous, réussit à nous faire croire que c’est nous qui sommes défaitistes, inquiets, peureux ou même lâches. Mais qui aime se trouver lâche ou incapable de ressentir sa propre valeur ?

Réponse : personne, c’est évident !

Et c’est à partir de là qu’apparaît non pas « Zorro » mais… Le Moi-Idéalisé ! Guère différent de Zorro, voire de Superman ! Le M.I., comme son nom l’indique, est un « Moi » de procuration, de remplacement, largement idéalisé (exagéré) et qui est censé contredire, balancer ou même carrément nier les affirmations de l’ego.

 

Tandis que le premier va se croire obligé d’avouer qu’il est lâche, par exemple, le second (M.I.) va se faire un devoir de « démontrer que c’est faux » ! Alors il va pousser la personne à dire ou à faire des choses peu intelligentes certes, mais censées démontrer à qui veut bien le reconnaître, que la personne est tout, sauf lâche, justement. En clair, lorsque l’ego dit « Je ne me sens pas de faire ceci ou cela… », le M.I. crie haut et fort : «  Je vais vous prouver, moi, ce que je vaux vraiment ! »

Quant au Soi, comme précédemment évoqué, il s’agit de cette partie de nous inconsciente ou « en sommeil », qui contient de tels trésors de sagesse et de Réalisations en tous genres, que l’ego et le M.I. ne sauraient y survivre !

Oui mais voilà : le Soi ne peut s’exprimer puis s’affirmer, cela à cause du principe de la Balance ! Ce dernier indique que « lorsque l’un des deux plateaux et en haut, l’autre est forcément en bas, et réciproquement. » Traduction : tant que vos peurs et votre besoin de prouver votre valeur auront droit de citer, votre Soi devra se taire. Et vice versa !

Fort bien, mais notre fameuse astuce, alors ? Sans le savoir, vous venez de vous la voir offrir ! Il vous suffit de vous souvenir des attributs et spécificités de chacun des trois niveaux d’être (ego, MI et Soi), pour comprendre que :

1. Lorsque c’est l’ego (petit « moi ») qui s’exprime, vous vous sentez faible, pauvre, limité, aigris, anxieux, etc.
2. Lorsque c’est le M.I., vous devenez arrogant, méfiant, agressif et tentez d’abaisser les autres dans l’espoir immature de vous élever vous-mêmes.
3. Lorsque c’est le Soi qui peut s’exprimer, épisodiquement, vous ressentez de la paix, de l’amour, de la joie, du bonheur et un plaisir sans conditions ni limitations. Bref, vous pétez les flammes ! La vie est belle, et tout et tout ! (lol)

Alors voici ma question : « Est-ce que cette astuce vous semble compliquée, trop « ésotérique » pour vous, voire inaccessible ? »
Ou est-ce juste une question de choix puis de volonté de s’y tenir ensuite ?
Je vous laisse juge, puisque autant, vous êtes déjà vos propres accusateurs, témoins, avocats, procureurs et même bourreaux !  Alors jugez librement et par vous-mêmes, si vous êtes déjà libres d’être vous-mêmes et d’en juger.

 

Serge Baccino

Nosce te ipsum

 

Comme vous l’aurez sans doute remarqué, la mode spirituelle la plus en vogue est celle qui conseille au gens « en recherche », de laisser le savoir, la connaissance ésotérique, au profit de « vivre et aimer », ou autres platitudes du même genre.

 

Des lieux communs seulement capables de séduire une catégorie de gens de plus en plus nombreux, et qui essayent sournoisement de se faire passer pour les dignes représentants de la nouvelle « élite spirituelle », ceci après avoir eux-mêmes dénoncé l’ancienne, formée par des gens ayant eu l’audace de se dire « initiés. »

 

Pourquoi cet engouement pour le « laisser vivre et ne rien savoir » ?
La réponse est évidente. Elle fut d’ailleurs gravée en son temps sur le fronton du Temple de Delphes. Et elle me semble toujours d’actualité, voire comme jamais auparavant !

 

« Connais-toi toi-même » (« Gnôthi Seauton » ou encore « Nosce te ipsum » en latin.) Cela signifie que LA SEULE connaissance digne de ce nom, c’est celle qui se résume à se connaître soi-même (et non un tas d’inutilités livresques qui surchargent l’intellect.) Oui mais voilà : se connaître soi réclame de s’étudier, de s’apprendre, de se comprendre et donc, de se découvrir « tel qu’en l’état. »

Ce qui, pour beaucoup, revient à courir le risque de ne pas aimer, mais alors pas du tout, ce qu’ils risquent ainsi de découvrir aux tréfonds de leur être.

 

On comprend mieux dès lors certaines choses…
Pourquoi, par exemple, les gens écrivent de plus en plus mal et deviennent quasiment idiots, à force de « se simplifier la vie » ! Ou qu’ils fassent dix fautes d’orthographe par lignes écrites à la va-vite et à partir de leur « smartphone » !

 

Non pas que ces personnes n’aient pas eu accès à l’éducation scolaire, bien au contraire ! La plupart ont leur « BAC+ quelque chose », d’ailleurs.
Ce qui prouve s’il en était encore besoin, qu’instruction et intelligence sont deux choses très différentes, seule la première pouvant être acquise, en s’usant les fonds de culottes sur les bancs poussiéreux d’une école.

 

L’intelligence quant à elle réclame l’auto-analyse, l’observation de soi, la réflexion, la méditation et l’envie d’amélioration en tous les domaines. Et par dessus tout, elle s’appuie sur la connaissance des lois et des principes qui président au fonctionnement de l’esprit.

 

Sans cela, l’être ne peut prétendre qu’à savoir beaucoup de chose lui étant inutiles, puisque bien incapables de le transformer lui, de l’améliorer et, en un mot, de lui permettre d’évoluer. Car se connaître pousse à l’évolution, du moins si au lieu de se juger et de se faire peur tout seul, on décide d’améliorer ce que l’on découvre en soi sur soi.

 

Ainsi, à tous ceux qui prônent cette idée sournoise que l’enseignement ésotérique (de « ésotérikos » = « dedans » ou « intérieur »), qui revient à s’étudier soi-même, est une mauvaise chose, je poserai cette question qui se veut dérangeante et qui s’assume :

 

« Qu’avez-vous donc à vous cacher et à cacher aux autres, cela au point de refuser de pénétrer dans le Temple et d’empêcher les autres d’y entrer ? »

(« pénétrer dans le temple » = « Faire la démarche psychologique très courageuse qui consiste à se connaître soi. »)

 

Tous les prophètes véritables ont averti l’humanité au sujet des « faux instructeurs » qui pullulent actuellement sur le Web, qui demandent des sommes exorbitante pour offrir aux autres ce que ces derniers possèdent déjà en eux et depuis leur naissance. Je pourrais résumer la somme de leurs différentes alertes lancées (en vain) à l’humanité, par ce qui n’est déjà plus une prophétie mais un fait avéré :

 

« Il viendra une époque humaine où ceux qui devraient s’employer à s’apprendre, auront plutôt à cœur d’enseigner celles et ceux qui sont aussi ignorants qu’eux mais qui ne désirent pas le rester. Dès lors, ils feront deux fois le mal, car tandis qu’ils enseigneront des choses inutiles ou même fausses, ils empêcheront ceux qui savent vraiment d’enseigner, cela parce qu’ils usurperont leur place et affirmeront qu’il est inutile de faire appel à ceux qui ne sont venus que pour enseigner, partager leur savoir acquit de haute lutte. »

 

Bien sur, chacun a le droit d’apprendre puis d’enseigner à son tour ! Que les moins instruits et donc, les plus intelligents de mes lecteurs, ne se méprennent surtout pas sur le sens à donner à ce texte !

Enseigner est chose naturelle, certes ! Cela à la condition expresse d’apprendre avec les bonnes personnes et la seule chose qu’il faut connaitre : SOI !

 

Mais à cause des faux instructeurs, soucieux de gagner beaucoup d’argent et surtout très vite, les chercheurs de Lumière ne savent plus où donner de la tête ! Alors ils vont « du côté ou ça brille le plus. » Ils ignorent encore que tout ce qui brille n’est pas de l’or et qu’il existe des pierres non précieuses qui affectent l’éclat du diamant mais n’en ont aucunement la valeur.

 

Alors les gens passent des années à apprendre la seule chose qui puisse les éloigner d’eux-mêmes. Ils restent « des chercheurs » et cela, toute leur vie.
Non sans avoir fait les choux gras de ceux qui s’ignorent toujours mais jouissent en attendant d’un confortable compte en banque !

 

Alors oui, il est devenu difficile de ne pas confondre une corneille d’un véritable échassier. Les corneilles se sont teint en blanc et sont montées sur de hautes échasses, afin qu’on puisse les voir mieux, que l’on puisse ne voir qu’eux.
Cela dit, difficile n’est pas synonyme d’impossible !

Le chercheur sincère demeure, sa vie durant, co-responsable de ses réussites comme de ses échecs.

 

Pourquoi puis-je me permettre d’écrire ces choses ? Parce que d’autres se permettent, chaque jour, de ridiculiser la connaissance initiatique et de faire des véritables ésotéristes, des collectionneurs de savoir théorique. Comme si connaissance devait nécessairement rimer avec théorie seulement !

 

Pratiquer est devenu urgent, en fait. L’ignoreriez vous encore ? Mais pratiquer… Quoi ? Si on est ignorant de ce qu’il faut pratiquer, comment le pratiquer et surtout pourquoi ? Tant que les gens auront besoin qu’on les endorment, ils trouveront sur leur chemin, d’anciens endormeurs reconvertis à la va-vite en « éveilleurs des consciences. » Car eux, au moins, ont appris qu’avec le second rôle, ils gagnent mieux leur vie.

 

Terminons par cette prise question :

« Doit-on croire que les gens sont abrutis par ceux qui désirent les maintenir dans l’abrutissement mental, ou doit-on imaginer que chacun reçoit en fonction de ce qu’il a préalablement désiré et donc, appelé à lui ? »

Je vous laisse juge de trancher, car pour moi, « je crois » à laissé la place à « je sais », en ce qui concerne cette épineuse question !

 

Serge Baccino

(Merci de citer auteur et blog si vous désirez reproduire ce texte ^^)

 

 

Le but secret de l’intellect

 

Le but secret de l’intellect

ou comment ceux qui gouvernent les autres se servent d’une faille mentale.

 

L‘enseignement de la psy éso est avant tout pédagogique.
Il ne consiste pas à juste  » apprendre des choses « ; il se résume à apprendre DEUX choses principales :

1. Ce qu’il est utile de connaître pour devenir heureux, libre et fort.
2. La manière d’apprendre la première chose !

Autrement dit, outre le contenu formel (les cours), la psy éso est avant tout une méthode d’enseignement qui peut faire gagner entre 25 et 30 ans d’étude !
Les gens passent beaucoup de temps à chercher, sans réaliser qu’une partie de ce temps sert justement à apprendre à chercher tandis qu’une autre sert à apprendre ce qu’il est utile de chercher ! Trouver devenant alors accessoire.

Du coup, une fois quelques pépites disparates de trouvées, il s’est passé la moitié d’une vie en recherches plus ou moins fructueuses. Vous saisissez le véritable problème sous-jacent à cette recherche en aveugle ?

La psy éso permet de répondre à des questions existentielles majeures, pas aux questions aussi incessantes qu’hypocrites de l’intellect, dont le véritable but n’est pas d’apprendre mais bien de SE DÉBARRASSER de la connaissance, afin qu’il devienne lui (l’intellect) la seule référence possible et  » utile. »
Inutile de dire que ceux qui en arrivent là sont dans un sacré merdier !

Ils n’apprendront jamais plus rien de nouveau et devront se contenter des connaissances intellectuelles invariables et donc très rapidement anciennes et inadaptées à un Monde en perpétuelle évolution.

Car le Monde BOUGE, n’en doutez pas mais… Pas l’intellect !
Son contenu demeure invariable, car sous forme de MÉMOIRE.

Et le pire, dans tout cela, c’est que cet état de fait oblige une personne à CROIRE qu’il n’y a rien de plus ou de mieux à apprendre, à comprendre puis à accepter comme étant véritable et  » autorisé.  »

Notre époque est sous la domination quasi totale de l’intellect. L’éducation parentale, l’enseignement académique et le fait de voter pour que d’autres régissent notre vie pour nous et à notre place et qui, bien sur, devront ensuite en prendre l’entière responsabilité si des erreurs apparaissent en cours de leurs (mauvais) choix.

État d’esprit hypocrite s’il en est et entièrement basé sur la peur de devoir s’assumer pleinement. Et sur la feignantise spirituelle !

L’intellect est un peu le gouvernement de la personnalité : on lui donne le pouvoir et ensuite, on s’en lave les mains, se contentant de se plaindre au lieu d’agir dans l’intention de changer les choses jugées par nous inacceptables.

L’intellect est devenu, pour beaucoup,  » Le Gouvernement Occulte  » par excellence. Les complotistes qui voient le Mal et la trahison partout, contiennent en eux-mêmes ce Mal et se trahissent sans cesse.

L’intellect a beau jeu en la matière, sachant que l’extérieur et les autres représentent d’excellents exutoires ! Vous avez des poubelles à vider ? Qu’à cela ne tienne, Étienne ! Voici les membres de votre famille, votre conjoint, vos enfants, vos amis (sur Facebook) etc. !

Évitez toutefois de vous vider sur plus puissant que vous, car alors, il vous en cuirait ! Mais cela, vous le saviez déjà, n’est-ce pas ?

Le Mal, c’est toujours au-dehors et, bien sur, ce sont les autres qui en sont les agents ! Des agents conscients et partant, sans aucune excuse valable, comme il se doit et donc condamnables à souhait ! Du coup, la conscience se place dehors puis se polarise sur les autres, laissant l’inconscience s’installer à l’intérieur.

Et ainsi l’intellect triomphe et se transforme en cette  » Bête de l’Apocalypse  » dont parle un ancien livre de psychologie appliquée à l’attention des élèves de l’ésotérisme, transformé hélas, en un livre religieux par des êtres qui, bien avant nous, sont tombés sous la tutelle démoniaque de l’intellect.

Mais le pire, dans tout cela, c’est que l’intellect n’a toujours été qu’un agent exécutif du Mental Humain. De ce même Mental créateur qui donne naissance à l’univers et aux dieux eux-mêmes (comprendre :  » ces idées tyranniques qui régentent notre vie. » )

Et que voyons-nous à notre époque ? De prétendus  » spiritualistes « , ignorants des Lois et des Principes du fonctionnement de leur propre esprit, devenus aveugles à force de craindre de voir vraiment, prétendre guider d’autres aveugles ! L’ignorant ne saurait enseigner autre chose que l’ignorance.

Alors, on se gargarise le Moi-Idéalisé en lançant de bons mots du genre  » Mettez votre mental au porte-manteau  » ! Comme si l’intellect et le mental, c’était la même chose !

Voici là une preuve que les beaux parleurs, ces  » Marchands de rêves inaccessibles  » qui prétendent guider les autres, sont en fait aussi ignorants des faits que ceux qui ont besoin d’eux pour oser exister.

 » Le Tout est esprit, l’univers est mental « , affirmaient les premiers initiés de nos temps modernes. Étaient-ils tous cons ?;-)

Ils affirmaient même que Dieu construit sans cesse l’univers et qu’il le fait en esprit et dans son Mental… Dieu ignorerait-il le danger qu’il y a à se servir de son Mental Créateur pour créer l’univers ainsi ces bestioles étranges qui se prennent pour des dieux et que nous appelons  » les êtres humains  » ?

Le Mental est le secret de tous les secrets, le pouvoir au-dessus de toutes les illusions de puissance ! Celui qui refuse de se servir de son mental créateur, s’asservit lui-même sans le réaliser. Il sombre dans l’illusion de pouvoir qu’il finit par prêter puis par offrir définitivement aux autres. Alors, bêtement, ils tentent ensuite de le récupérer !

Et il double ainsi sa dépendance. Et l’homme devient tributaire des autres pour exister, car c’est dans ce regard que les autres renvoient qu’ils puisent alors et désormais une raison d’être.

L’intellect est le contenu du mental et notre capacité à nous servir de ce contenu. Le mental est le chaudron dans lequel s’élabore l’ensemble de nos processus mentaux. (cours de psy éso.)

Si le contenu du chaudron est indigeste, mal cuit ou qu’il a  » attrapé  » au fond à cause d’une cuisson trop rapide, est-ce la faute du chaudron ? Dire au gens que  » seul compte le cœur  » est criminel : le saviez-vous ? Autant leur dire de se vouer corps et âme à leurs émotions les plus débridées et mouvantes !

Apprendre à aimer nécessiterait donc toute une vie ? Tandis qu’apprendre, comprendre puis aimer ce que l’on a appris, compris puis accepté de bon cœur, voilà ce qui nécessite bien plus qu’une simple vie terrestre !

« L’homme est tel qu’il pense en son cœur. »

Le cœur est l’étage de la pensée, pas des émotions, fussent-elles les plus belles et pures ! Le cœur qui, soit dit en passant pour ceux qui savent compter, est le quatrième étage de l’être et donc, représente LE PLAN MENTAL, et NON les émotions, qui elles sont centralisées au niveau du troisième étage seulement.

Les Maîtres du passé ont-ils perdu leur temps et leur énergie à la recherche de plus de Lumière ? Et qu’est-ce que la Lumière, si ce n’est l’intelligence de celui dont la sagesse s’appuie sur une connaissance correctement utilisée ?

Savoir c’est pouvoir, ignorer c’est s’asservir à tous ceux qui savent désormais pour nous et à notre place. Dormez, braves gens ! Ou mieux encore : apprenez des choses inutiles, excitez-vous autour de  » complots  » plus ou moins réels et sur lesquels vous n’avez absolument aucun pouvoir ! 

Reconstruisez, si vous le pouvez, les tours jumelles mais ne vous souciez surtout pas ce qu’elles symbolisent vraiment pour l’humanité (sortir de la dualité.)
Pendant ce temps, la seule chose qui mérite d’être connue puis apprivoisée, la seule chose qui peut être vraiment changée, restera sous la tutelle de ceux qui ont appris à s’en servir pour vous, en vous et à votre place !

Est-il seulement utile de préciser ici que je me moque comme de mes premières chaussettes de  » l’avis autorisé «  de ceux qui pensent différemment ? 

Si vous pensez autrement, vivez selon votre manière différente de penser : si elle est bonne, vous ne devriez n’avoir aucune seconde à gaspiller en vaines tentatives pour convaincre les autres que non seulement ils ont tort, mais que de plus, vous avez raison.En plus c’est si con, comme comportement, si enfantin, si vous saviez !

Grandissez un peu puis revenez en étant (enfin) un peu utiles aux autres, pas juste pour leurs faire ce que vous détesteriez que l’on vous fasse à vous : tenter de vous convaincre que vous êtes dans l’erreur !

Si vous avez raison, vous avez surtout une excellente raison pour VOUS TAIRE et pour vivre selon votre propre vérité. Chez vous !

Seuls les oisifs argumentent sans cesse, car ils ont besoin des autres pour remplir leur vie d’inutilité. par contre, ceux qui pensent la même chose ou qui ont poussé l’analyse encore plus loin, sont invités à témoigner de leur liberté retrouvée !

Nota : Ce texte n’est à lire que si on a… Les amygdales bien accrochées ou si on est encore capable d’apprendre autre chose que ce qui est déjà connu et accepté pour seule vérité par l’intellect !

:s2: