3D et 5D quelles différences

La 3D et la 5D sont très différentes.
Dans la première, on se donne rendez-vous à une date ultérieure, par exemple le mois prochain, même jour, même heure. Si ce rendez-vous est honoré, on est satisfait. Si on le rate ou si ceux avec lesquels nous avions convenu de ce rendez-vous, ratent ce dernier, nous sommes mécontents, nous râlons !

 

Dans la 3D, nous sommes persuadés d’être aux commandes de notre vie, de tout contrôler alors que, bien évidemment voire « la preuve », nous ne maîtrisons rien du tout. Et surtout pas des évènements impliquant d’autres personnes, aussi paumées que nous le sommes.

Dans la 5D, non seulement nous avons compris tout cela mais de plus, nous l’avons accepté. Nous ne prévoyons plus, nous n’essayons pas de contrôler quoique ce soit ou qui que ce soit. Ainsi, l’état d’esprit est très différent et ressemble à une observation tranquille, qui sait que certaines opportunités se présenteront, tôt ou tard.

 

Dans la 5D, no stress ! Cela parce que l’on a enfin compris que tout est fait pour nous et non « contre nous. » Il n’y a donc plus rien à craindre, à croire, à attendre ou même à prouver. Il en va des circonstances actuelles comme de la 5D.
« Quand tout cela va finir ? », s’inquiètent les uns.
« Quand serons-nous de nouveau libres, comme auparavant ? », s’illusionnent les autres. En réalité, tout est déjà terminé et jamais nous n’avons été libres, auparavant.

 

Alors quoi ? Si tout est censé être terminé, pourquoi tout ne semble-t-il pas l’être ? La réponse est dans la question : « Comment pourrions-nous être libres déjà, sans nous en rendre compte, sans le réaliser ? » La question était dans la réponse : « Savions-nous, avant, que nous n’étions pas libres vraiment ? Dès lors, comment pourrions-nous prendre conscience instantanément de son contraire, la liberté ? »

Tout est double, mais se propose à notre mental sous la forme de pôles opposés et complémentaires. En clair, auparavant, nous pensions être libres mais nous ne l’étions pas. Nous étions seulement libres de le penser, en somme ! De fait, si nous pouvons être esclaves sans le réaliser, nous pouvons aussi bien être déjà libres sans l’avoir pour autant conscientisé.

 

Des Forces Invisibles mais bien présentes, sont actuellement à l’Œuvre. Elles épaulent d’autres forces qui elles, sont typiquement humaines, tandis que d’autres sont en plus incarnées.
Cette Alliance, unique en son genre, du jamais vu en fait, fonctionne « au minimum » en 5D.

Autrement dit et si les précédents propos ont été correctement compris, il est bien moins question de « fixer des dates » et de s’y tenir, que d’attendre patiemment que nous inventions ces dates, cela en créant ce que l’on nomme parfois « des fenêtres d’opportunités. »

 

Plus sobrement, ces Forces nommées « Alliance », pour simplifier, ne donneront jamais de dates en vue d’une éventuelle libération de ce joug que nous subissons tous, peu ou prou. Pourquoi ? Parce que, justement, nous le subissons en croyant devoir le subir ! Et par « nous le subissons », il faut comprendre que c’est chacun de nous qui, intérieurement, accepte de demeurer sous la tutelle démoniaque d’un état d’esprit général aussi liberticide que… Dépassé !

 

Mais tous ne le comprennent pas. Chacun attend que « dehors » soit libéré, afin de l’être, au-dedans. Ce qui est à tout le moins immature, pour ne pas dire affreusement naïf. Nul ne peut être libre depuis l’extérieur, et encore moins « grâce aux autres. » On est libre ou on ne l’est pas, on est responsable de soi, ou on cherche à rendre les autres responsables de notre manque de maturité spirituelle.

 

L’Alliance sait ces choses. Mieux encore : elle en a fait sa propre Loi ! Nous voulons devenir libres, au-dehors ? Très bien ! Alors nous devons, au préalable, nous libérer, au-dedans, de ce carcan mental qui nous tient lieu de dieu jaloux et sans aucune pitié pour un peuple qui lui voue pourtant un culte. En fait de dieu, nous serions plutôt en présence de démons ! Mais ces derniers ne se trouvent pas à l’extérieur, malgré les apparences, mais à l’intérieur.

Ou si vous préférez, cette nouvelle figure de style amusant, même les gens, à l’extérieur, sont consommés par un enfer qui leur est propre et donc, absolument intérieur. Si leur intérieur était libéré, l’extérieur le serait la minute d’après. Mais seulement pour eux.

 

En conclusion.

En 5D, nous ne pourrons plus projeter en pensant, c’est-à-dire essayer de fléchir un hypothétique destin à notre volonté propre. Nous serons simplement conscients de ce qui se propose à notre entendement, et par le biais du mental. C’est du moins ce qui se produira au début. Nous serons conscients de choses existant déjà et se bornant à se présenter à nous afin d’être rendues conscientes.
Ce qui fera de ces mêmes formes spirituelles, de l’esprit vivant et conscient. Même s’il ne s’agit pas là de la conscience telle que nous la concevons, en tant que personne physique et mentale.

 

Et un jour, une nouvelle Loi fera son apparition, et nous ne serons plus conscients de ce qui était et/ou sera, mais notre conscience générera, de son simple besoin d’être consciente d’elle-même, tout ce sur quoi elle pourra s’appuyer dans son lent mais inexorable processus de Réalisation de Soi.

 

 

Serge Baccino