Vous avez dit implants

Vous avez dit implants ?

Un mot commence à circuler depuis quelques temps.
Il s’agit du mot « implant. » Mais c’est quoi, un implant, au juste ?
Il serait fastidieux (et très long) de remonter aux origines de l’Aventure Humaine et de la création d’un Monde à part dans lequel un être vivant et conscient appelé « humain », serait placé pour expérimenter non seulement les plus basses vibrations connues et imaginables mais de plus (ou surtout), un sentiment très net de séparation avec le Divin.

De même il serait laborieux de traiter, d’une manière exhaustive, dans un article de ce genre et voué aux généralités, de certaines Forces d’opposition, dirons nous ici et pour simplifier, qui en ont profité pour condamner (ou tenter de le faire) l’humanité à une errance sans fin. Des Forces d’opposition ? D’opposition à quoi ? Pourrions-nous au moins préciser ? Nous le pouvons et dans les grandes lignes. D’opposition à cet élan vital de l’être humain en direction des sphères de conscience supérieures.

Il est des choses qui, en nous, s’opposent formellement à notre évolution, à notre sentiment d’appartenir à un Tout aussi vaste que cohérent. Et les implants servent justement à calmer au moins les ardeurs juvéniles d’une humanité qui en a marre de se trainer ventre au sol tout en étant certaine de savoir voler. Ou d’avoir su voler ? Peu importe la manière de placer la divinité de l’homme dans le temps, car pour le moment, nombreux et pas des moindres, se trompent encore confondant un passé illusoire avec un futur assuré par avance par la simple progression vers un but commun.

Nous ne préciserons donc pas d’où viennent ces implants ni qui ou quoi les a ainsi placés en nous. Mais nous pouvons déjà affirmer que la génétique y est pour beaucoup et que de générations en générations, certains implants ont été transmis (par reproduction) et ont fait leur office le moment venu et de la manière que nous allons préciser plus loin. Mais voyons tout d’abord ce que nous pouvons dire au sujet d’un implant, en général.

Il s’agit d’un programme précis, préréglé et invisible, du moins, aussi longtemps qu’il demeure inactif. C’est sur ce type de programmation de très haute technologie que se base l’I.A. universelle. Pour ceux qui connaissent déjà ce sujet, qui est lui aussi trop conséquent pour avoir sa place ici. Comment ça fonctionne, au juste ? Comment et pourquoi agissent ces fameux implants ? Avant de pouvoir l’expliquer, nous devons tout d’abord préciser le fait qu’il existe deux sortes d’implants : ceux semi-physiques et ceux vibrant à la fréquence du corps dit « éthérique », l’un de nos corps d’activités non physique, ou « non-matériel », si vous préférez, si tant est que quelque chose puisse être « matériel. » Mais laissons cela.

Les implants semi-physiques sont placés dans le corps de chair ou ce corps dont la fréquence spirituelle est la plus basse. Le second type d’implants se retrouve dans les corps non physiologiques, tels que le vital, l’astral et le mental. En plus du niveau où l’implant est censé agir (physique ou non), il y a l’effet qu’il est censé produire, le moment venu (voir plus loin.) En clair, un implant qui s’active dans le corps physique produira des maladies physiques anciennement nommées ‹ maladies spirituelles », car elles ne se produisent que chez celles et ceux qui sont « en recherche spirituelle. »

Un implant qui s’active dans les autres corps plus éthérés, produira et par exemple, une baisse du moral, une difficulté à avancer dans la vie, des émotions perturbantes ou encore, des états d’esprit très déstabilisants. Mais que les effets soient physiologiques, psychologiques ou spirituels (ou mentaux), le but est à chaque fois le même : empêcher la personne de monter trop en fréquence et/ou la décourager de toute idée d’évolution personnelle.

À présent que nous connaissons le but de la présence d’implants, dans l’être humain, voyons rapidement où se situent ces implants. Leur localisation, vous le pensez bien, relève d’une méthodologie et d’un sens de l’à-propos hors du commun. À croire que ceux qui les ont placés en l’être humain, connaissaient ce dernier bien mieux que lui-même. Ou avaient de très solides connaissances ésotériques (lois et principes du fonctionnement de l’esprit.)

On trouve donc des implants, et selon leur fréquence de base, soit dans ce que l’on nomme « les Chakra » (sans « S » même au pluriel, c’est du sanskrit, pas du français, merci), soit au niveau d’une glande endocrine, et même au niveau de certains organes clefs, tels que le cœur, le foie, la rate ou le pancréas, par exemple. Mais comment ça fonctionne, tout ça ? Et en quoi le fait d’avoir un implant positionné par exemple sur une glande endocrine, peut nous empêcher de nous élever en fréquence ?

Pour le comprendre, il faut savoir ou se souvenir que « nous sommes ce que sont nos glandes » et que notre état d’esprit, notre caractère et nos émotions, sont entièrement gérés par ces glandes, dont les plus importantes commencent à être connues du grand public. Ainsi, imaginez que vous entrepreniez un parcours initiatique, que vous pratiquiez des exercices psychiques ou spirituels et qu’en un mot, votre but soit d’élever votre fréquence animique (relative à l’âme, donc) et/ou physique, ceci afin de vous préparer à ce que beaucoup nomment « le saut dans la 5D. »

Que va-t’il se passer, selon vous ? Réponse : l’implant est « taré », c’est-à-dire pré-réglé sur une certaine fréquence butoir. Lorsque votre glande endocrine concernée par cet aspect de votre évolution, va se mettre à vibrer plus haut, elle va atteindre la fréquence pré-réglé de l’implant qui, du même coup, va se faire un devoir de « se mettre en route », de s’activer, en somme. Dès lors, sa propre vibration va avoir un effet hypnotique sur cette glande qui va se caler sur la fréquence imposée et qui, bien entendu, ne va jamais la dépasser. Du moins si personne n’intervient ou si la personne impliquée est apte à se laisser manipuler.

Et avant qu’un implant ne s’active, pouvons-nous le retirer ou nous en débarrasser, d’une quelconque façon ? Réponse : non ! Cela parce que lorsqu’un implant n’est pas activé, il est totalement invisible, y compris à la vue spirituelle. Ce n’est que quand il est activé par notre prétention à nous sortir de notre marasme mental usuel et commun au plus grand nombre, que l’implant se met en action et devient, de ce fait même, visible et donc, « parasitable » ou apte à être retiré. Ainsi, et même si un implant relève d’un niveau de technicité très élevé, sa faiblesse réside dans le fait qu’il ne peut s’activer sans se dénoncer lui-même, sans trahir sa présence en nous.

Un implant peut-il être désactivé, parasité ou même détruit, sans une action convenable et précise ? Oui, bien sûr, il peut pour ainsi dire « sauter naturellement » si la personne réussit, par son niveau d’évolution ou peut-être par sa volonté de progression, à monter en fréquence et « résister ainsi à l’envahisseur. » Bien que cette méthode dite naturelle peut s’avérer risquée, voire dangereuse, car la personne peut abîmer ses fragiles zones cérébrales ainsi qu’une ou plusieurs de ses glandes endocrines. D’ailleurs, et pour le dire d’une manière simple, lorsque l’implant saute sans action directe et ciblée, la personne a l’impression qu’elle va mourir ou qu’elle devient folle.

Certains maîtres spirituels du passé témoignent du fait qu’ils ont senti comme un bouchon de champagne qui sautait, au niveau du Chakra Coronal (Sahasrara, en sanskrit), ou comme si leur tête allait brusquement exploser, ou encore comme si leur souffle avait été violemment expulsé de leurs poumons, etc. Ces expériences étant à chaque fois suivies de moments d’extase, d’élévation, de sortie de corps et autres phénomènes psychiques et/ou spirituels, indiquant très clairement le départ d’une nouvelle vie plus universelle ou bien moins limitée.

Il existe bien sûr d’autres effets, qui varient avec la personne et la position de l’implant qui saute sans aucune aide extérieure et intérieure. Parfois, ce que certains nomment « un Satsang » (« Être en présence d’un Soi réalisé », que d’autres nommaient jadis « être en présence des Saints ») suffit à faire éclater un implant, mais à chaque fois, l’effet est pour le moins marquant, ce qui n’est pas du goût de tout occidental qui se respecte !

Il existe déjà des individus qualifiés pour « extraire » sans effets par trop négatifs ou impressionnants, ces implants. Mais pour autant, est-il opportun de courir à droite et à gauche afin de trouver un personne capable de retirer un ou plusieurs implants ? La réponse est non, bien sûr que non ! D’autant que comme mentionné en amont, un implant demeure invisible et donc, inattaquable, cela aussi longtemps que la personne concernée ne l’a pas activé et donc rendu visible. Visible pour toute personne capable de le voir, bien évidemment.

Il est donc plus sage et même intelligent, d’attendre que l’un quelconque de ces implants se manifeste, nous indiquant ainsi que nous avons essayé de sortir de notre condition actuelle d’être humain se croyant aussi faible que limité. Gageons que dès que vos implants se manifesteront, vous le sentirez et « comme par hasard », quelqu’un se présentera à vous pour vous aider à vous en débarrasser. Avoir foi en votre Nature véritable devra alors être bien plus qu’une simple idée spirituelle des plus séduisantes !

Pour en terminer, j’aimerais faire passer une idée qui semble échapper à beaucoup de chercheurs de Lumière, comme on dit. D’aucuns se demandent pourquoi ils n’ont pas évolué plus vite ou plus tôt, regrettant de ne pouvoir s’y atteler qu’à un âge déjà conséquent et de ne pas s’y être pris bien plus tôt, par exemple juste au sortir de l’adolescence. C’est là que nous pouvons comprendre quelque chose de merveilleux : si nous avions été « prêts » bien plus tôt, nous aurions immédiatement attiré l’attention des Forces de Résistance et d’opposition. Et ces dernières nous auraient alors pris pour cible et il y a fort à parier qu’ils auraient réussi à vaincre, en nous, toute velléités d’évolution. Je laisse à chacun le soin de saisir la Beauté et la véritable compassion qui se cache derrière mes derniers propos sans doute maladroits, ou d’écarter cet ajout d’un revers de main et par libre choix.

Bien à vous tous qui désirez apprendre et comprendre.

 

Serge Baccino