Walk-in et Mémoires d’Atlantide

Walk-in et Mémoires d’Atlantide

Nota : il existe une autre définition du Walk-in que celle, plus ancienne, mentionnée ici. Elle sera abordée  en fin de texte et ne contredit en rien les connaissances exposées ici.

Pour mémoire (ce qui est le double cas de le dire), le Soi Naturel ne possède qu’une seule âme, la sienne, mais qui est partagée par toutes les extensions qui ne sont pas encore devenues des Soi à leur tour (ou en passe de le devenir.) Ce qui nous relie à l’âme unique du Soi Naturel (ou « Sur-Âme »), ce sont les affinités. Autrement dit, nous ne pouvons être animés que par des états d’esprit qui nous conviennent, inspirent ou même fascinent. Le problème, c’est que pour les autres extensions, c’est exactement la même chose !

Or, ce que l’on appelle pompeusement « notre âme », est en réalité une partie de la Sur-Âme (celle du Soi Naturel, donc) mais pas spécialement une partie uniforme et située dans le même département (ou secteur mental.) Ce qui implique que nous pouvons très bien nous abreuver à la lisière de la Sur-Âme dans un domaine spécifique (exemple vie sociale, morale et monde des affaire ou du travail) et en même temps, nous « alimenter » dans d’autres secteurs animiques situés ailleurs, voire éparpillés ça et là. Nous pourrions donc comparer « notre » âme à un patchwork. Ou plus symboliquement, à la robe du Bouddha, faites de pièces diverses.

Résultat, en nous branchant sur plusieurs secteurs animiques ou départements mentaux, nous finissons par avoir une âme personnelle ressemblant non seulement à un patchwork mais de plus, étant mélangée à différents états d’esprit et états d’âme secondaires et pas nécessairement compatibles ! Une image expliquera mieux le problème.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur ce schéma, on peut voir que l’emprise de l’âme dans la Sur-Âme ne se cantonne pas à un seul « département » (section) mais vient puiser dans trois autres différents mais sans doute associés ou semblables. Sachant que chacun de ces « départements » appartient généralement à une ou deux personnalités multidimensionnelles (ou simultanées, c’est pareil), on comprend alors mieux le phénomène de Walk-in. Un walk-in est une personnalité qui vient se mêler à celle en cours. C’est la même chose que ce que les scientifiques nomment personnalités multiples.  Un film récent nous donne un aperçu romancé mais assez fiable de ce que peut donner un tel mélange ou  mix  de personnalités différentes. Souvent, ce ne sont pas vraiment des personnes qui se mêlent à la nôtre mais des états d’esprit appartenant à d’autres personnes ayant vécues sur Terre jadis et à présent sur d’autres plans.

Par définition, un walk-in est une entité à part entière qui partage un même corps, mais avec l’accord conscient et total de l’hôte. Mais depuis l’Atlantide, et en particulier, depuis l’émergence d’une spiritualité confortable, car dénué de conscience de soi (et surtout de PRP) et permettant un véritable culte de l’ego, on peut noter une très nette recrudescence de walk-in inconscients. Autrement dit, de personnes partageant, sans le savoir, « des miettes d’âmes » d’autres personnes ne possédant plus de corps sur Terre ou faisant l’objet d’une emprise psychoénergétique, quand ce n’est pas carrément un début de possession.

Il ne faut pas confondre les démons avec les walk-in involontaires. Les premiers consistent en des états d’esprits qui ne sont jamais favorables à l’être humain, tandis que les seconds consistent en un croisement très peu heureux entre des états d’esprits bien humains, certes, mais qui ne sont pas compatibles.  Par exemple un désir de nuire dans l’âme d’une personne de nature douce et bienveillante. Ces croisements viennent du fait que la personne humaine moyenne est incapable de « se fixer », de se positionner sur un des aspects de l’âme puis de ne plus en déroger. Ceux qui réalisent qu’ils ne sont pas capables de changer sont en fait des personnes qui subissent la présence d’un walk-in plus ou moins puissant.

Dans une certaine mesure, hériter du mode de pensé négatif d’un ancêtre terrestre ou se laisser influencer par certains aspects mentaux ou astraux puissants d’une autre extension de notre Soi Naturel, c’est plus ou moins la même chose. Le walk-in peut aussi bien passer par la génétique (ancêtres) que par l’âme. Un walk-in, aussi modeste ou impersonnel soit-il, est toujours facile à reconnaître : il suffit de définir quels sont les défauts/traits de caractère négatifs voire destructeurs, sur lesquels nous ne semblons n’avoir aucun pouvoir. Et il est d’ailleurs logique de n’avoir aucun pouvoir sur un walk-in, attendu que cela consiste à demander à l’énergie qui gouverne une partie de notre âme, de cesser de le faire… Tandis qu’elle le fait ! Autant demander à l’ego ou au Moi-Idéalisé de se suicider de bonne grâce !

Comment s’installent les walk-in ? En règle générale, du double fait que nous avons des « trous » ou « vides d’intention » dans notre âme et du fait qu’il nous arrive de penser et de ressentir d’une manière semblable à une ancienne personnalité de notre Soi Naturel. Ce qui a pour effet d’invoquer une loi qui a horreur du vide et d’invoquer une autre loi qui explique que « qui se ressemble s’assemble. » Mais il est des assemblages qui ne sont pas vraiment compatibles ou harmonieux. S’ils se produisent toutefois, c’est de la faute du manque de volonté et de désirs matures d’une personne dont l’âme est pour ainsi dire laissée en jachère et demeure ouverte à toutes formes de possessions.

Pour mémoire, ni les Maîtres ni les Grands Maîtres ou plus haut, ne se permettraient de tenter un walk-in inconscient, c’est-à-dire sans le consentement plein et entier de l’hôte. Généralement, le Channeling leur convient très bien et, de toutes manières, les cas d’adombrement sont devenus excessivement rares et ne concernent que les êtres humains incarnés les plus évolués de la planète. Les fameux 2% représentant la Fraternité des Lumières. Autant dire que cela ne nous concerne pas et ne nous concernera sans doute jamais.

Comment se débarrasser de nos différents walk-in ? Pour cela, il faut veiller à bien comprendre d’abord comment ils s’installent en nous (feignantise spirituelle, se laisser aller, besoin d’être complètement assumé, vision déplorable de soi dans un domaine quelconque, etc.) Une fois le processus appréhendé, mentalement, il suffit de passer en revue les différents domaines de notre âme pour lequel et sur lesquels nous semblons n’avoir aucun pouvoir ou presque. Si l’on peut déloger un schéma, même compulsif, il est improbable de réussir à chasser un walk-in, du moins aussi longtemps qu’on lui demeure attaché, d’une manière ou d’une autre.

La seule méthode directe et à utiliser sur soi (hors intervention d’un tiers), c’est de déloger puis d’isoler mentalement le walk-in (le nommer, en prendre conscience), puis d’affirmer que l’on n’est plus du tout d’accord avec puis que l’on demande à notre Soi Divin de nous en débarrasser sur le champs et de le remplacer par un état d’esprit et des émotions inverses, mais cette fois, instaurées (implantées) directement par Lui (le Soi Divin.) Ce processus se nomme la purification de l’âme, s’opère généralement par le biais du Saint-Esprit et consiste, en fin de compte, à remplacer tous les morceaux appartenant à un autre puzzle que le nôtre, par des pièces qui conviennent à notre toile de fond identitaire. Dès lors apparaît le Soi, la véritable individualité, qui se résume à la confection d’une âme aussi individuelle qu’alignée sur les Desseins de notre déité intime. Une telle âme est saine, forte, homogène, etc.

Il existe toutefois une autre manière de considérer les Walk-in, une manière tout à fait moderne et qui correspond à tout autre chose que les Walk-in. C’est la définition des mots anglais ” Walk-in ” qui peut nous aider à mieux comprendre cette autre version. Ces termes signifient ” marcher dedans ” (ou à l’intérieur.) Or, dans le cas devenu très à la mode ces derniers temps, qu’est-ce qui marcherait ainsi et à l’intérieur de quoi ? Si une personne transfère son âme-personnalité, à savoir ” qui elle est “, dans le corps d’une autre personne, cette dernière devra quitter son corps et l’abandonner entièrement à la personnalité qui en a besoin pour une mission quelconque.

Mais il serait étrange de dire que la seconde personne ” marche dedans le corps ” : il suffirait de dire qu’elle l’incarne, comme le faisait auparavant le ou la propriétaire première de ce corps. Il s’agit-là d’un échange de corps physique entre deux âmes-personnalités et non de Walk-in, dont le sens premier était de préciser que ” quelque chose ” de différent, fonctionnait (marchait) en l’âme d’une personne qui occupait un corps qui était le sien.

Ceux qui ont vécu cet échange de corps, doivent faire face à certaines mémoires cellulaires, abandonnées par le premier occupant, mais le nouveau corps est bien à eux et il n’y a pas coexistence de deux âmes mais présence d’une nouvelle âme dans un corps qui était préalablement occupé. Ce genre de cas, encore très rare, provient de la volonté d’une âme-personnalité, de poursuivre une mission sans avoir à passer par une autre incarnation. En effet, ces personnes savent pertinemment que se réincarner, pour elles, reviendrait à se suicider, à mourir à ce qu’elles étaient au préalable. Ceux qui emploient le terme de Walk-in pour tenter de désigner cette expérience rare qui consiste à échanger un corps qui était déjà occupé, nous prouvent, sans le réaliser, que les réincarnation multiples existent beaucoup moins que ce que l’on aimerait nous faire croire. Car si mourir ne consiste pas en une fin de l’être qui doit quitter de force son véhicule terrestre, se réincarner l’obligerait à mourir pour de bon, à tout effacer de ce qu’il fut.

Dans quelques années, les gens qui s’intéressent vraiment à la réincarnation, apprendront la vérité à ce sujet et comprendront que certaines entités malveillantes ont poussé des milliards d’êtres humains au suicide spirituel volontaire, cela en réussissant à leur faire croire que le phénomène de réincarnation consistait en une loi incontournable favorisant l’évolution. L’évolution consistant en une sorte de cumul d’expériences, de connaissances et de sagesse, on se demande bien en quoi le fait de tout effacer, entre deux vies successives, pourrait bien nous aider à… Évoluer !

A moins que l’idée fut plutôt de rendre l’évolution humaine excessivement lente, voire quasi impossible sans des efforts surhumains, reproduits à chaque vie ? Nous n’affirmons pas ici que la réincarnation n’existe pas et n’a jamais existé : nous disons simplement qu’elle n’aurait jamais dû exister et qu’il s’agit-là d’une terrible idée pernicieuse implantée dans l’esprit fragilisé d’êtres humains vivant plus de croyances que de connaissances. Mais nous laisserons à chacun le soin de prendre ou de rejeter tout ou partie de ce que nous proposons ici à l’intelligence de l’âme.

 

Serge Baccino