Les neuf manteaux de Gaïa

Les neuf manteaux de Gaïa

 

La psy-éso enseigne que « tout est dans tout, et que le tout est en toute chose. » (C’est l’immanence et la transcendance.) tout étant fait d’esprit, et l’esprit étant toute chose, l’esprit est à la fois dedans, à la fois dehors, il est le contenant, le contenu, il est toute chose à la fois.
Il est toute chose en simultané, et c’est à cause de ça qu’on dit que « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » et vice-versa. Si un être humain a un corps et peut y entrer et en sortir, au gré de sa volonté, du moins s’il manifeste cette faculté, alors les planètes qui sont aussi des corps physiques d’êtres plus évolués que nous, permettent à ces derniers d’en faire autant, du moins, dans une certaine mesure. A ce titre, nous pourrions aussi bien imaginer que le soleil de notre système, est le corps physique d’une Entité encore plus élaborée que celles qui se servent des planètes comme autant de supports mentaux.

 

Évidemment, ce ne sont pas des êtres humains comme vous et moi qui sont bloqués dans une planète et qui ne bougent plus. Ce sont des esprits qui ont évolué, qui n’ont jamais été humains je suppose, voire qui ne le seront jamais. Imaginez une sorte de Collectif spirituels, plutôt qu’un seul être unique, d’un Genre mental ou d’un autre (Masculin/Féminin) et qui se concentrent sur une idéation commune, pour former autour d’eux un espèce de brouillard mental. Puis ils condensent les particules d’esprit qu’ils prennent dans l’espace, et ils se forment différents corps successifs, du plus éthéré au plus « dense », en terme de fréquence vibratoire s’entend.

 

D‘abord ils se forment un corps qui est – on va dire un corps bouddhique- après ils se forment un corps causal etc. À mesure qu’ils méditent sur ce qu’ils veulent vivre, faire, et organiser et créer, ils agglutinent des particules en rapport avec leurs idées, leurs pensées-germes, et ils arrivent à se créer des corps de manifestation. Maintenant revenons-en à la planète Terre. On l’appelle Gaïa. De très nombreuses personnes  affectionnent ce nom, je vais donc le reprendre, bien que c’est pas nécessairement son nom, parce que l’esprit planétaire n’a peut-être pas de nom. Elle a certainement une signature vibratoire et s’appelle peut-être juste « bzzzzzzz », qui désigne la fréquence sur laquelle elle vibre, la plupart du temps. En fait, la signature vibratoire est son identité réelle, la fréquence à laquelle cette entité vibre et qui la distingue ou la différencie de tous les autres « logoï » (pluriel de Logos), c’est-à-dire les autres planètes de notre actuel système solaire.

 

Donc Gaïa. Elle est pour nous la planète Terre. Mais c’est aussi le corps physique d’un Être vivant, du moins pour les ésotéristes. Et comme tout être vivant et conscient, Gaïa rayonne. Quelqu’un qui se placerait à distance raisonnable de la Terre, dans l’espace, verrait, avec la vue spirituelle, ou psychique, appelons ça comme on veut, ce rayonnement, sous la forme d’une aura vitale, d’une aura astrale, d’une aura mentale, causale, bouddhique, etc…  « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas , pour faire le miracle d’une seule et même chose » (qui est l’esprit).

L’être humain a lui aussi une aura, et cette aura correspond à une activité intérieure. Nous avons une aura vitale parce qu’il y a le sang qui circule, qu’il y a de la vitalité. Nous avons  une aura astrale, parce qu’on a une électricité, une conductibilité nerveuse, une activité émotionnelle et nerveuse. Nous aussi  une aura mentale, parce que les cellules sont programmées, qu’elles savent ce qu’elles font, par exemple, elles savent pourquoi elles sont là dans ce corps,  elles savent ce qu’elles doivent construire, ce qu’elles doivent créer ou détruire, comment réagir s’il y a des microbes etc… Toute cette activité est intelligente et donne naissance à une aura mentale.

 

Et puisque nous avons un rayonnement extérieur qui correspond à une activité intérieure, nos corps sont donc bien à l’intérieur. Nous avons donc un corps vital,  astral, mental et ainsi de suite.
Plus on monte en fréquence, plus les corps s’affinent, et à la suite du corps mental, nous avons le corps Causal, Bouddhique, Atmique etc. Et plus on “monte” les fréquences et plus on s’intériorise, plus on rentre à l’intérieur de Soi. On est en droit de supposer qu’il en va de même pour les planètes, les soleils, etc.  Gaïa a aussi un rayonnement extérieur. Il est vrai que l’on peut percevoir une sorte de halo autour de la planète, comme on peut parfois en distinguer un, autour de la lune. Toutefois, la lune étant un astre « mort », c’est-à-dire qu’il y a pas d’Esprit (ou de Collectif) à l’intérieur, elle ne possède qu’une aura vitale (activité propre à l’esprit qui compose la forme lunaire.)

 

Gaïa a une certaine quantité de « corps », manifestant, d’une manière extérieure et perceptible à certains, toutes ses activités purement internes. On va dire que pour l’instant, elle a 9 niveaux de rayonnement. Donc si elle a 9 rayonnements, c’est qu’elle a 9 activités intérieures (ou « corps. ») Et plutôt que d’activités intérieures, en ésotérisme on parle de « corps » ou encore « corps de manifestation. » En résumé, la planète a un rayonnement vital, parce qu’elle a un corps vital, elle a un rayonnement astral, parce qu’elle a un corps astral, et etc… Et plus on va vers l’intérieur de la planète, et plus on s’approche de son… Non pas seulement de son noyau, ce noyau étant la partie purement physique de la planète, mais de son Être lui-même.

 

Ce niveau vibratoire là correspond au 9ème corps de Gaïa, qui est en fait elle-même. Le 9ème corps de Gaïa c’est l’entité elle-même, c’est-à-dire ce qui la circonscrit, ce qui fait d’elle qu’elle est là et qu’elle n’est pas ailleurs, qu’elle est occupée à méditer sur sa vie de planète et pas ailleurs, ou pas sur autre chose. On va dire pour simplifier, que sur les 9 corps intérieurs de la planète, il y en a huit  qui sont en rayonnement, et le 9ème c’est Gaïa elle-même . En astrologie on parle parfois de « planètes sacrées » et de planètes non sacrées. En deux mots, très rapidement, on ne va pas faire de l’astrologie ésotérique ici, mais on va juste expliquer ce que ça signifie.

 

Il y des planètes qui ont dix corps et donc dix rayonnements distincts. Toutes les planètes qui ont 10 corps, par exemple comme Jupiter (mais qui en a peut-être un de plus maintenant, je l’ignore), sont dites « planètes sacrées ». Et toutes celles qui ont moins de dix corps, sont des planètes dites « non-sacrées. » Dix étant le Nombre Divin, permettant de vibrer sur la dixième Dimension des Logoï. Gaïa n’ayant eu jusqu’alors que 9 manteaux ou « corps », elle n’était pas encore considérée comme étant une planète sacrée. Bientôt, elle aura un 10ème manteau,  un 10ème niveau, à l’intérieur, plus petit, qui va être le nouveau noyau atomique de la planète. Elle va devenir de ce fait une planète sacrée. Cela parce qu’elle aura passé une nouvelle initiation et à son niveau de Logos. A ce moment-là, elle transférera sa conscience de Soi au dixième niveau (deviendra le 10ème corps) et aura 9 manteaux au lieu de huit.

 

Gaïa est donc en train de passer une initiation, pour devenir une planète sacrée. A son niveau, il s’agit de sa cinquième Initiation Majeure. On sait qu’autour de la Terre, dans le système solaire, il y a pas mal de planètes sacrées. Elles ont donc au moins dix corps. Certaines pourraient en avoir jusqu’à onze. Seul le soleil possède douze corps, car il est un Logos de niveau supérieur. Dès l’instant où une planète se prépare à avoir un douzième corps, elle a terminé son cycle de logos planétaire. Comme elle a 12 corps, et que le soleil aussi, du coup, selon un Principe universel faisant intervenir les polarités, son pole répulsif devient dominant, s’oppose au pole répulsif du soleil en place, et la voici éjectée du système solaire dont elle était issue.

Parce qu’elle ne peut pas avoir douze corps et demeurer une simple planète, et du fait qu’il ne peut y avoir qu’un seul soleil par système solaire. Un peu comme il ne devrait y avoir qu’un seul noyau au sein d’une cellule. Et dès qu’elle est éjectée de son système solaire d’origine, elle devient comme un électron négatif libre qui serait viré d’un atome, et qui va à son tour devenir un soleil, un centrosome d’une cellule, ou alors, un autre noyau d’un atome etc…

Une fois à l’extérieur de l’équilibre polaire interplanétaire (système solaire), sa puissance d’attraction va très vite attirer des amas stellaires en passe de devenir des planètes, mais qui ne peuvent le devenir qu’en étant associées à un système solaire (afin d’établir un équilibre de rotations polaires et orbitales, du fait que chaque corps céleste possède ses deux polarités.) Au départ, ce nouveau système solaire n’a qu’une planète en orbite, puis deux, puis trois, jusqu’à douze planètes, dont la première née deviendra à son tour un futur soleil, etc. Ainsi va la Création Continue.

 

Pour l’instant, Gaïa prépare son nouveau Manteau (corps) et par la suite, elle en aura un onzième, ce qui lui donnera la force (11 = la Force) de se développer et devenir un jour lointain, elle-même un soleil, avec ses douze corps ou manteaux. Et là, elle sera totalement Réalisée, en tant que planète (12 = la Réalisation) et en vertu des équilibres polaires,  sera expulsée de l’actuel système solaire. Ce qui lui permettra de créer le sien propre, en tant que Logos Solaire (ou un Kristos), un représentant direct de l’Être Suprême,  en éternel devenir, à chaque instant de la Création Continue. Ce qui semble intéressant à noter ici, à ce point de cet article sur les manteaux de Gaïa, c’est quand nous allons quitter notre corps, sortir de notre véhicule, et claquer la portière et dire « ça y est je ne rentrerai plus dans cette voiture, elle va aller à la casse », qu’est-ce qui va se passer, où allons-nous aller, en tant que Terriens, si nous nous considérons toujours ainsi ?

Est-ce que nous irons « dans l’espace » ? Parce que nous sommes sensés « monter en fréquence », toujours plus « haut » et « vers la Lumière » mais « monter vers la lumière » cela veut dire quoi ? Réponse : cela signifie « monter en fréquence vibratoire. » Ce n’est pas se positionner d’un point de vue géographique et nous n’allons pas tous nous mettre à flotter dans l’espace !

 

Nous pouvons savoir où nous irons, après cette vie dans ce corps de densité spirituelle. Notre fréquence va peut-être augmenter, peut-être pas, mais nous irons tous… Sous Terre.
Nous irons dans l’un quelconque des manteaux de Gaïa. Autrement dit,  nous irons là où nous habitons depuis et en vérité. Là où nous sommes chez nous. Là où nous avons notre Mère Céleste qui nous attend. Cette Mère qui est à la fois notre origine et notre destination. C’est là où nous irons tous, au moins en transit, pour certains, lorsque nous quitterons définitivement notre corps de chair, qui est notre plus bas niveau de manifestation spirituelle.

 

Tous les êtres vivants et conscients qui vivent sur la surface de cette Terre, iront tôt ou tard dans l’un quelconque de ces Manteaux de Gaïa. Les animaux dans son manteau astral, les humains dans un autre, nommé mental. Bien que certains humains viendront se blottir tout contre son Cœur, comme l’a fait avant nous le Maître Jésus. On dit que les êtres évolués, après leur « mort », vont dans les plans supérieurs, le Causal ou le Bouddhique, par exemple. C’est là que l’on trouverait les Maîtres, les Grands Maîtres et les Seigneurs, etc. Mais même si on dit que la fréquence « monte », en réalité, nous descendons ! Car ces plans de conscience sont en fait chacun des manteaux de Gaïa.

Bien à vous,  qui avaient à cœur de comprendre ces choses…

 

Serge Baccino