Equilibre ou stabilité

Équilibre ou stabilité ?

 

 

Les spiritualistes aiment à parler du premier Chakra. La psy éso préfère parler des « bases psychologiques fondamentales », celles sur lesquelles reposent l’ensemble de nos processus mentaux, ainsi que des émotions qui en découlent et qui produisent des actes qui, à leur tour, conditionnent notre vécu journalier. Il est souvent question d’équilibre, de stabilité. C’est quoi « être stable » ? Est-on stable quand nos processus mentaux sont invariables, qu’ils ne changent ni n’évoluent jamais ? La stabilité est-elle synonyme de statisme ? Est-il stable celui qui ne bouge pas ou est-il figé dans un état d’esprit marmoréen ?

 

 

Bien souvent, les personnes qui se supposent stables sont en fait programmées jusqu’à la garde. Ce ne sont pas elles qui sont stables, ce sont leurs processus mentaux qui le sont, dans le mauvais sens du terme. Une personne « en évolution » est-elle stable, de ce fait ? N’est-elle pas plutôt en état permanent d’instabilité, puisqu’elle passe d’un état d’esprit habituel, à un autre, réputé meilleur mais parfois totalement inconnu ?

 

Imaginons une personne qui doit traverser une rivière peu profonde mais qui désire ne pas se mouiller les pieds. Elle sait qu’à un endroit, des pierres plates sont posées dans le sens de la largeur, d’une rive à l’autre, chaque pierre séparée de la suivante par vingt centimètres seulement. Chacune des pierre mesure environ quatre-vingt centimètres carrés, offrant ainsi une confortable surface d’appui. La personne peut donc traverser tranquillement et même, en courant !

 

Si la personne veut traverser en courant, elle doit faire preuve d’équilibre et avancer sans jamais hésiter. Si elle le fait de bonne grâce, voire en s’amusant, elle a toutes les chances d’arriver au sec et sur l’autre rive. Pour avancer dans la vie tout en évoluant, c’est-à-dire en transformant peu à peu chacun de nos états d’esprits premiers, deux conditions sont nécessaires : prendre plaisir au changement plutôt que d’en craindre les auspices et se montrer équilibré soi-même.

 

Car contrairement à la croyance spirituelle la plus répandue au sujet du Chakra 1 et des surrénales, leur étant reliées, notre équilibre psychologique réel ne vient pas de nos différents supports mentaux, mais de la conscience. Celui qui est conscient n’a plus besoin de support fixes ou définitifs : il peut courir sur chacun de ses processus mentaux comme l’homme sur chaque pierre plates posées en travers de la rivière.

 

 

Serge Baccino