Archives par mot-clé : injustices

La peur de perdre les privilèges

injustice socialeIl est clair que le “consommateur moyen”, (l’homme du peuple, c’est à dire vous et moi), fait souvent l’objet d’injustices. En effet, il est souvent berné, baratiné voire volé et cela, en toute impunité, sauf s’il dépose une plainte en bonne et due forme. Et même dans ce cas, il n’est pas certain qu’il puisse avoir gain de cause et réparation complète des dommages occasionnés, car si l’État n’est pas contre lui, il n’est certes pas “pour lui”.

 

 

 

crimeA présent, observons deux minutes ce qui se passe en France au niveau des droits d’auteurs en ce qui concerne le cinéma et la musique, par exemple… Celui qui télécharge d’une manière illégale une œuvre protégée, se voit condamné à des peines de prison et à des amendes aberrantes. Seul le complot contre la Nation et le crime à répétition semble considéré comme plus grave aux yeux de notre chère justice Française ! Si vous doutez, renseignez-vous au sujet des peines encourues par les “pirates” du Net, et vous comprendrez immédiatement de quoi je veux parler ici !

 

 

 

piratesEst-ce à dire que je souhaite défendre la piraterie ? Non, je ne suis pas pour l’injustice et je ne suis pas enclin à encourager ce qui est illégal. Je sais qu’il y aurait de quoi pleurer de honte à la seule idée de devoir se justifier à ce propos, mais je voulais juste éviter à un abruti de me servir la réplique-qui-tue de celui qui n’est plus habitué à réfléchir de lui-même dès qu’un sujet devient un peu trop subtil.

Toutefois, même si je n’encourage pas à violer la loi (soupir) je me pose certaines questions (au lieu de gober les réponses-bateaux) et me demande la raison pour laquelle les peines encourues pour acte de “piratage” (le nom seul me fait frémir) sont aussi disproportionnées, au vu de ce que le premier quidam pourrait exiger, en d’autres circonstances et pour des torts autrement plus destructeurs à son endroit.

 

 

 

pirates-clicCroyez-vous vraiment qu’un jeune homme de 15 ou même 20 ans achèterait tous les films et toutes les musiques qu’il télécharge sur le Net ? Non, n’est-ce pas ? Il n’en a certes pas les moyens ! Alors est-il question de “manque à gagner” ou de “tu ne jouiras pas de mes privilèges sans le payer chèrement, d’une manière ou d’une autre” ? D’après ce que j’ai pu observer, depuis des années, les gens qui occupent une position sociale et/ou financière enviable (notez le terme) réagissent souvent d’une manière disproportionnée, non pas lorsqu’il craignent de perdre leurs privilèges, mais bien lorsque “ceux du peuple” menacent de les obtenir à leur tour !

 

 

 

En somme, il serait humain de craindre pour son emploi, ses finances, son “train de vie”, etc. Mais est-il sain de craindre ainsi que d’autres puissent jouir à leur tour de ces mêmes privilèges ? D’un point de vu légal, il est clair que le débat ne souffre aucune discussion… Mais d’un point de vu psychologique et humain, il est clair que nous avons découvert une nouvelle façon d’être très moches et ce, en toute légalité !

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Les sectes en question

Citation :

 

« La secte du Mandarom a obtenu jeudi gain de cause devant la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), qui a condamné la France pour des redressements fiscaux portant, selon elle, atteinte à la liberté de pensée, de conscience et de religion.

Les juges de Strasbourg ont appliqué à deux associations liées au Mandarom et à une autre secte la même logique que celle dont ils avaient déjà fait bénéficier dans un autre arrêt, en 2011, la branche française des Témoins de Jéhovah. »

Pour lire la suite sur le site originel : http://www.paris-normandie.fr/article/actualites/la-secte-du-mandarom-fait-condamner-la-france-devant-la-cour-des-droits-de-lhomme

 

***

 

 

Je crois que le problème des sectes et de ses présumées « dérives » vient du manque de rigueur mentale (pour ne pas dire de l’hypocrisie) dont fait montre le gouvernement français et ce, depuis de nombreuses années. Il est clair qu’il ne souhaite pas reconnaître qu’il mélange allègrement les histoires de fric avec la liberté culturelle (ou cultuelle.) En fait, il faudrait faire trois procès, ceci pour être bien certain de respecter aussi bien la législation que les droits citoyens les plus élémentaires.

 

 

 

Le premier procès devrait servir à définir si la France ne profite pas de ses lois édictées pour se remplir les poches sur le dos des autres cultes, voire pour contrôler les croyances du peuple. Les lois fiscales sont une chose, en profiter pour casser les reins aux différents cultes en les mettant dans l’incapacité de rembourser et donc, en la rendant hors la loi, en est une autre.

 

 

 

Le second devrait se résumer à décider, preuve à l’appui, si une secte est nuisible, socialement ou pas. Si elle l’est, le fric ou la liberté d’expression deviennent dès lors des considérations secondaires. De telles sectes doivent absolument être condamnées et leurs dirigeants mis hors d’état de nuire.

 

 

 

Le troisième devrait régler définitivement le problème des libertés de conscience, d’opinion et de croyances. Ou bien nous sommes libres de croyances et de pratiques, ou bien autant nous imposer les religions « en place » et effacer le premier des trois mots, « liberté », de la devise de nos monnaies !

 

 

 

incompetenceTant que les gens mélangeront tout, ce sera la pagaille et il y aura nécessairement des injustices. Mais la question qui se pose est de définir, avec quelque exactitude, si ce mélange découle de l’incapacité de nos dirigeants à se montrer logiques et justes, (incompétence) ou si cela dénote une volonté sous-jacente de parvenir à des fins que je laisse à chacun le soin de définir par lui-même.

Il apparaît comme évident que toutes les « sectes » de France ne sont pas considérées comme « sectes » ! Certains auraient-ils le compas dans l’œil mais avec la pointe qui leur crève les yeux ?

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour la citation de début et les images, trouvées sur le Web.      Me dire en cas de droits non respectés et à mon insu.)