Archives par mot-clé : assimilé

Le doigt pointé

mental17Les psychologues ésotéristes ont été les seuls à dénoncer un ancien état d’esprit très instructif qui sévit à nouveau et depuis une dizaine d’années au sein de notre actuelle jeunesse, les 20-30 ans. Cet état d’esprit consiste à nier carrément qu’un individu vivant à notre époque puisse devenir ce que l’ésotérisme de base appelle « un Maître » (ou assimilé.) Comme vous devriez le savoir à présent, l’idée est moins de juger que de comprendre et d’expliquer. Personne n’a ici envie de se lancer dans le débat du « c’est pas con ! » ou au contraire, du « Mais c’est très con ! » L’intérêt de cet article est double :

1. Expliquer l’origine d’un état d’esprit, son but, ce qu’il est censé produire comme effet « positif » pour la personne qui choisi de s’en faire le porte-flambeau.

2. Quelles sont les lois du fonctionnement de l’esprit impliquées.

Supposons qu’il soit exact que plus personne, à notre époque, ne puisse devenir un Maître, soit ! En bon « flic de l’esprit » que nous sommes, demandons-nous « à qui profite le crime ? » (vous connaissiez l’astuce, en criminologie ?)

 

 

 

mental15En effet, pour qu’un mental choisisse de véhiculer ce genre d’information, il faut qu’il y trouve un intérêt quelconque, n’est-ce pas ? Si plus personne ne peut devenir un Maître, alors les plus programmés et encombrés mentalement d’entre nous peuvent respirer en paix ! Qu’est-ce qui pourrait inquiéter une personne qui croit ne plus pouvoir devenir Lumineuse et saine d’esprit ? Qu’est-ce qui pourrait créer des problèmes à une personne devenue incapable de changement et d’amélioration ? La réponse est évidente : qu’on lui démontre qu’elle se trompe et qu’elle peut, avec un peu de courage et de volonté, se transformer elle-même et en comptant sur ses seuls efforts.

Et qu’est-ce qui pourrait ainsi lui faire honte et établir la preuve formelle qu’elle se ment et fait montre simplement de fainéantise  spirituelle ? La présence autour d’elle d’un Maître ou assimilé, oui.

 

 

 

ange noir 02Si personne n’arrive à se sortir de son bourbier mental, alors ce même bourbier devient l’ordinaire de l’être humain moderne, n’est-ce pas ? Mais si quelques-uns y arrivent, si quelques-uns donnent même l’impression d’être différents et meilleurs sur certains points, alors là, il y a danger pour l’intégrité de cette croyance en l’impossibilité d’évoluer vers la Maîtrise. Jadis, les Maîtres instruisaient, conseillaient et apportaient leur aide, mais ils ne dénonçaient rien, ne forçaient rien et laissaient à chacun la responsabilité de ses choix. Et ceci était approprié à l’époque et aux divers buts envisagés à plus ou moins long terme.

 

 

mental04A présent que chacun doit apprendre à se démerder tout seul comme un grand et à devenir son propre Guide de Lumière, son propre Maître et Dieu, il n’est plus opportun de conserver cette relation surannée de « Maître et Disciple. » Mais cela ne signifie pas pour autant que chacun pourra dire et faire n’importe quoi en toute impunité, comme par exemple démolir le moral de milliers d’individus en laissant planer l’idée saugrenue que les Maîtres n’ont jamais existé et qu’il est utopique de désirer s’approcher seulement de leur niveau idéalisé à l’extrême par quelques pingouins endimanchés !

 

 

 

 

bouddha-brouillardD’ailleurs, rien ne dit que ces mêmes anciens Maîtres ne soient pas eux-mêmes revenus sous les traits plus rassurants d’hommes et de femmes vraiment ordinaires… Il fallait d’ailleurs qu’il en soit ainsi, car pour arrêter cette relation Maître-élève, il fallait bien que le plus intelligent des deux donne l’exemple et fasse les premiers pas. Alors les anciens Maîtres sont revenus, sous forme d’extension de leur Soi-Conscience, plus humains que jamais et, surtout, plus libres ! Et cette liberté se résume à pouvoir dire et faire tout ce qu’ils veulent eux aussi, y compris foutre la merde dans le camps des forces de l’ombre ! N’étant plus des Maîtres, comme les précédentes extensions, mais de simples humains, ils n’ont plus à « montrer l’exemple » et être plus sages que des images : ils se sont redonner les mêmes droits que ceux et celles qui furent jadis leurs élèves et disciples, passagers ou attitrés.

 

 

 

Doigt-accuseIls n’instruisent donc plus : ils dénoncent ! Ils pointent du doigt ce qui leur paraît inadéquat et, en un mot, deviennent des empêcheurs de mentir-et-de-prendre-les-autres-pour-des-cons en rond. Ont-ils un tel droit de forcer ainsi la main à ceux qui sont libres de mentir et de faire avaler des couleuvres aux autres ? Oui, ils ont le même droit que ceux qui font ce qui est très con (mentir.) Alors eux aussi font une chose très conne : Ils donnent la vérité surtout à ceux qui ne la réclament pas et la cachent aux autres, les gens instruits à n’en plus pouvoir.

Un peu d’humour et de simplicité permettent de bien comprendre ce qui vient d’être écrit, mais pour être certain d’avoir été le plus clair possible à ce sujet, je vais représenter l’enfant autrement car parfois, il passe mieux par le siège.

 

 

 

Manipulateur03Puisque la loi de libre arbitre implique que votre voisin a le droit d’être un poux et de vous faire chier comme c’est pas permis (en français dans le texte), cette même loi vous autorise à être un poux et à le faire chier vous aussi, ceci en l’empêchant de réussir à être un poux et un chieur de première ! Du coup, vous n’êtes plus occupés à pleurer qu’on vous viole votre libre-arbitre car vous êtes bien trop occupé à en faire de même avec votre voisin ! (ou du moins à l’empêcher de parvenir à ses propres fins obscures.)  Pour le sujet qui nous concerne, ça donne ceci :

Laissez les gens avoir le droit de nier la Lumière et ne perdez pas de temps : empêchez-les d’y arriver, devenez ces casse-burnes cosmiques que vous ne pouviez pas être jadis, alors que vous suiviez une voie Lumineuse réservée aux eunuques de l’âme. Et laisser ceux qui sont revenus pour jouer ce même rôle, s’illusionner avec leur degré de luminosité qui n’éclaire même plus leur ego.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Seuls les pauvres…

argent-valeurOn dit que seuls les pauvres parlent sans cesse d’argent. On se demande, du coup, ce qu’il peut bien en être de tous ceux et toutes celles qui ne cessent de parler d’amour, de paix et de fraternité !

(Je prépare un autre pavé ? Non, ça va, c’est très soft ! ) Sur un forum, j’ai lu un jour une belle phrase de ce genre :

« Il ne faut pas être l’enseignant mais devenir l’enseignement. »

 

Moi, vous me connaissez, je suis comme vous, j’aime les belles phrases pleines de spiritualité Smile (Qui a pouffé ???) Voilà ce que j’ai répondu à cette jolie phrase, avant que l’on me dise la suite logique, du genre :
« Mais c’est plus difficile à dire qu’à faire ! » (ou assimilé)

 

Citation:
Pour « devenir l’enseignement », il suffit de mettre en pratique soi-même ce que l’on enseigne. Une simple question de probité morale, rien de bien méchant à faire, à moins que ce que l’on enseigne puisse dépasser nos capacités humaines (toujours se méfier du fameux « Moi-Idéalisé. ») C’est pour cela que je ne traite jamais de sujet que je ne sois pas capable d’incarner moi-même afin d’en être l’exemple vivant au lieu de me contenter d’en être que le porte-parole.

Pour réussir à y parvenir, j’ai retiré de l’enseignement tout ce qui me paraissait trop mystique ou trop « lumineux » et je recommande à ceux avec lesquels je partage actuellement mes connaissances d’être bien trop occupés à s’aimer, à produire de la paix et à générer de la joie eux-mêmes pour avoir le temps d’en parler aux autres. Enseigner qu’il faut aimer avant tout est un manque total de respect pour autrui. C’est le placer ipso facto à un rang inférieur : celui du pauvre diable qui n’a encore rien compris de la vie, alors que nous, c’est pas pareil, n’est-ce pas ? Nous assumons grave de chez grave, en matière d’humanité ! (prouuuut !)

 

 

4mhsw38lUne question de « probité morale », tout simplement.
Ne jamais chercher à tromper l’autre sur la marchandise. Voyez dans le couple, par exemple : qui penserait, en se mettant en couple, de faire l’inventaire de tous ses défauts à l’autre ? L’habitude est, au contraire, de se montrer sous le meilleur jour, de « faire des efforts » pour être le mieux que l’on peut et… Le plus longtemps possible ! (sic)

Oui mais voilà : Qui peut être toujours irréprochable une vie durant ? Pourquoi ne retenir que les qualités alors qu’on sait que ce n’est jamais l’excès de qualités qui entrainent les séparations et les divorces ?

En nous montrant au contraire sous notre jour le plus noir et ce, dès le départ, on permet à l’autre de savoir s’il pourra « vivre avec ça » et on se met ainsi à l’abri de bien des désillusions futures.

 

 

Qui a le courage et la volonté de tout mettre en œuvre pour être heureux ?
Qui est devenu l’incarnation de ce qu’il prêche et qui demeure constant, de la pensée à ses actes en passant par toutes ces émotions plus ou moins matures qui nous animent sans cesse ?

A force de pousser son siège plus haut que sa tête tout en conservant l’espoir d’y assoir son cul, l’homme s’est enfermé lui-même dans un cercle vicieux infernal. Il a menti dès le départ sur ” la marchandise “, à présent, il doit continuer à le faire ou accepter de devoir avouer sa franche médiocrité.

 

 

Under the maskC‘est pour cela que la psy éso enseigne que le Moi-Idéalisé vit dans la crainte permanente d’être démasqué et lorsqu’il l’est enfin, il pousse la personnalité aux pires bassesses, laissant ainsi entendre que, finalement, le niveau n’était pas bien élevé, même dès le départ.

 

Si au départ la personne était honnête, se contentant d’être un homme, tout simplement, au lieu de se rêver être un Grand Dieu, elle n’aurait pas à s’enfoncer ainsi toujours plus loin dans le mensonge et dans le besoin d’abaisser sans cesse les autres pour ne pas rester elle-même la plus basse de toutes.

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)