Archives par mot-clé : spiritualité

Vous avez dit Karma ?

karma3Je suis toujours surpris de constater à quel point les chercheurs modernes en spiritualité manquent de curiosité et emploient des termes à tort et à travers sans se soucier de son histoire, de son étymologie et donc, de son sens premier. Il en va ainsi pour le mot sanskrit “karma” qui est si mal compris des Occidentaux, que c’est à se demander comment ils ne le prennent pas encore pour le nom d’une marque de lessive ! Il est impropre d’utiliser le mot “karma” tout seul, car il signifie “mouvement“, dans sa traduction la plus littérale. Mouvement de quoi ?

Justement, tout le monde semble oublier de le préciser. L’expression originale était “Karma Chitta” qui signifie littéralement “mouvements de l’esprit” et qui se réfère, bien entendu, aux processus mentaux de l’homme.

Voici ce qu’il était écrit, il y a quelques années,  sur le premier “Wiki” de nôtre Forum Psukelogos :

 

( कर्म de la racine KRI, signifiant “mouvement” plutôt que acte ou action) Ce mot est en effet souvent traduit par acte ou action, ce qui est impropre car l’action consiste avant tout en un mouvement et, de toutes manières, une pensée précède toujours une action, quelle qu’elle soit.

Le Sanskrit est une langue subtile qui peut être interprétée à plusieurs niveaux en simultané et nous préférons largement cette interprétation là, pour des raisons évidentes (voir à “Karma Chitta”)

Il est difficile de parler du “karma” sans se référer à l’esprit (Chitta) car ce qui bouge, remue sans cesse (karma) et conditionne notre vécu, c’est justement l’esprit, notre esprit.

Contrairement à la croyance populaire, le Karma ne consiste PAS à subir sans broncher les conséquences d’actes posés par d’autres personnalités que la notre ayant vécues dans d’autres vies.

Le véritable karma s’écrit au fur et à mesure de notre vie, par le déroulement de nos processus mentaux et surtout, par leur contenu formel. En surveillant nos pensées et, surtout, en nous distinguant d’elles, nous pouvons transformer leur contenu et donc réécrire notre destinée.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Va voir dehors si tu y es !

Que se passe-t-il lorsque les scientifiques et tout ce «personnel autorisé» bardé de diplômes en tous genres, décident de s’occuper de spiritualité et du fonctionnement de l’âme ? Voici un extrait, parmi les plus innocents, d’ailleurs (j’ai lu bien pire, croyez-moi) et je vous demande de noter l’allusion à des «déclencheurs», c’est-à-dire à «ce qui se passe au-dehors et qui vient réveiller ce qui existe déjà au-dedans», puis comparez une bonne fois pour toute la psychologie académique avec la psychologie ésotérique, et comprenez enfin pourquoi il faut tant d’années (et de fric gaspillé) à la première pour avoir d’éventuels effets.

 

Citation:
Reprogrammer son cerveau ?
On parle beaucoup aujourd’hui de reprogrammer son cerveau.Jill Ammon-Wexler, docteur en psychologie et spécialiste du cerveau, est une coach de réputation internationale. Parmi les exercices qu’elle propose, en voici un aux effets particulièrement remarquables :

Si vous voulez opérer des changements profonds dans votre vie, il est nécessaire de vous dégager de votre ancienne identité, de tous ces “déclencheurs” qui vous font automatiquement retomber dans vos anciens schémas.

Or, c’est votre environnement qui provoque les réactions inconscientes les plus puissantes. Regardez l’endroit où vous vivez et demandez-vous objectivement quel genre de personne habite là.

Faites la même chose pour votre lieu de travail : Quel genre de personne travaille dans ce lieu ?

Puis, faites la liste des six personnes avec lesquelles vous passez le plus de temps, et demandez-vous quel genre de personne s’associerait avec celles de votre liste.

Observez maintenant si vos réponses s’accordent avec la personne que vous souhaitez devenir. Si ce n’est pas le cas, quel environnement lui conviendrait et quel changement vous pourriez accomplir pour vous en rapprocher.
Vous n’allez sûrement pas changer de maison ou de travail en claquant des doigts, mais il y a certainement une petite chose par laquelle vous pouvez commencer maintenant.

 

Source : http://www.phosphenisme.com/newslettre/newslettre_07_12_15.html

 

 

Pour ceux et celles qui n’auraient pas bien compris le gag, pas spécialement évident, j’en conviens, on peut développer un peu ensemble, si vous le désirez et ce, par le biais des commentaires mis à votre disposition sur ce “Vivre Livres !

 

****

Quand l’esprit nous revient à l’esprit

 

l'espritAu cours de mes pérégrinations sur le Net, de mes lectures de livres traitant de spiritualité (tout ce qui est relatif à l’esprit, donc) et de mes discussions avec de doctes initiés, je n’ai que rarement lu ou entendu parler de l’esprit en tant que matière première, de ciment universel (Matéria Prima) ou comme étant “l’alpha et l’oméga” de toutes choses, “sur la terre comme au ciel.”

 

 

 

pieds et robesPourtant, tous les initiés de la Terre devraient partir de la prémisse on ne peut plus ésotérique et spirituelle que “Tout est fait d’esprit” et que “l’esprit est Dieu” (ce qui est pourtant écrit dans les textes les plus profonds et anciens de notre planète ainsi que mentionné part de nombreux Maîtres) Dans le cas contraire, comment pourrions “ créer en esprit et dans notre mental ” et reproduire ainsi -et à notre échelle de fils de Dieu- ce que ce dernier fait à chaque instant et dans son Mental Infini ?

 

 

 

esprit-cerveauL‘intérêt évident de cette prémisse est que si tout est fait d’esprit et que l’esprit est ce que l’on nomme Dieu (le créateur, le divin architecte, etc.) alors c’est toute notre compréhension de la vie, du monde et des autres qui en est définitivement révolutionnée.

Je donne ici quelques courts exemples pour étayer mon propos… Si l’esprit qui forme la matière (les électrons, les atomes, etc.) est ce même esprit qui me sert à penser, alors cela signifie que Dieu est vraiment de partout, en tout et en tous et que lorsque ” je “ pense, je le fais avec l’essence divine elle-même et que tandis que je suis, Dieu le fait également à travers moi et conjointement !

 

 

 

connexionL‘homme n’est alors plus cet être misérable et servile face à un Créateur plus craint que véritablement aimé : c’est le Divin qui le sert et qui sert à tout, car il est dit que : Le plus grand est le plus grand serviteur. “
Du coup, l’immanence et la transcendance de Dieu deviennent un fait acquit et non plus d’obscurs concepts religieux. Étant ” toutes choses “, présent en toutes choses mais en aucune en particulier (ou “en entier”), le Divin est donc vraiment à la fois “en toutes choses” et aussi “au-delà de toutes choses.”

 

 

 

ce que nous pensonsSi l’esprit forme toutes choses et qu’il consiste en ce que nous appelons Dieu, alors quand je pense, je crée ou, plus exactement, je deviens ” Co-Créateur ” et Partenaire du Divin !

Je comprends alors ma responsabilité, je sais qu’il est exact que ” nous sommes ce que nous pensons ” et que ” nous vivons le contenu de nos pensées “ (Shiva Sutra) Et dès lors, je n’ai plus peur d’obscures superstitions telles que ” le karma “, car je sais que ce dernier signifie simplement que ” tel je pense, tel je vivrai “ puisque je suis le créateur de ma propre vie, l’écrivain unique de mon propre devenir…

 

 

 

Je puis aussi comprendre certains mystères apparents : Si tout est fait d’esprit, alors la télépathie devient la chose la plus évidente au monde. L’extension de conscience, le fameux “dédoublement“, tout cela se transforme également en évidences, puisque étant moi-même fait d’esprit, je suis de partout à la fois dans l’univers, même si je n’en ai pas toujours conscience, voire absolument aucune conscience !

 

 

 

aimer le MondeJe ne suis pas seulement ce corps ou cette âme, je suis aussi Toutes Choses (Pan Kréas, en Grec) sans être aucune d’entre elles en particulier ! Je comprends enfin le vrai sens profond de la fraternité et réalise qu’en réalité, cela va plus loin encore : celui-ci n’est pas “mon frère” dans le sens religieux ou philosophique du terme : il est moi et je suis lui ! (Om Tat Sat, en sanskrit)

Plus familier et proche que cela, est-ce seulement possible ?

” Il ne peut tomber un cheveux de notre tête sans que le père en soit immédiatement informé “ (Bible) : évidemment, puisque ce fameux “Père” (l’esprit) est aussi ce cheveux qui tombe !

 

 

 

Enfin, ayant appris que ” tout est esprit “, l’ayant médité et accepté, cette connaissance est si inspirante et si éclairante que je me mets non pas à “y penser” ou à “en parler avec d’autres”, mais je me mets à VIVRE cette connaissance qui devient ma seule et unique vérité : Je Suis l’esprit ! Et tous les prétendus Mystères de l’univers spirituel s’éclairent un à un, je ne parle plus de pouvoir, je me mélange à lui ! Je ne discute plus sans fin sur l’existence de telle ou telle autre “faculté psychique”, je deviens le psychisme et expérimente toutes choses sans même avoir à le réclamer. Et je n’en dépend plus et m’en libère, surtout.

 

 

 

regarder en soi2Je deviens Régent, Gouverneur de ma propre vie et, Ô, miracle, cela ne me rend pas plus “unique” ou “grand” que je ne l’étais déjà sans même le réaliser, car tous les autres sont comme moi et je suis comme eux et toutes choses alors remplissent la Promesse de faire ” Le miracle d’une seule et même chose ” (Table d’Émeraude.) Et cette seule et même chose, c’est l’esprit. Et c’est avec cet esprit que je construis ma vie et fait la Volonté de mon Père, qui se trouve dans mon propre futur, ” sur la Terre comme au Ciel. ”

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Actualité et Réalité

« La psychologie ésotérique se résume à l’observation de l’actualité spirituelle d’un individu et d’agir ou de réagir en conséquence et selon soi (hors tout conditionnement mental.) »

 

 

712vbcylAvant de développer ce postulat, il serait bon de définir la différence exacte entre la réalité et l’actualité. L’actualité, c’est tout ce qui se passe vraiment, en nous et autour de nous, que nous en soyons conscients ou non. Par exemple, un avion est en train d’atterrir sur l’aéroport du Bourget, mais comme je me trouve à Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône (écrit le 20 juin 2013), je ne peux pas en être conscient et cet évènement ne fait donc pas partie de ma réalité.

La réalité, c’est tout ce dont je suis conscient, que cela soit vrai (authentique) ou non. Par exemple, je suis conscient de tous les objets qui m’entourent, mais je peux être aussi conscient de cette idée que si un ami qui devait venir me visiter est en retard, c’est peut-être parce qu’il a eu un accident de voiture.

L’idée et l’émotion déplaisante qui en découlent sont bien «réels», cela dans le sens où j’en ressens véritablement les effets sur moi, mais ne reposent pas nécessairement sur les faits, sur l’actualité, donc. En effet, lorsque cet ami arrive enfin, je puis être rassuré et rire de ma crainte non fondée mais ayant toutefois provoqué une véritable émotion.

 

 

 

trajectoireDans l’actualité, il se passe des choses… En réalité, comme nous ne pouvons pas être conscient de tous les évènements en simultané, nous sommes obligés de faire appel à d’autres facultés dites subjectives pour essayer de savoir tout de même les choses qui nous intéressent le plus. Ces dites facultés subjectives reposent sur notre réalité intérieure, c’est-à-dire sur la mémoire, l’imagination, l’intuition, etc. Autrement dit, lorsque nous essayons de connaître «ce qui ne tombe pas sous les sens» (ce qui ne se passe pas directement sous notre nez, donc) nous sommes obligés de faire appel au côté subjectif de notre être pour repousser les limites imposés par nos cinq sens objectifs (vue, ouïe, goût, toucher, odorat.) Ceci n’est pas mauvais en soi mais a le pouvoir de nous couper temporairement de l’actualité, c’est à dire de «tout ce qui se passe vraiment ou en fait

 

 

 

A quels moments de notre vie faisons nous appel à notre subjectivité ? Uniquement pour compenser les limites usuelles de nos sens ? Certainement pas ! Nous le faisons tous, depuis des décennies afin -non pas de connaître ce qui n’est pas accessible- mais bien pour essayer de NIER ce qui est pourtant sous notre nez ! Bref, notre subjectivité nous sert en grande partie à nous mentir, c’est-à-dire à nous couper sciemment d’une actualité qui ne nous plaît pas (ou plus.)

Pourquoi ferions-nous cela ? Parce que nous croyons que si nous acceptons ce que nous proposent nos sens (et notre cœur) nous allons devoir agir, à savoir faire quelque chose pour essayer de changer ce qui nous dérange, au sein de cette actualité. Et c’est mal ? Certes non ! C’est même des plus légitimes !

 

 

 

Inconscient Collectif6Alors quoi ? Eh bien ! Alors, le problème réside plutôt dans le fait que, parallèlement à cela, nous croyons que nous ne pouvons pas changer ou améliorer, cette actualité que nous vivons et qui nous déplaît. Et nous avons très peur ! Ce qui est humain, certes. Mais cette peur de ne pas réussir à améliorer un quotidien qui nous déplaît nous force à «faire mentir l’actualité» et nous pousse alors à  nous réfugier dans notre tête, à nous inventer un monde idéalisé dans lequel nous sommes parfaitement heureux, merci pour tout et au revoir madame !

 

 

 

3kkvvqcwCe besoin de fuir une réalité jugée inacceptable est ce qui donne naissance à ce que les psy éso nomment Le Moi-Idéalisé. Ce «moi» de procuration provient de notre refus éventuel de cautionner ce que le «moi» naturel (ou humain) nous transmet comme informations concernant notre actualité. Lorsqu’une personne ne supporte plus de voir et d’assumer la vie qui est pourtant la sienne, elle n’a pas d’autres façons de survivre que de s’inventer une vie différente et valorisée.

Aussi étonnant que cela puisse sembler, du moins pour qui ne connait pas encore les agissement de ce Moi de procuration très dangereux pour l’évolution de l’individualité consciente, ce sont les personnes le plus fortement orientées vers la spiritualité, qui succombent le plus facilement, voire les premières, aux pièges sournois tendus par le Moi-Idéalisé.

 

 

 

Karma12Il est rare, par exemple, qu’un matérialiste convaincu, même si, selon lui, il a un brin loupé sa vie, se prenne pour un Elfe, un Jedi ou un Archange de la Face, venu sur terre pour sauver les pauvres âmes en détresse… A noter enfin que c’est ce [ici, censuré, gros mots !] de Moi-Idéalisé qui nous fait passer pour des Tanches de la Baltique aux yeux de personnes équilibrées, rationnelles et à l’esprit brillant qui accepteraient de s’informer plus avant sur l’ésotérisme véritable, si elle n’étaient pas rebutées par le comportement largement immature de nombreux spiritualistes.

En effet, qui pourrait prendre au sérieux une personne se disant spiritualiste quand on sait que la plupart d’entre eux et de nos jours, s’imaginent être des extraterrestres réincarnés ou des anges envoyés sur terre par un Dieu débordé par les conneries inventées et perpétrées par ses créatures ?

 

 

 

Mysticisme2Moi non plus je ne serais pas très enclin à croire ou même seulement disposé à écouter un jeune de 20 ans qui se déclare «demi-Elfe» et qui désire «témoigner des buts profonds de son peuple» ! Rigolez pas, c’est authentique, je l’ai lu sur un forum de spiritualité qui est même assez connu. Pour qui ne sait pas «voir» certaines choses invisibles aux yeux de la chair, c’est un véritable défi que de faire la différence entre un esprit enfiévré qui se prend pour Napoléon, et un véritable Maître.

On pourrait même avancer l’idée que les deux ont (ou affectent d’avoir) un comportement presque semblable, car le Maître, -comme l’esclave du Moi-Idéalisé- pense et agit comme s’il savait tout et était déjà Divin. Il parle, écrit et se comporte avec une assurance et une confiance en lui qui glace littéralement le cœur de ceux qui ne s’aiment pas et qui n’ont aucune confiance en eux. D’où le côté excessif, parfois, de leurs réactions.

 

 

 

k1842r0cBien sûr, une personne intelligente pressentira toujours qu’il existe un moyen ou un autre de différencier le cinglé du Maître véritable. Mais nous pourrions imaginer que cette même astuce appartient à certains qui ne risquent pas de la partager, du moins pour les 7 ou 8 prochaines années, attendu qu’elle consiste en la seule manière de savoir si une personne va se casser la gueule (M-I) ou décoller pour les cimes spirituelles. Et ces individus ont une sainte horreur de perdre leur temps avec des rigolos qui, de toutes façons, ne vont pas aller bien loin.

D’ailleurs, le plus sûr moyen est encore de voir et d’attendre : le cinglé ne pourra jamais singer la véritable Lumière plus de deux ou trois jours d’affilés sans se recouper et dévoiler lui-même la sombre farce dont il est le principal acteur. Mais bon, il n’est pas impossible non plus de découvrir cette astuce par soi-même, surtout si on est un peu rusé, qu’on a de l’humour et que l’on a compris comment fonctionne l’ego dans sa partie la plus déplorable et minable qui soit.

 

 

 

femme-main-soleilMais sans parler des Maîtres ou de tout autre dénomination qui sépare plus que ce qu’elle unit, il existe aussi des professeurs et des enseignants de l’ésotérisme qui, même s’ils ne sont encore que des humains comme les autres, sont capables de faire fi, temporairement, de leurs propres limites, ceci afin de pouvoir transmettre cette Lumière dont ils sont peu ou prou les Porteurs. Ceux qui ont un brin d’intérêt pour ces choses et qui font montre d’un sens de l’observation véritable, sans passion et avec objectivité, auront vite remarqué une chose :

les instructeurs dignes de ce nom ne parlent que rarement de « ce qui va bien » mais plus volontiers de ce qui va mal et donc, qui est susceptible de fâcher leur entourage.

En effet, parler de ce qui va bien ou qui est déjà impeccable ne fait pas avancer les choses et ne peut, à la longue, que servir de branlette mentale à l’ego.

C’est le stade auquel se situent pas mal de jeunes spiritualistes de notre époque. Certains, fort heureusement ont trouvé comment avancer vraiment.

 

 

 

Du coup, les gourous de pacotille sont encensés et appréciés, tandis que les véritables instructeurs ou professeurs sont montrés du doigt et traités de tous les noms d’oiseaux.

En effet, qui aimerait que l’on parle de tout ce qui est laid, injuste, imparfait, non-terminé et négatif en général ?… Sinon le Soi Divin de la personne qui en fait les frais !

 

 

 

Deux portesSongez aussi à toutes ces âmes en peine qui tombent dans les griffes de certaines sectes qui les pressent comme des agrumes ! Croyez-vous qu’il y aurait autant de personnes couillonnés s’il y avait pas au moins autant d’hommes et de femmes paumés qui n’attendent qu’une chose, c’est qu’on leur confirme ce qu’ils pensent et croient déjà ? Dans le futur, il y aura de moins en moins d’initiés dignes de ce nom, car il y aura de moins en moins d’hommes et de femmes dignes de ce nom.

Et par ailleurs, presque plus aucune personne ne désirera entendre une vérité qu’elle a mis des lustres à occulter. Ouvrez les yeux, observez sans passion puis osez affirmer que je suis à côté de l’actualité terrestre !

 

 

 

bouletsEt pour les pisse-vinaigres et autres grenouilles de Bénitiers jamais contents, jamais heureux sauf quand ils réussissent à semer le trouble dans l’esprit des autres grâce à leurs commentaires désobligeants, inutile pour eux de me faire savoir que je suis à côté de leur réalité, car de cela, j’en suis déjà conscient et je les en remercie, d’ailleurs. Car sans leur présence, je n’aurais pas pu réaliser certaines choses à mon propre sujet.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Virilité mentale

Femme rayonnanteUne des choses les plus agaçantes pour une personne qui ne s’est pas encore libérée des conditionnements mentaux relatifs à la spiritualité, c’est d’écouter parler (ou de lire) une personne qui a clarifié son esprit, exprimer ce qu’elle sait être vrai ou ce qu’elle tient pour défini. En effet, la plupart des gens n’osent pas s’exprimer librement et s’embarrassent inutilement de tournures de phrases plus ou moins hypocrites tendant à faire passer l’idée que «nul ne détient la vérité et bla, bla, bla…» et que, de ce fait, il faut se perdre en courbettes psychologiques pour ne pas froisser la susceptibilité de quelques pisses-vinaigres se présentant comme autant de garants du sens commun et de la bienséance universelle.

 

 

 

Symboles6Les textes modernes qui traitent de spiritualité perdent donc peu à peu de leur virilité première et s’émaillent , désormais, d’inutiles figures de style de ce genre-là :

« Je sais que ce n’est que mon avis, mais… »
« Vous allez dire que j’exagère, mais… »
« Je vais être mal vu(e) mais…. »
« C’est en toute humilité que…. »

La meilleure étant « C’est en toute humilité que… »

 

 

Hypocrisie3Eh bien ! Ceux dont l’esprit est clair et dont le mental est équilibré et fort, ne s’embarrassent plus de ces fioritures égotiques. Seul l’ego peut s’inquiéter de ce que vont penser ou dire les personnes comme il faut.  Seul l’ego peut redouter d’être rejeté ou « moins aimé ensuite. » Bref, seul l’ego se prend la tête et la prend du même coup à son propriétaire, lorsqu’il s’agit simplement et honnêtement d’exprimer la vérité.

 

 

 

RayonantEt la vérité, tout le monde la détient, puisqu’elle se résume, en l’occurrence, à dire ou à écrire ce que l’on pense et ressent vraiment. Point. Mais pour oser agir de la sorte, c’est-à-dire pour trouver en soi le courage spirituel nécessaire pour s’exprimer librement en assumant ensuite, s’il est utile, les railleries et les critiques de ceux qui n’ont pas encore commencé à vivre, il faut que le mental se soit de nouveau polarisé, à savoir qu’il ne soit plus efféminé (on appelle cela «Genre Mental» en Hermétisme.) Par «efféminé», j’entends :

« Mental dont la partie directive, pénétrante et créatrice d’évènements, a subi une dépolarisation telle, qu’elle est devenue réceptive, pénétrée, maturante, passive et adopte donc les attributs de la féminité. »

 

 

 

auras-doublesTout le monde, homme ou femme, a un Genre Mental, cela dans la mesure où notre «moi» et notre «Je» sont respectivement féminin/réceptif, et masculin/pénétrant (créateur d’idées-germes.) Évidemment, une «femme forte» ne sera jamais aussi virile, dans ses propos, qu’un «homme fort.» A moins que l’homme servant à comparer soit pas si fort que cela (mental dépolarisé au niveau du «Je») ou que la femme soit trop polarisée («Je» excessif et dominant par peur de ne plus réussir à gérer sa vie.)

J’espère que cet En-cas vous aura mis en bouche et que vos commentaires ou vos questions, permettront d’avancer plus avant dans cet intéressant sujet du  Genre Mental. Un sujet très peu connu en France, comme d’habitude !

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Seuls les pauvres…

argent-valeurOn dit que seuls les pauvres parlent sans cesse d’argent. On se demande, du coup, ce qu’il peut bien en être de tous ceux et toutes celles qui ne cessent de parler d’amour, de paix et de fraternité !

(Je prépare un autre pavé ? Non, ça va, c’est très soft ! ) Sur un forum, j’ai lu un jour une belle phrase de ce genre :

« Il ne faut pas être l’enseignant mais devenir l’enseignement. »

 

Moi, vous me connaissez, je suis comme vous, j’aime les belles phrases pleines de spiritualité Smile (Qui a pouffé ???) Voilà ce que j’ai répondu à cette jolie phrase, avant que l’on me dise la suite logique, du genre :
« Mais c’est plus difficile à dire qu’à faire ! » (ou assimilé)

 

Citation:
Pour « devenir l’enseignement », il suffit de mettre en pratique soi-même ce que l’on enseigne. Une simple question de probité morale, rien de bien méchant à faire, à moins que ce que l’on enseigne puisse dépasser nos capacités humaines (toujours se méfier du fameux « Moi-Idéalisé. ») C’est pour cela que je ne traite jamais de sujet que je ne sois pas capable d’incarner moi-même afin d’en être l’exemple vivant au lieu de me contenter d’en être que le porte-parole.

Pour réussir à y parvenir, j’ai retiré de l’enseignement tout ce qui me paraissait trop mystique ou trop « lumineux » et je recommande à ceux avec lesquels je partage actuellement mes connaissances d’être bien trop occupés à s’aimer, à produire de la paix et à générer de la joie eux-mêmes pour avoir le temps d’en parler aux autres. Enseigner qu’il faut aimer avant tout est un manque total de respect pour autrui. C’est le placer ipso facto à un rang inférieur : celui du pauvre diable qui n’a encore rien compris de la vie, alors que nous, c’est pas pareil, n’est-ce pas ? Nous assumons grave de chez grave, en matière d’humanité ! (prouuuut !)

 

 

4mhsw38lUne question de « probité morale », tout simplement.
Ne jamais chercher à tromper l’autre sur la marchandise. Voyez dans le couple, par exemple : qui penserait, en se mettant en couple, de faire l’inventaire de tous ses défauts à l’autre ? L’habitude est, au contraire, de se montrer sous le meilleur jour, de « faire des efforts » pour être le mieux que l’on peut et… Le plus longtemps possible ! (sic)

Oui mais voilà : Qui peut être toujours irréprochable une vie durant ? Pourquoi ne retenir que les qualités alors qu’on sait que ce n’est jamais l’excès de qualités qui entrainent les séparations et les divorces ?

En nous montrant au contraire sous notre jour le plus noir et ce, dès le départ, on permet à l’autre de savoir s’il pourra « vivre avec ça » et on se met ainsi à l’abri de bien des désillusions futures.

 

 

Qui a le courage et la volonté de tout mettre en œuvre pour être heureux ?
Qui est devenu l’incarnation de ce qu’il prêche et qui demeure constant, de la pensée à ses actes en passant par toutes ces émotions plus ou moins matures qui nous animent sans cesse ?

A force de pousser son siège plus haut que sa tête tout en conservant l’espoir d’y assoir son cul, l’homme s’est enfermé lui-même dans un cercle vicieux infernal. Il a menti dès le départ sur ” la marchandise “, à présent, il doit continuer à le faire ou accepter de devoir avouer sa franche médiocrité.

 

 

Under the maskC‘est pour cela que la psy éso enseigne que le Moi-Idéalisé vit dans la crainte permanente d’être démasqué et lorsqu’il l’est enfin, il pousse la personnalité aux pires bassesses, laissant ainsi entendre que, finalement, le niveau n’était pas bien élevé, même dès le départ.

 

Si au départ la personne était honnête, se contentant d’être un homme, tout simplement, au lieu de se rêver être un Grand Dieu, elle n’aurait pas à s’enfoncer ainsi toujours plus loin dans le mensonge et dans le besoin d’abaisser sans cesse les autres pour ne pas rester elle-même la plus basse de toutes.

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)