Archives par mot-clé : Centres Psychiques

Un serviteur bien espiègle !

mental11On dit de l’esprit qu’il est un bon serviteur mais un très mauvais maître… Je me demande toutefois s’il est un si bon serviteur que cela… Quand on sait que c’est notre état d’esprit qui détermine l’état psychologique et physiologique dans lequel nous sommes, on est en droit de se demander si l’esprit ne serait pas un bon serviteur uniquement si on le tient à l’œil ! Cela dit, si nous ne commettions pas l’erreur monumentale de nous IDENTIFIER sans cesse avec toutes ces idées à la con qui nous traversent journellement la tête, nous ne ressentirions pas toute cette souffrance morale.

 

 

 

mental04De fait, est-ce l’esprit qui est responsable ou bien nous, ce que nous sommes réellement, c’est-à-dire NOTRE CONSCIENCE ? Vu sous le premier angle, l’esprit serait un enfant espiègle et turbulent qui n’aurait de cesse d’ennuyer l’adulte que nous sommes… Vu sous le second angle, puisque l’esprit est un enfant, espiègle ou non, il n’est pas responsable de ses actes, car il est dans la nature des enfants de se montrer turbulents, et il est du devoir et de la responsabilité des adultes d’être plus matures et responsables que de simples enfants.

 

 

bible_scroll2Selon les Shiva-Sutra (les textes primitifs du Shivaïsme du Cachemire dont la psy éso est en grande partie originaire), il est dans la nature de l’esprit de remuer sans cesse (vritti, en sanskrit = «modifications de l’esprit.») S’il est dans sa nature de remuer, il n’est donc pas sage de notre part d’attendre de lui qu’il se calme, n’est-ce pas ? Ainsi, il paraît plus intelligent de déplacer notre attention mentale qui, en règle générale, est focalisée sur tout ce que nous raconte l’esprit, à longueur de journée. De la déplacer pour la polariser (concentrer, focaliser) sur une chose qui ne remue pas, ne varie pas, est éternelle et emplie de paix, de joie, d’amour, de sagesse et de bonheur.

 

 

 

Il existmental12erait en nous une telle corne d’abondance ? Oui, et c’est notre conscience (Chitti, en sanskrit), cette partie divine de notre être global qui est sans cesse accaparée par les mouvements de l’esprit (Karma chitta), qui remue avec lui ce qui nous refile le mal de mer ! Il était déjà difficile de ne plus se concentrer exclusivement sur les choses extérieures (les autres, les évènements, les sons, etc) mais là, ça va devenir carrément impossible ! Ne plus prêter attention aux formes mentales qui nous font la danse du ventre devant notre conscience et réussissent à la séduire depuis des années ? Est-ce seulement possible, d’ailleurs ? Oui, c’est tout à fait possible. Il existe une astuce qui permet non pas de «calmer l’esprit», ce qui est impossible, mais plutôt de ne plus être fasciné et donc accaparé par ses cabrioles incessantes.

 

 

 

 

wiu5cj1bBien que nous soyons persuadés que «l’esprit est dans notre tête» ou bien que «nous pensons avec notre cerveau qui est dans notre tête» (sic), le siège véritable de l’esprit se trouve dans le cœur. Il existe des Canaux (Nadi) énergétiques qui partent du cœur et s’élèvent jusqu’au sommet du crâne et de chaque côté de notre tête, juste au-dessus de nos oreilles (dans les deux hémisphères cérébraux, donc.) A longueur de journée, de l’énergie vitale (prâna) s’élève du cœur en direction de la tête. En pénétrant certains Centres psychiques situés en effet dans notre cerveau, nous devenons conscient que nous pensons ou, plus exactement, que des pensées sont là, à portée de conscience. Il nous appartient ensuite d’y prêter attention ou non, mais ces pensées naissent en vérité de l’interaction entre de l’énergie qui s’élève du cœur et des Centres psychiques contenus dans le cerveau.

 

 

 

 

CoeurEsprit03-copieDe fait, s’il était possible de réduire -voire de faire cesser- la circulation d’énergie entre notre cœur et notre cerveau, nous n’aurions plus l’impression de penser, car nous n’en serions tout bêtement plus conscient. Lorsqu’une chose n’existe pas «pour nous», que nous n’en sommes pas conscient, alors c’est comme si elle n’existait pas en fait. En portant toute notre attention mentale non pas «sur le cœur», ni même «dans le cœur» mais sur un point précis situé sur le côté gauche de la poitrine et qui se trouve dans une partie précise du muscle cardiaque, il se passe un phénomène assez intéressant. A ce moment, non seulement l’énergie vitale réduit considérablement son débit ascendant, ce qui diminue notre perception des mouvements (Karma) de l’esprit (Chitta) en nous, mais de plus, quelque chose d’autre commence à se faire sentir en nous.

 

 

 

dans le coeurLa sensation d’Une Présence apparait et semble grandir pour notre conscience. Plus cette sensation de La Présence grandit, moins l’esprit remue et engendre des pensées. Il ne s’agit ici que de présenter les grandes lignes d’un savoir vieux de plusieurs milliers d’années et qui, jadis, n’était réservé qu’à une “élite”, composée d’initiés qui, presque tous, appartenaient à une quelconque “École de Mystère” (ce que l’on nomme de nos jours les “Ordres Initiatiques.”)

 

 

 

 

auras-doublesDésormais, il nous est permis de faire connaître ce savoir antique et même de le diffuser à une plus large échelle. Toutefois, comme un tel exercice est puissant dans ses effets psychiques et mentaux et n’est pas sans conséquences sur la psychologie du comportement, du moins après un certain temps de pratique assidue, il est vivement conseillé de suivre un professeur d’ésotérisme qualifié pour exécuter cet exercice sous son contrôle bienveillant et, surtout, avec sa présence physique et effective (pour des raisons que j’expliquerai dans un autre article ou durant les commentaires qui suivront cet article de présentation.) Si vous avez des questions, et j’espère qu’elles seront nombreuses vu le sujet, je suis à votre disposition et ce, dans les limites raisonnables (et humaines ^^) de ma disponibilité. Bien à vous mes fidèles lecteurs ! 🙂

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

La pratique des Bija-Mantra

Les Bija-Mantra

 

Pour une pratique journalière

 

 

Qui dit énergétique dit rapidement centres psychiques ou Chakra (sans ” s ” même au pluriel, car ce n’est pas du Français mais du Sanskrit, merci ^^)
Plusieurs d’entre nous connaissent les Chakra mais ce qui nous intéresse ici, ce sont les “Bija-Mantra”, c’est à dire les vibrations sonores capables d’activer et/ou de ré-harmoniser nos Centres énergétiques (autre nom, en Français, pour Chakra)

 
Chacun de nos Centres énergétiques est sensible à une sonorité et, plus précisément, à la vibration que cette même sonorité produit lorsque nous entonnons ces sons-là. Cette vibration, comme toutes choses, est de double nature (“Tout est double” – Principe de Polarité.)

Il me semble important de préciser la chose puis d’insister sur ce point car personne ne semble trouver utile de seulement le mentionner. D’ailleurs, l’avantage d’expliquer les deux aspects (ou pôles) de cette Loi en ce qui a trait aux sons vocaux, permet de rendre plus rationnel et donc crédible, l’emploi même de sons vocaux dans le développement personnel.

 

 

Ainsi, l’effet d’un son vocal est de double nature, disais-je, la première relative aux fréquences vibratoires émises dans la pièce et par le son lui-même (version la plus connue) et la seconde, relative aux vibrations plus physiques engendrées par la résonance sonore issue du palais et des lèvres, durant la prononciation de ces mots ou “Mantra”.

 

Par exemple,  si nous plaçons nos doigts sous la gorge puis si nous entonnons le son vocal “M” (“Mmmmmmm” comme pour dire qu’une chose est bonne), nous pouvons remarquer alors que “ça vibre” légèrement. De même si nous plaçons nos deux index directement dans le conduit auditif de nos deux oreilles.

 

Cette vibration, qui est donc purement physique, agit sur certaines glandes telles que la thyroïde, la pinéale (épiphyse) et la pituitaire (hypophyse.)

 

 

A présent, voyons comment nous devons procéder. Afin d’obtenir les meilleurs résultats, nous devons pratiquer d’assis, trouver une position confortable et ne ressentir aucune tension ni gène que ce soit.

Tout l’art réside dans la convergence de trois techniques qui peuvent être employer séparément et dans d’autres exercices spirituels. Dans le cas qui nous concerne aujourd’hui, nous devrons employer :

 

1. La concentration (attention mentale polarisée)

 

2. La respiration profonde et rythmée (régulière, en fait.)

 

3. L’intonation de sons vocaux (lettres, voyelles  ou mots composés.)

 

Le cumul de ces trois techniques est assez simple, puisqu’il s’agira pour nous d’inspirer lentement et profondément par le nez puis d’exhaler tout en entonnant le sons décrits plus bas et ce, en conservant notre attention mentale focalisée sur un Centre précis. Après une douzaine de cycles, environ (ou répétitions), vous devrez faire la même chose pour les points 1 et 2 mais passer à un autre Chakra pour le point 3.

 

 

Position des Chakra et Bija associés.

 

 

 

* Le premier Centre, le Coccygien, situé entre l’anus et les organes génitaux (pas loin de la prostate, chez les hommes) réagit au son LAM.


* Le second Centre, le Sacré, situé aux alentours du nombril, réagit au son VAM.


* Le troisième, le Solaire, situé à mi-chemin entre la pointe du sternum et le nombril, réagit au son RAM.


* Le quatrième, le Cardiaque, situé au centre géographique de notre poitrine, réagit au son YAM.


* Le cinquième, le Laryngé, situé dans la petite dépression sous la gorge, un peu au-dessus de la ligne des clavicules, réagit au son HAM.


* Le sixième, le Frontal, situé un centimètre au-dessus de la ligne des sourcils, réagit au son OM.


* Et le septième, enfin, le Coronal, au sommet du crâne, réagit aux deux sons différents que sont le AUM et le YOD.

 

 

Il est important de prononcer correctement chacun de ces Bija-Mantra car leur effet dépend essentiellement de la manière dont on réussit à les moduler.
Évidemment, il est plus aisé d’expliquer ce genre de chose sur place, en présence d’une personne, que de décrire comment prononcer des sons !
Leur effet est puissant et apporte réellement des bienfaits en divers domaines, notamment la santé physique et mentale, ainsi qu’une activation non négligeable de certaines facultés psychiques (pour ceux qui bossent assez longtemps avec ces sonorités, bien évidemment.)

 
Il n’est ni utile ni souhaitable de faire tous ces sons en même temps et dans la même séance, avec pour intention de brûler les étapes.
L’idéal est encore d’employer un son par jour de la semaine, en essayant de faire coïncider le Bija du Centre Coronal avec le Dimanche, si c’est possible.

 

 

Par exemple, vous commencez par faire le Bija du premier Chakra le Lundi, celui du second Chakra le Mardi, etc…
Chaque Bija-Mantra devra être répété une douzaine de fois environ, avant d’entamer une période de détente, de relaxation ou bien de méditation, selon vos choix ou aptitudes.
L’intonation des Bija se fait toujours sur l’expir, sans forcer et sans élever inutilement la voix qui doit demeurer sur une note basse et constante.
En entonnant le Bija sur chaque expir et douze fois d’affilées si possible, veillez à bien découper les syllabes de chaque son (deux ou trois, selon le son vocal)

 

 

Exemple de prononciation pour chacun des Bija-Mantra :

 

 

LAM = Llllll-Aaaaaa-Mmmmmmmm


VAM = Vvvv-Aaaaaaa-Mmmmmm


RAM = Rrrr-Aaaaaaaaa-Mmmmmm


YAM = Iiiii- iaaaaaaaa-Mmmmmm


HAM = HAaaaaaaaaaa-Mmmmmm


OM = Oooooooooo-Mmmmmmm


AUM = Aaaa-Ouuuuu-Mmmmmmm


YOD = Iiiiii-iooooooooooooo-D

 

 

Exemple d’exercice complet journalier.

 

 
1. Assis sur une chaise ou un fauteuil (pas couché), détendez-vous, inspirez puis expirez profondément trois fois : inspirez par le nez, expirez par la bouche complètement et à fond (sans gonfler les joues), ceci afin de vider le bas de vos poumons qui a tendance à se remplir de gaz carbonique, qui est plus lourd que l’oxygène.
2. Fermez les yeux puis ayant choisi le Bija du jour, inspirez et expirez en entonnant le son, douze fois d’affilées. Faites trois séries de douze répétitions au maximum et ce, jusqu’à trois fois par jour mais pas plus.

(Par exemple, une série de trois fois douze sons le matin, une autre vers midi et une dernière le soir.)
3. Une fois l’exercice terminé, conservez les yeux fermés et, respirant normalement, demeurez détendu et sans pensées à rien de précis durant dix minutes. C’est à ce moment que vous pourrez, si vous en avez envie ou si cela vous est habituel, faire une méditation ou un autre exercice, cela à la condition expresse qu’il n’implique pas l’intonation de sons supplémentaires.
Puis, lorsque vous avez terminé, levez-vous et vaquez à vos occupations ordinaires.

 

 

Nota : Il me semble important de préciser ici que l’emploi des sons vocaux n’a rien de magique ! Il a été démontré, depuis des années, que ce sont les vibrations émises par les sons qui, en étant amplifiées par certaines cavités naturelles (comme notre bouche et certaines zones cervicales) produisent un effet émollient sur certaines parties de notre système nerveux et, en particulier, sur nos glandes endocrines.

A ces vibrations de nature physique, viennent s’ajouter les vibrations bien plus ténues et subtiles de celles de l’éther, de l’atmosphère ambiante, si vous préférez.

 

 

D’ailleurs, si vous avez un jour l’occasion de pratiquer cet art des sons vocaux dans une vielle église abandonnée ou dans une petite grotte ou cavité rocheuse, vous aurez la démonstration de ce que peuvent produire les Bija-Mantra lorsque les ondes sonores ainsi produites et déployées, se répercutent sur une ou sur plusieurs parois.

 

 

Il va sans dire que le fait d’essayer cet exercice durant quelques jours n’engage à rien et ne coûte que la difficulté de ne pas passer pour un fou (voire pire) si notre voisin de palier nous entend chanter à tue-tête ” Om, Om, Om ! ” (sic)

Essayez donc de vous retrouver seul et tranquille avant de pratiquer.

Il est bon également de penser à débrancher le téléphone.

 

 

Une dernière précisions enfin : Il faut environ trois semaines de pratique pour obtenir des effets objectivables ou mesurables. Avant cela, il est possible que vous ne sentiez ni ne remarquiez rien de bien précis et ce sera normal.

 

 

A l’inverse, et si vous êtes une personne très sensible, vous pourrez ressentir des effets dès le second ou troisième jour. Ce qui ne veut pas dire que vous devrez alors abandonner et trépigner de joie ! Cela voudra dire, plus sobrement, que vous avez tout intérêt à poursuivre cet exercice avec le plus grand sérieux.

 

Je me tiens à la disposition de tous et de chacun pour répondre aux éventuelles questions, que cela soit avant de pratiquer et pour clarifier certains points de l’exercice vous paraissant encore un peu obscur, ou après cet exercice, pour expliquer d’éventuels effets 🙂

 

 

Dans tous les cas, le seul fait de poster un commentaire ici et à la suite de cet article, sera pour vous un moyen efficace de me remercier pour le temps que je consacre aux autres et pour mon désir de partager ma passion pour l’ésotérisme véritable ou “Originel” 🙂