Archives par mot-clé : l’adulte

Un serviteur bien espiègle !

mental11On dit de l’esprit qu’il est un bon serviteur mais un très mauvais maître… Je me demande toutefois s’il est un si bon serviteur que cela… Quand on sait que c’est notre état d’esprit qui détermine l’état psychologique et physiologique dans lequel nous sommes, on est en droit de se demander si l’esprit ne serait pas un bon serviteur uniquement si on le tient à l’œil ! Cela dit, si nous ne commettions pas l’erreur monumentale de nous IDENTIFIER sans cesse avec toutes ces idées à la con qui nous traversent journellement la tête, nous ne ressentirions pas toute cette souffrance morale.

 

 

 

mental04De fait, est-ce l’esprit qui est responsable ou bien nous, ce que nous sommes réellement, c’est-à-dire NOTRE CONSCIENCE ? Vu sous le premier angle, l’esprit serait un enfant espiègle et turbulent qui n’aurait de cesse d’ennuyer l’adulte que nous sommes… Vu sous le second angle, puisque l’esprit est un enfant, espiègle ou non, il n’est pas responsable de ses actes, car il est dans la nature des enfants de se montrer turbulents, et il est du devoir et de la responsabilité des adultes d’être plus matures et responsables que de simples enfants.

 

 

bible_scroll2Selon les Shiva-Sutra (les textes primitifs du Shivaïsme du Cachemire dont la psy éso est en grande partie originaire), il est dans la nature de l’esprit de remuer sans cesse (vritti, en sanskrit = «modifications de l’esprit.») S’il est dans sa nature de remuer, il n’est donc pas sage de notre part d’attendre de lui qu’il se calme, n’est-ce pas ? Ainsi, il paraît plus intelligent de déplacer notre attention mentale qui, en règle générale, est focalisée sur tout ce que nous raconte l’esprit, à longueur de journée. De la déplacer pour la polariser (concentrer, focaliser) sur une chose qui ne remue pas, ne varie pas, est éternelle et emplie de paix, de joie, d’amour, de sagesse et de bonheur.

 

 

 

Il existmental12erait en nous une telle corne d’abondance ? Oui, et c’est notre conscience (Chitti, en sanskrit), cette partie divine de notre être global qui est sans cesse accaparée par les mouvements de l’esprit (Karma chitta), qui remue avec lui ce qui nous refile le mal de mer ! Il était déjà difficile de ne plus se concentrer exclusivement sur les choses extérieures (les autres, les évènements, les sons, etc) mais là, ça va devenir carrément impossible ! Ne plus prêter attention aux formes mentales qui nous font la danse du ventre devant notre conscience et réussissent à la séduire depuis des années ? Est-ce seulement possible, d’ailleurs ? Oui, c’est tout à fait possible. Il existe une astuce qui permet non pas de «calmer l’esprit», ce qui est impossible, mais plutôt de ne plus être fasciné et donc accaparé par ses cabrioles incessantes.

 

 

 

 

wiu5cj1bBien que nous soyons persuadés que «l’esprit est dans notre tête» ou bien que «nous pensons avec notre cerveau qui est dans notre tête» (sic), le siège véritable de l’esprit se trouve dans le cœur. Il existe des Canaux (Nadi) énergétiques qui partent du cœur et s’élèvent jusqu’au sommet du crâne et de chaque côté de notre tête, juste au-dessus de nos oreilles (dans les deux hémisphères cérébraux, donc.) A longueur de journée, de l’énergie vitale (prâna) s’élève du cœur en direction de la tête. En pénétrant certains Centres psychiques situés en effet dans notre cerveau, nous devenons conscient que nous pensons ou, plus exactement, que des pensées sont là, à portée de conscience. Il nous appartient ensuite d’y prêter attention ou non, mais ces pensées naissent en vérité de l’interaction entre de l’énergie qui s’élève du cœur et des Centres psychiques contenus dans le cerveau.

 

 

 

 

CoeurEsprit03-copieDe fait, s’il était possible de réduire -voire de faire cesser- la circulation d’énergie entre notre cœur et notre cerveau, nous n’aurions plus l’impression de penser, car nous n’en serions tout bêtement plus conscient. Lorsqu’une chose n’existe pas «pour nous», que nous n’en sommes pas conscient, alors c’est comme si elle n’existait pas en fait. En portant toute notre attention mentale non pas «sur le cœur», ni même «dans le cœur» mais sur un point précis situé sur le côté gauche de la poitrine et qui se trouve dans une partie précise du muscle cardiaque, il se passe un phénomène assez intéressant. A ce moment, non seulement l’énergie vitale réduit considérablement son débit ascendant, ce qui diminue notre perception des mouvements (Karma) de l’esprit (Chitta) en nous, mais de plus, quelque chose d’autre commence à se faire sentir en nous.

 

 

 

dans le coeurLa sensation d’Une Présence apparait et semble grandir pour notre conscience. Plus cette sensation de La Présence grandit, moins l’esprit remue et engendre des pensées. Il ne s’agit ici que de présenter les grandes lignes d’un savoir vieux de plusieurs milliers d’années et qui, jadis, n’était réservé qu’à une “élite”, composée d’initiés qui, presque tous, appartenaient à une quelconque “École de Mystère” (ce que l’on nomme de nos jours les “Ordres Initiatiques.”)

 

 

 

 

auras-doublesDésormais, il nous est permis de faire connaître ce savoir antique et même de le diffuser à une plus large échelle. Toutefois, comme un tel exercice est puissant dans ses effets psychiques et mentaux et n’est pas sans conséquences sur la psychologie du comportement, du moins après un certain temps de pratique assidue, il est vivement conseillé de suivre un professeur d’ésotérisme qualifié pour exécuter cet exercice sous son contrôle bienveillant et, surtout, avec sa présence physique et effective (pour des raisons que j’expliquerai dans un autre article ou durant les commentaires qui suivront cet article de présentation.) Si vous avez des questions, et j’espère qu’elles seront nombreuses vu le sujet, je suis à votre disposition et ce, dans les limites raisonnables (et humaines ^^) de ma disponibilité. Bien à vous mes fidèles lecteurs ! 🙂

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Illogisme de l’éducation

Illogisme de l’éducation

 

 

Lorsque nous sommes enfants, on nous apprend généralement à toujours dire la vérité, parce que cela est “Bien.” Lorsque nous faisons une bêtise, que nous cassons quelque chose ou commettons une erreur notoire, nous devons avouer notre faute parce que, justement, la vérité est “le Bien” et le mensonge est “le Mal.” Et lorsque nous avouons notre faute, notre erreur ou notre manquement aux règles des adultes, nous sommes punis car on nous apprend aussi que toute erreur commise, toute faute, mérité sa juste punition.

Et cela aussi, c’est “le Bien.” Un bien qui peut éventuellement nous empêcher de nous assoir durant quelques heures.

Voilà que l’enfant se retrouve avec un paradoxe sur les bras : s’il commet une faute et l’avoue, il est fidèle à l’idéal de Bien mais s’en prend plein la tronche !
S’il ment et cache la vérité, il penche inexorablement vers le “Mal”, mais il conserve ses joues ou fesses intactes. Si vous étiez un enfant, comment réagiriez-vous à cette forme d’éducation ?
Que choisiriez-vous, “le Bien” (avec le cul qui cuit !) ou “le Mal”, avec l’occasion de pouvoir vous assoir sans aucun problème ?

Vous avez été des enfants, nous l’avons tous été. Et devinez ce que certains d’entre nous ont choisi, finalement, comme option ? Appelez votre passé, il a des choses à vous raconter ! De toutes façons, ce “passé” est bien présent en vous et il conditionne depuis des lustres certains de vos comportements les plus intimes et involontaires.

Quand on n’est plus un enfant, on est en droit de réclamer la liberté qui ne nous a pas été offerte (et pour cause) lorsque nous étions des bambins inconscients.
Vivre sur un passé conditionné “à cause des parents et de leur éducation” est non seulement stupide, mais aussi très lâche.

 

 

La responsabilité des parents s’arrête là où l’adulte a commencé à refuser d’assumer les siennes.

 

 

Il est bon par contre de remarquer le “confort mental” qu’offre à certains le fait de réagir encore comme un enfant ! (n’est-ce pas ?) Mentir est aisé et en plus, cela permet de ne pas avoir à payer pour la pomme volée sur l’étalage du marchand. La faim est une excuse mais la négation est bien plus payante, surtout quand elle se transforme en réflexe.

Oui mais voilà : quand on veut s’améliorer, évoluer, s’unir à la partie divine de nous-mêmes, etc., il devient alors urgent de revisiter nos bases, assises ou repères psychologiques. Et l’une de ces bases, foyer de problèmes et de névroses en tous genres, est justement la période de l’enfance durant laquelle certaines prédispositions ont peut-être été contrariées et durant laquelle certaines habitudes malsaines ont été contractées.

Même lorsqu’un enfant fait mine d’obéir, de céder à la pression psychologique quand ce n’est pas à la violence physique, il COMPENSE toujours cette obéissance par quelque chose d’autre. Quelque chose qui, plus tard, lui nuira encore plus que le sentiment de sa dépendance passée.

 

 

Défense ou tentative de manipulation ?

 

 

Il arrive souvent qu’un mécanisme de défense (ex : mentir pour ne pas se faire punir) se transforme avec le temps en mécanisme de domination (mentir parce que ça sert à obtenir ce que l’on veut) Le subconscient raisonne par déductions et associations d’idées : pour lui, il est évident que si le mensonge préserve de la fessée, alors le mensonge est efficace puisque il préserve du mal véritable ! Énoncé ainsi… Oui mais voilà : plus ça marche et plus on emploi le mensonge, et plus on ment et moins… on ressent la vérité !

Pourquoi ? Parce que nous ressentons toujours ce que nous pensons (son contenu formel) et si nous changeons notre façon de penser, nous changeons du même coup notre ressenti.
Entendons-nous bien : la psychologie ésotérique n’a rien à voir avec les règles de morales, parfois aussi stupides et inadaptées que contraignantes à souhait. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’efficacité réelle de nos divers états d’esprit. Nous désirons savoir ce qui est bon pour nous et rejeter ce qui ne l’est pas, un point c’est tout. Mentir aux autres n’est pas le problème, je vous l’assure, mais mentir au point de ne plus être capable de ressentir la vérité, pour soi et même en secret, alors là, ça commence sérieusement à craindre !

Une fois installé comme règle de vie (voir le mode de raisonnement déductif propre au subconscient) le mensonge nous coupe de notre ressenti et donc de notre Soi car ce dernier se manifeste surtout par ce que l’on ressent (et qui est censé provenir de lui, n’est-ce pas ?)

 

 

La conscience préfère toujours Abel à Caïn.

 

 
La vérité se résume toujours à ce que nous SENTONS, cela parce que ce que nous sentons est véritable, puisque nous le sentons en nous ! Et bien qu’il s’agisse de “notre vérité”, de toute façon, nous ne pourrons jamais accéder à une autre vérité que celle qui passe par le filtre (plus ou moins propre) de notre mentalité. Pour nous, le ressenti est la plus haute forme de perception directe car elle passe par la conscience.

 

Et il n’est pas possible, pour nous, de prendre conscience d’une chose si elle n’existe pas au moins pour nous !

 

Lorsque nous étions petits, nos parents nous faisaient parfois sentir leur déception à notre égard. Par exemple, une promesse non tenues, un devoir mal (ou pas) fait ou une habitude mauvaise qu’ils pensaient que nous avions perdue (ben non, on mentait, comme eux, et toc !) Leur façon de nous faire sentir leur déception à notre sujet était soit “doucereuse”, soit brutale, soit plaintive, soit vicieuse (piques, allusions, etc.)

Une fois devenus adultes, nous nous comporterons d’une certaine façon lorsque nous serons déçu par le comportement d’autrui. Cela parce qu’un tel comportement réveillera (ou évoquera) en nous des souvenirs liés aux diverses déceptions de nos parents à notre sujet. Soit nous reproduirons la manière toute particulière de réagir de nos parents, soit et à l’inverse, nous tenterons de nier ces réactions en nous comportant comme nous aurions aimé que nos parents le fassent avec nous.

 

Inutile de dire que, dans les deux cas, ce pauvre adulte ne l’est guère et que nous sommes devenus, avec le temps, se comportera d’une manière largement conditionnée.  En effet, réagir comme ou réagir à l’inverse de, cela revient à réagir et non à AGIR. Or, une individualité (du latin “Indivi” = Qui ne peut être divisé) est une chose insécable, unique et dont les actes sont sans antériorité, sans aucun schéma directionnel relatif au passé ou à l’expérience d’autrui.

Dès lors, nous ne saurons jamais comment nous aurions réagi en tant que nous et dans des conditions identiques à celles de notre enfance mais en occupant, à notre tour, ce rôle si délicat de parent ou d’éducateur. Et nous ne pourrons pas le savoir parce que ce que nous sommes devenus demeure conditionné par ce que nous avons vécu au contact d’autrui.
A moins que nous puissions nous libérer ce conditionnement.

 

 

Reproduire ou tenter de nier ?

 

 

Si nous repensons à la manière dont nos parents se comportaient envers nous lorsqu’ils étaient déçus par nos actes et si nous prenons le temps d’observer comment nous réagissons, à notre tour et aujourd’hui, lorsque une autre personne trahit nos attentes jugées “légitimes”, nous en apprendrons bien plus sur nous-mêmes qu’en cinquante séances chez un psychiatre !

Et nous conserverons notre argent, surtout. Une fois les mécanismes éventés, une fois que l’on comprend pourquoi “maman faisait ceci” et pourquoi “Merde, je refais pareil qu’elle, au secours !!!” (lol) il reste à observer tranquillement, sans passion mais sans complaisance, notre degré exact de probité mentale (et non “morale.”) En clair, une fois que nous avons compris que nous reproduisons le comportement de nos parents ou que, et à l’inverse, nous essayons de nier leur influence “rien que pour les faire suer”, reste à nous avouer si on tient à ce mécanisme ou s’il nous fait vraiment gerber.

 

Car ne vous y trompez pas : vous risquez d’être étonné lorsqu’il sera question pour vous de vous débarrasser d’une chose qui produit pourtant de la souffrance… Vous pourriez bien découvrir, horrifiés, que vous ADOREZ ces mécanismes et qu’il n’est pas question de les laisser tomber ! Mais même dans ce cas, vous aurez fait un grand pas : vous aurez repris le contrôle de votre vie et même vos souffrances passeraient alors immédiatement sous votre pleine et entière responsabilité. Et qui dit “redevenir responsable” dit du même coup “retrouver le pouvoir” car nous ne pouvons agir que sur ce qui nous appartient et dont nous avons la pleine responsabilité.

 

 

L’amour, une chose qui se mérite ?

 

 

Parlons à présent de ce qui fâche ou choque les frileux de l’esprit…  Il existe très certainement des enfants qui ne méritent pas l’amour inconditionnel que leur prodigue leurs parents. Suis-je dur ? Pas vraiment… En tout cas infiniment moins que ces petits morveux qui en font baver à leurs parents, cela parce qu’ils savent que ces derniers n’oseront jamais leur nuire et préfèreront plutôt souffrir en silence. “Par amour”, diront-ils en grimaçant.
Et oui ! Il y en a pour tout le monde est le fait d’être objectif ne protège ni des déceptions, ni de passer pour “une personne mauvaise” en dénonçant le véritable mal chez les autres.

Il suffit d’être libre de conscience, objectif et honnête envers soi-même pour comprendre ces choses… Avoir de l’amour, de la compassion, vouloir jouer aux super héros de la spiritualité qui s’obstinent à aimer durant leurs séance journalière sodomie sans vaseline (lol), ceci est l’affaire des faibles, pas de ceux qui ont calmé les mouvements de leur propre esprit et peuvent donc voir les choses “en l’état” et d’un œil aussi détaché que viril.

 

Notez au passage que les plus grands mystiques n’avaient pas d’enfant ou s’ils en avaient, ils avaient cessé toute relation avec eux. Cela vous choque aussi ? Si oui, contrôlez par vous-mêmes et vous verrez bien. Pour les bouddhistes, revoyez donc la vie du Prince Siddhartha.
Ceux qui pensent que de bons parents “attirent” des enfants de M… et que des enfants merveilleux attirent des parents pourris ont parfaitement raison !
Cela dit, il n’est pas certain que ceux qui ont déjà trouvé cette synchro soient aussi capables d’en définir la raison logique sous-jacente. Et encore moins la Loi spirituelle qui se cache (à peine) derrière les faits.

J’arrêterai là mes propos, préférant encore répondre aux questions, commentaires et autres critiques qui, toutes, en ce qui concerne ces dernières, seront accueillies de la même manière : sans passion et avec cette objectivité qui n’est guère du goût des tempéraments par trop émotifs, dirai-je pour demeurer poli.

 

 

 

    Serge

Licence Creative Commons

L’éducation et les lois spirituelles

L’éducation et les lois spirituelles

 

 

L‘un des sujet favoris des psy éso est l’éducation.
C’est également sur ce sujet que les psy éso se montrent les plus agaçants possible ! En effet -et pour parler franc- les psy éso pensent que les spécialistes de l’éducation des enfants s’y prennent comme des manches !
D’ailleurs, si leur méthode était si bonne que cela, il y aurait bien moins de jeunes loubards dans les rues et nous devrions bien moins faire semblant de ne pas voir la réalité en face.

 

Mais bien que leur méthode ne soit pas efficace, se sont encore et toujours les mêmes qui conservent “le pouvoir de faire changer les choses ou de les laisser stagner.” Une méthode qui MARCHE, qui a fait ses preuves, mérite de perdurer, de devenir “l’étalon modèle” d’une société qui se veut prospère.
Au lieu de cela, que voyons-nous vraiment ?
Des parents désabusés, qui ont baissé les bras et sont complètement découragés en réalisant que leurs efforts en vue d’élever leurs enfants et de leur transmettre certaines valeurs humaines, se soldent souvent par un échec.

 

Et ceux qui ont réussi, me rétorquerez-vous passablement outrés car piqués au vif en tant que parent ? Réussi à quoi ? A avoir des enfants qui se sont élevés seuls et étaient, de toutes façons, déjà formés et éveillés dès leur prime adolescence ?
Formez un jeune athlète qui s’ignore aux jeux olympiques puis essayez la même chose sur un homme handicapé et dans un fauteuil roulant et vous comprendrez !

 

Avons-nous le pouvoir de faire changer les choses ? Si les “autorités compétentes” ne réagissent toujours pas, c’est qu’elles ont très peur de devoir avouer leur propre incompétence à répondre aux besoin réels du peuple.
Pour mémoire, notre actuelle manière de concevoir la “Démocratie” se résume à voter pour des gens qui, ensuite, décideront à notre place et en notre nom, de promulguer des décrets (ou des lois) susceptibles de nous protéger et de faire respecter la liberté et le bien-être de tous.
Mais est-ce vraiment le cas, concrètement ?

 

Qui détient le pouvoir et en abuse sans même plus prendre la peine de se cacher ? Ceux qui pensent que tout va pour le mieux dans le meilleurs des mondes devraient courir, de toute urgence, chez un bon Ophtalmo !
Pour les moins frileux de l’âme, pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux et osent regarder la réalité en face, la réponse est bien évidemment celle-ci :
NON ! Cela ne marche pas et, d’ailleurs, cela ne marchera jamais !
Du moins, tant que les gens n’accepteront pas de s’avouer deux vérités humaines essentielles :

 

1. Chacun ne pense en réalité qu’à sa propre gueule et les autres ne servent que de prétexte extérieur pour arriver à des fins individuelles précises.

 

2. Personne ne veut voir la vérité en face car chacun craint de devoir ainsi se remettre en cause à chaque instant et pour chaque domaine de la vie.

 

Évidemment, l’une des répliques les plus succulentes -et les plus ringardes aussi- des inconditionnels de notre chère “Raie Publique” (lol) est celle-ci :
“Et toi, qu’as-tu à nous proposer de mieux, beau parleur prompt à la critique mais pauvre en la méthode ?”
(Oui, les pleutres ont parfois un langage des plus châtié !)
Le problème n’est jamais de trouver des solutions mais de se donner le pouvoir de les appliquer.  Ou de s’autoriser à agir enfin.
Car il est inutile d’attendre de le recevoir de la main de ceux et de celles qui ne le lâcheront jamais et pour rien au monde !
L’évolution préférable à la révolution.
Autant dire que les “beaux parleurs” seront forcés de le demeurer, faute de pouvoir démontrer qu’il est toujours possible de faire mieux.
Nous pouvons transformer notre vie et à notre propre niveau mais pour transformer une société, il faut être plus nombreux.
Ainsi, pour ” faire mieux “, il est absolument nécessaire que le pouvoir puisse changer de mains.
Mais pas “changer de mains” dans le sens de passer des mains de la droite à celles de la gauche, toutes deux composées d’hommes et de femmes qui ne songent qu’à leur propre nombril.
Ce qu’il nous faut, peu importe les origines et appartenance politique, ce sont des êtres humains véritables, des hommes et des femmes qui acceptent de se mettre à la place des autres et qui refuseraient de faire aux autres ce qu’ils ont horreur que l’on fasse à eux-mêmes.

 

Mais avez-vous déjà rencontré un Tyran qui accepte de céder sa place à meilleur que lui ? A “meilleur tyran” que lui, certes, il en existe, mais à MEILLEUR tout court, il n’en existe pas car dans le cas contraire, il ne s’agirait pas d’un tyran mais d’un grand sage.

 

Donc, et pour le moment, nous ne parlerons de “solutions” à court terme car ces dernières nécessitent que le pouvoir soit réellement rendu au peuple et ne soit plus entre les mains crispées de vieillards décrépis et aigris dont l’avenir repose sur l’inexistence forcée des autres. Réagir ne serait-ce qu’à notre humble niveau est déjà une révolution en soi !

 

Nous allons plutôt parler “d’astuces” à appliquer en famille et individuellement et à ne pas mettre sous les yeux des “spécialistes diplômés d’État” qui, par nécessité, sont obligés de se ranger du côté du plus fort s’ils désirent conserver les avantages sociaux relatifs à leurs postes.
Donc, homme de pouvoir, tu es prié de cesser de lire à ce point de mon article et d’aller boire un café en méditant sur une manière novatrice pour prendre au peuple cela-même que tu lui a promis, afin d’accéder au pouvoir.

 

Plus sérieusement, sachez que plus une méthode d’enseignement fait hurler un spécialiste des enfants, plus elle est susceptible d’être efficace et donc, de démontrer l’incompétence de ceux qui ont des diplômes à la place d’un cœur et des programmes à suivre à la place du cerveau.
La véritable psychologie de l’enfance est invariable car elle est relative au fonctionnement de lois spirituelles bien spécifiques et invariables elles aussi.
Ces lois s’appliquent de ce fait à TOUS les enfants, quels qu’ils soient, bien que les effets, en terme de qualité et de “réponse dans le temps”, puissent varier d’un enfant à un autre, bien évidemment.

 

Les enfants sont intuitifs et non intellectuels. Du moins, au départ.
Ils sont donc tout naturellement guidés par les lois spirituelles et n’ont aucune raison de s’y opposer.
Certains enfants naissent avec un caractère déjà formé.
Le mieux, dans ce cas, c’est de leur offrir ce dont ILS ont vraiment besoin, et NON ce dont Vous croyez qu’ils ont besoin.
De toutes manières, dans le cas contraire, les résultats seront aussi catastrophiques pour l’adulte que pour l’enfant.
Bien que ce sera l’enfant qui en pâtira le plus et en fin de compte.
Voyez si c’est là un de vos buts visés !

 

Un peu de technique pour techniciens de l’esprit !

 

Passons à présent à une partie un peu plus technique.
Nous progresserons lentement et, si cela s’avère nécessaire, nous découperons ce présent article en plusieurs morceaux afin d’en faciliter la lecture.
Question : pourquoi les parents sont généralement énervés et stressés lorsqu’ils doivent sévir avec leurs enfants ? En voilà une question qu’elle est bonne, non ? (En français dans le texte.) La réponse est évidente et, comme souvent, se trouve sous notre nez, comme on dit.

 

Savez-vous ce qu’est une “DDP“, en électricité ?
Ce une “Différence De Potentiel”
Lorsqu’une chose est “plus chargée” qu’une autre, on parle alors de différence entre le potentiel énergétique (sa charge) de l’une par rapport au potentiel énergétique de l’autre.
Dans le cas qui nous concerne ici, qu’avons-nous exactement ?
Nous avons d’un côté un parent qui essaye d’enseigner “les bonnes manières” à son enfant parce qu’il est persuadé que cela est juste et bon, et de l’autre côté, nous avons un enfant qui n’en a rien à braire et qui se réjouit à la seule idée de n’en faire qu’à sa tête !

 

Conserver toujours une vision dépassionné du sujet.

 

Vous voyez mieux le tableau une fois dépeint selon une vision dépassionnée qui n’est ni “pour” l’adulte, ni “pour” l’enfant mais juste “pour” ce qui existe et se passe ” dans l’actualité ” ?
Selon cette loi, ce “principe de polarité”, vous êtes le pôle qui es “chargé à fond”, par rapport à l’enfant qui, lui, est complètement “déchargé.”
Ici, la “charge” correspond à un savoir donné (ce qu’il faut ou non dire ou faire en société, par exemple.)

 

Quels que soient le but, le motif et les moyens invoqués, lorsque vous tombez sous le coup d’une loi (ou l’employez sans même le réaliser), vous devez à tout prix suivre les directives de cette même loi sinon, vous courrez à l’échec, au mieux et à la catastrophe au pire.
Sans doute serez-vous quelque peu étonné d’apprendre que la plupart de nos actes tombent tout naturellement sous le coup d’une ou de plusieurs lois.
Il ne devrait pas vus paraître difficile d’en comprendre intellectuellement l’énoncé.

 

C’est après que cela se corse, comme on dit à Ajaccio !
L’homme a créé de hautes murailles dans son mental, de véritables forteresses de certitudes, comme le dit un poète méconnu (==> Serge Baccino ^^)
Nombreux sont ceux qui croient que ce qui appartient à un domaine précis, doit nécessairement tomber sous le coup d’une loi différente de tout ce qui appartient à un autre domaine tout aussi précis et différent.

 

Les lois spirituelles omniprésentes dans notre vie.

 

En réalité, l’essentiel de ce que pense, dit ou fait un homme, dépend d’une loi spirituelle ou d’une autre et est totalement régit par elle !
C’est l’action de cette Loi qui fait « réussir » ou bien « échouer » nos plans.
Comprenez-vous que je suis en train de vous dire que non seulement le hasard n’existe pas mais que, de plus, il est fort probable que vous n’ayez jamais « réussi » ou « raté » quelque chose que vous ayez entreprit en méconnaissant totalement l’existence de ces lois spirituelles ?

Relisez ces trois dernières phrases car elle valent leur pesant d’or, en terme de connaissance spirituelle.

 

L’homme qui ignore comment fonctionne son propre esprit, ignore du même coup qu’il n’agit pas vraiment mais que ce sont des énergies spirituelles (lois) qui agissent pour lui, à travers lui et… A sa place ! C’est un peu comme si vous aviez l’habitude de faire la sieste au soleil et en maillot de bain, tout en ignorant les effets de l’exposition au rayonnement de l’astre solaire.
Vous pourriez en arriver à croire que “vous vous faites bronzer la peau” (sic) alors qu’en vérité, c’est le soleil qui fait cela pour vous et à votre place !

Celui qui ignore les lois du fonctionnement de l’esprit, vit sa vie comme il jouerait une partie de dés !

 

Il est naturel et compréhensible qu’il en arrive à croire ensuite au destin”, au “hasard”, à “la chance”, etc. Toute notions aussi abstraites que fausses qui disparaissent dès que nous remplaçons l’ignorance par la connaissance.

Par la connaissance des lois et des principes qui régissent le fonctionnement de l’esprit.

 

Une célèbre phrase dit «Homme, connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux.» Cette phrase qui ne fait que deux mots, en Grec, était gravée sur le fronton du Temple de Delphes, en Grèce. On serait en droit de se demander par quel miracle le fait de se connaître soi-même pourrait ainsi nous instruire sur tout le reste !
Et pourtant ! Lorsqu’on a compris que notre esprit est le même que celui de tous et qu’il fonctionne donc de la même manière que pour tous les autres, connaître le fonctionnement de notre esprit, revient à s’offrir la capacité de comprendre et de connaître tout le monde.
Dès lors, nous commençons à pressentir l’existence d’une formidable vérité.
Une vérité qui nous laisse admiratif et infiniment plus libres et en paix qu’auparavant. Mais revenons au sujet de l’éducation des enfants par des adultes qui ne connaissent rien aux lois mentales (ou spirituelles)

 

Nous avions laissé un adulte qui essayait de transmettre sa connaissance du “bien vivre en société” à son enfant. Nous avons compris que lorsque deux personnes discutent (ici un adulte avec un enfant), celle qui sait le plus de choses est également celle qui est le plus “polarisé”, c’est à dire celle à partir de laquelle l’énergie pourra circuler du pôle plus au pôle moins.
C’est donc vraiment comme en électricité, et comme, par exemple, les deux bornes de la batterie de notre automobile.

 

Ne pas toucher aux pôles !

 

Il est évident que des deux, l’adulte est celui qui est le plus polarisé (instruit) en “savoir vivre” et l’enfant est celui des deux qui l’est le moins. Ou qui est le plus privé de conditionnements mentaux, en fait ! L’adulte s’imagine donc qu’en étant lui-même le pôle à partir duquel circulera l’énergie, il réussira à repolariser l’enfant et ce, afin de le rendre identique à lui.
Le but inavoué est donc d’en faire une copie conforme de son père (ou de sa mère, pour une fille) Et même si ce n’est pas là le but poursuivi sciemment, c’est du moins le résultat que cette méthode pourrait donner si elle venait à être couronnée de succès.

 

Hélas ! Trois fois hélas ! (Hélas, hélas, hélas, donc) Ce n’est pas ainsi que les choses se passent dans les faits ! L’idée première étant de faire circuler l’énergie d’un pôle à un autre (enseigner, éduquer), le subconscient des deux parties (l’adulte et l’enfant) va donc faire en sorte que cette même circulation d’énergie DURE le plus longtemps possible.

Pourquoi cela ? Parce que c’est l’un des rôles du subconscient de faire durer tout ce qui produit du plaisir. Et il est plaisant et valorisant, pour un enfant, d’avoir un parent… Qui s’occupe de lui ! (et qu’importe de quelle manière.)

 

Bien sûr, l’adulte croit agir dans l’intérêt de son enfant. Son but est de l’éduquer, de le former, de lui apprendre “les bonnes manières”, et ce, en fonction de ce que l’adulte a lui-même appris et qui l’a aidé à devenir ce qu’il est devenu. En somme, cela revient, pour cette adulte, à SE reproduire mentalement dans son propre enfant et donc d’en faire un fac-similé.
Il nous faut bien comprendre arriver à cette partie de cet article, que :

Quels que soient nos buts et motivations, le subconscient réagira en fonction des lois spirituelles et produire donc des effets qui correspondront à ses mêmes lois et pas nécessairement à nos attentes, toutes légitimes qu’elles soient par ailleurs.

 

Remplacer le devoir ou l’obligation par le plaisir de savoir enfin.

 

La plupart des adultes qui ont des enfant désirent sincèrement remplir leurs devoirs et obligations de parents. Et l’un de ces devoir qui n’est d’ailleurs en rien “une obligations”, consiste à faire circuler le savoir. De le faire circuler d’un pôle + à un pôle – et non de changer la polarité d’origine.
Et c’est ce qu’un parent inattentif aux lois de l’esprit, peut réussir à produire s’il essaye de «se transmettre» (dans le sens de se déverser) au mental de son enfant. Un enfant qui n’a nul besoin de reproduire son père (ou sa mère) mais qui a un besoin urgent de se connaître lui-même.
Du moins, de se connaître tel qu’il serait si on lui laissait la chance d’être ! D’être lui-même et non pas cette pâle photocopie ratée de l’un quelconque de ses parents, voire des deux à la fois !

 

Notre subconscient raisonne par déduction et par association d’idées.

 

Notre subconscient raisonne par déduction et par association d’idées. Il perçoit immédiatement tout ce qui nous tient à cœur et aussi bien ce qui nous réjouit que ce qui nous terrorise. L’un de ses rôles pourrait s’identifier à celui d’un serviteur aussi docile qu’attentif à satisfaire la moindre de nos requêtes.
Toutefois, son principal “défaut” est qu’il est incapable de discernement.
C’est à la conscience objective (ou “de veille”) qu’il appartient de juger, de réfléchir, de mesurer, de peser et de prévoir. Le subconscient est incapable de mesurer les conséquences de ce que nous réclamons de lui et ce, plus ou moins consciemment.

 

Un allié précieux.

 

Notre subconscient fera toujours tout son possible pour nous faire plaisir, pour accéder à nos requêtes, mais il ne peut pas fonctionner à l’encontre des lois spirituelles. Ne pouvant transformer un enfant/ignorant en un adulte/connaissant (ni même d’ailleurs un “adulte/connaissant en un “enfant/ignorant”), il choisira l’option la plus logique : faire durer le plaisir !
A savoir, faire durer l’échange énergétique et psychologique, cette transmission de savoir. Et c’est cela qui tisse des liens parfois difficiles à gérer, plus tard et dans la vie relationnelle enfants/parents. En effet, arrivé à l’âge adulte, cette transmission d’énergie ininterrompue qui s’écoule toujours du “pôle parent” au “pôle enfant” peut devenir pesante pour ne pas dire mieux.

 

Ainsi, l’énergie va circuler sans cesse entre les deux pôles (adulte-enfant)sans jamais cesser et, plus fâcheusement encore, sans jamais parvenir à réaliser ce qui était préalablement visé comme but : instruire l’enfant ! Comprenez-vous bien ce que je suis en train de vous révéler ici ? Et, surtout, tout ce que cette révélation apparemment anodine implique ?
Bien sûr, l’adulte pourra se convaincre qu’il a bien remplit son rôle. En fait, il aura en effet essayé et l’enfant pourra alors apprendre à tricher et à faire semblant d’avoir était correctement éduqué.


Mais tout ceci sera aussi illusoire qu’inutile.
Vous doutez ? Alors observez les adultes qui composent actuellement notre société et dites-moi honnêtement si, au volant et sur les routes, par exemple, ils se conduisent VRAIMENT de la manière qui a leur a été enseignée !
Vous doutez moins, maintenant ?

 

Commencer par changer notre propre monde intérieur.

 

Voyons à présent non pas «la solution», puisque nous n’avons aucune reconnaissance officielle ou pouvoir de décision à notre disposition, mais une astuce.
Une astuce que vous pourrez d’ailleurs mettre directement à l’épreuve quand vous voudrez et si, bien sûr, vous avez des enfants de moins de 17 ans sous votre responsabilité. Car après dix-sept ans, les enfants se désintéressent du degré de véracité de ce que leur inculquent leurs parents et se terminent seuls, pour ainsi dire.

Cette astuce repose sur une loi spirituelle qui explique que : «La nature humaine fonctionne par mimétisme et ce, aussi longtemps que l’intellect, formé par la mémoire de ce qui est appris et retenu, ne vienne détourner l’attention mentale d’un individu des objets extérieurs pour la concentrer sur ses propres processus mentaux.»

Traduction : De la naissance jusqu’à ce que l’éducation perturbe le fonctionnement naturel de l’esprit de l’homme, l’attention est presque exclusivement orientée vers l’extérieur et les évènements qui s’y déroulent.

Une fois éduqué, un adulte aura son attention mentale détournée vers ses processus mentaux et ne saura plus vraiment distinguer «ce qui se passe au-dehors et dans l’actualité» de tout «ce qui se passe au-dedans et au sein de sa réalité personnelle.» Vous comprenez ?

 

Observez les jeunes enfants : on pourrait croire qu’il passent le plus clair de leur temps à découvrir le monde ! Pour eux, tout n’est qu’une excuse supplémentaire pour découvrir le monde et, surtout, pour jouer ! D’ailleurs, ce jeu ne leur sert à son tour que d’excuse pour découvrir comment ça marche, comme fonctionne ce monde extérieur si fascinant.

 

La nuit venue, les bambins insouciants tombent dans un profond sommeil durant lequel tout ce qui a été découvert et observé, durant la journée, sera passé en revue, classifié et précieusement archivé par la mémoire subconsciente.

Et c’est tout ce que l’enfant aura découvert et rencontré vraiment qui formera plus tard son monde réel, et non ce que des parents surtout soucieux de remplir correctement leur rôle et des éducateurs surtout soucieux de conserver le leur, lui auront inculqué de force, de la manière que l’on gave les oies d’élevage.

 

Quand l’art du Mime devient enfantin.

 

Le mot a été lâché quelques lignes plus haut : MIMÉTISME.
Nous sommes à peu près tous persuadés de connaître ce mot et d’en comprendre le sens général. Mais sommes-nous bien certains d’en connaître les diverses implications psychologiques ?

Une petite fille va tenter de copier sa mère, d’en reproduire les gestes et attitudes (Mudra, en sanskrit) et enfilera ses chaussures à talon, mettra ses robes et tentera de suivre le tracé de sa petite bouche avec le rouge à lèvres de maman. Le petit garçon, de son côté, adorera suivre son père dans l’atelier pour le voir travailler et, si possible, pour lui emprunter certains outils susceptibles de lui couper un doigt ou deux au passage.

 

Pour nous, c’est cela, le «Mimétisme» et uniquement cela. Quelques-uns penseront à faire allusion à cette mode à laquelle succombent un nombre effrayant de jeunes et qui consiste à se prostituer moralement pour devenir «une star» en une semaine et remplir tous les écrans de télévision.
Mais pour la plupart, le mimétisme, c’est ce qui consiste à copier ceux que nous aimons ou admirons, un point c’est tout.

Mais ceci n’est que la partie émergée de l’iceberg ! C’est seulement «Le principe du centième singe» mais hélas, revu et corrigé puis enseigné par une scientifique, c’est à dire une personne programmée à ne voir et ne retenir que ce qui coïncide avec ce qui se trouve déjà dans sa tête ou qui n’en dérange pas trop l’admirable ordonnance.

Autant dire que les découvertes ne dépasseront pas notre besoin de réussir à tout étiqueter et de nous sentir ainsi plus rassurés.

 

Un enfant ne va pas se contenter de reproduire bêtement les gestes et attitudes (Mudra) des membres adultes de sa famille : il va surtout se mettre dans leur peau pour comprendre ce qu’ils ressentent, pourquoi et, surtout, s’il est légitime pour eux de suivre leurs traces. C’est cet aspect beaucoup moins connu de l’enfance qui nous intéresse ici.

 

Ne pas prendre les canards du Bon Dieu pour des enfants sauvages !

 

Bien que les enfants soient considérés comme étant sans vice, il ne faut pas non plus les prendre pour des tarés ! Par exemple, si vous leur interdisez de fumer, de boire de l’alcool ou bien encore d’employer des mots grossiers, il faudra alors leur expliquer pour quelles raisons vous pouvez vous-mêmes fumer, boire et jurer comme un véritable charretier !
Leur intention ne sera pas de «défier votre autorité», comme vous pourriez être tentés de le croire, ou encore de vous placer dans une situation psychologique inconfortable : ils n’ont pas d’intellect assez développé pour être déjà aussi cons !

 

Leur position est simple et sans détours : Pourquoi devraient-ils ne pas faire certaines choses considérées comme mauvaises ou indésirables alors que votre comportement à vous démontre que ces mêmes choses sont en vérité bonnes et désirables ?

A moins de leur expliquer que vous êtes totalement abruti et incapable de vous appliquer à vous-mêmes une hygiène de vie que vous tentez de faire admettre à vos enfants !

 

Des réponses-bateaux du genre : «Cherche pas à comprendre et obéis !» et «Parce que toi tu es petit et que moi je suis un adulte!» vous feront perdre définitivement toute crédibilité aux yeux de vos enfants. Bien sûr, ils ne l’intellectualiseront pas ainsi, mais réagiront désormais en fonction de cette  version de vous-mêmes que vous leur avez imposée.

Ils seront sans aucun doute déçus et chercherons, intuitivement, d’autres méthodes d’apprentissage, voire d’autres personnes à mimer. Sans doute que vous non plus ne réaliserez pas tout de suite ce qui vient de se passer. Ce n’est que bien plus tard que, à leur tour, ils vous manqueront également de respect mais à leur manière.

 

Nos actes instruisent bien mieux que de belles paroles.

 

Comprenez bien ceci : vos enfants se moquent comme de l’an quarante du pouvoir relatif autant qu’illusoire que les adultes prêtent aux mots prononcés ! Eux ne se fient qu’à l’évènementiel et ne sont capables de comprendre que par reproduction de faits extérieurs avérés.

En clair, ils doivent voir ce que vous leur dites ou, si vous préférez, en avoir la preuve formelle, extérieure et concrète. Intuitivement, ils compareront toujours ce que vous dites aux faits, à vos actes et donc, à tout ce qui se passe vraiment et sous leurs yeux.

 

Si vous leur enseignez une chose mais en faites une autre, ils retiendront uniquement vos actes et se désintéresseront de vos paroles. Les paroles et le sens qui doit leur être prêté, ne s’adresse qu’à un intellect correctement formé (ou plutôt déformé, mais bon )
Et les enfants n’ont pas ET NE DEVRAIENT JAMAIS AVOIR un intellect de formé, du moins pas avant la fin des sept premières années

Il n’est pas dans mes intentions de rentrer dans les détails à propos de cette dernière assertion car il nous faudrait alors évoquer des sujets assez complexes concernant le fonctionnement naturel de certaines glandes endocrines, dont l’activité décroît rapidement entre l’âge de cinq et de sept ans.

 

Réfléchir sur l’image projetée sur nos enfants.

 

Il est bien plus important de se souvenir, par exemple, que si les deux parents sont des personnes stressés en permanence, l’enfant le deviendra aussi. Sauf si son chemin de vie ou sa trajectoire spirituelle n’avaient pas prévu ce trait de caractère et qu’il puisse fortement contrarier ses buts.

Instruire un enfant d’une manière intensive ne sert à rien, du moins les sept première années. Vos enfants vous observent avec une acuité extraordinaire au vu de leur âge et agiront et réagiront toujours EN FONCTION de votre propre comportement, et non de ce que vous attendez d’eux.
Même si l’envie vous prend de les rouer de coups.
Toutefois, s’il leur est fait violence, ils feront mine d’obéir à vos paroles puis chercheront à vous mentir et même à vous manipuler, dès que leur âge ou leur développement mental le leur permettra.

 

Les enfants apprennent très vite à mentir car les parents mentent sans arrêt à leurs enfants, prétextant en cela qu’ils sont trop jeunes, trop fragiles, etc. En fait, les enfants sont souvent une bonne excuse pour permettre à leurs géniteurs de se trahir en toute quiétude et avec une raison valable aux yeux de tous. Mais même s’il est universellement partagé et admis, un mensonge ne se transforme pas pour autant en vérité !

Les enfants sont des machines à dire la vérité; c’est pour cela que, dans un magasin, ils vous mettent la honte en vous demandant à voix haute :

« Dis, maman, pourquoi elle est si grosse, la dame, là ? »
Ils font ce genre de chose car ils captent intuitivement que les adultes partagent souvent des secrets qui leur bouffe l’âme. Et vous savez à quel point les enfants peuvent se montrer curieux !

 

Et vous, qu’est-ce que vous en dites ?

 

Voilà un premier jet au sujet de l’éducation des enfants, selon les psychologue ésotéristes. Plutôt que de poursuivre sur le même rythme, je préfère vous inviter à participer à un échange convivial sous la forme de commentaires, ce qui sera sans doute bien plus enrichissant, pour vous et pour moi, que de nous borner moi à écrire et vous, à me lire.


Licence Creative Commons