Archives par mot-clé : viril

Le schéma de reconnaissance

ange male 01Ceux qui parmi nous sont capables d’assez de recul pour observer sans juger et sans faire intervenir l’intellect (du moins durant le temps alloué à cette observation) auront remarqué sans doute ce fait étrange : Les gens qui ont le plus besoin de reconnaissance, sont également ceux qui se montrent les plus vindicatifs ! Et ce type de schéma mental, est de plus en plus répandu.

 

 

 

 

Vous rencontrez une personne qui commence par étaler tout ce qu’elle est, sait faire et si par malheur vous essayez de lui montrer un petit problème chez elle (en général un truc qui fait bien ch… les autres), cette personne devient alors agressive dans le sens où elle commence à passer en revue vos propres limites, fautes, carences, le tout pour souligner votre médiocrité (selon elle) en y mettant la même fougue et la même conviction qu’elle a mis pour passer en revue et souligner ses qualités présumées.

 

 

 

Under the maskSi nous possédons vraiment des qualités, pourquoi devoir les souligner ou les mettre en valeur ? Seraient-elles si difficiles à remarquer par autrui sans un viril coup de main ? De même, puisque le but premier et évident est une recherche de reconnaissance de la part d’autrui, est-il heureux de faire à autrui l’inverse de ce que nous espérons lui voir faire pour nous ? Par exemple, vous avez une camarade de travail apparemment douce et raffinée qui vous lit un poème qu’elle vient d’écrire…

Comme le sujet vous inspire, vous commettez l’irréparable en lui proposant de changer un passage ou de rectifier une ligne… Vous le faites gentiment, avec un sourire encourageant, mais voici que la personne se transforme en furie et commence à vous vider tout ce qu’elle a sur le cœur et à votre propos.

 

 

 

mensonge-coupleEt vous découvrez, avec effarement, que cette personne est en réalité bourrée de colère, de rancune et qu’elle a apparemment passé le plus clair de ses dix dernières années à observer les défauts d’autrui dont elle peut réciter la liste exhaustive sans même reprendre son souffle !

 

 

 

 

estime de soiN’est-il pas anormal, dans un premier temps, qu’une personne autant en demande de reconnaissance soit la première à refuser le moindre crédit mental à autrui ? Est-il normal de vouloir transformer les autres, les forcer à accepter ce que nous sommes dans le but de nous normaliser nous-mêmes ? (Du genre : « S’ils deviennent comme moi, alors je serai à mon tour comme tout le monde et sans faire aucun effort ! »)

 

 

 

 

ofuxw2npMais d’ailleurs, d’où vient ce besoin compulsif de reconnaissance ? Et pourquoi ceux qui le manifestent se conduisent-ils aussi mal avec les autres, et surtout ceux qui semblent leur refuser cette reconnaissance ?

 

Le débat est lancé, relevez les questions qui vous inspirent. Participer à la vie de ce Blog ou sur mes pages et groupes Facebook n’est pas interdit et personne ne vous mordra, vous verrez ! Sauf si vous arrivez les babines retroussées et en grognant, bien évidemment…

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Illogisme de l’éducation

Illogisme de l’éducation

 

 

Lorsque nous sommes enfants, on nous apprend généralement à toujours dire la vérité, parce que cela est “Bien.” Lorsque nous faisons une bêtise, que nous cassons quelque chose ou commettons une erreur notoire, nous devons avouer notre faute parce que, justement, la vérité est “le Bien” et le mensonge est “le Mal.” Et lorsque nous avouons notre faute, notre erreur ou notre manquement aux règles des adultes, nous sommes punis car on nous apprend aussi que toute erreur commise, toute faute, mérité sa juste punition.

Et cela aussi, c’est “le Bien.” Un bien qui peut éventuellement nous empêcher de nous assoir durant quelques heures.

Voilà que l’enfant se retrouve avec un paradoxe sur les bras : s’il commet une faute et l’avoue, il est fidèle à l’idéal de Bien mais s’en prend plein la tronche !
S’il ment et cache la vérité, il penche inexorablement vers le “Mal”, mais il conserve ses joues ou fesses intactes. Si vous étiez un enfant, comment réagiriez-vous à cette forme d’éducation ?
Que choisiriez-vous, “le Bien” (avec le cul qui cuit !) ou “le Mal”, avec l’occasion de pouvoir vous assoir sans aucun problème ?

Vous avez été des enfants, nous l’avons tous été. Et devinez ce que certains d’entre nous ont choisi, finalement, comme option ? Appelez votre passé, il a des choses à vous raconter ! De toutes façons, ce “passé” est bien présent en vous et il conditionne depuis des lustres certains de vos comportements les plus intimes et involontaires.

Quand on n’est plus un enfant, on est en droit de réclamer la liberté qui ne nous a pas été offerte (et pour cause) lorsque nous étions des bambins inconscients.
Vivre sur un passé conditionné “à cause des parents et de leur éducation” est non seulement stupide, mais aussi très lâche.

 

 

La responsabilité des parents s’arrête là où l’adulte a commencé à refuser d’assumer les siennes.

 

 

Il est bon par contre de remarquer le “confort mental” qu’offre à certains le fait de réagir encore comme un enfant ! (n’est-ce pas ?) Mentir est aisé et en plus, cela permet de ne pas avoir à payer pour la pomme volée sur l’étalage du marchand. La faim est une excuse mais la négation est bien plus payante, surtout quand elle se transforme en réflexe.

Oui mais voilà : quand on veut s’améliorer, évoluer, s’unir à la partie divine de nous-mêmes, etc., il devient alors urgent de revisiter nos bases, assises ou repères psychologiques. Et l’une de ces bases, foyer de problèmes et de névroses en tous genres, est justement la période de l’enfance durant laquelle certaines prédispositions ont peut-être été contrariées et durant laquelle certaines habitudes malsaines ont été contractées.

Même lorsqu’un enfant fait mine d’obéir, de céder à la pression psychologique quand ce n’est pas à la violence physique, il COMPENSE toujours cette obéissance par quelque chose d’autre. Quelque chose qui, plus tard, lui nuira encore plus que le sentiment de sa dépendance passée.

 

 

Défense ou tentative de manipulation ?

 

 

Il arrive souvent qu’un mécanisme de défense (ex : mentir pour ne pas se faire punir) se transforme avec le temps en mécanisme de domination (mentir parce que ça sert à obtenir ce que l’on veut) Le subconscient raisonne par déductions et associations d’idées : pour lui, il est évident que si le mensonge préserve de la fessée, alors le mensonge est efficace puisque il préserve du mal véritable ! Énoncé ainsi… Oui mais voilà : plus ça marche et plus on emploi le mensonge, et plus on ment et moins… on ressent la vérité !

Pourquoi ? Parce que nous ressentons toujours ce que nous pensons (son contenu formel) et si nous changeons notre façon de penser, nous changeons du même coup notre ressenti.
Entendons-nous bien : la psychologie ésotérique n’a rien à voir avec les règles de morales, parfois aussi stupides et inadaptées que contraignantes à souhait. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’efficacité réelle de nos divers états d’esprit. Nous désirons savoir ce qui est bon pour nous et rejeter ce qui ne l’est pas, un point c’est tout. Mentir aux autres n’est pas le problème, je vous l’assure, mais mentir au point de ne plus être capable de ressentir la vérité, pour soi et même en secret, alors là, ça commence sérieusement à craindre !

Une fois installé comme règle de vie (voir le mode de raisonnement déductif propre au subconscient) le mensonge nous coupe de notre ressenti et donc de notre Soi car ce dernier se manifeste surtout par ce que l’on ressent (et qui est censé provenir de lui, n’est-ce pas ?)

 

 

La conscience préfère toujours Abel à Caïn.

 

 
La vérité se résume toujours à ce que nous SENTONS, cela parce que ce que nous sentons est véritable, puisque nous le sentons en nous ! Et bien qu’il s’agisse de “notre vérité”, de toute façon, nous ne pourrons jamais accéder à une autre vérité que celle qui passe par le filtre (plus ou moins propre) de notre mentalité. Pour nous, le ressenti est la plus haute forme de perception directe car elle passe par la conscience.

 

Et il n’est pas possible, pour nous, de prendre conscience d’une chose si elle n’existe pas au moins pour nous !

 

Lorsque nous étions petits, nos parents nous faisaient parfois sentir leur déception à notre égard. Par exemple, une promesse non tenues, un devoir mal (ou pas) fait ou une habitude mauvaise qu’ils pensaient que nous avions perdue (ben non, on mentait, comme eux, et toc !) Leur façon de nous faire sentir leur déception à notre sujet était soit “doucereuse”, soit brutale, soit plaintive, soit vicieuse (piques, allusions, etc.)

Une fois devenus adultes, nous nous comporterons d’une certaine façon lorsque nous serons déçu par le comportement d’autrui. Cela parce qu’un tel comportement réveillera (ou évoquera) en nous des souvenirs liés aux diverses déceptions de nos parents à notre sujet. Soit nous reproduirons la manière toute particulière de réagir de nos parents, soit et à l’inverse, nous tenterons de nier ces réactions en nous comportant comme nous aurions aimé que nos parents le fassent avec nous.

 

Inutile de dire que, dans les deux cas, ce pauvre adulte ne l’est guère et que nous sommes devenus, avec le temps, se comportera d’une manière largement conditionnée.  En effet, réagir comme ou réagir à l’inverse de, cela revient à réagir et non à AGIR. Or, une individualité (du latin “Indivi” = Qui ne peut être divisé) est une chose insécable, unique et dont les actes sont sans antériorité, sans aucun schéma directionnel relatif au passé ou à l’expérience d’autrui.

Dès lors, nous ne saurons jamais comment nous aurions réagi en tant que nous et dans des conditions identiques à celles de notre enfance mais en occupant, à notre tour, ce rôle si délicat de parent ou d’éducateur. Et nous ne pourrons pas le savoir parce que ce que nous sommes devenus demeure conditionné par ce que nous avons vécu au contact d’autrui.
A moins que nous puissions nous libérer ce conditionnement.

 

 

Reproduire ou tenter de nier ?

 

 

Si nous repensons à la manière dont nos parents se comportaient envers nous lorsqu’ils étaient déçus par nos actes et si nous prenons le temps d’observer comment nous réagissons, à notre tour et aujourd’hui, lorsque une autre personne trahit nos attentes jugées “légitimes”, nous en apprendrons bien plus sur nous-mêmes qu’en cinquante séances chez un psychiatre !

Et nous conserverons notre argent, surtout. Une fois les mécanismes éventés, une fois que l’on comprend pourquoi “maman faisait ceci” et pourquoi “Merde, je refais pareil qu’elle, au secours !!!” (lol) il reste à observer tranquillement, sans passion mais sans complaisance, notre degré exact de probité mentale (et non “morale.”) En clair, une fois que nous avons compris que nous reproduisons le comportement de nos parents ou que, et à l’inverse, nous essayons de nier leur influence “rien que pour les faire suer”, reste à nous avouer si on tient à ce mécanisme ou s’il nous fait vraiment gerber.

 

Car ne vous y trompez pas : vous risquez d’être étonné lorsqu’il sera question pour vous de vous débarrasser d’une chose qui produit pourtant de la souffrance… Vous pourriez bien découvrir, horrifiés, que vous ADOREZ ces mécanismes et qu’il n’est pas question de les laisser tomber ! Mais même dans ce cas, vous aurez fait un grand pas : vous aurez repris le contrôle de votre vie et même vos souffrances passeraient alors immédiatement sous votre pleine et entière responsabilité. Et qui dit “redevenir responsable” dit du même coup “retrouver le pouvoir” car nous ne pouvons agir que sur ce qui nous appartient et dont nous avons la pleine responsabilité.

 

 

L’amour, une chose qui se mérite ?

 

 

Parlons à présent de ce qui fâche ou choque les frileux de l’esprit…  Il existe très certainement des enfants qui ne méritent pas l’amour inconditionnel que leur prodigue leurs parents. Suis-je dur ? Pas vraiment… En tout cas infiniment moins que ces petits morveux qui en font baver à leurs parents, cela parce qu’ils savent que ces derniers n’oseront jamais leur nuire et préfèreront plutôt souffrir en silence. “Par amour”, diront-ils en grimaçant.
Et oui ! Il y en a pour tout le monde est le fait d’être objectif ne protège ni des déceptions, ni de passer pour “une personne mauvaise” en dénonçant le véritable mal chez les autres.

Il suffit d’être libre de conscience, objectif et honnête envers soi-même pour comprendre ces choses… Avoir de l’amour, de la compassion, vouloir jouer aux super héros de la spiritualité qui s’obstinent à aimer durant leurs séance journalière sodomie sans vaseline (lol), ceci est l’affaire des faibles, pas de ceux qui ont calmé les mouvements de leur propre esprit et peuvent donc voir les choses “en l’état” et d’un œil aussi détaché que viril.

 

Notez au passage que les plus grands mystiques n’avaient pas d’enfant ou s’ils en avaient, ils avaient cessé toute relation avec eux. Cela vous choque aussi ? Si oui, contrôlez par vous-mêmes et vous verrez bien. Pour les bouddhistes, revoyez donc la vie du Prince Siddhartha.
Ceux qui pensent que de bons parents “attirent” des enfants de M… et que des enfants merveilleux attirent des parents pourris ont parfaitement raison !
Cela dit, il n’est pas certain que ceux qui ont déjà trouvé cette synchro soient aussi capables d’en définir la raison logique sous-jacente. Et encore moins la Loi spirituelle qui se cache (à peine) derrière les faits.

J’arrêterai là mes propos, préférant encore répondre aux questions, commentaires et autres critiques qui, toutes, en ce qui concerne ces dernières, seront accueillies de la même manière : sans passion et avec cette objectivité qui n’est guère du goût des tempéraments par trop émotifs, dirai-je pour demeurer poli.

 

 

 

    Serge

Licence Creative Commons

Dossier – Les fondements de la science hermétique – Chapitre 13

Second exercice pratique

(et fin de ce Dossier)

 

 

Partie Théorique

 

Dans ce second exercice pratique d’Alchimie Mentale, nous allons faire appel à la polarité « positive » (contrairement au premier), c’est-à-dire que nous allons créer ce qui n’existe pas encore, et non transformer seulement ce qui existe déjà. C’est la raison pour laquelle cet exercice est appelé « positif » puisqu’il fait référence au pouvoir créateur de l’esprit, et non à son pouvoir transformateur.

 

Je vous demande de bien vous concentrer durant cet exercice car il est d’un caractère quasi « magique » pour un être humain. En effet, nous allons attirer à nous de la « substance spirituelle vierge » afin de lui offrir une forme nouvelle et unique.
Nous allons donc « ajouter à la création spirituelle » au lieu de nous contenter d’accepter (Attraction) ou de refuser (Répulsion) les formes mentales qui existent déjà au sein de l’Océan Spirituel et que nous sommes toujours libre d’attirer à nous puis de faire notre.

 

Cet exercice aurait sans doute été considéré comme « Sacré », il y a encore quelques dizaines d’années, du moins par certains étudiants zélés des Mystères Antiques. Mais nous ne sommes pas, nous ne sommes plus ce genre d’étudiant : nous laissons cette forme de révérence teinté de mystère et donc de peur ou de respect forcé, à ceux et celles qui n’ont pas encore le courage d’assumer fièrement -mais sans orgueil inutile- leur véritable place au Sein du Grand Tout.

Nous ne soupirons plus après nos Origines : nous revenons à la Maison ! Vous réaliserez, en son temps, la puissance de cette dernière phrase.

Nous ne craignons plus l’Esprit car nous savons désormais que nous sommes cet Esprit.
Nous ne révérons plus l’esprit tel un Dieu séparé de nous car désormais, nous avons appris à nous en servir sans pour autant mettre en péril la moitié du système solaire ! (lol)
Bien sur, nous sommes toujours emplis de respect envers l’esprit et nous avons appris à AIMER au lieu de CRAINDRE l’Esprit (ce Dieu tyrannique des anciens croyants) nous pouvons donc, désormais, œuvrer comme des Artisans de l’esprit plutôt que comme ses esclaves involontaires.

Nous sommes devenus des [b]”Acteurs Conscients”[/b] et avons entamé un “Partenariat” avec la Divinité, si vous préférez ces expressions “New-âge”
Ainsi nous allons faire cet acte de créativité spirituelle qui consiste à créer en esprit et dans notre mental, une forme qui n’existait pas au préalable.
En somme, nous allons “copier Dieu” ! (Et toc !)

Ce « geste » Mental (Mudra) seul suffirait à emplir d’admiration les ignorants qui n’ont toujours pas compris (ou qui ont encore peur de comprendre) que de leurs processus mentaux dépend leur devenir.

Mais nous qui savons, comprenons et acceptons la Loi, nous sommes conscients de notre responsabilité pleine et entière en matière de créativité.
Nous savons que ce que nous engendrons en esprit et dans notre mental, il nous faudra tôt ou tard le vivre en vérité, dans notre réalité sociale journalière.
Et que c’est là le seul “karma” qui puisse exister !

 

Nous n’avons pas peur du mal puisque nous comprenons, désormais, que nous sommes tous à l’origine du « Bien » comme du « Mal »
Alors nous choisissons « La Troisième Condition », celle des Mages Rouges et qui se nomme « Le Mieux Pour Nous Actuellement »
En pensant et en agissant au mieux de notre actualité, nous respectons à la fois La Loi Cosmique et notre propre humanité.

 

En effet, il ne servirait à rien de juger nos pensées et nos actes passés qui en ont découlé, avec notre sagesse d’aujourd’hui.
L’Univers LUI-MÊME apprend constamment de la combinaison des formes complexes qu’il engendre sans cesse et ne commettrait certainement pas cette erreur grossière capable de brimer sa Créativité Évolutive (qui peut s’améliorer, donc)

La Loi implique que chaque créature vivante et consciente doit penser et agir en fonction du point exact de prise de conscience qui est le sien AU MOMENT où les pensées et les actes qui en découlent apparaissent pour la première fois.

Ainsi, si nous pensons et agissons EN FONCTION de notre degré d’évolution actuel et donc, de notre niveau de prise de conscience « en cours », nous ne violons aucune Loi Divine (ou Cosmique) et demeurons en paix et en sécurité.

Et même si nous ne produisons rien de « Bien » ou de « Bon » pour nous, nous ne produisons rien de « Mal » ou de « Mauvais » pour nous ou pour autrui.

La Loi est violée dès le moment où tandis que nous agissons d’une certaine façon, nous avons conscience d’agir en contradiction avec ce que nous savons être « la vérité du moment. »
Ou alors, lorsque tandis que nous pensons une chose, nous avons conscience de nous fourvoyer, d’être dans l’erreur.
La Loi (de Cause à Effet) réagit en fonction de notre prise de conscience « en cours », JAMAIS à partir de règles immuables et applicables à tout et à tous (ce qui serait aberrant dans un univers ou chacun est différent et en évolution permanente.)

Ainsi, si nous ignorons faire le mal, la Loi ne réagit pas pour nous. En fait, Elle agira « plus tard » et dans des circonstances autres, ceci afin de nous remettre discrètement sur le Droit Chemin (Dharma), peut-être lors d’une autre vie-extension, mais nous n’aurons pas cette impression désagréable de devoir subir un coup du sort aussi injuste qu’impromptu.

 

Mais à l’inverse, si nous savons d’un côté que notre action ou notre pensée n’est pas « Droite » (juste, logique, appropriée) mais que d’un autre côté, nous laissons l’ego agir en nos lieu et place et à sa manière (toujours déplorable), alors là oui, nous allons tomber sous le coup de la Loi et avoir brusquement le sentiment très net de nous prendre une reprise de volée en pleine poire !

 

La logique et le bon sens, le sens inné de l’à propos, suffisent amplement à nous protéger du mal, c’est-à-dire d’une forme de créativité mentale à la fois illogique et perverse. (dont les effets nient nos buts premiers)

L’ego qui fonctionne sans surveillance et sans contrôle « viril » et non l’ego lui-même, est à la base de toutes nos souffrances sociales et psychologiques.

Le surveiller comme s’il s’agissait d’un enfant débile est un devoir :yes:
Et lorsqu’on y parvient, lorsqu’on a réussi à se faire bien plus confiance EN SOI qu’en lui (ego), on réussit alors à n’engendrer que des formes mentales convenables, les « pires » étant simplement « inutiles » ou « gamines » (immatures mais sans méchanceté incluse)
A présent que nous comprenons ces choses…

 

Partie Pratique.

Formez votre boule mentale, c’est-à-dire imaginez-là, sentez-là au-dessus de votre tête, telle une sphère de créativité vivante et consciente.
Cette « Boule Mentale » est ce qui vous relie à la Divinité, aux Plans Supérieurs sur lesquels les Entités Créatrices sont occupées à engendrer la Vie sensible au Nom de « Celui sur lequel rien ne peut être dit » (le Brahman Passif, Celui qui se sert de l’esprit universel pour penser l’univers et les Dieux dans son propre Mental infini.)

Imaginez qu’un peu de POUSSIÈRE ROUGE descend dans cette Boule Mentale, venue de « plus haut » (peu importe, c’est symbolique) Lorsque cette poussière d’esprit se retrouve dans la Boule, elle se met à pétiller et à briller avec des reflets adamantins (relatif au diamant)

Elle est joyeuse car elle Sait qu’elle va enfin participer à la Création Cosmique et se moque totalement de savoir si ce qu’elle « désignera » alors et qui préexiste en Dieu, est « haut » ou « bas », « important » ou « sans valeur » Elle est seulement joyeuse à l’idée de Participer au Grand Œuvre Cosmique : Créer !
Faites descendre cette « poussière d’étoiles » rouge aux reflets adamantins dans votre tête, par le Coronal, puis descendez jusqu’au front et faites sortir la poussière rouge par le milieu du Front.
Devant votre front, à une dizaine de centimètres ou plus, la poussière se positionne et semble commencer à former des lettres…

Mais ce n’est qu’une impression issue de l’impatience de l’esprit à participer à la Création Cosmique ! Vous assistez à la Compulsion de Dieu !
Avec votre volonté, vous demandez à la poussière de former une phrase et cette dernière sera d’un grand pouvoir pour vous, en vous et sur vous, tel un Mantra qui sera à vos côtés et vous permettra de vous souvenir que vous n’êtes pas de ce monde ni de la chair, mais de l’esprit de Dieu et des Mondes de Lumière.

Cette phrase est :

“Je Suis d’Essence Divine ! “

 

Visualisez cette phrase devant vous, formée par la poussière rouge.
Imaginez que cette poussière se rassemble, se condense jusqu’à former les lettres de cette phrase, avec une structure devenue dense et rouge foncée.
Une fois la phrase créée puis densifiée, levez-vous et vaquez à vos occupations usuelles. Chaque fois, dans la journée, où vous vous sentirez accablé ou découragé, fatigué ou énervé, repensez à cette phrase que vous avez créée et qui demeure désormais et pour toute cette incarnation, devant votre front et dans votre aura !
Ce « rappel » de votre pouvoir créateur vous aidera à demeurer confiant et paisible. Vous serez également capable de vous souvenir de l’importance pour l’être humain, de surveiller ses propres pensées afin de ne plus jamais écrire sa propre déchéance en accusant ensuite la Vie, les autres ou le destin des malheurs qui résultent d’une manière morbide de penser.

Quelques conseils pratiques.

Durant l’exercice, ne vous posez aucune question, ne doutez pas, ne cherchez pas à savoir si « ça marche » ou si vous êtes « capable » d’y arriver car de toutes manières, ça va marcher, un point c’est tout ! En fait, ça ne peut pas ne pas marcher, même si vous le faites exprès !
Ce qui risque de ne pas « marcher », pare contre, c’est… Vous !
Ou du moins votre ego qui n’a vraiment AUCUN intérêt à ce que VOUS deveniez puissant et libre. C’est-à-dire libéré de lui !

Ayez pitié de vous-mêmes ! Vous vous connaissez assez, désormais, pour connaître vos propres astuces pour vous démonter le moral avec application !
Alors déjouez d’avance toutes ces « astuces » à la con pour faire de vous un raté de première ! De toutes façons, à quoi vous servirait d’être un raté, un médiocre ou une charge pour autrui ? Seriez-vous toujours un bébé sans défense et sans volonté ?

Pour vous aider à vous sortir de votre marasme psychologique de base (ou «ego”), il ne sera répondu à AUCUNE question concernant l’exercice ou le fait de « bien le faire » ou non. Vous devrez juste témoigner de vos réactions durant l’exercice et, éventuellement, de ses effets sur vous.

(Ne serait-ce que de vos réactions psychologiques)

Il sera répondu aux questions purement techniques concernant cet exercice, pour les curieux qui aimerait comprendre « comment ça marche » (du moins, jusqu’à un certain point) ceci afin d’éviter à votre intellect de classer «adroitement» ce sujet dans le rayon «magie et autres bêtises sans fondements» afin de justifier son incompétence à participer au processus de bout en bout (ce qui lui est d’ailleurs impossible, le pauvre bougre !)

Voilà pour ce second exercice, je vous laisse le temps de le pratiquer puis d’en «digérer» les effets, puis nous poursuivront notre étude progressive de l’Hermétisme et des sept Principes fondamentaux qui en sont la charpente d’acier. Si vous avez aimé ces deux premiers exercices, je vous en proposerai d’autres plus tard.

Pratiquez, pratiquez et pratiquez encore ! Le ” Nouveau Monde ” dont vous rêvez ne se construira pas tout seul tandis que vous demeurez assis à vous lamenter sur votre sort actuel ! Mais cela, vous le saviez déjà, n’est-ce pas ?

______________

Fin de ce Dossier sur l’Hermétisme.

(Inspiré directement du Kybalion.)

______________

Serge Baccino