Archives par mot-clé : cellules

Derrière Eros et le sexe

 

chakra N°2-2Les psychologues ésotéristes savent que le sexe (et tout ce qui s’y rattache) est comme un thermomètre de notre propre degré de divinité. Comme le savent ceux qui suivaient les différents topics du forum Psukelogos, qui existait depuis 2006 (et qui n’est plus en ligne, désormais) le second chakra en montant (Swaddhisthana, en sanskrit et «Centre Sacré» en Français) est non seulement le siège de l’échange énergétique qui gère notre sexualité, mais aussi le siège de notre «Potentiel à Être.»

 

Swaddhisthana signifie d’ailleurs «le Siège du Soi.»chakra N°2 C’est à partir de ce Centre Spirituel que notre Soi, « Tout ce que nous sommes en simultané » trouve la force pour s’exprimer, bien que son « siège » véritable ne soit pas vraiment dans la région du nombril, mais dans celle du cœur physique.

 

 

 

 

shantiInutile de dire que notre santé spirituelle (Shanti, en sanskrit) dépend en grande mesure de l’emploi que nous faisons de nos énergies sexuelles. Bien sûr, beaucoup de choses ont été dites et surtout écrites, par des «orientalistes» qui auraient mieux fait d’écrire les mémoires de leurs propres familles terrestres, plutôt que de se lancer dans la traduction littéraire d’écrits antiques dont la profondeur et le sens réel nécessitent bien plus que la maîtrise intellectuelle d’une langue.

 

 

 

 

Maîtriser intellectuellement une langue telle que le sanskrit n’est pas suffisant pour en traduire l’Essence véritable, c’est-à-dire l’esprit (voir à ce propos, mon article sur le mot « karma »)

Il n’est pas utile de se priver de sexualité pour devenir «plus spirituel.» La preuve, les curés de la religion catholique boudent le sexe, ce qui ne les empêche pas d’être aussi limités et faillibles que n’importe quel être humain qui use de la sexualité comme si sa vie en dépendait !

 

 

 

free hugsEn toutes choses, c’est l’excès qui est pénalisant et non l’emploi raisonnable. Certains ont appris, compris et accepté l’importance du toucher, du contact direct et intime avec autrui… Les fameux « free Hugs » qui nous feront rire et nous attendrir encore longtemps ! Que se passe-t-il lorsque vous prenez une autre personne dans vos bras pour lui faire un câlin ? Il se passe que les énergies dégagées par le second chakra (juste sous le nombril) peuvent alors circuler librement de vous aux autres et des autres à vous. Ces énergies ne peuvent pas trop monter en fréquence, cela sous peine de perdre leur pouvoir vital et leur capacité à réveiller la mémoire cellulaire.

 

 

 

chakraPour mémoire (lol), cette mémoire cellulaire ou karmique, c’est-à-dire nos pensées récurrentes et aliénantes (limitatives) qui proviennent de l’âme, se trouve dans les deux derniers éthers (lumineux et réflecteur) du corps vital, et l’énergie qui sous-tend cette mémoire karmique est régulée par le second Chakra en montant. Cela dit, si la régulation s’effectue au niveau de Centre sous le nombril, le « stockage », quant à lui, s’effectue au niveau du « corps Causal » (ou Mental supérieur), c’est à dire là où les anciens mystiques plaçaient la amande-Mfameuse « Amande Mystique. »

Un simple contact charnel peut donc permettre de libérer ces « mémoires karmiques » et de transmettre aux autres des informations concernant leur rôle exact nous concernant, tandis que leur propre mémoire cellulaire nous informe de notre rôle dans leur propre vie.

Ce Chakra est donc aussi celui des « synchronicités » (interactions avec autrui dans une vie donnée.)

 

 

 

La sexualité, partant de ce principe et à la lumière de ces informations que je vous livre avec un grand plaisir, devient infiniment plus spirituelle que de prime abord ! En effet, il n’est alors plus question de se borner à « donner et à prendre du plaisir », mais de répondre à une volonté divine d’échange d’informations, avec tout le pouvoir qui les sous-tend. Car n’en doutez pas : se souvenir de «qui on est» ne suffit pas, encore faut-il trouver LA FORCE de redevenir «Tel qu’aux premiers jours du monde.» (Expression qui signifie en fait « Tel que vous seriez si vous n’aviez pas été programmé dès le départ de votre vie terrestre dans la chair.)

 

 

 

relationsEt cette force – qui est stockée dans le second Chakra – est libérée par les autres dès que nous acceptons de «faire corps» avec tous les merveilleux messages d’amour qu’ils conservent, pour tous, dans leurs propres cellules.  En clair, nous sommes invités voire obligés de nous lancer dans le relationnel, car Dieu a pensé qu’il ne serait pas bon, pour l’homme, de réussir à «se construire tout seul» (si vous me suivez bien…) Voici de quoi initialiser d’agréables et très inspirantes méditations, ne croyez-vous pas ?

Des questions ? Lancez-vous, je ne mords pas (du moins, pas après manger !)

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Le subconscient

subconscient-contenuPour ceux qui aimeraient avoir un rapide aperçu de ce qu’est le subconscient, du moins selon l’enseignement propre aux psychologues ésotéristes, voici ce que je puis en dire, très succinctement… Qu’est-ce que le subconscient ? Il est formé par la somme de l’intelligence de toutes les cellules de notre corps. Le subconscient comporte deux parties :

 

1. La première s’occupe des fonctions autonomes de notre corps (respiration, battements cardiaques, digestion, etc.)
2. La seconde consiste en une vaste bibliothèque dans les rayons de laquelle sont rangés et référencés les registres qui centralisent tout ce que nous avons vu, entendu, connu, compris, pas compris ainsi que toutes les infos que nous n’avons pas eu le temps ou le désir de traiter au coup-par-coup. En résumé, cette seconde partie de la double activité du subconscient, se réfère à tout ce qui a été emmagasiné, tout ce qui nous concerne, que nous en soyons conscients (mémoire, souvenir) ou non.

 

 

 

subconscient4C‘est dans le subconscient que se trouvent “engrammés” (mémoire qui pèse, car gravée dans la substance psychique) les divers traumatismes ou refoulements. Attendu que ce subconscient s’appuie sur nos cellules pour exister, il n’est pas étonnant que les diverses maladies qui nous affectent soient à l’origine d’une mémoire cellulaire saturée et donc d’un fonctionnement cellulaire compromis.

 

 

 

 

zones d'ombreÊtre malade, c’est un peu “se souvenir de force de nos diverses erreurs.” De toutes ces erreurs que nous aurions préféré oublier, d’ailleurs. Soigner les cellules c’est donc un peu “effacer les traces vivantes d’un passé qui commence un peu trop à peser en nous et sur nous.” Le subconscient contient des “zones d’ombre”, c’est à dire que certaines cellules de notre corps fonctionnent mal et ne sont pas ou plus éclairées par la Lumière de l’Esprit en nous. Cette Lumière (de la compréhension) est nommée “Boddhicité” en sanskrit. C’est le fameux “Plan Bouddhique.”

 

 

 

 

Comment mettre de la lumière (compréhension) là où se trouvaient préalablement les ténèbres de l’ignorance ?
La plus grande des lumières est celle de la Conscience !
Ainsi, si vous focalisez votre attention consciente sur une zone quelconque de votre corps, vous faites immédiatement réagir les cellules de cette zones qui se mettent à briller de la Lumière spirituelle. Et cette Lumière est Pure Intelligence (3e Rayon Divin.)

Dès lors, l’ombre se transforme en Lumière, la subconscience en Conscience et les erreurs en Vérité. Je laisse le lecteur méditer sur ces quelques considérations, mais si vous voulez, vous pouvez émettre des commentaires et nous pourrons en débattre plus avant (sur Facebook, de préférence.)

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

A propos de sectes

sectes2Le mot secte signifie en fait “section”, c’est à dire “partie d’un tout.” Est sectaire tout ce qui n’est pas partagé par l’ensemble des êtres humains et, surtout, ce qui divise les hommes. Partant, tous les groupes, mouvements, partis politiques et toutes les religions du monde sont des sectes, car toutes ces choses ne sont, en fin de compte, que des “sections d’un Tout plus grand.”

 

 

 

sectes3En ce sens, l’État français, s’il ne bénéficie pas de l’aval de tous les français ou ne répond pas à leurs attentes légitimes, devient une secte. De même pour l’église catholique romaine, qui est une secte, du seul fait qu’elle ne bénéficie pas de la pleine adhésion de l’ensemble des êtres humains.

Évidemment, cela s’applique à toutes les autres religions et  idéologies, les Ordres Initiatiques, les diverses mouvances spirituelles, l’ésotérisme, le New-Âge, etc. Comme on le constate, avec un tel raisonnement, on ne va pas bien loin !

 

 

 

sectes-mentalIl me parait plus raisonnable de chercher plutôt en nous-mêmes ce qui pourrait bien nous couper de nous-mêmes ou bien d’autrui, nous sectionner bref, nous morceler et nous faire perdre notre intégrité première.

L’ego ainsi que le Moi-Idéalisé sont vraiment les deux aspects de notre être les plus aptes à nous fractionner. Parfois à un point tel que nos cellules en arrivent à se faire la gueule entre elles, voire à se battre les unes contre les autres ! Car d’où pensez-vous que proviennent des maladies telles que le cancer, par exemple ?

 

 

 

Nos cellules tombent parfois dans la plus terrible des sectes qui puisse exister. Une secte qui est conduite par deux Grands Gourous très dangereux et des griffes desquels il est devenu presque impossible de se soustraire, j’ai nommé l’ego et son inséparable collègue, le Moi-Idéalisé.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Celui qui regarde

Changer le monde6Qui n’a pas rêvé de changer le monde ? Qui n’a pas refait ce même monde dans un bar, entre deux tasses de café brûlant et trop corsé et un croissant de la veille ? ” Dis, Monsieur, c’est quoi, le monde ? ” Le monde, c’est ton regard ! Les choses que nous voyons sont-elles exactement telles que nous les voyons ? Et que voyons-nous, au juste ? Ce qui est derrière nos yeux ou ce qui se passe en vérité et sous notre nez ?

 

 

 

le monde est en nousLes Grands Sages des siècles passés ont tenté d’expliquer ce qu’ils jugeaient eux-mêmes comme étant inexprimable avec des mots (ils avaient donc un sens de l’humour assez poussé.) Ils ont proposé comme matériel de méditation, des sentences du genre de celles-ci :

“Le Monde est en vous; ce que vous voyez n’est pas au-dehors mais en vous-mêmes, dans votre conscience. C’est l’esprit qui est le Projecteur et c’est votre conscience qui est l’unique spectateur.”

 

 

 

 

l'homme de demain

Bien que cet énoncé soit exact d’un point de vue spirituel (spirituel = ” Relatif aux lois du fonctionnement de l’esprit “), il peut prêter à confusion et, de fait, il a induit en erreur des générations de chercheurs… Ah bon ? Ouep ! (Je sais aussi faire sobre dans mes réponses.)

 

 

 

 

 

l'illusion2Présentée ainsi, et même une fois traduite en langue moderne (ce que j’ai fais pour vous avec l’énoncé originel et traduit du sanskrit), il peut sembler que le monde que nous voyons ou que nous “croyons” voir au-dehors, est illusoire du fait qu’il n’existe pas mais qu’il est créé par nous ! En clair, cela signifierait que rien de ce que nous voyons n’existe et que nous sommes le jouet permanent de notre ignorance et/ou de notre folie ! Alors qu’en fait, cela devrait se comprendre plutôt ainsi :

“l’illusion n’est PAS dans ce qui est vu, mais dans la croyance en le fait que ce qui est vu se trouve au-dehors et existe indépendamment de notre conscience.”

 

 

 

 

l'illusion3Comprenez-vous la nuance, malgré sa subtilité ? Vous ne rêvez pas le monde; ce que vous voyez n’est pas ” inventé ” par votre cerveau enfiévré, MAIS ce que vous voyez ne se trouve pas ” dehors ” mais bien dans votre conscience (et non pas ” dans votre tête ” ! ) De fait, l’idée que tout le monde projette sur autrui et que ce qui est vu et attribué aux autres n’existe en fait que dans notre tête, N’EST PAS une vérité mais une DEMI VÉRITÉ ! Aïe, ça se complique, penseront certains qui ne sont pas des familiers des (apparents) paradoxes de la psychologie ésotérique (paradoxes qui peuvent d’ailleurs être conciliés, par une vision déprogrammée et non dualiste.)

 

 

 

 

Regard sur le MondeRéfléchissons un instant. S’il était vrai que lorsque nous croyons voir un défaut chez autrui, ce même défaut se trouve en fait et nécessairement en nous, puisque l’homme ne fait que projeter son propre paysage intérieur sur le monde et les autres, alors les Grands Maîtres qui ont enseigné les hommes et qui dénonçaient parfois certaines aberrations mentales, étaient encore plus cons que leurs disciples et ne connaissaient rien aux lois et aux principes de l’esprit ! Marrant non ? Ouep ! Mais instructif aussi, moi je vous le dis !

 

 

 

regarder au-dehorsInstructif, car si la prémisse est exacte, alors il existerait bien un regard dépassionné et objectif que certaines personnes pourraient poser sur le monde et sur les êtres qui le composent.

Qui le composent non pas dehors, mais au véritable endroit où se trouve ce même monde et ces mêmes êtres… Mais au fait, où se situerait un tel monde rempli de tels êtres, selon vous ?

 

 

 

 

Ce n’est pas la matière qui est illusoire puisque nous pouvons nous la prendre en pleine gueule et juger ainsi de sa masse ! Ce qui est illusoire, c’est de croire que la matière est vraiment telle que la perçoivent nos sens. Puisque notre corps de chair vibre sur une fréquence qui s’inscrit dans une fourchette vibratoire correspondant au monde dans lequel il vit, pour lui, l’environnement existe vraiment et il peut être touché. Mais si nous sortons de ce corps, de cet ” état de l’esprit avec lequel nous faisons corps “ plus exactement, alors nous réalisons que la vie, ce n’est pas que cela et qu’il existe d’autres niveaux d’existence où ” la matière ” est moins dense, plus malléable, et s’adapte à merveille à chacun de nos différents ” corps ” ou niveaux d’expression (et nous en avons au moins sept.)

 

 

 

 

C‘est à cause de toutes ces conneries qu’ont lancés les orientalistes que les gens se demandent aujourd’hui ce qu’ils pouvaient bien fumer comme herbe et à leur époque ! Et ils ont raison de se le demander. Le sujet est très mal expliqué et présenté en la hâte. Mais ceux qui ont la possibilité de voir certaines choses réalisent que la matière, même “dense“, est faite d’énergie, de particules de lumière qui virevoltent joyeusement sur elles-mêmes et qui chantent la vie, le Verbe, la Vibration Divine ou de la Création continue, permanente. Mais comme elles vibrent TRÈS BAS, en comparaison de ce qu’elles pourraient vibrer, les formes qu’elles occasionnent sont perçues comme étant très solides (ou grossières), et elles le sont effectivement POUR notre cerveau actuel et POUR les cellules de notre corps physique (en fait pour nos 5 sens objectifs.)

 

 

 

 

corps spirituelA d’autres niveaux, en particulier quand nous ne sommes pas incarnés, cette même matière ressemble plus à des images mentales solidifiées qu’à des choses solides et compactes. Par exemple, en dédoublement, nous pouvons passer au travers d’un mur qui demeurera solide pour ceux qui sont encore dans un corps de chair. J’ai fais cela plusieurs fois, avec toujours autant d’inquiétude à l’idée de me fracasser le museau sur le dit mur ! Les réflexes physiologiques ont la peau dure !

 

 

 

l'intellectIl est PRIMORDIAL que la compréhension intellectuelle du sujet arrive A LA SUITE de l’expérience directe de ce même sujet, et non avant, sinon l’esprit intellectuel passe à autre chose et refuse toute forme d’expérience ultérieure relative à ce sujet. Pour terminer, ce n’est pas la connaissance ésotérique, qui manque de clarté, c’est le désir d’apprendre de l’homme, qui manque de force ou de conviction.

Mais bon, allez ! Cela, même si vous ne l’acceptez pas complètement, vous le savez fort bien, n’est-ce pas ?

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Deux écoles de pensée

Orient-OccidentJ‘ai envie de vous parler de deux écoles de pensée qui sévissent au sein de l’ésotérisme. Je vais essayer de résumer et de faire simple car le sujet est assez subtil et, d’habitude, seuls les membres les plus avancés de certaines écoles initiatiques – du moins les quelques rares qui dispensent encore un enseignement de valeur – en discutent entre eux et sous le manteau (“Sub Rosa”, comme disent certains), comme s’il s’agissait d’un sujet pestiféré !

 

 

 

esprit universelSelon la première école de pensée (ou tendance) l’homme n’aurait pas “un esprit” mais se servirait “de l’esprit” pour penser. Comprenez que selon cette tendance ou école, le cerveau de l’homme agirait comme une sorte de poste récepteur et n’aurait donc pas d’esprit personnel mais se servirait, pour penser, de l’esprit universel (le même pour tous, donc.) A partir d’une telle façon de concevoir l’esprit, il devient évident que l’homme qui a des problèmes, des défauts, etc., est simplement un homme qui conserve son attention consciente polarisée sur une “région” de l’esprit universel dans laquelle se trouvent inscrits des processus mentaux qui entraînent de la souffrance pour soi et/ou pour autrui.

 

 

 

Les défenseurs de cette première école (surtout issus de la pensée orientale) préconisent donc de ne plus conserver notre appareil récepteur mental (notre cerveau) “branché” ou “orienté” vers ces émissions d’ondes spirituelles morbides, mais de l’orienter vers une autre région de l’espace spirituel commun (Inconscient Collectif) et ce, afin de capter d’autres processus mentaux qui seront, sinon contraires aux premiers, du moins bien plus heureux ou simplement plus adaptés à nous.

 

 

 

Pour résumer, cette première école part du principe que même si l’on a fait des conneries ou que l’on a été méchant, cruel envers soi ou envers les autres, puisque RIEN n’est conservé ou mémorisé dans un esprit qui serait “nous” ou “à nous”, il suffit de changer d’état d’esprit et le tour est joué ! Les erreurs commises resteront donc “suspendues” au sein de l’esprit universel, c’est à dire à l’état potentiel et donc, ne seront plus employées ou “réactivées”

 

 

 

 

La seconde école se marre comme une bossue à l’énoncé de cette version.
Pour elle, il existe bien un esprit universel auquel nous sommes tous reliés, que nous en soyons conscients ou non, soit ! Mais lorsque l’homme se sert de ce même esprit universel pour penser des conneries, il devient responsable, au même titre que tous les autres, de tout ce qu’il a écrit en esprit et dans son mental. Car ce qui est écrit spirituellement par un être demeure bien dans l’esprit universel, à l’état potentiel, mais également dans son mental, à l’état avéré ou actif. Il ne peut se soustraire à sa pensée qui s’est incarnée dans ses cellules mêmes.

 

 

 

 

De fait, et toujours d’après cette seconde école de pensée, il est inutile voire immature de dire que le fait de “ne plus penser au mal” suffit pour nous en guérir, ou même, que le fait de “penser positif” suffit à effacer le négatif préalablement engrangé. Tout ceci est un leurre de l’ego. Cette seconde école donne un exemple concret, développé ci-dessous.

 

 

 

 

tacher le tapisvous êtes chez un ami et en buvant le café, vous tachez son beau tapis Persan. Allez-vous fuir et “ignorer” l’incident afin que le tapis se nettoie tout seul ou nier l’incident et positiver afin que votre maladresse soit effacée de la conscience universelle ? Si des pensées récurrentes vous obsèdent, allez-vous feindre d’ignorer leur existence en attendant qu’elles disparaissent toutes seules, sans chercher à comprendre d’où elles proviennent et pourquoi elles vous obsèdent ainsi ?

 

 

 

verre sale

 

On aura compris que pour cette seconde école, il n’est pas question de verser de l’eau pure dans un verre sale dans l’espoir que le propre lavera l’impur.

Mais au fait, et vous, de quelle école êtes-vous ?

 

 

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Dieu Que Je Suis

prierSi nous sommes l’homme et que nous prions Dieu, nous lançons, comme message à nos cellules, que nous sommes séparés de Lui et que nous dépendons de sa Réponse et de son Action pour être heureux. Si nous sommes un grand Yogi qui a Réalisé “Je suis Dieu !”, nous ne sommes plus l’homme et nous nous retrouvons seul, face à un dilemme. En effet, Si je suis Dieu, pourquoi suis-je si faible face à l’adversité ?

 

 

prier-enfant
Alors, je vous propose cette très vieille version de ce que l’homme est en droit de supposer, en ce qui concerne sa relation à Dieu. Elle se résume à ces quatre mots d’une puissance colossale pour tous ceux qui savent “lire” les vibrations :

 

Dieu-Que-Je-Suis !

 

 

 

 

Rayonant

 

Dans cette formulation étonnante, nous avons “Dieu” et “Je Suis”, c’est-à-dire notre plus haute prise de conscience humaine. Entre les deux concepts, nous avons “QUE” qui effectue une transition, un passage entre les énergies divines qui n’attendent que nous pour être exploitées, et ce que nous avons déjà réussis Être et à incarner, pour le moment (Ce-Que-Je-Suis)

 

 

 

 

regarder en soiEn disant ces simples mots “Dieu-que-je-suis“, c’est comme si nous reconnaissions que nous sommes potentiellement divins, mais que POUR LE MOMENT, ça ne se voit pas encore, car notre Potentiel Divin étant illimité, nous n’avons pas encore eu “le temps matériel” d’exprimer tout ce qui est encore inexprimable, en nous.

 

Et il en est bien ainsi !

 

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)