Archives par mot-clé : hurler

Les Missions… de fuite !

A une époque, lorsque j’ai commencé mes études d’ésotérisme (1976), il était de mise de se dire “missionné.” Autrement dit, la plupart des hommes et des femmes qui s’orientaient vers la spiritualité en général, se sentaient investis d’une quelconque “Mission.” Si possible la plus lumineuse qui soit et, bien entendu, orientée surtout en direction des autres !

 

 

 

pompiersQui n’a pas rêvé d’avoir une telle mission incluant les autres, mais à une échelle planétaire ? Qui n’a pas soupiré ou frémis en voyant une émission télévisée sur Médecin sans-frontière ou sur le sacerdoce de Sœur Térésa ou de l’abbé Pierre ? Déjà, tout jeune encore, quel enfant ne ressent pas une vive émotion à la vue d’un camion de pompier qui se dirige, toutes sirènes aux vents, en direction d’un incendie ? Qui n’a pas envié ces beaux visages de pompiers, graves et conscients de leurs responsabilité, sinon de l’enjeu ? N’est-ce pas un véritable bonheur, somme toute, que de se sentir important et d’avoir une conscience aiguisé de sa véritable place, ici bas ?

 

 

 

capriceAh ! La joie immense d’une Mission ! Dieu ! Envois-moi vite une mission de niveau planétaire ou je te fais un caprice sur place, avec pipi dans la culotte à l’appuie !!! Mais au fait, Docteur, pourquoi un tel engouement vis à vis des missions ? Si tout le monde veut sa mission, c’est que cela apporte quelque chose à une partie de nous-mêmes qui en ressent le BESOIN. Et qui dit “besoin” dit… Manque de liberté, c’est évident. Et si c’était simplement FUIR sa propre intimité, que recherchent ceux qui courent après une mission présumée altruiste ?

 

 

 

aider les autresEn effet, s’occuper des autres, même par véritable compassion, revient à ne plus s’occuper de soi, avec en plus de cela, une excuse légitime pour mieux s’éluder et s’oublier encore. Bref, le pieds pour celui ou celle qui redoute d’affronter ses propres démons et offrir au plus démuni de tous (soi-même), l’aide qu’il est en droit d’attendre.

Avant de bondir d’indignation (feinte ou avérée), avant de hurler et de vous précipiter sur ce pauvre clavier qui en a vu d’autres, prenez le temps de réfléchir à ce que vous venez de lire ou, mieux encore, allez un peu voir “Dedans“, ou “en vous” (ésotérikos, en Grec) ce que ça pourrait avoir à vous dire…

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Demeurer sur sa propre planète

le corbeauComme vous le savez, il existe, sur le Net, certaines «informations» qui tendent à produire des vagues de peurs et pousser les gens à entretenir des pensées très négatives et porteuses de souffrances. Les médias, friands de nouvelles à sensations fortes, se font une joie de répandre des informations dont ils ne prennent même plus la peine de vérifier les sources, tant leur besoin de surprendre le public et de battre de vitesse leurs concurrents directs est grand.

 

 

En fait, nous sommes à une époque où peu importe la nature et l’origine de l’information, l’essentiel étant qu’elle puisse se vendre. Et vous savez aussi bien que moi que les nouvelles positives n’intéressent pas le Français moyen.

Si nos journaux s’amusaient à nous vendre du positif, du gaie et du bucolique, plus personne n’achèterait son canard quotidien ou n’allumerait son poste de télévision aux alentours de midi/une heure.

 

 

Que faire ou, du moins, comment réagir face à cette déferlante de négativité, à ces vagues de peur savamment entretenues par ceux et celles qui vivent de leur existence ? Devons-nous sous prétexte de «positiver», fermer les yeux face aux médiocrités humaines qui existent à notre insu ou, au contraire, devons-nous devenir passionnés par tout ce qui est dangereux et négatif, ceci, afin de nous défendre, le cas échéant ?

 

« Les corbeaux du Net » (comme je les nomme) sont passés maître dans l’art de faire circuler des informations capables de vous glacer rien qu’en les lisant. Certes, tout n’est pas harmonieux et sain, dans le monde ou même en nos propres cœurs, mais tout n’est pas non plus aussi définitivement morbide que ce que l’on essaye de nous le faire croire.

 
Voici comment un psychologue ésotériste voit la chose…
Imaginons que vous rentriez chez vous et que vous réalisiez que votre chat a renversé un pot de fleurs, dont la terre encore humide de l’arrosage du matin, souille désormais votre beau tapis Persan (et non percé) Qu’allez-vous faire dès lors ? Vous avez plusieurs solutions, de la plus exubérante à la plus sobre.

 

1. Vous pouvez par exemple vous mettre à hurler, vous emparer d’un robot Moulinex avec la ferme intention de mixer votre… [ici censuré] de chat de [censuré] ! (lol)

2. Vous pouvez courir chez votre voisine en hurlant « Retenez-moi ! Retenez-moi ou je trucide mon chat ! »
Et ameuter ainsi tout le quartier.

3. Vous pouvez pousser un cri, prendre votre chat, lui mettre le museau dans la terre qui souille le tapis Persan non percé, puis lui administrer une raclée afin de lui apprendre à vivre.

4. Vous pouvez vous mettre les mains sur la tête et allez prendre une douche pour vous déstresser, tout en vous demandant pourquoi Dieu vous en veut ainsi à vous et en particulier.

5. Vous pouvez pousser un soupir, prendre votre chat, lui faire un rapide câlin puis vous permettre un léger soupir avant de vous mettre courageusement à nettoyer votre tapis.

 

 

Quelle option choisissez-vous ? Vous êtes libre, c’est à dire capable de changer non pas « le Monde » (ce qui est un brin prétentieux) mais bien votre monde, c’est à dire la petite planète perso sur laquelle vous vivez et sur laquelle repose l’ensemble de vos processus mentaux.
Je pense qu’il en va de même avec toutes ces « informations » qui ressemblent plus à des scenarii catastrophes qu’à une véritable actualité.

 
L’idée est de noter sobrement ce qui est proposé, d’ouvrir l’œil pour voir si votre action peut être souhaitée et efficace à long terme, puis passer à autre chose.
A moins que quelque chose en vous ait un besoin viscéral de se plaindre, d’avoir peur et de dépendre -pour être spirituel et le demeurer- de quelque chose d’extérieur ?
A méditer. Si on souhaite demeurer Authentique et Vrai.

 

Serge

Licence Creative Commons