Archives par mot-clé : grand mystère

Processus de Reconnaissance Divine

Dans l’Inde antique, avant que ne naissent ces âmes  qui séparent et différencient les êtres avec leurs idées de “castes”, les élèves des Maîtres se plaignaient souvent de ne pas «y arriver» :
«Baba (père spirituel) je n’arrive pas à faire ceci ! »
«Baba ! Je ne réussi pas à obtenir cela ! »
«Baba ! Pourquoi tout marche-t-il toujours de travers alors que je fais tant d’efforts ?»

(ils employaient également le terme Guruji qui est un diminutif affectueux que nous retraduirions nous par “Maître bien aimé”) A quoi les premiers Siddha répondaient immanquablement :

«Mon fils, parce que tu essayes de le faire toi, de réussir ce qui est déjà effectué et de faire ta volonté plutôt que de faire celle de Dieu en toi….»

 

 

 

Dans les premiers écrits chrétiens, il était mentionné cette étonnante Parole de Dieu : «J’ai mis mon Fils au-dessus de Moi…» Dieu parle à l’homme et lui explique que pour lui donner « vie, force et durée » (Ankh, Djed, Ouas, en Égyptien), il a dut le mettre en premier plan de son attention mentale et se placer lui-même «en retrait», c’est à dire s’oublier afin de l’homme puisse naître et vivre de sa propre vie.
Ceci, c’était “au commencement” de l’aventure humaine, c’est à dire «Lorsque les Dieux devinrent des hommes.» Mais à présent, l’aventure humaine, telle que nous la connaissons depuis lors, doit “se terminer” !

 

 

 

i0rg8rp0Attention : Je ne dis PAS que l’homme doit cesser d’exister, car cela est impossible, la Création Divine étant par nature continue, illimité et éternelle, ce qui existe maintenant existe depuis toujours et à jamais…. (En fait, c’est une sorte d’éternel présent, si vous préférez, rendu dans la tradition Hébraïque par le mot “Béréschit” qui signifie pas “au commencement” mais plutôt Dans le Principe) Nous dirons donc que le processus «d’ascension» (le vrai) consiste désormais à INVERSER LE PROCESSUS !

 

 

 

 

M-INotre mission, si nous l’acceptons (lol) sera de placer notre Père-Qui-Est-En-Nous de nouveau à Sa Juste Place, c’est à dire au-dessus de nous. Non pas qu’il nous faille nous oublier en Lui, comme tentaient maladroitement de le dire les anciens mystiques, mais bien de lui laisser «la Part du Roi» ou, plus prosaïquement, «La Part-Dieu.»

 

 

 

PinochioIl nous faut Le placer à l’avant-scène de notre conscience, ceci en nous concentrant sur Lui avant toutes choses et en reconnaissant que sans Lui, nous n’aurions ni vie, ni force ni durée. Sans Lui, nous ne serions même pas conscient d’être, tout simplement ! Ce Processus de Reconnaissance Divine (PRD) est ce qui remplacera désormais le Processus de Réforme Psychologique (PRP, clin d’œil pour certains membres du forum de psy éso qui me liront.)

 

 

 

Deux comparsesEntendons-nous bien et ceci, une bonne fois pour toutes : Il N’EST PAS question de disparaître, de nous suicider spirituellement ou de nous transformer en larves rampantes et dégoulinantes de mysticisme de mauvais aloi ! Il est question ici de ne plus mettre en avant les deux fils bâtards de l’intellect, fils unique du mental humain, comme s’il s’agissait des deux seules choses les plus magnifiques et réussies de l’univers ! Je fais ici allusion à l’ego et au Moi-Idéalisé.

 

 

 

 

Jean-Baptiste n’aurait jamais eu besoin qu’on lui coupe la tête (faire taire l’intellect) s’il avait su à temps décroître afin que «Lui» (Jésus = le Je Suis) ) puisse croître. Pourtant, un verset de la Bible sur ce sujet, nous apprend que “Celui qui aplanit le Chemin” savait exactement ce qu’il convenait de faire à ce propos.

Entendez par là que l’intellect de l’homme qui n’existe que pour «aplanir les chemins du Seigneur» -autrement dit, de la Conscience– n’aurait pas à être fustigé ou montré du doigt s’il savait se remettre à sa juste place (la seconde) lorsque la Conscience intérieure commence enfin à répondre à son Appel.

 

 

 

 

lavage de piedsL’esprit est un bon serviteur mais un très mauvais Maître ! Et nous parlons-là bien sur de l’esprit dont se servent les hommes pour penser, non pas celui qui est Dieu. 

En somme, il est question pour l’homme de «changer de Dieu» et d’abandonner ce faux Dieu qu’est sa tête pour retrouver le vrai Dieu de son cœur et de sa compréhension, comme disent les Rosicruciens.

 

 

 

 

dragonCe Dieu là n’a pas besoin d’être compris; il a juste besoin d’avoir les coudées franches et de ne plus devoir passer par les caprices d’un intellect surchauffé et orgueilleux (Dragon de l’Apocalypse) pour réussir à se faire entendre. C’est Dieu qui s’est fait homme, et non l’inverse, n’est-ce pas ?

Alors pourquoi la plupart des traditions ésotériques actuellement en vogue, proposent-elles à l’homme de «se faire redevenir» Dieu ?

 

 

 

 

plus petit-plus grandComment le plus petit pourrait-il se grandir lui-même, s’il vous plaît ? Par quelle force ou par quel pouvoir mystérieux ? Mais si un quelconque pouvoir peut grandir l’homme et le hisser jusqu’à Dieu, alors c’est ce pouvoir qui est Dieu, et non pas l’homme ! Comprenez-vous la différence ? Je vous le souhaite de tout cœur, car cela pourrait vous mettre à l’abri d’amères désillusions, dans un futur proche de notre présente humanité.

 

 

 

 

Ascension2Il est demandé à l’homme d’ascensionner… Il n’est pas attendu de lui qu’il se fasse ascensionner lui-même ! (Ni qu’il disparaisse dans une gerbe d’étincelles multicolores, il faut arrêter de fumer la moquette.)

Il est seulement pressenti que, cette fois, l’homme va redevenir Dieu… Tout en restant homme ! Quel grand Mystère que cela, n’est-ce pas ?

 

 

 

 

Dieu4En vérité, Dieu ajoute mais ne retranche jamais rien. L’homme NE PEUT PAS cesser d’être; il peut seulement changer de forme et de nature ou, plus simplement, il peut sans cesse évoluer, comme le fait son Père à travers lui, depuis toujours et à jamais, c’est-à-dire Maintenant.

Évoluer au point de ne plus du tout ressembler à l’homme tel que nous le connaissons, certes, mais être toujours distinct de Dieu tout en demeurant étroitement et définitivement uni à Lui, comme la main droite est unie à la main gauche mais sans possibilité que l’une soit jamais confondue avec l’autre et réciproquement.

 

 

 

 

homme dans mainIl est attendu de l’homme qu’il devienne l’Homme, et cela, Dieu seul peut le permettre et le réaliser en nous et à notre place mais avec notre concours. Un concours qui se résume à ne pas résister, à se laisser transformer, de l’intérieur et sans craintes inutiles.

En réalité, l’Homme existe déjà ! L’Homme existe depuis toujours !  L’homme existe Maintenant, mais il a peur de tout perdre alors qu’il n’a jamais rien possédé !

L’homme a peur de ne plus exister alors qu’il n’existe pas encore et ne saurait d’ailleurs exister, bien qu’il puisse être il est vrai. L’homme a peur de mourir alors que l’esprit seul existe. Ou la Conscience, depuis tous les “Maintenant” de notre éternité linéaire !

 

 

 

 

lk8mc5qwL’homme va bientôt Naître alors qu’il est déjà persuadé d’exister. Mais il n’en est pas encore conscient, car pour le moment, RIEN n’est là d’assez «consistant» pour réaliser ce qui se passe vraiment. Et ce qui est formidable, c’est que dès que l’homme deviendra conscient de “Qui il est vraiment“, il se mettra à aider Dieu à le construire, il deviendra Cocréateur avec Lui et son premier “coup d’essai” sera un coup de Maître car ce sera lui-même : l’Homme !

 

 

 

 

RayonantVous voulez avoir un avant goût de ce que seront les années à venir ?
Devenez Homme et vous le saurez !

Demeurez homme et vous continuerez à trembler devant les sarcasmes de corbeaux en tous genre qui projettent leur peur abjecte de “ne plus exister” sur ceux qui demain commenceront à vivre et à être vraiment, pour eux et à leur place…

Comme d’habitude… Comme il y a douze mille ans… Comme depuis tous les Maintenant du Monde.

 

 

 

 

wiu5cj1bMais cette fois-ci, ce ne sera pas une «lame de fond» qui va emporter sur son passage les justes et les moins justes; ce sera «une pluie de Feu qui tombera du Ciel» (et) qui brûlera celui qui résiste à la conscience» (de ce qui est Juste et Bon pour soi et donc, pour tous), symboliquement “Shaïtan” ou “Shah Tan” (“Celui qui Résiste”), de sa base à son sommet (des surrénales à la pinéale). Comprenne qui pourra, accepte qui voudra !

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Dossier – Les fondements de la science hermétique – Chapitre 8

LE DIVIN PARADOXE

 

 

“Les demi-initiés, reconnaissant la non-réalité relative de l’Univers, s’imaginent qu’ils peuvent défier ses Lois ; ce sont des sots insensés et présomptueux qui vont se briser contre les écueils et que les éléments déchirent à cause de leur folie. Le véritable initié, connaissant la nature de l’Univers, se sert de la Loi contre les lois, du supérieur contre l’inférieur, et par l’Art de l’Alchimie, il transmute les choses viles en des choses précieuses ; c’est ainsi qu’il triomphe.
La Maîtrise ne se manifeste pas par des rêves anormaux, des visions et des idées fantastiques, mais par l’utilisation des forces supérieures contre les forces inférieures, en évitant les souffrances des plans inférieurs en vibrant sur les plans supérieurs. La Transmutation, non pas une négation présomptueuse est l’épée du Maître.”

LE KYBALION.

 

 

Certains philosophes de la Grèce antique ayant eu accès à l’enseignement de l’Hermétisme mais ne possédant pas un mental correctement outillé pour en comprendre l’essence réelle, furent les sottes victimes de leur folie présomptueuse.
Sous le prétexte que “Tout est fait d’esprit” et que “Dieu engendre la Réalité Cosmique en esprit et dans son Mental infini“, ils ont cru pouvoir affirmer que celui qui connaît la vérité peut triompher des épreuves et de la mort elle-même.
Certains, niant la réalité tangible des choses et des êtres, se sont jetés du haut d’une falaise en s’imaginant passer au travers du sol, trente ou quarante mètres plus bas (sic) tandis que d’autres sont morts comme des cons, en place publique, en exigeant d’un passant qu’il leur plante son sabre dans le ventre.

 

Évidemment, et avec le recul nécessaire, nous pouvons imaginer ce qui a pu se passer dans le cerveau enfiévré de ces philosophes d’opérette.
Si l’univers est “pensé” par Dieu, c’est à dire l’esprit universel, alors l’univers est tel un rêve dont la réalité est fonction du degré d’éveil d’une personne ou de sa capacité à s’extraire du Songe Collégial. Ce qui n’est pas faux par ailleurs, mais bien plus subtil que ne l’évoque ce simple énoncé.

 

Il peut paraître paradoxal de se dire que cette pierre que nous ramassons sur le bord de la route et dont nous pouvons sentir la masse ainsi que les arrêtes tranchantes, n’est en fait que… De l’énergie concentrée !
Cela dit, la main qui tient cette pierre est elle aussi constituée d’énergie concentrée. Et d’une énergie qui vibre sur une fréquence qui s’inscrit dans une fourchette vibratoire qui inclut d’ailleurs cette pierre et bien d’autres choses encore !

 

Ce qui fait que pour notre corps, la pierre est on ne peut plus tangible et réelle et vice versa. Cela, parce que la main et la pierre vibrent sur des fréquences proches et, de fait, pour la main, la pierre est concrète à n’en plus pouvoir !

Il en serait tout autrement si au lieu d’être dans un corps de chair, nous étions dans un corps psychique, c’est à dire tel que nous sommes tous lorsque nous ne sommes pas incarnés sur Terre ou lorsque nous en partons, à la fin de cette vie.

 

Notre main psychique ne pourrait alors pas ramasser cette pierre ni en soupeser la masse ou même en sentir les aspérités. Les particules d’esprit formant notre main psychique vibrent si vite qu’elles passent au travers des particules qui forment la pierre. C’est le principe du petit poisson pris dans les grandes mailles d’un filet : il passe au travers !

 

En réalité et dans notre exemple de la pierre et de la main, c’est la pierre qui traverserait notre main sans rencontrer la moindre résistance. Vous avez vu jouer “Ghost“, au Ciné ? Alors vous pouvez vous en inspirer 🙂

La fréquence vibratoire propre aux particules qui forment toutes choses, solides ou non (par rapport à nous, bien sur) est ce qui définit la nature de ces choses et engendre les différences. Si tout vibrait à la même fréquence (qui se mesure en vibrations par seconde = “V/S”) alors tout serait une seule et même chose, c’est à dire que tout serait par exemple en bois, en fer ou en pierre.

 

Ce qui rendrait le simple acte d’aller pisser un coup fort déplaisant, comme vous en conviendrez sans peine.

La densité est inversement proportionnelle à la fréquence vibratoire. Plus la fréquence est élevée, moins la forme mentale est dense, et inversement.

 

Toutefois, sur chaque plan d’existence, il existe des “fourchettes vibratoires” qui définissent “l’entrée” et la “sortie” de ce plan c’est à dire ses limites exactes.
Prenons un exemple, en sachant que les chiffres sont inventés et bien loin des mesures réelles, qui se définissent en billions et en millions de milliards de v/s.
On va dire que le plan physique est inclut dans une fourchette vibratoire allant de cent à mille v/s. (vibrations par secondes, donc.)

 

A cent dix v/s, nous trouverions par exemple les métaux lourds, à cent vingt v/s la pierre, etc. A cinq cent v/s nous trouverions les animaux et à sept cent v/s, les humains. Ainsi, tout ce qui vibrerait entre cent et mille vibrations par seconde (v/s) ferait partie du “plan physique” et serait à la fois tangible et visible pour tous les êtres vivants et conscients de ce même plan. Mais pas pour tous les autres. (Ceux dont la conscience se situe sur un plan plus élevé, par exemple.)

 

Un être qui se trouverait sur “le plan éthérique“, vibrant à deux mille v/s, serait pour nous invisible, de même que serait invisible pour lui un autre être se trouvant sur “le plan astral” et vibrant à cinq mille v/s.
Nous espérons nous faire correctement comprendre sur ce sujet plus simple qu’il n’y paraît, malgré les exemples naïfs et un peu tirés par les cheveux (ce qui doit leur être assez douloureux.)

 

Donc, et pour nous résumer, le Divin paradoxe (que nous pourrions tout aussi bien nommer “principe de relativité des choses et des êtres”) explique que pour Dieu, rien n’existe et tout est un songe maintenu sciemment en esprit et dans son Mental infini. Pour Dieu !
Mais pour l’homme qui fait partie intégrante de Rêve Divin, les choses sont aussi réelles que possible et il ne doit jamais commettre l’erreur grossière de sous-estimer ce qu’il se passe en lui et autour de lui.

 

N’en déplaise aux philosophes, la Connaissance, même des Maîtres, ne donne pas le pouvoir de passer outre l’ensemble des Lois Cosmiques. Le degré de réalité dépend aussi et dans une quelconque mesure, de la position de l’observateur par rapport à ce qui est observé.
Pour les anges, notre vie doit être un grand mystère car ils ne doivent pas comprendre pourquoi nous nous faisons ainsi ch… suer volontairement alors que nous pourrions tout aussi bien être des dieux !

Et nous comporter comme tels. Pour d’autres, qui vivent dans des “infra-mondes” et devinent notre présence plus qu’ils ne la voient, nous sommes des dieux ! Nous sommes des géants, des êtres surdimensionnés et notre vie doit leur sembler “magique.”

 

Tout est relatif mais dans l’ensemble et afin de conserver son équilibre psychologique, chacun de nous doit considérer comme “réel” le plan sur lequel il se trouve et se manifeste ponctuellement. En l’occurrence, le plan terrestre.
Le degré de réalité dépend évidement de la fréquence vibratoire définissant la densité spirituelle. Mais il dépend surtout de la puissance de concentration.
Tout ce qui est “visualisé” par Le Divin est TRÈS réel pour nous car il visualise les choses avec une puissance d’attention (ou de concentration) qui est effroyable, proprement incommensurable.

 

L’ésotériste véritable, qui est avant tout un être intelligent et équilibré,  ne cherchera jamais à nier le degré de réalité de son plan et ne cherchera pas non plus à violer ou même à contourner les lois qui régissent ce même plan.
Par contre, il pourra se servir de lois supérieures pour agir sur des lois inférieures et en annuler les effets. Pour lui seul et d’une manière très ponctuelle.

 

Ceux qui pratiquent la magie peuvent passer pour des êtres qui peuvent se moquer des Lois, du moins aux yeux émerveillés des ignorants auxquels ils soutirent un maximum de fric. Mais celui qui est instruit des Principes Hermétiques sait que le véritable Mage emploi simplement des lois supérieures pour compenser ou annuler les effets de lois inférieures.

 

les Lois supérieures appartiennent toujours à un plan supérieur, et celui qui désirent les invoquer doit d’abord posséder un mental qui vibre sur la fréquence exacte de ce plan supérieur. D’où l’importance de transformer la fréquence de base de notre mental. Ceci aussi est une Règle incontournable : Notre puissance mentale (ou d’action) est fonction du taux vibratoire. Plus la fréquence est élevée, plus notre mental est puissant. Et inversement !

 

Bienheureux celui qui comprendra vraiment cette dernière proposition, comme dirait le Kybalion !

 

Serge

 

La suite, le Chapitre 9 : Cliquez ICI