Archives par mot-clé : fouiller

La véritable psychologie

cerveau-contenuIl peut paraître présomptueux, de prime abord, de se référer à une “véritable psychologie.” Pourtant, tout le monde la connaît et tout le monde y a accès, cela depuis toujours. Du moins, depuis que l’homme est capable de s’observer et de s’analyser un tant soit peu. Pour quelques-uns, la psychologie est une forme d’étude compliquée et passablement vicieuse qui se propose d’aller fouiller dans des recoins de notre être, là où personne n’a intérêt à se rendre, et surtout pas nous ! Pour d’autres, c’est un sujet fascinant mais peu pratique.

 

 

 

 

psychologiePour d’autres encore, c’est une étude réservée à une élite intellectuelle capable de jongler avec des concepts abstraits et quelque peu éloignés de nos considérations sociales usuelles. Bien sûr, il y a tous ceux et toutes celles qui ont fait de ce qui ne peut être qu’un Art un “métier“, je veux parler bien entendu des professionnels de la psychologie académique (ou des écoles) et tous ceux qui ne se soucient guère de ce sujet, c’est-à-dire la plupart des gens.

Les psychologues diplômés d’état semblent bien évidemment les plus aptes à nous parler de la psychologie. Du moins en apparence.

 

 

 

 

Toutefois, et attendu que “l’étude de l’âme” (Psuké et Logos, en grec) existait bien avant que ne naissent les écoles modernes de psychologie et si on tient compte du fait que les psychologues modernes (académiques) NE CROIENT PAS en la survie de l’âme et donc, ne croient pas non plus à sa survie, on est en droit d’en conclure que la psychologie académique se propose d’étudier une chose en laquelle elle ne croit même pas ! Cherchez l’erreur !

 

 

 

 

singe2

Quelle est la meilleure façon d’aborder cette étude ? La réponse est évidente : Celle qui vous convient le mieux pour vous ! Les ésotéristes de toutes époques étaient tous, sans exception, de fins psychologues. Ils connaissaient les lois et les principes qui régissent le fonctionnement de l’esprit et, de fait, étaient capables d’aider n’importe qui, puisque capable de COMPRENDRE n’importe qui, sans pour autant présumer de “ce qui devrait être.” De nos jours, si vous ne correspondez pas ou plus à un certain moule socio-culturel, et en fait, si vous sortez du cadre étriqué du moderne toutou qui au lieu d’aboyer se contente de bêler, au mieux, ou de braire, au pire, vous êtes nécessairement atteint de quelque maladie connue, au nom qui fait très classe et que le peuple se fait un devoir de reprendre en cœur afin de mieux l’entériner et le faire passer pour vrai. Mais au fait, docteur, c’est quoi une personne “dérangée mentalement” ?

Ne serait-ce pas, justement, une personne qui ne correspond pas ou plus à ce que l’on attendait d’elle ? Une personne qu’il n’est plus possible de faire correspondre avec les diverses catégories d’un tableau ou d’un graphique inventé par un praticien diplômé en mal de reconnaissance ? Est-ce vraiment un signe de bonne santé mentale que de correspondre parfaitement aux critères mentaux exigés de notre époque ?

Posez-vous cette question : “Est-ce que les génies et autres grands hommes et grandes femmes du passé, avaient un état d’esprit si adapté que cela à leur époque ? Étaient-ils si “corrects” que ça, à tous les niveaux et d’un point de vue socio-culturel ? Étaient-ils reconnus de leur vivant et par leurs pairs ?

Je me demande s’il est utile de répondre à… Une affirmation !

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Couple de force

 

bonheur2Tout le monde désire être heureux, n’est-ce pas ? Pourtant, que voit-on le plus souvent ? Des gens malheureux. Oh ! Je ne dis pas que nous voyons des gens qui tous, reconnaissent leur malheur, loin de là ! Je ne dis même pas que nous voyons des gens qui sont conscients de leur malheur. Je dis que nous voyons tous des gens malheureux, autour de nous.

 

 

 

souffrance7Surtout des couples malheureux. Mais comment un être humain peut-il CHOISIR d’être malheureux plutôt qu’heureux ? Car il me semble que personne ne se marie ou ne se met à la colle (vie commune sans être marié) dans le secret espoir de souffrir, n’est-ce pas ? De même, rares sont les couples forcés : on ne met plus le couteau sous la gorge d’une personne pour qu’elle s’associe de force avec une autre, ou alors, très rarement, et ces cas-là n’entrent en rien dans le présent sujet.

 

 

 

bonheur8Les gens n’osent même plus avouer leur malheur : ils n’osent même pas se l’avouer à eux-mêmes ! Alors, ils font semblant que tout va bien et ils se consolent en se disant que, selon toute vraisemblance, les autres en sont là aussi, à se mentir pour tenter de réduire les souffrances morales.

 

 

couple-dispute2Pourquoi voit-on autant de couples malheureux qui,  au lieu de s’aimer tendrement et de devoir être décollés avec un démonte-pneu tellement qu’ils sont scotchés l’un à l’autre, se querellent, se lancent des piques à la face, se font du mal et se comportent comme si l’autre devait ” payer ” pour la somme globale de toute leur souffrance passée et présente ? Que se passe-t-il, Monsieur l’Abbé, vous qui êtes éclairé par le Pape lui-même ?

Puisque le Pape ne vous répond pas, je vais le faire à sa place !
Tout le drame, au départ, provient du motif profond, secret et définitivement caché, désormais, du ” choix ” du conjoint.

 

 

 

Il faut aller fouiller dans la m… euh, dans les strates profondes de la psyché et, plus particulièrement, au sein même de la subconscience des individus, pour y trouver les causes premières des destins loupés et des mariages ratés et autres ” ma vie est un enfer ! “

 

 

 

 

couple7Prenons le cas très répandu d’une personne (homme ou femme) qui se choisi, sans même le réaliser, puisque c’est une forme de schéma compulsif ET inconscient, une personne du sexe opposé qui lui parait inférieure, dans un quelconque domaine précis ou même dans tous (par exemple, classe sociale différente, niveau d’instruction, etc.)

 

 

 

choixUne fois mariée, cette personne va commencer aussitôt à souffrir de son propre choix. Du moins, de tout ce que ce choix implique désormais et par ailleurs. Vous me direz que dès le moment où ça ne va plus, dans un couple, on peut toujours se barrer ou envoyer ch… euh… Faire savoir à la personne qu’elle doit s’en aller. Certes ! Mais est-ce cela que nous voyons ?

 

 

couple-disputeNon, n’est-ce pas ? Nous voyons des hommes et des femmes qui persistent et signent et demeurent avec d’autres hommes et d’autres femmes qui ne les aiment pas, qui les ” cassent ” à tout bout de champs et se conduisent comme de véritables ennemis…. Tout en restant là, n’est-ce pas ! N’est-ce pas quelque peu singulier, comme réaction ?  Ce n’est en rien singulier lorsqu’on se souvient du motif secret de ce choix de vie ! Si une personne choisit tous ces conjoints amoureux sur la prémisse qu’elle doit à tout prix éviter une personne plus intelligente, plus ” classe ” ou plus évoluée qu’elle (par exemple), c’est cette prémisse qui décidera ensuite de son bonheur et en gèrera les diverses modalités.

 

 

 

couple3Une telle personne, même malheureuse avec son conjoint, préférera rester et conserver le malheur connu que de risquer de rejoindre une autre personne, plus aimante et plus raffinée, certes, mais qui mettra en danger le schéma compulsif interne, qui réagira alors et produira à son tour de la souffrance, très différente et bien plus mordante encore.  Entre deux formes de souffrances, choisir la moindre semble être le mot d’ordre des gens qui sont malheureux en amour mais conservent néanmoins leur conjoint. (j’allais écrire ” leur schéma “, ce qui revient au même, d’ailleurs.)

 

 

 

Divorce-enfants3

 

Vous me direz : ” Et les enfants, alors, tu y penses ???!!! ” Certes ! Et la personne programmée y a pensé aussi, ne vous inquiétez pas ! C’est d’ailleurs pour ça, qu’elle a ” fait des enfants “ ! Je ne dis pas que ce que je présente là est beau : je dis que comme toute vérité qu’on désire occulter, elle ne peut qu’être moche, c’est évident.

 

 

 

 

famille-divorceLes enfants apparaissent toujours, dans le genre de couple qui nous intéresse ici et ” comme par hasard “, dès que les chances de durer, pour ce même couple, menacent d’être réduites à néant. Osez dire le contraire, pour voir ! Autrement dit, ” on fait un enfant “ pour avoir une excuse de rester, de se mentir et de se trahir plus encore. Et cette excuse à l’air de payer, je vous l’accorde, puisque la majorité des gens est là pour pousser, par exemple, la pauvre femme malheureuse avec son mari, à demeurer auprès de lui tout de même…. ” pour les enfants “… N’est-ce pas ? Certes.

 

 

 

 

Dans pas mal de couples malheureux (mais qui ne le montrent pas pour autant, fierté oblige), on trouve souvent soit la femme, soit le mari, qui, une seule fois, dans le passé, a eut une aventure avec quelqu’un d’autre. C’est normal, car il est dans la nature du schéma impliqué de se justifier, de se prouver à lui-même qu’il a raison. Pour ce faire, on prend un amant ou une maîtresse une seule fois, cela afin de mieux se convaincre que c’est pas bien d’agir ainsi ou encore qu’on a des devoirs, ou que finalement, ” Je ne perds rien, c’est pas si bien que ça ! ” etc.

 

 

 

bsaopz6qBref, l’étau se resserre, le piège était parfait et la personne a mis en œuvre le pouvoir de son propre esprit afin de se flinguer l’existence sans même avoir ensuite le devoir d’en assumer la responsabilité, puisque c’est fait inconsciemment ! Elle est pas belle la vie ? Voyez ce pouvoir phénoménal d’un esprit qui poursuit comme noble but de se nier lui-même ! Pour certains, le marasme est devenu tel, qu’ils ne peuvent même plus espérer aller voir ailleurs et être enfin heureux, puisqu’ils en ont trop pris dans la gueule pour espérer ensuite avoir une relation équilibrée avec d’autres personnes plus saines ou plus objectives avec elles-mêmes.

 

 

 

acceptation03Ce serait alors eux qui seraient un peu justes face à l’équilibre d’une personne certainement plus aimante, OK, mais qui pourrait alors leur faire honte, car supérieure en certains domaines jugés névralgiques. Car on se souvient qu’à la base, beaucoup de gens recherchent (sans le réaliser vraiment) un conjoint qui leur soit inférieur, non pas uniquement pour le dominer (comme c’est parfois le cas) mais surtout pour ne pas AVOIR HONTE face à plus clean, meilleur ou plus grand que soi.

 

 

 

subconscient-conscientIl va sans dire que le principe de polarité agit ici à plein rendement ! Tout comme la victime recherche compulsivement son bourreau, cela pour ne pas avoir à assumer la paternité de ses souffrances mentales, de même, une personne qui est complexée ou/et qui ne s’aime pas, cherchera tout naturellement, et trouvera immanquablement le pôle opposé mais complémentaire de son aberration mentale. Voici quelques exemples concrets, avant d’en terminer avec ce sujet :

 

*** Celui ou celle qui souffre mais ne désire pas assumer ses responsabilités, va se transformer en victime idéale et attirer celui (ou celle) qui en a assez de se faire souffrir lui-même (ou elle-même) et qui ressent le besoin de transférer cette aberration sur autrui.

 

*** Celui ou celle qui a peur de décider, d’agir, de se positionner, etc., attirera celui ou celle qui adore ordonner, commander, régenter et même tyranniser.

 

*** Celui ou celle qui ne s’aime pas et qui se sent inférieur(e) attirera immanquablement celui ou celle qui a besoin de quelqu’un de ” plus bas ” pour se sentir ” plus haut. ”

 

*** Celui ou celle qui se sait (ou se croit) incapable de vivre avec une personne équilibrée et rationnelle, attirera et conservera une autre personne qui est persuadée d’être déséquilibrée, irrationnelle et difficile à vivre (le genre ” Je sais bien que je dois m’améliorer sans cesse ! “)

 

*** La personne honnête attirera la personne hypocrite et inversement, tant il est vrai que l’être humain a un cruel besoin des autres non pas pour réussir à s’aimer et à être aimé, mais bien pour réussir à se mentir à lui-même, encore et toujours, jusqu’à ce que la pire des dégradations morale et mentale le sorte de force du bourbier qu’il a lui-même engendré et qui est cultivé, par le Soi Naturel, avec application, et de vies en vies (pour ceux qui connaissent.)

 

 

 

545387

 

 

Évidemment, il existe des gens sains et Lumineux qui attireront des gens identiques, mais cela, c’est une autre histoire, voire un autre article à venir !

 

 

 

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Le défi Américain

KH-M-SG et Me BlavatskyDe son vivant, la très célèbre Madame Héléna Pétrovna Blavatsky, cofondatrice de la fameuse Société théosophique (1885) racontait que les Grands Maîtres qu’elle côtoyait (Kut-Hu-Mi, Moria, Djwal-Khul) lui avaient confié qu’ils plaçaient beaucoup d’espoir en l’Amérique et les Américains…  Pourquoi cela ? Pour diverses raisons, dont une, en particulier et qu’il est temps, à présent, de rendre publique. Vous savez déjà, par divers rapports effectués par ceux qui peuvent «fouiller» dans les Annales Akashiques, que les « enfants indigo » sont en réalité des âmes « ordinaires », pas spécialement avancées, qui ont fait un «stage spirituel» sur le haut Plan Bouddhique, ceci afin de se gorger de connaissances profondes et Lumineuses, qui devaient leur servir, ensuite, à aider leurs frères à s’éclairer un peu plus eux-mêmes et à leur propos (les intentions secrètes cachées sous les actes apparents.)
Ce que je propose là se trouve ailleurs largement confirmé, dans des livres et sur la Toile (web) et c’est d’ailleurs pour cela que je me permets d’en parler aussi librement. Mais ce qui ne sera confirmé que plus tard, c’est qu’il en va presque de même pour toute une Nation !

 

 

 

de verre et d'acierQue sont vraiment les Américains ? Et surtout, comment ont-ils fait, sur même pas deux cents ans, pour «éclater» ainsi et devenir la Nation la plus évoluée, techniquement, de la planète ? Où ont-ils pris ce pouvoir de réussite sociale, industrielle, informatique, etc ? Seraient-ils des génies ? Oui et non…. De même que pour les enfants indigo, les américains sont (ou étaient au départ) des âmes tout à fait ordinaires qui, par certains côtés, étaient même un peu en retard, spirituellement, par rapport à certaines âmes incarnées sur le vieux continent (du genre Europe centrale et bassin Méditerranéen.)

 

 

 

acceptation04Attendu que les dites âmes n’avaient pas du tout évolué, depuis l’Atlantide et que, par certains côtés, elles demeuraient bien immatures, il leur fut donné l’opportunité de faire non pas un mais DEUX « stages spirituels » ! L’un sur le 5e sous-plan Bouddhique (celui des constructions mentales éclairés et puissantes) et l’autre sur un autre plan dont il n’est pas dans mes attributions de parler (vaut mieux pour nos fesses à tous, vu le pouvoir qu’il déploie.) Dans le premier « stage », les anciens atlantes qui ne s’aimaient pas et étaient à la fois dépressifs et défaitistes, reçurent des germes mentaux permettant à une âme humaine de hautes réalisations, tandis que dans le second plan, le « stage » se résuma à se goinfrer d’énergie divine (Adi Shakti), afin d’avoir LA FORCE ET LA CONFIANCE nécessaires pour les grandes réalisations possibles grâce aux germes mentaux déposés en leur âme.

 

 

in god we trust2Notez au passage la devise des américains «In god we trust» Les américains placent leur confiance en le pouvoir divin (et non pas vraiment en Dieu), un pouvoir qu’ils sentent vivre en eux. C’est une des raisons (mais pas la seule) qui firent dire à des Entités de l’envergure d’un Kut-Hu-Mi ou d’un Morya-El que « de grands espoirs sont fondés sur le peuple américain. »

Bon, OK… Et maintenant, qu’en est-il ? Qu’ont fait les américains de ce précieux apport gratuit et surtout inespéré ? Ils sont devenus la première puissance mondiale, cela grâce à ce double dépôt sacré. Ils sont également en avance technologique sur tout le reste de la planète. Très bien.

 

 

 

USA2Oui mais voilà : l’énergie qui leur avait été confiée étant passé presque exclusivement dans le pouvoir de se dresser comme étant la première nation industrielle, il n’en reste presque plus pour les réalisations spirituelles ! Ah, moins cool, ça…

Et ?… Avez-vous remarqué que les films de science-fiction américains nous présentent toujours les USA comme étant les sauveurs du
monde ? (c’est toujours chez eux que débarquent les E. T., comme par hasard.)

 

 

 

filmAvez-vous remarqué les doses de morale exacerbée présentes dans tous les films ? Comme si l’Amérique voulait nier le mal, ses cadavres dans le placard, en se servant des méchants pas beaux pour se faire valoir sur le dos des plus faibles d’entre le peuple (ce qui est assez démago et hypocrite il est vrai.) De même, avez-vous remarqué autour de quoi tournent les films d’amour, ce qui est placé en vedette ?  Mais que se passe-t-il ? Les américains auraient-ils besoin de gros câlins et qu’on leur dise qu’ils sont les plus beaux et les plus utiles à la planète, que sans eux nous serions tous perdus ?

 

 

 

USACe peuple si fier de ses acquisitions industrielles perdrait-il lentement mais sûrement la confiance qu’ils plaçait en lui-même et en La Présence Sacrée qui les habitait ? Observez la politique internationale des USA ! Observez les oups du Vietnam, de la guerre du Golfe..
Bref, les américains ne savent plus quoi faire pour nous apprendre ce que nous savons déjà : ils commencent à se faire peur tout seul et en fait de Heroes (lol) ils sont devenus de petits enfants apeurés manipulant des objets dangereux, qui enchaînent bêtises sur cafouillages.

 

 

 

heroesJe terminerai en orientant votre attention sur cette série, «Heroes», justement (qui est pas mal du tout, par ailleurs.) Avez-vous remarqué dans quel état psychologique (pour ne pas dire mieux) sont nos fameux «héros» qui doivent sauver le monde ? Ce feuilleton est comme le testament-prise de conscience d’un peuple qui est à bout de souffle, en fin de route et qui a plus besoin d’être sauvé par les autres que de continuer à croire au Père Noël. Ceux qui auraient pu vraiment sauver ce monde et le porter à un très haut niveau de spiritualité, ont désormais besoin d’être sauvés à leur tour.
Mais auront-il l’humilité de le reconnaître ? Certains, dans l’invisible, sont très intéressés par ce qu’il adviendra à ce sujet dans les prochaines années.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web)