Archives par mot-clé : Grands Maîtres

vivre dans l’instantanéité

 

esprit ouvertD‘ici peu de temps, (pour d’autres c’est déjà en cours) de nombreuses personnes vont se mettre à vivre “certaines expériences” de nature purement psychiques, qui nécessiteront un état d’esprit désigné par les termes ” sens pratique spirituel. ” Hélas, très peu de chercheurs de Lumière sont naturellement dotés d’une telle faculté relevant des activités du Mental Analytique. Ce sens pratique spirituel serait susceptible de leur épargner une expérience toujours désagréable et que les psy éso nomment le Délestage spirituel.

 

 

 

 

Le Délestage spirituel est une sécurité naturelle à laquelle a recours la partie inconsciente de notre mental, lorsque une personne vit une série d’expériences pour laquelle elle n’était pas correctement préparée. Face à cette série d’évènements que la personne ne peut pas traiter en se servant du matériel intellectuel qui est déjà à sa disposition (savoir acquit, Mémoires), le mental préfère instaurer l’état d’urgence, cet état de délestage spirituel, qui évitera à la personne de devoir affronter son incapacité totale à faire face et à assimiler vraiment ce qui lui arrive. Les psy académiques nomme ce processus autrement.

 

 

 

 

nuages-vivre surÉvidemment, cela ne va pas sans quelques désagréments notoires dont ce plus connu : La personne perd graduellement pieds avec la réalité et se met à vivre sur un petit nuage en rejetant tout ce qui n’est pas assimilable à son expérience et au nouveau monde idéalisé qu’elle vient de se construire. Pour ceux qui connaissent ces choses, le Délestage spirituel est comparable à un “Koan” (Bouddhisme Zen Soto) qui durerait puis s’installerait à demeure. En clair, la personne part peu à peu en sucette (lol) et les gens qui la connaissaient avant cette expérience, se demandent ce qui lui arrive et, ordinairement, s’imaginent qu’ils ont affaire à une victime supplémentaire de quelque secte redoutable.

 

 

 

 

magie noire8Cela, c’est ce qui se passait AVANT et en cas de non-préparation totale. Mais pour qu’une personne fasse les frais d’une telle expérience, il fallait qu’elle “tripote” certaines forces et énergies que l’on ne peut contacter que si l’on s’en donne vraiment l’occasion.

Je parle bien évidemment de tous ces rituels plus ou moins morbides et inquiétants de magie noire ou de sorcellerie, conduits sans discernement ni aucune connaissance technique véritables, voire sans la plus élémentaire prudence. Ainsi, et jusqu’à présent, pour vivre ce genre d’expérience quelque peu traumatisante (le délestage spirituel), il fallait vraiment le chercher et le vouloir ! Cela n’arrivait pas au petit bonheur la chance. Et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la plupart ignore encore l’existence de ce risque psychologique non négligeable.

 

 

 

 

Mais les énergies sont en train de changer et comme l’auront compris les plus futés d’entre nous, tout va bientôt être mis en place afin que chacun, même le plus matérialiste et le moins sensible des êtres humains, puisse à son tour, expérimenter certaines choses lui permettant de comprendre qu’il existe autre chose que cette morne vie de tous les jours qu’il croit devoir se farcir, son existence durant. Résultat, quasiment tout le monde va devenir plus ou moins “psychiste” et cela, sous peu. Et attendu le nombre effarant de gens qui ne sont pas prêts pour une telle expérience, ça nous promet du sport !

 

 

 

 

mental16Comment les choses vont-elles se passer pour celles et pour ceux dont le Mental Analytique (voir l’article lui étant consacré sur ce même blog) fonctionne encore plus ou moins bien et qui, de ce fait, pourront faire face à cette subite augmentation de fréquence vibratoire, qui aura pour principal effet de nous rendre presque tous “voyants” ou “médiums” ? Les choses se passeront plutôt bien puisque chacun pourra atteindre quelques-uns de ses objectifs spirituels les plus immédiats.

 

 

 

 

babajiIl faut comprendre que cet état d’esprit -le sens pratique spirituel- est très précieux pour les Maîtres et les Grands Maîtres. Il offre à ceux qu’ils désirent aider et inspirer, une faculté dont on parle beaucoup en ce moment ce qui, j’ai plaisir à l’imaginer, est loin d’être un hasard. Cette faculté de la conscience objective permet à l’être humain qui la possède (ou qui la développée) de vivre dans l’instantanéité. On dit aussi “Vivre l’instant présent” ou encore “Vivre la Présence à soi.”

 

 

 

 

Vu la subtilité du sujet et la pauvreté des mots écrits, surtout lorsqu’il s’agit de traiter des choses de l’esprit, je vais essayer de vous donner un exemple plus “parlant” pour vous montrer l’état d’esprit qu’il convient d’avoir si on veut filer un petit coup de main (sans prétention de “mission planétaire” non plus) à nos Grands Frères. Imaginez une personne qui bosse dans une boîte qui compte une centaine d’employés. Chaque jours et à toutes heures de la journée, cette personne qu’on va nommer Alfred, rencontre ses collaborateurs, les croise dans des couloirs, en bas des cages d’escaliers ou les rencontre devant la machine à café, lors des heures de poses. Pensez-vous qu’Alfred bondit chaque fois qu’il croise l’un de ces cent collaborateurs en s’écriant : “Oh Merde ! Tu m’as foutu la trouille en surgissant ainsi de nulle part, je ne m’attendais pas à te voir !” ?

 

 

 

entreprise du mondeDe même, croyez-vous qu’Alfred demande à chacun de ses collaborateurs, leurs nom, adresse, fonctions définies et, aussi et pourquoi pas, buts secrets poursuivis au sein de l’entreprise ? (sic) Non, n’est-ce pas ? En fait, Alfred est CONSCIENT de bosser dans une entreprise comptant de très nombreux collaborateurs et même s’il les salut poliment, chaque matin, il se comporte avec eux comme s’il était naturel et tout à fait légitime de les croiser quatre fois dans la journée, ou comme s’il était tout aussi naturel de ne les voir qu’une fois par semaine, voire moins. Il sait que certains sont appelés ailleurs, partent en congés, changent de poste voire d’entreprise…

 

 

En somme, Alfred se comporte donc comme une personne responsable et réactive qui conserve, en arrière plan de sa conscience, tout ce qui vient d’être mentionné plus haut. Alfred ne s’accroche pas à ceux qu’il croise, ne les soulent pas durant des heures entre deux portes, les empêchant ainsi de faire leur boulot. Toutefois, Alfred est assez courtois pour accorder à chacun le temps nécessaire pour bien comprendre les échanges qui s’effectuent chaque fois qu’une telle rencontre a lieu et pour en profiter au maximum. A présent, voici ma question :

Pourriez-vous être comme Alfred ?

 

 

 

 

Si oui, alors bienvenue à vous dans cette Grande Entreprise que les psychologues ésotéristes appellent la Fraternité des Lumières !

Je puis répondre à certaines de vos questions sur ce sujet un peu à part, si vous ressentez l’envie de les poser. Sachant que tout ne sera pas dit avec des mots, et que l’essentiel ne pourra être compris que… “Sans la tête.”  Smile

 

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Le dehors du dedans

boite-doubleVoici un sujet peu connu car, à ma connaissance, seuls les psychologues ésotéristes s’y réfèrent. Du moins, de la façon que je vous présente là. Je suis donc heureux de vous proposer sans doute la primeur d’un sujet que je juge utile de vous présenter maintenant parce que, selon moi, il deviendra sous peu d’actualité, même si tout le monde ne s’en rendra pas compte sur le moment.

 

 

 

 

incarnation5Pour commencer, attendu que le sujet est très subtil, même présenté à la façon des psy éso, vérifions ensemble que nous comprenons bien les bases de l’incarnation humaine d’une part, et de la vie hors de la chair, d’autre part. Hors incarnation (ou en sortie de corps, par exemple) l’Homme véritable (appelé par les psy éso « le Soi-Conscient » ) se trouve à l’intérieur du corps psychique (ou « corps énergétique » ou encore «âme.»)

 

 

 

 

Durant l’incarnation, le corps psychique qui contient «ce que nous sommes vraiment» se trouve lui-même associé au corps de chair, et se retrouve donc limité par lui. De fait, le Soi, c’est-à-dire ce que nous sommes en fait, est limité non seulement par le corps psychique (ou « âme ») mais aussi, par les limites relatives aux lois spirituelles qui régissent l’incarnation. Ce qui fait donc une double limitation, l’air de rien !

 

 

 

incarnation2Un des axiomes hermétiques précise que «Tout est double.» Du coup, on est en droit de penser que si sur Terre et durant l’incarnation, nous pouvons être abusés par nos sens limités orientés essentiellement sur le dehors et les autres, alors, après la mort du corps de chair, nous pouvons également être abusés par le plan psychique sur lequel vibre notre conscience personnelle, toujours orientée dans la même direction (le dehors/les autres.) Cela parce que, sur la Terre comme au ciel, nos différences prises de conscience passent par le filtre de notre enveloppe psychique, qui est conçu à partir de la somme des idées qui retiennent notre attention et conditionnent notre vécu.

 

 

 

 

Comment ?!!” S’écrieront certains, “nous pouvons encore être abusés par nos sens et cela, même sur les plans invisibles et une fois hors de ce corps affreusement limité ???” Ben pardi, la bonne blague !

 

incarnation3Réfléchissez un instant, c’est à dire essayez de mettre de côté ce que vous avez déjà dans la tête pour accueillir ce qui ne demande qu’à y entrer : Pourquoi, en tant que Soi Naturel s’entend, reviendrions-nous sur terre, après chacune de nos vies, si une fois de l’autre côté, nous pouvions voir la vérité nue et crue ? Pourrions-nous l’oublier aussi facilement ?

 

 

On dit souvent : « Cherchez en vous, regardez à l’intérieur de vous… » ou encore « La vérité est en nous, tout est dedans », etc…

 

en soi2

 

OK ! Donc, si je résume bien, lorsque nous sommes incarnés, en regardant «en nous», c’est-à-dire et pour les puristes, en passant outre les limites de la chair et la manie compulsive de regarder au-dehors et chez autrui, nous atteignons à un autre niveau de réalité et donc de vérité

 

 

 

 

 

croyance de soi2Certes ! Mais cette vérité se résume en fait à ce que nous pensons et ressentons vraiment, pas en « LA vérité » de notre être profond et réel ! Pourquoi ? Parce que durant l’incarnation, lorsque nous tournons notre attention consciente vers «l’intérieur», ce que nous captons alors, ce n’est pas « ce que nous sommes vraiment » mais bien « tout ce que nous croyons être » ! De même, si nous nous fions à notre ressenti, nous nous fions surtout à toute cette merde astrale qui résulte de nos processus mentaux les plus compulsifs et morbides. Sans doute pensez-vous, tout comme moi, que ça craint un peu !

 

 

 

 

reflet de soiHolà ! Me direz-vous, avec ce sens inné de la répartie qui ferait pâlir de jalousie Victor Hugo, mais ne dis-tu pas toi-même qu’en nous se trouve «le Soi Divin», c’est-à-dire « ce que nous serions si nous n’étions plus confondus avec nos processus mentaux car identifiés à eux » ? Certes ! J’ai dis cela et j’en suis fier ! J’ai dis cela parce que je sais qu’au-delà de « dedans » se trouve Dedans ! Au-delà du corps psychique (l’ensemble de tout ce que nous ne sommes pas !) se trouve Ce que nous sommes vraiment ! Il suffit de ne pas se tromper de dedans, en somme !

 

 

 

 

plans invisiblesEt lorsque nous sommes hors incarnation dans l’un des sous-plans de l’invisible, par exemple ? Eh bien ! Nous sommes alors immergés (contenus) dans l’état d’esprit particulier qui est le notre ET celui de tous ceux qui le partagent. C’est un peu comme si nous habitions le « dedans » qui était celui de notre vie terrestre. Ce dedans étant alors extériorisé pour nous et formant ce que nous nommons Les Plans de conscience de l’Après-vie Terrestre.

 

 

 

 

regarder au-dehors

 

C’est pour cela que nous sommes « ici » et avec ces êtres là, plutôt qu’ailleurs et avec d’autres êtres différents ! Et… L’erreur commise est alors la même : nous regardons DEHORS et CHEZ AUTRUI, à savoir que nous partageons ENCORE et comme sur Terre, le même état d’esprit… Limité ! Même si apparemment « plus lumineux » ! (sic)

 

 

 

 

 

regarder en soiEt si de l’Autre Côté du Voile nous regardons au-dedans de nous ? Alors nous voyons enfin la Vérité. Et cette dernière nous libère de toutes formes d’esclavage spirituel, même la forme la plus belle, la plus vicieuse et la plus pute qui soit qui réclame même des Grands Maîtres (les Soi) de s’extenser une dernière fois, de revenir (sous la forme d’une autre extension/personnalité, avec ceux qui n’ont rien compris au Jeu Divin (comme quoi, on peut être intelligent et con à la fois.) Je vous laisse deviner laquelle !

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Le monde dans un regard

changer-transformer6Qui n’a pas rêvé de changer le monde ? Qui n’a pas refait ce même monde dans un bar ou un pub, entre deux tasses de café brûlant et trop corsé et un croissant de la veille ?

« Dis, Monsieur, c’est quoi, le monde ? »

Le monde ? Mais c’est ton Regard !

Les choses que nous voyons sont-elles exactement telles que nous les voyons ? Et que voyons-nous, au juste ? Ce qui est derrière nos yeux ou ce qui se passe en vérité sous notre nez ?

Les Grands Sages des siècles passés ont tenté d’expliquer ce qu’ils jugeaient eux-mêmes comme étant inexprimable avec des mots (ils avaient donc un sens de l’humour assez poussé.) Ils ont proposé comme matériel de méditation, des sentences du genre de celles-ci :

 

Le Monde est en vous; ce que vous voyez n’est pas au-dehors mais en vous-mêmes, c’est l’esprit qui est le Projecteur et c’est votre conscience qui est l’unique spectateur

 

 

 

illusionBien que cet énoncé soit exact d’un point de vue spirituel (relatif aux lois du fonctionnement de l’esprit, donc), il peut prêter à confusion et, de fait, il a induit en erreur des générations de chercheurs… Ah bon ?

Ouep ! (Je sais aussi faire sobre dans mes réponses.) Présentée ainsi, et même une fois traduite en langue moderne (ce que j’ai fais pour vous avec l’énoncé originel et traduit du Sanskrit), il peut sembler que le monde que nous voyons ou que nous ” croyons ” voir au-dehors, est illusoire du fait qu’il n’existe pas mais qu’il est créé par nous ! En clair, cela signifierait que rien de ce que nous voyons n’existe et que nous sommes le jouet permanent de notre ignorance et/ou de notre folie !
Alors qu’en fait, cela devrait se traduire et se comprendre ainsi :

 

” l’illusion n’est PAS dans ce qui est vu, mais dans la croyance en le fait que ce qui est vu se trouve au-dehors et existe indépendamment de notre conscience “

 

 

 

subconscient4Percevez-vous  la nuance, malgré sa subtilité ? Vous ne rêvez pas le monde; ce que vous voyez n’est pas ” inventé ” par votre cerveau enfiévré, MAIS ce que vous voyez ne se trouve pas “dehors” mais bien dans votre conscience (et non pas ” dans votre tête “ !)

De fait, et en me permettant d’extrapoler un brin, l’idée que tout le monde projette sur autrui et que ce qui est vu et attribué aux autres n’existe en fait que ” dans notre tête ” n’est pas une vérité mais une DEMI VÉRITÉ !

 

 

 

Aïe, ça se complique, penseront certains qui ne sont pas des familiers des apparents paradoxes de la psychologie ésotérique (paradoxes qui peuvent être conciliés par une vision déprogrammée et non dualiste) Mais réfléchissons un instant.

S’il était vrai que lorsque nous croyons voir un défaut chez autrui, ce même défaut se trouve nécessairement en nous, (puisque l’homme se bornerait, en fait, à projeter son propre paysage intérieur sur le monde et les autres) alors les Grands Maîtres, qui ont enseigné les hommes et qui dénonçaient parfois certaines aberrations mentales, étaient encore plus cons que leurs disciples et ne connaissaient rien aux lois et aux principes du fonctionnement de l’esprit ! Marrant non ?

Certes… Mais très instructif aussi, permettez-moi de vous le certifier ici !

 

 

 

babajiInstructif, car nous imaginons bien que les Grands Maîtres ne projetaient rien du tout et percevaient réellement les travers les plus importants de leurs disciples. Alors quoi ? Si la prémisse est exacte, s’il est bien possible de percevoir l’actualité (ce qui se passe en fait) et non pas seulement de tourner en boucle sur notre réalité intime, alors il existerait bien un Regard dépassionné et objectif que certains individus pourraient poser sur le monde et sur les êtres qui le composent… Qui le composent non pas ” au-dehors “, mais au véritable ” endroit ” où se trouve ce même monde et ces mêmes êtres…

Mais où se situerait un tel monde, me demanderez-vous ?

 

__

 

 

illusionCe n’est pas la matière qui est illusoire puisque nous pouvons la prendre en pleine gueule et juger de sa masse !

Ce qui est illusoire, c’est de croire que la matière est vraiment telle que la perçoivent nos sens ! Puisque notre corps de chair vibre à la même fréquence que le monde dans lequel il vit, pour lui, l’environnement existe vraiment et il peut être touché ! (Il n’existe pas de différence de niveau vibratoire entre nos sens et notre perception du Monde, ce qui ne nous permet pas d’inter-pénétrer la matière.)

 

 

 

vibration2Mais si nous sortons de ce corps, de cet ” état de l’esprit “ avec lequel nous faisons corps, alors nous réalisons que la vie, ce n’est pas ” que ça “ et qu’il existe d’autres niveaux d’existence où ” la matière ” est perçue par nos sens comme étant moins dense, plus malléable, et s’adapte à merveille avec chacun de nos différents ” corps d’expression ” (nous en avons au moins sept.)

 

 

 

 

 

ShivaC‘est à cause de toutes ces conneries qu’ont lancés les orientalistes que les gens se demandent ce qu’ils pouvaient bien fumer comme marque de tapis !

Et ils ont raison de se le demander. Les traductions sont généralement déplorables, car il ne suffit pas de maîtriser une langue étrangère pour en comprendre et pénétrer l’esprit. Celles et ceux eux qui ont la possibilité de percevoir certaines choses, réalisent que la fameuse matière, même dense, est faite d’énergie, de particules de Lumière qui virevoltent joyeusement sur elles-mêmes et qui chantent la vie ! (allusion au son que produisent les vibrations de l’esprit qui forme la matière, à l’oreille interne exercée d’un psychiste.)

 

 

 

 

vibrations3Mais comme elles vibrent TRÈS BAS, en comparaison de ce qu’elles peuvent vibrer, les formes mentales qu’elles produisent sont perçues comme étant solides (ou grossières), et elles le sont effectivement POUR nos sens objectifs, pour notre cerveau et pour l’ensemble de nos cellules. A d’autres niveaux, en particulier quand nous ne sommes pas incarnés, cette même matière et si ” éthérisée ” qu’elle ressemble plus à des images mentales solidifiées qu’à des formes concrètes ayant une masse et un poids.

 

 

 

Par exemple, en dédoublement, nous pouvons passer au travers d’un mur qui demeurera ” solide ” pour ceux qui sont encore dans un corps de chair. J’ai fais cela plusieurs fois, avec toujours autant d’inquiétude à l’idée de me fracasser le museau contre le dit mur ! Les réflexes physiologiques ont la peau dure !

 

 

 

 

lni-cover-mediumIl est toujours préférable que l’expérimentation directe accompagne ou suivent de près l’étude et la compréhension purement intellectuelle d’un sujet métaphysique. S’il venait avant, il pourrait fausser ensuite le jugement et donc, rendre plus difficile l’apprentissage.

Pour terminer, sachez que ce n’est pas la connaissance ésotérique, qui manque de clarté, c’est le désir d’apprendre vraiment de l’homme, qui manque de force !

 

 

 

 

Wiki

 

Mais bon, allez, cela, même si vous ne l’acceptez pas complètement, et c’est bien humain en plus d’être compréhensible, vous le savez tout de même et c’est là l’essentiel pour que vous puissiez tous, un jour, connaître et expérimenter en même temps. Car là est le véritable ésotérisme des Origines, celui qui existait encore il y a quelques six mille ans, avant que de (trop) nombreuses traditions humaines viennent à en ternir l’éclat.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Le défi Américain

KH-M-SG et Me BlavatskyDe son vivant, la très célèbre Madame Héléna Pétrovna Blavatsky, cofondatrice de la fameuse Société théosophique (1885) racontait que les Grands Maîtres qu’elle côtoyait (Kut-Hu-Mi, Moria, Djwal-Khul) lui avaient confié qu’ils plaçaient beaucoup d’espoir en l’Amérique et les Américains…  Pourquoi cela ? Pour diverses raisons, dont une, en particulier et qu’il est temps, à présent, de rendre publique. Vous savez déjà, par divers rapports effectués par ceux qui peuvent «fouiller» dans les Annales Akashiques, que les « enfants indigo » sont en réalité des âmes « ordinaires », pas spécialement avancées, qui ont fait un «stage spirituel» sur le haut Plan Bouddhique, ceci afin de se gorger de connaissances profondes et Lumineuses, qui devaient leur servir, ensuite, à aider leurs frères à s’éclairer un peu plus eux-mêmes et à leur propos (les intentions secrètes cachées sous les actes apparents.)
Ce que je propose là se trouve ailleurs largement confirmé, dans des livres et sur la Toile (web) et c’est d’ailleurs pour cela que je me permets d’en parler aussi librement. Mais ce qui ne sera confirmé que plus tard, c’est qu’il en va presque de même pour toute une Nation !

 

 

 

de verre et d'acierQue sont vraiment les Américains ? Et surtout, comment ont-ils fait, sur même pas deux cents ans, pour «éclater» ainsi et devenir la Nation la plus évoluée, techniquement, de la planète ? Où ont-ils pris ce pouvoir de réussite sociale, industrielle, informatique, etc ? Seraient-ils des génies ? Oui et non…. De même que pour les enfants indigo, les américains sont (ou étaient au départ) des âmes tout à fait ordinaires qui, par certains côtés, étaient même un peu en retard, spirituellement, par rapport à certaines âmes incarnées sur le vieux continent (du genre Europe centrale et bassin Méditerranéen.)

 

 

 

acceptation04Attendu que les dites âmes n’avaient pas du tout évolué, depuis l’Atlantide et que, par certains côtés, elles demeuraient bien immatures, il leur fut donné l’opportunité de faire non pas un mais DEUX « stages spirituels » ! L’un sur le 5e sous-plan Bouddhique (celui des constructions mentales éclairés et puissantes) et l’autre sur un autre plan dont il n’est pas dans mes attributions de parler (vaut mieux pour nos fesses à tous, vu le pouvoir qu’il déploie.) Dans le premier « stage », les anciens atlantes qui ne s’aimaient pas et étaient à la fois dépressifs et défaitistes, reçurent des germes mentaux permettant à une âme humaine de hautes réalisations, tandis que dans le second plan, le « stage » se résuma à se goinfrer d’énergie divine (Adi Shakti), afin d’avoir LA FORCE ET LA CONFIANCE nécessaires pour les grandes réalisations possibles grâce aux germes mentaux déposés en leur âme.

 

 

in god we trust2Notez au passage la devise des américains «In god we trust» Les américains placent leur confiance en le pouvoir divin (et non pas vraiment en Dieu), un pouvoir qu’ils sentent vivre en eux. C’est une des raisons (mais pas la seule) qui firent dire à des Entités de l’envergure d’un Kut-Hu-Mi ou d’un Morya-El que « de grands espoirs sont fondés sur le peuple américain. »

Bon, OK… Et maintenant, qu’en est-il ? Qu’ont fait les américains de ce précieux apport gratuit et surtout inespéré ? Ils sont devenus la première puissance mondiale, cela grâce à ce double dépôt sacré. Ils sont également en avance technologique sur tout le reste de la planète. Très bien.

 

 

 

USA2Oui mais voilà : l’énergie qui leur avait été confiée étant passé presque exclusivement dans le pouvoir de se dresser comme étant la première nation industrielle, il n’en reste presque plus pour les réalisations spirituelles ! Ah, moins cool, ça…

Et ?… Avez-vous remarqué que les films de science-fiction américains nous présentent toujours les USA comme étant les sauveurs du
monde ? (c’est toujours chez eux que débarquent les E. T., comme par hasard.)

 

 

 

filmAvez-vous remarqué les doses de morale exacerbée présentes dans tous les films ? Comme si l’Amérique voulait nier le mal, ses cadavres dans le placard, en se servant des méchants pas beaux pour se faire valoir sur le dos des plus faibles d’entre le peuple (ce qui est assez démago et hypocrite il est vrai.) De même, avez-vous remarqué autour de quoi tournent les films d’amour, ce qui est placé en vedette ?  Mais que se passe-t-il ? Les américains auraient-ils besoin de gros câlins et qu’on leur dise qu’ils sont les plus beaux et les plus utiles à la planète, que sans eux nous serions tous perdus ?

 

 

 

USACe peuple si fier de ses acquisitions industrielles perdrait-il lentement mais sûrement la confiance qu’ils plaçait en lui-même et en La Présence Sacrée qui les habitait ? Observez la politique internationale des USA ! Observez les oups du Vietnam, de la guerre du Golfe..
Bref, les américains ne savent plus quoi faire pour nous apprendre ce que nous savons déjà : ils commencent à se faire peur tout seul et en fait de Heroes (lol) ils sont devenus de petits enfants apeurés manipulant des objets dangereux, qui enchaînent bêtises sur cafouillages.

 

 

 

heroesJe terminerai en orientant votre attention sur cette série, «Heroes», justement (qui est pas mal du tout, par ailleurs.) Avez-vous remarqué dans quel état psychologique (pour ne pas dire mieux) sont nos fameux «héros» qui doivent sauver le monde ? Ce feuilleton est comme le testament-prise de conscience d’un peuple qui est à bout de souffle, en fin de route et qui a plus besoin d’être sauvé par les autres que de continuer à croire au Père Noël. Ceux qui auraient pu vraiment sauver ce monde et le porter à un très haut niveau de spiritualité, ont désormais besoin d’être sauvés à leur tour.
Mais auront-il l’humilité de le reconnaître ? Certains, dans l’invisible, sont très intéressés par ce qu’il adviendra à ce sujet dans les prochaines années.

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web)

Perception directe ou projection intime ?

mental17Vous avez du remarquer à quel point il est difficile, apparemment, de distinguer une vrai perception d’autrui d’une banale projection… Vous ressentez parfois des choses qui semblent concerner les autres, n’est-ce pas ? Mais vous doutez souvent (du moins je l’espère pour vous !) du degré de véracité de votre perception concernant autrui ? Comment faire pour différencier ce que vous ressentez et qui vous concerne, de ce que vous percevez et qui ne concerne que cet autrui ? Présentons l’enfant autrement.

 

 

 

Si ce que nous sentons est vrai, puisque c’est vrai que nous ressentons quelque chose, peut-on affirmer pour autant que notre ressenti concerne bien un autre que nous-mêmes ? Ou, à l’inverse, doit-on considérez que tout ressenti intime ne concerne que nous ? Comment faire la part des choses dans ce que nous ressentons et est-ce seulement possible ? Je donne un indice ou deux : Comme vous le savez, l’esprit est vivant et conscient.

On peut penser.
On peut ressentir.
On peut être conscient.

 

 

 

mental11Tout cela, c’est l’esprit qui le fait. Souvenez-vous que chaque pensée produit un sentiment (ou une émotion) connexe : une même pensée, un même sentiment, mais parfois la pensée est zappée car elle est si rapide ou fugace, qu’on peut s’imaginer ressentir une chose sans avoir eut la moindre pensée juste auparavant. Vous ne trouvez pas la bonne réponse ?  Je développe d’abord, ensuite je vous énonce la loi, OK ?

 

 

 

Voyance9Vous savez déjà que « Toute pensée produit une émotion ou un sentiment connexe. »

C’est une Loi Ontologique, un Principe de l’être, pas une idée personnelle ou l’expression d’une quelconque ancienne tradition à la noix, non, c’est vraiment ce qui se passe pour tous et sur tous les plans de la Création, OK ? Bien !

 

 

 

 

1929176089_2De fait, quoique vous puissiez sentir, ce que vous sentez provient d’une pensée, et non d’une soit disant « perception directe de l’autre. » Or, vous ne pensez pas dans le frigidaire de la voisine, n’est-ce pas ? De même, ce que vous ressentez n’est pas dans votre table de nuit, mais bien en vous également ?

 

De fait, tout ressenti provient de vos processus mentaux et ne peut EN AUCUN CAS concerner autrui ! Boum ! C’est dit ! (Je vais me faire des copains, là, je sens ! )

 

 

 

 

ego2Si ce que vous voyez, au-dehors, induit (ou réveille) une façon de penser qui vous est propre, ce que vous ressentirez ensuite (en fait, quasi simultanément) sera également à vous et ne concernera donc QUE VOUS. Il est très important, primordial, dirais-je, que vous teniez cette Loi pour dites, comprise et acceptée sinon, vous vivrez toujours dans l’illusion. Vous ne pouvez pas « sentir les autres », que cela soit clair et définitivement ancré en votre… Conscience !

Conscience ! Le mot est lâché ! La conscience, ce fameux « Christ », ce « Fils unique de Dieu » en lequel ce dernier prend Son Plaisir ! (Bible Dixit) et qui est appelé « Le Seigneur » dans la Genèse (voir passages avec Caïn et Abel.)

 

 

 

Si vous êtes CONSCIENT de ce qui se passe au-dehors ou chez autrui, alors vous êtes conscient de l’actualité, de ce qui existe en fait au sein de l’esprit collégial, indépendamment de ce que vous pouvez percevoir au travers de vos processus mentaux et des sentiments ou émotions qu’ils produisent. Si vous dites qu’on ne peut pas « sentir les autres mais seulement le contenu de nos pensées », vous avez parfaitement raison ! Si vous dites que nous projetons tous sur autrui si nous prétendons « sentir leurs souffrances et les problèmes qui en sont à l’origine » , vous avez encore raison !

 

 

 

Mais alors, me direz-vous, comment ont fait les Maîtres et les Grands Maîtres, depuis toujours, pour savoir ce qui se passait dans la tête et le cœur de leurs élèves ? Comment pouvaient-ils être aussi efficaces ? Peut-on décemment dire qu’eux aussi projetaient sur leurs disciples et amis ? Bien sur que non ! Mais eux, ils ne PENSAIENT pas ! Mais eux, ils ne SENTAIENT pas ! Ils étaient seulement et pleinement CONSCIENTS des choses et des êtres. Ils étaient Conscients des faits, tout simplement.

 

 

 

Lorsque l’on passe par la conscience et non plus par les processus mentaux et le ressenti qu’ils font naître nécessairement en nous (et ne concernent donc que nous), alors on peut tout savoir, tout comprendre, tout expliquer, sur tout et sur tous. Du moins si le sujet éveille un quelconque intérêt en nous, puisqu’on est devenu libre de choix.

 

 

 

wiu5cj1bComme l’émotionnel n’est plus là pour compulser, on ne ressent pas outre mesure d’envies, de désirs, et ont peu donc « froidement » constater puis être réellement efficace, cela à la condition que les oreilles, en face, soient prêtes à recueillir les paroles de sagesse. Voici la Loi en présence (concernée), tirées de textes vieux de six mille ans (les Shiva Sutra) résumée et modernisée par mes soins :

 

« Tout processus mental entraine un ressenti qui est lié indéfectiblement aux pensées qui le font naître et qui ne concernent que l’individu dans lequel naissent puis disparaissent ces pensées et leurs sentiments connexes. Seul celui qui place son attention mentale sur la conscience en lui, et non plus sur les mouvements incessants de son esprit (Karma Chitta), peut connaître l’univers et les dieux, c’est-à-dire ce qui se passe en la conscience de l’homme à son insu, ainsi que ce que produit l’homme dans son quotidien et sous sa pleine et entière responsabilité, sans même qu’il le réalise. »

 

Une petite astuce mnémonique pour vous souvenir de cette loi mais sous une forme plus succincte :

« Si je sens, c’est que je pense, si je suis conscient, c’est que je sais. Si je sais, c’est que je perçois directement, sans passer par les processus mentaux et les sentiments qui s’y rapportent. »

 

 

 

 

flameJ‘espère que ce savoir que je trouve extraordinaire et qui me fascine depuis trente-cinq ans, à présent, saura éveiller en votre cœur la Flamme de l’Enthousiasme (du Grec Enthéos = Demeurer en Dieu) et le désir de toujours plus VOUS apprendre et donc, VOUS connaître vous-mêmes.

 

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Passage de Flambeau

La plupart des psychistes de ces trente dernières années s’accordent pour dire qu’il y a eu un « mouvement » au sein de la Grande Loge Blanche, c’est-à-dire au sein même de la Hiérarchie Ésotérique. Depuis les années 1984 et 1986, les « Gardiens de la Flamme » se sont lentement retirés de leur fonction. Cela dans le but généreux et prévu d’avance de céder la place à une nouvelle vague de Maîtres à l’état d’esprit bien plus adapté, car originaire des ces deux derniers siècles.

 

 

 

Pour ceux qui l’ignorent encore, la  Hiérarchie Ésotérique était un groupe informel de Maîtres et de Grands Maîtres, c’est à dire d’Individualités Réalisées, qui s’était donnée pour lumineuse Mission de guider leurs frères humains sur le Sentier de la Réalisation du Soi….

 

 

 

La « Grande Loge Blanche », quand à elle, est formée des mêmes Êtres qui, outre le désir généreux de transmettre la Connaissance, ont parallèlement à cœur de CONSERVER une Flamme Vivante dont la couleur est identique à la petite flamme bleue qui brule dans le cœur des hommes et des femmes de cette planète. Bien évidemment, ceux que l’on appellent « les Maîtres », et quel que soit leur degré de Réalisation (il existe des dizaines de paliers !) NE SONT PAS TOUS des Hiérarques, à savoir des Instructeurs de l’humanité capables de conduire un individu jusqu’au même niveau qu’eux (la Maîtrise.)

 

 

 

Tout comme il existe par exemple d’excellents ouvriers qui sont incapables d’enseigner leur métier à d’autres personnes, de même, il existe des Maîtres, même de haut niveau, qui ne sont pas capables de transmettre la Connaissance à d’autres (les deux n’étant pas nécessairement liés) ou qui, plus sobrement, n’en ressentent pas le désir.

 

 

 

 

De ce fait, bien que le nombre des Maîtres et des Grands Maîtres (Loge Blanche) commence à devenir impressionnant, il n’existe pas tant que ça d’Instructeurs capables de REPRENDRE LE FLAMBEAU et de venir grossir les rangs de la Hiérarchie Ésotérique.

Comprenez qu’il n’existe pas beaucoup d’hommes et de femmes capables de faire leur classe sur Terre et dans cette vie pour, à leur mort, devenir à leur tour non seulement des Maîtres, mais encore des Hiérarques, c’est-à-dire des Instructeurs de conscience dignes de ce nom.

 

 

 

Si ces propos vous paraissent osés ou un peu trop fantaisistes, essayez de songer que même au sein de votre boulot, de votre entreprise, de votre garage, etc., il faudra bien un jour que VOUS preniez la place de ceux qui partiront avant vous à la retraite ou… Dans la tombe ! Est-ce si difficile à admettre que, puisque nous sommes tous des « dieux » en devenir (ou en puissance), il nous est très facile de devenir moins que cela, à savoir de devenir des Maîtres et des Grands Maîtres ?

 

Réfléchissez-y, s’il vous plaît ! Réfléchissez à cela puis venez jubiler avec moi ! Mais si c’est juste pour critiquer et/ou étaler votre science supérieure à la mienne, faites-le sur vos propres supports (blogs ou autres) afin de conserver chez vous les salissures astrales et mentales que votre état d’esprit est capable d’engendrer puis de distribuer dans les Demeures Sacrées d’autrui.

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et qui pourront être retirées sur simple demande.)