Archives par mot-clé : Shivaïsme du Cachemire

Observateur et observé

Krishnamurti2Durant des décennies, des initiés se sont cassés le bol à essayer de comprendre un apparent paradoxe repris avec bonheur (et agaçant beaucoup) par le célèbre Krishnamurti (pour ceux qui connaissent) Pour ceux qui l’ignore, quels que soient les “courants de pensée” présents en Inde, on pourrait tous les résumer en deux écoles différentes :
1. Celle qui présente le mode de fonctionnement erroné de l’esprit humain et qui en développe les causes, raisons et remèdes.
2. Celle qui présente le mode de fonctionnement correct (ou clarifié) de ce même esprit humain.

 

 

 

En somme, l’une place l’accent sur ce qui cloche et développe ce sujet tandis que l’autre place immédiatement l’accent sur la bonne façon de se servir de l’esprit et développe également le sujet sous toutes ses coutures. Le second “courant de pensée” est représenté surtout par les anciens Rishi de l’inde et par leurs dignes successeur, deux mille ans plus tard, les Siddha (Shivaïsme du Cachemire, Shiva-sutra)
Comme le savent ceux qui fréquentent notre association culturelle et notre forum, depuis plus de sept ans, à présent (note : écrit en 2013), Lætitia -ma femme- et moi-même, nous rattachons plus particulièrement à cette seconde École de pensée, délaissant largement la première qui, selon nous, ne peut entrainer que plus de confusion mentale encore. Surtout à notre époque moderne. Jugeons plutôt…

 

 

Selon la seconde École (Rishi et Siddha, les derniers étant les instructeurs de Gautama, soit dit en passant) l’individu est la conscience et non la pensée. Il n’est pas l’esprit mais se sert de l’esprit pour penser. Si l’individu s’identifie aux mouvements de l’esprit en lui (Karma Chitta), il se met à remuer au même rythme qu’eux et perd rapidement le contrôle de sa vie. L’homme pense, l’homme ressent, mais l’Homme Véritable n’est pas ce qu’il pense et ressent sans cesse mais ” cela “ qui observe tranquillement toutes ces choses en Témoin impassible (La Conscience, donc.)

 

 

 

Selon la première école (beaucoup plus connue et à l’enseignement bien plus répandu en Europe) l’observateur et l’observé sont identiques : il n’existe aucune différence entre l’homme et tout ce qui remue dans sa tête. Par exemple, lorsque un homme croit observer un évènement extérieur et le juge, il se juge en fait lui-même, car ce qu’il voit (observé) et celui qui voit (l’observateur, c’est à dire lui-même) ne sont pas séparés mais ne sont qu’une seule et même chose. Comme on peut le constater, il semblerait que les deux traditions se contredisent et présentent une forme de paradoxe mental difficile à concilier pour un esprit cartésien tel que celui d’un occidental.

 

 

 

processus mentaux4En effet, d’un côté il est affirmé que l’homme n’est pas ce qu’il pense et qu’il est en tous temps distinct de ses processus mentaux et de l’expérience qui en découle, tandis que d’un autre côté, il est affirmé que ” l’observateur (homme) et ce qui est observé (objet) sont identiques et non séparés “, et même que c’est de cette volonté de séparer les deux que naît la fameuse dualité qui engendre la souffrance ! De quoi y perdre notre latin, n’est-ce pas ? Pourtant, que se soit Patanjali, Ramakrishna ou, plus près de nous, Krishnamurti (cf: Société Théosophique) ou que se soit les anciens Rishi (- 8 000 ans) ou les premiers Siddha (- 6 000 ans), tous parlaient en vérité de la même chose, mais vu sous un angle totalement différent, voire carrément opposé (mais complémentaire.)

 

 

 

processus mentaux2Car s’il est vrai que puisque nous pouvons penser, c’est que nous sommes distincts de nos processus mentaux (il existe eux et nous), il est tout aussi vrai que le ” moi ” humain qui observe toutes choses est IDENTIQUE à tout ce qu’il observe (les deux étant une seule et même chose.) Comme entrainement amusant et instructif, je vous propose d’essayer d’expliquer, avec vos mots et à votre façon, en quoi ces deux versions pourtant (en apparence) opposées voire contradictoires, sont en fait les deux pôles d’une seule et même vérité (puisque tout est double.) Alors, qui se lance ?

 

 

 

paradoxePour vous rassurer, je vous dirais que des générations d’ésotéristes, de mystiques et autres initiés occidentaux, se sont littéralement cassés les dents sur cet apparent paradoxe, cela à cause d’une manière incomplète et inadaptée de présenter une vérité pourtant complète, parfaite et définitivement sublime. Lorsque ceux qui veulent participer auront donné leur version, nous essayerons ensemble de comprendre, avec nos mots modernes et donc plus adaptés, ce sujet d’une subtilité effrayante il est vrai. Et ainsi vous comprendrez pourquoi ce Grand initié qu’était Krishnamurti, fut tant incompris, critiqué et fut si dérangeant à son époque, même (ou surtout) aux yeux de certains gourous et instructeurs spirituels plus ou moins authentiques et compétents…

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Gnôthi seauton

logo forum newLorsqu’il y a sept ou huit ans en arrière  de cela (Nota : écrit fin 2013), ma femme et moi-même avons créé le forum Psukelogos afin de faire connaître aux français la psychologie ésotérique propre à l’enseignement issu en grande partie des Shiva Sutra (Shivaïsme du Cachemire, branche laïque), nous n’étions pas certains de rencontrer un franc succès. En effet, présenter à un public habitué à se trahir, à composer et à mentir à tout bout de champs, une technique pour redevenir intègre et véridique, cela revenait à devenir marchand d’aspirateur dans un village du Sahel ne possédant pas encore l’électricité !

Non pas qu’il n’existe pas, en France, de personnes assez matures pour affirmer leur désir de “trouver la vérité.” Disons plutôt que cette quête de vérité est censée exclure l’individu qui la conduit. Gag !

 

 

 

pouvoir sur autrui-manipulationUne technique spirituelle, ésotérique, surtout si elle offre des avantages et un pouvoir sur autrui, aurait rencontré un bien plus grand succès. Mais une vérité spirituelle qui réclame de ses chercheurs qu’ils se déprogramment et redeviennent des hommes et des femmes dignes de ce nom, voilà bien une vérité qui n’intéresse que très peu de monde. Quel ésotériste en herbe ne connaît pas et n’est pas capable de citer de mémoire la sentence qui était jadis clairement écrite sur le fronton du temple de Delphes ?

“Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux.”

 

 

 

 

Mais est-ce que ces aimables “chercheurs de vérité” ont bien compris le sens du “connais-toi toi-même” ? Puisqu’il est question de SE connaître soi-même, pourquoi se précipitent-ils ainsi sur des livres traitant de tout autre secret que celui que leur être recèle ? Il n’a jamais été question d’apprendre beaucoup ou même de savoir comment fonctionne l’univers et quels sont ses secrets : il a toujours été question de s’étudier Soi afin de se connaître Soi.

Il n’est même pas utile de savoir “se dédoubler“, de faire bouger des objets à distance, de contacter les morts ou les Maîtres, d’étudier la kabbale Hébraïque  (quelle prise de tête !) ou de déchiffrer les grimoires antiques de sorcellerie : il est question de descendre profondément en soi et d’exhumer tout ce que nous y avons préalablement enterré, avec application et secrète satisfaction.

 

 

 

Alors quoi ? L’homme a-t-il si peur de lui-même qu’il préfère encore passer pour un âne en faisant mine de ne pas voir qu’il agit à l’inverse de ses paroles, plutôt que de se rencontrer lui-même ? Une personne de mes proches me demandait, voici quelques années, pourquoi la psychologie ésotérique, vieille de six mille ans, n’était pas au moins aussi connu que l’ésotérisme traditionnel. En guise de réponse, je lui ai demandé s’il lui arrivait de se mentir, d’avoir peur de connaître la vérité et de préférer un mensonge qui sécurise qu’une vérité qui fait peur. La personne m’a répondu par l’affirmative. Je lui ai donc dit simplement ceci : ” Sache que les autres aussi. “

 

 

 

personaIl n’est pas possible de s’étudier soi-même si on a peur de découvrir en soi des choses dérangeantes et laides. Il n’est pas possible d’aimer la vérité et de mentir pour couvrir d’autres mensonges. Et il n’est pas possible de se demeurer fidèle tandis que l’on passe une vie entière à se trahir avec application. La psy éso est faite pour les plus courageux d’entre nous, pas pour ceux qui se rangent toujours du côté où sa crie le plus fort et où ça peut faire le plus mal, en cas de désobéissance. Cela dit, on peut très bien être un matérialiste convaincu et compter parmi les plus doués des élèves de la psy éso. Il suffit, pour cela, de ne retenir de l’enseignement que la partie purement psychologique qui est valable pour tous et en tous temps, puisque adaptée à chacune des époques.

 

 

 

 

peur-immenseCroire est inutile quand l’on peut savoir. Mais pour savoir, il faut ne plus craindre de courir le risque de se faire peur, de se décevoir au point de refuser de s’assumer en l’état (tel que nous sommes pour le moment.) Il est clair que l’homme et la femme de ce présent siècle ne s’aiment pas. Ils se trouvent faibles, moches et, surtout, sans grande valeur.  Mais pour qu’ils aient pu en arriver à ce constat déplorable et sans doute un brin exagéré, encore a-t-il fallu qu’ils en arrivent à SE DÉCEVOIR EUX-MÊMES.

 

 

 

 

En somme, celui qui ne s’aime pas, qui se trouve lâche et stupide, celui-là n’a aucun intérêt à faire des efforts. Surtout sachant (ou plutôt croyant) que le moindre de ces efforts sera voué à l’échec, comme tous les autres. Avec ce genre de pensée et à partir d’un tel état d’esprit, il est clair que le plus sûr moyen de ne pas se décevoir plus encore, c’est de ne plus rien tenter du tout, ne plus jamais chercher à s’améliorer, voire de ne plus vivre vraiment.

 

 

 

en recherche de sa propre valeurLe problème c’est que cela ne consiste pas en une solution viable, bien au contraire ! En effet, ne plus rien faire n’aura pas pour seul effet de ne plus faire de conneries : cela aura surtout pour effet de fortifier l’idée que la personne n’a aucune valeur. Or, il est impossible à l’homme et à la femme de vivre sans avoir un minimum de ce sens de sa propre valeur. La question est donc celle ci :

“Comment recommencer à s’aimer, à être sinon fier de soi, du moins conscient de sa place dans la société et de la valeur du rôle que l’on a à y jouer ?”

 

 

 

 

valeur personnelleLe problème, comme toujours, contient sa propre solution. (“Tout est double.”) Puisque l’homme ne s’aime plus à cause du sentiment d’un manque de valeur, la seule façon de se remettre à s’aimer et à se respecter, c’est de faire des choses qui ont une quelconque valeur à ses yeux. C’est d’ailleurs ce qu’ont bien compris ceux et celles qui ont un comportement compulsif lorsqu’il s’agit d’aider, de conseiller, de soigner gratuitement (sic), d’agir d’une manière noble et altruiste, etc. Seulement voilà : n’ayant pas l’habitude de s’aimer et de se respecter, ils ne peuvent avoir, du moins au départ, qu’un comportement correspondant à leur propre état d’esprit. Alors nous rencontrons de ces personnes qui, pour redorer leur blason, salissent celui des autres.

 

 

 

 

critiques-colportagesQui d’entre nous ne connaît pas au moins un parent, un “ami”, un collègue de bureau ou de travail, qui ne peut pas s’empêcher de critiquer les autres dans le buts de démontrer que lui, il aurait fait mieux ? A la base de ce comportement, nous trouvons toujours un mal-être profond, une carence presque totale d’amour-propre, dans tous les sens du terme. Les psy éso ont une très belle phrase pour résumer le comportement de ce genre de personnages :

“Nul ne peut s’élever en abaissant les autres.”

 

 

 

 

aller vers les autresJ‘aimerais proposer aux lecteurs de ce blog, une réflexion sur la valeur intime. vous aimez-vous vraiment ? Avez-vous du respect pour vous ? Si la réponse est quelque peu hésitante, voici une question, en fait une astuce, qui devrait vous aider à trancher tôt ou tard : ” Que faites-vous de bien pour vous ou pour autrui, qui puisse transformer l’image que vous avez de vous ? A qui servez-vous ou à quoi ? qu’attendez-vous pour faire tout ce qui est en votre pouvoir pour devenir fier de vous et heureux d’exister ? Mais s’il vous plaît, quelle que soit votre action, évitez de blesser, de tromper ou de chercher à diminuer les autres dans le but de vous élever vous, car vous ne feriez alors que condamner votre actuelle image de vous-mêmes et vous finiriez par vous haïr définitivement. “

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Le foyer d’attention

En tant que véritable amoureux de la connaissance profonde qui est contenue dans les écrits du Shivaïsme du Cachemire, philosophie des plus profondes, qui s’inspire des Shiva Sutra et qui est à l’origine de la psychologie ésotérique, voici un traduction, en langage moderne, d’un concept peu connu en France : le foyer d’attention.

 

*****

 

 

Le Foyer d’attention

 

 

3eme oeil4«Le foyer d’attention est ce point virtuel de notre personne physique à partir duquel nous croyons devoir observer toutes choses se trouvant à l’extérieur de nous. Nous supposons que toutes choses sont différentes de nous et séparées de nous, du fait de leur «distance» et du fait que notre conscience d’être et d’exister se manifeste plutôt à partir d’un endroit situé dans notre tête qu’à partir de tous les endroits où nous posons notre point d’attention (là où est concentrée notre attention mentale.) Si nous pouvions, par exemple, penser ou être conscient à partir de cet arbre qui se trouve là-bas, dans notre jardin, alors nous penserions que nous sommes cet arbre là, à l’exclusion de tous les autres arbres et de toutes autres choses, d’ailleurs.

Mais nous percevons à partir de ce foyer d’attention que nous nommons «Moi» et c’est donc non pas ce nom («Moi») ni même ce «Moi» qui nous limite, mais bien le fait que nous sommes persuadés de ne pouvoir prendre conscience des choses qu’à partir de ce « Moi. »

 

 

 

Psycho 01Le foyer d’attention se situe dans le cerveau, cela parce qu’il referme les seules structures nerveuses assez sophistiquées pour que la conscience d’être et d’exister puisse se manifester d’une manière acceptable. Mais ce qui est nommé « Moi » n’est qu’un foyer, une lentille, un point focal sur lequel se pose, tel un Souffle, la Conscience Pure, ce que nous sommes en esprit et en vérité.

A partir du foyer d’attention [Note : situé au centre du crâne, au niveau de l’hypothalamus] nous pouvons accéder à la « dé-focalisation » [une sorte de « décentralisation du Soi »] Pour cela, il suffit de faire coïncider le « point d’attention » [là où se trouve notre attention] avec le « foyer d’attention. »

(…)

Fin de la citation remaniée.

 

 

 

Subconscient-rayonsAutrement dit, il faut avoir le réflexe de rester concentré sur notre conscience, à l’intérieur et au centre de notre crâne, puis d’imaginer que ce que nous regardons, au-dehors, est en fait dans notre conscience ou mélangé à elle, au lieu que se soit cette conscience qui soit concentrée ailleurs et au-dehors, sur des objets d’attention (les choses et les êtres.) Ceci est la seule façon d’accéder à une forme de prise de conscience plus élevée, puis enfin, à la conscience sans forme, celle de tous les Bouddha de la création universelle…

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons

Des choses que l’on ignore

sakyamuniTout le monde a entendu parler du Bouddhisme…
Tout le monde sait que cette philosophie découle de l’enseignement de « Bouddha »… Ce que moins de personnes savent, c’est ce qui suit : Le terme Bouddha n’est pas un nom propre et ne désigne pas exclusivement le prince Gautama mais toute personne dont l’esprit n’est plus aberré mais au contraire éclairé par la lumière du pur discernement (Hamsa swamini, le Cygne spirituel) La racine Sanskrite « bod » dans le mot «Bouddha » signifie à la fois « lumière » et « éclairage » (spirituel)

 

 

 

Les plus grands Initiés du passés dont l’esprit était complètement éclairé, étaient des « Bod-Yul », c’est à dire des « illuminateurs », à savoir des Maîtres qui permettaient aux autres de retrouver clarté d’esprit et discernement. Le mot « Yul » ne signifie pas « village », comme pourrait le laisser supposer une traduction littérale, mais regroupement d’états d’esprit, chaque état d’esprit pouvant être considéré comme une « Demeure de l’âme », un « temple » ou une « Maison » (comme en astrologie.)  Un Bod-Yul est donc un être qui est capable d’éclairer les autres au sujet de leur propre état d’esprit. Il y eut plusieurs Bouddha, au cours des millénaires passés, et il y en a encore, même d’incarnés, mais tous n’ont pas été aussi « médiatisés » (si je puis dire) que Gautama, qu’on appelait aussi « Siddhartha. »

Ce nom, « Siddhartha », témoigne de l’origine réelle et profonde de la clarté d’esprit (ou degré très élevé de discernement) de Gautama. Peu de gens savent, encore à notre époque, que les fondements du Bouddhisme primitif et purement ésotérique, reposent entièrement sur une très vieille philosophie, âgée de six mille ans au moins, issue du Cachemire (ou « Kashmir »), en Inde, et nommée « Shivaïsme. »

 

 

 

pat1v2rLes « Shiva sutra » sont des textes d’une beauté, d’une profondeur et d’un degré de spiritualité uniques au monde. Le « Siddha-Yoga » est la voie que suivent tous les grands Adeptes du Shivaïsme du Cachemire.
Il ne reste plus grand chose des enseignements primitifs attribués, à tort ou à raison, nous le saurons bien un jour, à Gautama, supposé être un prince d’un royaume offrant des symboles et archétypes mentaux des plus intéressants.

 

 

 

Karma8Toutefois, même si le Bouddhisme exotérique (celui que nous connaissons aujourd’hui) est un peu moins intéressant, pour un ésotériste, que celui véhiculé par certains Lama du Tibet, il faut savoir qu’il existe toujours la connaissance primitive (originelle), véhiculée par un forme de Bouddhisme infiniment plus profond et ésotérique et qui, selon ce que me chuchote mon petit doigt, devrait être « redécouvert par le plus grand des hasards » d’ici quelques petites années. Ce Bouddhisme là est encore plus ésotérique et pur que celui des Lamas Tibétains ou même du Zen.

 

Ceux qui en parleront à nouveau et dans un langage moderne et adapté, se réfèreront d’abord au mental aberré de nos contemporains et à son opposé, le mental éclairé (ou analytique) qui apporte paix, discernement et équilibre psychologique. Il est vrai que tant que nos émotions interfèrent dans notre jugement, notre discernement se retrouve dilué par une eau plus ou moins limpide. Essayez de voir correctement en nageant sous l’eau et sans masque de plongée. Essayez de voir sous l’eau lorsque cette eau est devenue de la boue, et vous comprendrez la nature et la qualité du Regard posé sur le monde et sur les êtres, par la masse « bien pensante » de nos contemporains.

 

 

 

 

    Serge Baccino

Licence Creative Commons

Dossier – Les fondements de la science hermétique – Chapitre 2

Chapitre 2 : Le Kybalion, le Livre et son contenu

 

 

Note importante pour les lecteurs de cet article :

Il est évident que je ne saurais trop conseiller au lecteur de cet article et qui désire participer activement par ses commentaires et ses questions, de se procurer sans tarder le livre en question (le Kybalion.)

Il serait toutefois utile de l’avertir que cet ouvrage est souvent épuisé et que la maison d’édition responsable de sa diffusion nous la joue un peu “Ce qui est rare est nécessairement meilleur”, si vous voyez ce que je veux dire !

 

Il est donc très dur d’en trouver sur le marché du neuf et même de l’occasion car les heureux possesseur de ce livre n’ont guère envie de s’en séparer.

Ainsi, et bien que je ne devrais sans doute pas aborder ici la question, certains ésotéristes ont décidé qu’il n’était pas acceptable de devoir encore cavaler derrière un livre de cette envergure en nos années 2013 et plus, et ont décidé d’en scanner le contenu et de le mettre gratuitement en libre circulation sur internet.

 

Pour eux, la chose ne s’apparente pas à du “piratage” mais en un moyen de rendre accessible à tous un des quelques (rares) trésors initiatiques de l’humanité.

Le jour où les éditeurs comprendront l’intérêt qu’ils auraient à augmenter le nombre successif de leurs rééditions, je suis absolument persuadé que les téléchargements “illicites” de ce bouquin, cesseront du même coup.

Après, à chacun de se positionner et de voir, en mon commentaire, quelque chose de rationnel et de logique basé sur la nécessité du partage intelligent ou bien une “incitation à la délinquance” sur Internet (sic)

Pour les premiers, tapez simplement “Le Kybalion en pdf” sur le moteur Google et vous trouverez au moins des extraits de l’ouvrage.

 

*******

 

 

Quelques mots d’introduction sur ce livre étonnant, puisque ce Dossier sur l’Hermétisme s’en inspirera comme support principal, du moins au départ.
Vous remarquerez que ce livre est signé “Trois Initiés.” Cela démontre que les auteurs ne désiraient pas vraiment se faire connaître, favorisant le message et faisant passer au second plan les messagers. Cette façon de procéder était jadis typique des Hermétistes.

 

 

Nous savons aujourd’hui que ce livre n’aurait jamais vu le jour sans le concourt du célèbre Maître psychiste Américain W.W. Atkinson.
Mais peu importe le ou les auteurs, seul compte le contenu de cet ouvrage.
Bien entendu, il n’est pas question pour nous de nous borner à lire ce dernier puis à le commenter “en l’état” !

 
Notre but n’est pas de “faire avec l’ancien” (l’ambiance générale de ce livre, typique de son époque) mais de s’en inspirer pour notre étude présente.
En fait, seuls les énoncés des Principes Hermétiques et quelques-uns de leur développements nous serons vraiment utiles. Vous pouvez laisser le reste de côté, si le style vous agace car par certains côtés, il peut en effet agacer le lecteur ponctuel plus soucieux de juger que de comprendre.

Les temps changent et même si la Connaissance demeure “Une et Indivisible“, la manière de la formuler doit s’adapter aux époques, aux mentalités et aux mœurs. C’est exactement ce que nous allons faire ici, dans les différents chapitre de ce Dossier.

Nous n’allons pas “réécrire l’Hermétisme“, nous allons l’adapter à nous, le faire notre pour aujourd’hui. Tout comme une certaine”Lætitia” et son polisson de compagnon (votre serviteur) ont “adapté et retraduit” une partie de l’enseignement du Shivaïsme du Cachemire et celui des psychologues ésotéristes du passé dans le but de lancer l’Association Culturelle Psukelogos, de même, nous allons adapter et retraduire ensemble l’enseignement hermétique de base et le rendre à nouveau “buvable” pour nos contemporains. L’idée vous semble-t-elle séduisante ?

OK ! Cela à l’air cool“, direz-vous, “mais comment allons-nous faire, dans la pratique ?

C’est très simple…

 

 

Vous aurez remarqué que nous sommes non pas dans une simple article ordinaire mais dans un DOSSIER. Nous sommes ici pour travailler ensemble et sous la direction bienveillante de votre serviteur et auteur.

 

Que diriez-vous de participer activement par vos questions, vos commentaires et vos idées personnelles, cela dans le but que ce Dossier se transforme en une sorte de “Wiki de l’Hermétisme” ? Le but n’est pas de réinventer les lois et les principes du fonctionnement de l’esprit, bien évidemment mais plutôt de les rendre plus accessibles à notre esprit occidental qui révèle un puissant et urgent de SIMPLIFIER son existence et tout ce qui la meuble.

 

 

De plus, cela pourrait permettre à quelques-uns d’entre nous d’extraire quelques temps leur attention mentale de leur petit nombril (lol) et de l’orienter fermement sur l’idée inspirante du PARTAGE. Du vrai Partage, pas de celui qui se dit avec la bouche mais qui n’a jamais le temps de descendre s’installer dans le coeur.

 

Laissons cela à certains forums dont les membres passent le plus clair de leur temps de libre à s’entre-masturber avec de belles phrases toutes faites et autre lieux communs de la spiritualité dont ils n’incarneront jamais le contenu.
En avez-vous assez des vieux grimoires aussi antiques que poussiéreux ?
En avez-vous assez de ces ouvrages moyenâgeux qui sentent le souffre et la sorcière cuite à point ? (lol)

 

Et que dire de cette protubérance intellectuelle qu’est “la Kabbale” ! (Et de ceux qui font mine d’y comprendre un traitre mot !)
Les temps ne sont plus propices à la masturbation intellectuelle, à l’étude de ce qui ne sert à rien dans notre vie de tous les jours, si ce n’est à se faire mousser en société, durant quelque soirée mondaine et auprès de collègues supposés plus ignorants.

Sachez qu’il existe aussi un ésotérisme qui sert à quelque chose !

 

 

A quelque chose d’autre que d’accumuler un savoir aussi inutile que suranné.
J’affirme qu’il est possible d’étudier l’hermétisme et l’ésotérisme des origines et… de comprendre tout ce qu’on lit !  :lol:
Non seulement de le comprendre mais aussi de pouvoir clairement l’expliquer ensuite à nos proches (parents, enfants, amis) et, pourquoi pas, à nos collègues de bureau.

 

Chacun de nous sait que nos collègues de bureau ou de travail sont tous des hermétistes… à leur manière !  :rire:
Le prochain chapitre de ce dossier (N°3) présentera succinctement les sept principes hermétiques que tout ésotériste avéré ou débutant devrait connaître et maîtriser, du moins intellectuellement.

 

J’aimerais que des débutants en ce genre d’étude se joignent à moi et m’aident à prouver que rien n’est plus facile que de rendre la connaissance ésotérique accessible à tous. Mais avant cela, ces lecteurs et participants actifs à ce Dossier doivent me faire une promesse ! La promesse de m’aider à les aider à comprendre !
Vous, lecteurs assidus ou très ponctuel de mes écrits, que ce soit sur mes forums, depuis sept ans, sur mes sites ou bien au travers de mes ouvrages qui se promènent un peu de partout sur internet (lol), vous qui croyez encore ignorer tout de l’esprit, vous devez m’aider par votre participation active, par vos commentaires et par vos questions. Vous devez m’aider à vous prouver l’inverse de ce que vous croyez de négatif et de limitatif à votre propos.

 

 

Si vous avez à coeur d’avouer franchement votre ignorance actuelle et supposée, je me fait fort de vous prouver l’existence d’un savoir atavique et avéré  qui sommeille en vous ! Qui sommeille en vous et à votre insu, bien évidemment. Sachez qu’il n’y a pas que la maladie qui est capable de nous ronger de l’intérieur sans que nous le sachions. Le Savoir désire s’exprimer aussi mais lui ne nous rendra jamais malade.
Il est évident, pour moi, que sans votre participation, je ne serais pas capable de RÉPONDRE à vos attentes. En effet, comment saurais-je que ce que je vous propose ici est simple et clair ou si je ne fais, à l’instar de mes distingués mais infortunés prédécesseurs, que pondre une suite de verbiage incompréhensible et soit- disant “réservé à une élite” ?Il est temps de faire savoir aux dinosaures de la spiritualité que le temps des “rares initiés” est révolu !

 

A présent, tout le monde peut savoir, tout le monde peut apprendre à se connaître et à “S’avoir“, c’est à dire à se posséder lui-même au lieu de dépendre des uns et des autres pour vivre et exister.

 

 

Toutefois, si vous voulez que tout soit clair, n’hésitez pas à venir m’éclairer tout d’abord de vos lumières : jouez plumes et claviers ! Offrez-moi vos questions afin que je puisse vous démontrer que les réponses demeuraient déjà en vous, n’attendant que votre désir de les questionner, en se servant de l’extérieur (et de cet auteur) comme d’une simple excuse, comme d’un modeste détonateur (ou révélateur si vous craignez le bruit ! lol)

 

 

Croyez-vous réellement qu’il puisse vous manquer énormément de choses pour devenir de véritables hermétistes modernes ? La connaissance qui vous manque encore n’est qu’une excuse si vous ne connaissez pas LE DÉSIR d’apprendre.

Si vous allumez une chandelle au lieu de maudire l’obscurité, vous œuvrerez alors en parfaite syntonie avec ce que vous prêchez sans doute et par ailleurs.

 

 

Je vous assure que cette ignorance que vous croyez subir, est actuellement votre plus grand trésor. C’est pour cela qu’elle m’est précieuse car il me faut encore apprendre comment vous transmettre ce que je sais.

 

Vous le transmettre d’une manière qui soit faite pour vous, qui soit “à vous” et non d’une manière qui soit faite pour moi ou qui soit “à moi.”
Comprenez-vous le sens exact et profond de ces paroles écrites ?
Si oui, c’est parti !

 

 

Nous allons refaire -non pas le monde- mais, plus prosaïquement, un hermétisme à notre mesure et l’adapter sans pour autant en trahir l’esprit.

Et cela commence dès que j’aurais placé le prochain chapitre de ce Dossier sur ce support virtuel mais Ô, combien riche en expériences et émotions !

 

Bien à vous 😀

 

 

LIRE LA SUITE : Cliquez ICI !