© Vivre Livres !

Pour les passionnés de Développement Personnel

© Vivre Livres ! - Pour les passionnés de Développement Personnel

Les Collectifs (Anges et Archanges)

Archanges2A la demande générale de la femme du charcutier du coin de ma rue, je vous propose ici une petite explication moderne de la vision des psychologues ésotéristes, au sujet des Anges et des Archanges, que je nomme, avec de nombreuses autres personnes, des « Collectifs. » Comme vous le savez, l’homme est con ! Il est con malgré qu’il soit divin en essence. Mais comment pourrait-il être con, s’il est divin ? La réponse est évidente : Il est con parce qu’il pense et ressent tel un homme, alors qu’il pourrait penser et ressentir tel un Dieu.

Très bien, mais que signifie : « penser comme un Dieu ? » Cela signifie, en gros, penser comme pensent, tout naturellement, tous ceux qui sont restés unis à la Source Commune. Avoir un même Père (l’esprit universel), ça peut aider pour ressembler un brin à ses frères, non ?

 

 

 

Archanges3Ceux que l’on nomme « les Archanges » sont en fait des Collectifs, c’est à dire des groupes d’êtres individualisés, certes, mais si étroitement unis par un même état d’esprit, que l’on peut croire qu’ils ne forment qu’un seul Corps (un « corps » de manifestation d’une pensée commune, donc.)

Du coup, un Archange peut être à la fois Lumineux, intelligent, plein d’humour ou de tendresse, bref, il bénéficie de la somme de toutes les acquisitions spirituelles des unités de conscience qui le composent.

 

 

 

MystiquesCertains Mystiques du passé « voyaient » et « entendaient » toujours la même chose lorsqu’ils contactaient (ou étaient contactés par) un Archange…
Cela est dû essentiellement au fait que la plupart des Mystiques du passé étaient largement programmés dans leur vision de « Qui doit être Dieu » et « Que doit être l’homme. » Ces êtres Divins s’adaptent toujours à leur récipiendaire (le contacteur puis contacté) et se font fort de « faire avec les moyens du bord« , comme on dit. Comprendre qu’ils se contentent généralement de prendre ce qui se trouve déjà dans la tête de la personne et de créer certaines combinaisons mentales aptes à véhiculer une partie, au moins, des informations qu’ils désirent faire passer à la conscience humaine.

 

 

 

archanges4Le rôle des Archanges n’a jamais été de « révolutionner » la pensée des hommes, mais bien de lui permettre d’évoluer selon ses propres critères et en fonction de ses limites propres. Limites pouvant varier au cours du temps et en fonction des ethnies, par exemple. Si les Archanges sont en fait des Collectifs qui véhiculent parfaitement divers aspects de la Pensée Divine, alors on peut deviner que les Anges sont en fait des collectifs d’unités de conscience qui manifestent à la perfection différents aspects des plus pures et des plus hautes émotions concevables par l’homme.

 

 

 

sagesse et intelligenceC‘est pour cela que nous trouvons des Archanges qui représentent la sagesse, l’intelligence, la justice, etc., et des Anges qui représentent l’amour, la compassion, le pardon des offenses, etc. Toutefois, ne confondez pas un « Collectif » avec une « âme-groupe » ! Bien que les deux existent, chacune « vibre » (ou se manifeste) sur un plan de conscience différent. Les « âme-groupes » peuvent être très évoluées, dans leur domaine respectif, mais n’ont pas ce degré de divinité et donc de Luminosité des Anges et des Archanges qui sont, eux-mêmes, bien au-dessus du présent stade évolutif incarné (le cas de le dire) par l’homme.

 

 

 

Une âme-groupe est (un peu) moins évoluée qu’une individualité humaine, mais cette dernière est (beaucoup) moins évoluée qu’un Ange et un Archange (d’un Collectif Mental ou Astral, donc et en termes de l’ésotérisme traditionnel.)

Où se situent les Anges ? Ils se situent normalement sur un Plan Spirituel très élevé, mais ils peuvent descendre sans se cramer les ailes (lol) jusque sur le plan Astral Supérieur (le dernier sous-plan des sept répertoriés et connus.)

 

 

 

Où se situent les Archanges ? Ils proviennent d’un Plan Spirituel très élevé, mais ils sont descendu et peuvent se « maintenir« , sans trop en souffrir, au plus bas sur le plan Causal, les trois derniers sous-plans mentaux mais le mieux étant le plan Bouddhique, pour qu’ils soient plus à l’aise pour nous causer et nous expliquer, avec courtoisie, à quel point nous sommes cons ! Donc, et en résumé, un Collectif est comme une Grande Famille, qui peut être formée de milliers (voire plus) d’individualités conscientes (appelées ici « unités de conscience« ) qui tout en se sentant libres et épanouies, acceptent de Jouer le Jeu de l’Aventure Universelle en acceptant, avec simplicité, de vivre en collectivité et de n’agir que pour le bien de tous. (Comme les hommes, donc, hein, hein ! lol)

 

 

 

Voici un petit secret (qui a pouffé ?) :
L’être humain est sur Terre pour diverses raisons, OK, mais l’une d’entre elles se résume à ceci : Apprendre à vivre en collectivité en se sentant à la fois pleinement uni aux autres et totalement libre. Et devinez pourquoi nous sommes venus (entre autre) apprendre cela sur cette planète du Libre-Arbitre ? je vous propose deux réponses probables (attention, c’est très compliqué !)

1. Pour apprendre les bases nécessaires pour former, par la suite, un nouveau Bataillon remplit de Collectifs Divins, autre que ceux des Anges et des Archanges.

2. Parce qu’on se faisait ch.. suer dans le ciel et qu’il y avait pas de film intéressant sur la chaîne câblée cosmique.

Vous n’avez droit qu’à une seule réponse, attention !

 

clown clown clown clown

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Derrière Eros et le sexe

 

chakra N°2-2Les psychologues ésotéristes savent que le sexe (et tout ce qui s’y rattache) est comme un thermomètre de notre propre degré de divinité. Comme le savent ceux qui suivaient les différents topics du forum Psukelogos, qui existait depuis 2006 (et qui n’est plus en ligne, désormais) le second chakra en montant (Swaddhisthana, en sanskrit et «Centre Sacré» en Français) est non seulement le siège de l’échange énergétique qui gère notre sexualité, mais aussi le siège de notre «Potentiel à Être.»

 

Swaddhisthana signifie d’ailleurs «le Siège du Soi.»chakra N°2 C’est à partir de ce Centre Spirituel que notre Soi, « Tout ce que nous sommes en simultané » trouve la force pour s’exprimer, bien que son « siège » véritable ne soit pas vraiment dans la région du nombril, mais dans celle du cœur physique.

 

 

 

 

shantiInutile de dire que notre santé spirituelle (Shanti, en sanskrit) dépend en grande mesure de l’emploi que nous faisons de nos énergies sexuelles. Bien sûr, beaucoup de choses ont été dites et surtout écrites, par des «orientalistes» qui auraient mieux fait d’écrire les mémoires de leurs propres familles terrestres, plutôt que de se lancer dans la traduction littéraire d’écrits antiques dont la profondeur et le sens réel nécessitent bien plus que la maîtrise intellectuelle d’une langue.

 

 

 

 

Maîtriser intellectuellement une langue telle que le sanskrit n’est pas suffisant pour en traduire l’Essence véritable, c’est-à-dire l’esprit (voir à ce propos, mon article sur le mot « karma »)

Il n’est pas utile de se priver de sexualité pour devenir «plus spirituel.» La preuve, les curés de la religion catholique boudent le sexe, ce qui ne les empêche pas d’être aussi limités et faillibles que n’importe quel être humain qui use de la sexualité comme si sa vie en dépendait !

 

 

 

free hugsEn toutes choses, c’est l’excès qui est pénalisant et non l’emploi raisonnable. Certains ont appris, compris et accepté l’importance du toucher, du contact direct et intime avec autrui… Les fameux « free Hugs » qui nous feront rire et nous attendrir encore longtemps ! Que se passe-t-il lorsque vous prenez une autre personne dans vos bras pour lui faire un câlin ? Il se passe que les énergies dégagées par le second chakra (juste sous le nombril) peuvent alors circuler librement de vous aux autres et des autres à vous. Ces énergies ne peuvent pas trop monter en fréquence, cela sous peine de perdre leur pouvoir vital et leur capacité à réveiller la mémoire cellulaire.

 

 

 

chakraPour mémoire (lol), cette mémoire cellulaire ou karmique, c’est-à-dire nos pensées récurrentes et aliénantes (limitatives) qui proviennent de l’âme, se trouve dans les deux derniers éthers (lumineux et réflecteur) du corps vital, et l’énergie qui sous-tend cette mémoire karmique est régulée par le second Chakra en montant. Cela dit, si la régulation s’effectue au niveau de Centre sous le nombril, le « stockage », quant à lui, s’effectue au niveau du « corps Causal » (ou Mental supérieur), c’est à dire là où les anciens mystiques plaçaient la amande-Mfameuse « Amande Mystique. »

Un simple contact charnel peut donc permettre de libérer ces « mémoires karmiques » et de transmettre aux autres des informations concernant leur rôle exact nous concernant, tandis que leur propre mémoire cellulaire nous informe de notre rôle dans leur propre vie.

Ce Chakra est donc aussi celui des « synchronicités » (interactions avec autrui dans une vie donnée.)

 

 

 

La sexualité, partant de ce principe et à la lumière de ces informations que je vous livre avec un grand plaisir, devient infiniment plus spirituelle que de prime abord ! En effet, il n’est alors plus question de se borner à « donner et à prendre du plaisir », mais de répondre à une volonté divine d’échange d’informations, avec tout le pouvoir qui les sous-tend. Car n’en doutez pas : se souvenir de «qui on est» ne suffit pas, encore faut-il trouver LA FORCE de redevenir «Tel qu’aux premiers jours du monde.» (Expression qui signifie en fait « Tel que vous seriez si vous n’aviez pas été programmé dès le départ de votre vie terrestre dans la chair.)

 

 

 

relationsEt cette force – qui est stockée dans le second Chakra – est libérée par les autres dès que nous acceptons de «faire corps» avec tous les merveilleux messages d’amour qu’ils conservent, pour tous, dans leurs propres cellules.  En clair, nous sommes invités voire obligés de nous lancer dans le relationnel, car Dieu a pensé qu’il ne serait pas bon, pour l’homme, de réussir à «se construire tout seul» (si vous me suivez bien…) Voici de quoi initialiser d’agréables et très inspirantes méditations, ne croyez-vous pas ?

Des questions ? Lancez-vous, je ne mords pas (du moins, pas après manger !)

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Le subconscient

subconscient-contenuPour ceux qui aimeraient avoir un rapide aperçu de ce qu’est le subconscient, du moins selon l’enseignement propre aux psychologues ésotéristes, voici ce que je puis en dire, très succinctement… Qu’est-ce que le subconscient ? Il est formé par la somme de l’intelligence de toutes les cellules de notre corps. Le subconscient comporte deux parties :

 

 

1. La première s’occupe des fonctions autonomes de notre corps (respiration, battements cardiaques, digestion, etc.)
2. La seconde consiste en une vaste bibliothèque dans les rayons de laquelle sont rangés et référencés les registres qui centralisent tout ce que nous avons vu, entendu, connu, compris, pas compris ainsi que toutes les infos que nous n’avons pas eu le temps ou le désir de traiter au coup-par-coup. En résumé, cette seconde partie de la double activité du subconscient, se réfère à tout ce qui a été emmagasiné, tout ce qui nous concerne, que nous en soyons conscients (mémoire, souvenir) ou non.

 

 

 

subconscient4C‘est dans le subconscient que se trouvent « engrammés » (mémoire qui pèse, car gravée dans la substance psychique) les divers traumatismes ou refoulements. Attendu que ce subconscient s’appuie sur nos cellules pour exister, il n’est pas étonnant que les diverses maladies qui nous affectent soient à l’origine d’une mémoire cellulaire saturée et donc d’un fonctionnement cellulaire compromis.

 

 

 

 

zones d'ombreÊtre malade, c’est un peu « se souvenir de force de nos diverses erreurs. » De toutes ces erreurs que nous aurions préféré oublier, d’ailleurs. Soigner les cellules c’est donc un peu « effacer les traces vivantes d’un passé qui commence un peu trop à peser en nous et sur nous. » Le subconscient contient des « zones d’ombre », c’est à dire que certaines cellules de notre corps fonctionnent mal et ne sont pas ou plus éclairées par la Lumière de l’Esprit en nous. Cette Lumière (de la compréhension) est nommée « Boddhicité » en sanskrit. C’est le fameux « Plan Bouddhique. »

 

 

 

 

Comment mettre de la lumière (compréhension) là où se trouvaient préalablement les ténèbres de l’ignorance ?
La plus grande des lumières est celle de la Conscience !
Ainsi, si vous focalisez votre attention consciente sur une zone quelconque de votre corps, vous faites immédiatement réagir les cellules de cette zones qui se mettent à briller de la Lumière spirituelle. Et cette Lumière est Pure Intelligence (3e Rayon Divin.)

Dès lors, l’ombre se transforme en Lumière, la subconscience en Conscience et les erreurs en Vérité. Je laisse le lecteur méditer sur ces quelques considérations, mais si vous voulez, vous pouvez émettre des commentaires et nous pourrons en débattre plus avant.

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Se nettoyer de toute cette crasse

 

 

Inconscient CollectifL‘idée présentée ici est celle-ci : selon l’axiome « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, et réciproquement », s’il existe un inconscient collectif qui ressemble actuellement à une grosse poubelle géante, il doit bien exister un inconscient individuel, qui représente donc notre poubelle intime ! Et si nous désirons vraiment aider la planète nous pouvons déjà commencer à cesser de nous polluer nous-mêmes, dans un premier temps, puis essayer de nous dépolluer de tous nos abus passés concernant nos constructions mentales les plus merdiques.

 

 

 

oeil4Plutôt que de me lancer dans de grandes théories compliquées, je vais me borner à vous raconter, en le résumant, ce que je fais moi-même lorsque j’aide les gens à se nettoyer, énergétiquement.

Ce témoignage me servira de base de travail au niveau purement intellectuel, à savoir l’énoncé des lois et des principes impliqués.

 

 

 

aimantLa prémisse de base est celle-ci : ce que l’on nomme notre poubellescorps astral est un aimant-poubelle qui attire toutes les formes astrales (émotions, sentiments, sensations, perceptions faussées, etc.) Bien entendu, il ne peut attirer que ce qui correspond à notre façon de penser. Le corps astral contient donc les poubelles auto produites (nos processus mentaux) ainsi que celles attirées, justement, par notre façon de penser et qui leur correspondent ou qui les complètent. C’est ce qui forme les poubelles induites, en somme.

 

 

 

corps astral3Ce fameux corps astral (comme nous dirions tout aussi bien « corps d’armée ») rayonne à l’extérieur sous forme d’une aura du même nom. (Astral vient du latin « aster » = « lumineux ») Dans cette aura, on peut « lire » (percevoir) l’origine de la plupart des problèmes émotionnels, des désordres psychologiques, etc. Selon les Principes de Polarité et de Vibration (voir mon étude sur l’Hermétisme, dans ce même blog), toute forme psychique vibre à une certaine fréquence et c’est cette fréquence qui détermine sa nature ainsi que sa polarité.

 

 

 

corps astral2A noter que si l’on augmente ou diminue cette fréquence, la polarité change en fonction des cycles vibratoires qui suivent une gamme bien précise.) Sachant cela, j’ai à ma disposition deux méthodes : « attirer » (pôle opposé) la forme morbide puis accélérer ses vibrations pour la détruire, ou bien la laisser en place mais augmenter sa fréquence, changer ainsi sa polarité et lui interdire de demeurer plus longtemps dans le corps astral de la personne soignée. Selon la loi impliquée, le plus (+) et le plus (+) se repoussent, le moins (-) et le moins (-) aussi, mais les plus (+) et les moins (-) s’attirent respectivement.

 

 

 

Qu’est-ce qui me fait choisir une méthode plutôt qu’une autre ? Le plaisir de faire sentir à la personne sur qui je bosse, des effets qui concordent avec ce que je me propose de faire. Lorsqu’une personne sent ce qui se passe, elle peut mieux le « conscientiser », suivre une partie du processus et m’aider à la débarrasser définitivement de ses problèmes. En somme, elle m’aide à l’aider et ça va beaucoup plus vite et on évite ainsi l’assistanat complet.

 

 

vibration2Bien entendu, à la partie purement énergétique se joint la partie psychologique. J’explique à la personne ce qu’il lui faut savoir sur ce qui se passait en elle, pourquoi cela se passait et ce qui s’y passera, désormais, si elle ne commet plus l’erreur mentale à la base de la présence, en elle, de la forme astrale morbide.

 

 

esprit-matiereCar il est bon de savoir que l’astral dépend en très grande partie du mental. Nous sentons toujours ce que nous pensons. Ou, présenté autrement, chacune de nos pensées s’accompagne nécessairement de sentiments et/ou d’émotions, dont la qualité et l’intensité dépendent, bien évidemment, de la nature de nos pensées et de ce qu’elles sont capables de faire naître en nous.

 

 

Nos pensées, même apparemment anodines, peuvent provoquer de violentes émotions en réaction, si elles viennent réveiller certains schémas dormants. Dit autrement, si ce que nous pensons vient alimenter l’un quelconque de nos « démons intimes » (schémas mentaux compulsifs) nous risquons, en réaction, d’avoir un comportement qui ne correspondra pas nécessairement à ce que nous avons pensé et ressenti. Du moins, en apparence.

 

 

 

subconscientNotre subconscience regorge de blessures profondes qui ont été mémorisées et qui n’attendent qu’une occasion favorable pour refaire surface et nous submerger en quelques secondes. C’est ce qui explique pourquoi, certaines personnes, ont une réaction démesurée en regard de ce que l’on a pu faire ou dire en leur présence.

 

 

 

 

Il est dit que Jésus chassait les démons des gens.

Si c’était bien le cas, pourquoi prenait-il la peine de dire, après chacune de ses interventions : « Va, et ne pêche plus  » ?

Simplement parce que ce fameux démon ne dépendait pas de circonstances extérieures ou des caprices d’un présumé Prince des Démons. Le mot hébreu qui a été traduit par « pécher » signifie en réalité « mal viser«  et se réfère à la possibilité, pour le mental humain, de se tromper de « cible », de but ou d’adresse et donc, de ne pas toujours reconnaître quels sont ses propres intérêts.

 

 

 

autruche stupideEn effet, il nous arrive souvent de parler ou d’agir d’une manière qui ne sert pas vraiment nos buts. Quand cela ne s’oppose pas carrément à l’effet que nous désirions obtenir ! Or, nos paroles et nos actes découlent TOUJOURS de ce que nous pensons. Ainsi, « pécher » revient à se tromper de cible, à ne pas viser correctement en direction de ce ce que nous désirons atteindre ou obtenir.

 

 

Les émotions qui en découlent sont d’une nature démoniaque et peuvent nous nuire de différentes façons et, bien évidemment, nous rendre gravement malade, à la longue.

Chasser les démons revient donc à supprimer les effets cumulés de processus mentaux morbides ou destructeurs. Hélas, si la personne recommence à penser la même chose et de la même façon, elle produira de nouveaux des énergies hautement morbides et toxiques qui reproduiront les symptômes extérieurs de la maladie, du « démon », donc. C’est pour cela qu’une réforme psychologique devrait toujours accompagner un soin purement énergétique, car l’homme est un producteur de démons en masse ! Soigner le foie d’un alcoolique peut être utile, certes, mais le convaincre de ne plus boire est infiniment mieux !

 

 

 

affirmationsDans ma pratique, j’emploie donc des méthodes dites « psycho-énergétiques », car elles font aussi bien intervenir la psychologie que les énergies de guérison.

Nous ne sommes plus à l’époque où l’homme peut se contenter de dire « Médecin, soigne-moi et laisse mon esprit tranquille avec ton savoir ! » L’assistanat est chose révolue ! Nous ne devons plus nous prêter à cette sorte de jeu à la con qui consiste à maintenir les « patients » dans l’attente de notre aide : nous devons les aider à se prendre en charge, voire les libérer de nous ! C’est ce que s’appliquent à faire tous les psychologues ésotéristes, même ceux qui sont également des thérapeutes (ce qui n’est pas nécessairement le cas.)

 

 

esprit5Il est également intéressant de savoir que notre façon de penser s’inscrit en réaction (effets morbides) sur la surface de l’aura astrale et peut se lire comme un livre ouvert. Lorsque je rencontre quelqu’un qui est en demande de soins,  je ne sais pas tout de suite à qui j’ai affaire.

Juger serait d’ailleurs présomptueux de ma part. Mais je sais, par contre, comment fonctionne l’esprit et le cœur de cette personne, ce qui me permet de m’adapter à elle, ne pas la faire réagir par la différence vibratoire, si je ne désire pas l’aider ou, au contraire, augmenter ma propre fréquence, si je sens que la personne est ouverte à l’aide bienveillante et désintéressée.

Par désintéressée, je n’entends pas nécessairement œuvrer en toute gratuité, même si, dans mon cas, ce fut souvent le cas et que ça l’est encore quelques fois. Ici, l’intérêt qui se doit d’être absent, se résume à ce besoin de pouvoir sur autrui, d’ascendance psychologique.

Méfiez-vous toujours de l’apparente  » gratuité  » qui pourrait bien vous coûter, en fin de compte, la peau des fesses de votre âme !

 

 

 

charlatansNous savons, le lecteur et moi, que certains praticiens peu scrupuleux, font un peu durer le plaisir et collectionnent les séances de soins comme d’autres les timbres postes. Bien sur, il est rare qu’une personne soit guérie en une seule séance, j’en convient, mais si le nombre de séances est supérieur à ce que le bon sens entérine, alors le récipiendaire (le patient) est en droit de se poser des questions. Ne serait que sur l’efficacité de la méthode employée et en ce qui le concerne du moins. ceci n’est pas valable en ce qui concerne les traitements de fond ou de long terme, en cas de maladies très lourdes, évidemment.

 

 

J‘attends vos réactions, vos questions et vos commentaires. Et si cela se justifie, lorsque je serai assuré que mes lecteurs ont capté l’essentiel de la partie purement théorique de ce sujet (corps astral), nous passerons alors à un petit exercice pratique très simple mais non moins efficace, non pour permettre au Moi-Idéalisé de se mettre à briller plus fort encore, mais pour laisser briller, en nous, cette Lumière, cet « Aster » primordial (Akasha) que nous avons terni, comme des polissons que nous sommes.

 

(Note : la proposition faite d’exercice en fin de cet article, n’est désormais plus d’actualité.)

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

Changer de monde

archétypes5Lorsque nous pensons en esprit et dans notre mental, nous formons des archétypes qui conditionneront, par la suite, l’ensemble de  nos perceptions futures. Ces archétypes mentaux sont, pour ainsi dire, des modèles de pensée et ces modèles, comme nous allons le voir plus loin, vont former ce que nous appelons notre réalité. Tout est énergie, tout est vibration. La matière n’est pas telle que nous la percevons encore actuellement. Les scientifiques ont reconnu, depuis bien longtemps, que la matière était formé de bien plus de vide que de plein, de bien plus d’espace, entre les particules subatomiques, que de particules en elles-mêmes. Et cela, les philosophe de l’antiquité le savaient bien avant nos scientifiques modernes qui sont réputés découvrir l’eau en se promenant par hasard au bord de la mer ! (lol)

 

 

 

matière-énergieBien entendu, cette connaissance était aussi celle des anciens ésotéristes qui savaient non seulement que la matière n’était pas telle que nos sens nous le présentent mais un Océan d’énergie à partir duquel toutes choses peuvent être créées. La matière est énergie, la matière n’est pas… Matérielle, en somme ! Et comme toute forme d’énergie, la matière rayonne, irradie et envoie constamment des signaux. Ces signaux sont relatifs aux informations spécifiques -de nature spirituelle- contenues par «Tout ce qui se passe à l’extérieur

 

 

 

 

matière-énergie2A longueur de vie, nous sommes littéralement bombardés par des informations spirituelles, c’est-à-dire d’informations relatives au contenu enregistré dans les particules d’esprit qui forment toutes choses et que nous nommons la matière. Notre monde extérieur est fait d’énergie et cette énergie nous apprend certaines choses par le biais de nos cinq sens objectifs. Pour le moment, il ne semble pas que nos valeureux scientifiques aient découvert que toute énergie contient nécessairement des informations spirituelles, son propre code interne qui «explique» ce qu’elle est, son but, ses antécédents et, surtout, sa mémoire !

 

 

 

 

5 sens3Ce sont nos sens qui ont à charge de nous transmettre les informations contenues dans le rayonnement des particules spirituelles qui forment l’ensemble de notre monde extérieur (ou considéré comme tel.) Ces sens, au nombre de cinq, se situent eux-mêmes dans une fourchette vibratoire qui ne couvre pas -loin s’en faut– l’ensemble des manifestations du monde extérieur. Présenté plus simplement, nos sens objectifs ne captent qu’un dixième (et encore !) des informations de nature vibratoire que propose le monde extérieur. Juste trois ou quatre notes sur un clavier qui en compte des milliers !

 

 
corpuscule-ondeUn lieu, un événement et une personne vivante font partie intégrante de ce fameux monde extérieur. Ces lieux, ces évènements ainsi que ces êtres vivants et conscients, nous envoient sans cesse des informations. Le fait de définir si ces informations qui nous parviennent sont de nature «corpusculaire» ou «ondulatoire» importe vraiment peu. L’essentiel est de se souvenir que tout vibre et tout rayonne sans cesse, et que ce rayonnement est porteur d’informations d’une grande richesse.

 

 

 

 

 

schumann résonanceTandis que le monde extérieur rayonne vers nous ses informations innombrables, nos sens se contentent de n’en retenir que quelques-unes (celles qui correspondent à leur fourchette de perceptions vibratoires.) Il ne s’agit pas d’une intention de cacher mais d’une limite devenue elle aussi réelle et considérée comme étant naturelle. De fait, ce qui nous parvient n’est pas faux, comme le pensent encore certains étudiants de l’ésotérisme, mais plutôt très limité. Ces informations une fois triées involontairement par nos sens objectifs, sont ensuite acheminées vers nos centres cervicaux de perception.

 

 

 
archétypes6C’est ici qu’interviennent nos archétypes mentaux, c’est-à-dire tout ce à quoi nous prêtons foi et qui nous semble être logique, correct, bon et réel. Ce sont ces archétypes ou modèles mentaux qui donnent alors un sens aux informations d’ordre vibratoire perçues par nos sens. Dès lors, il nous semble que nous avons capté ceci ou cela, alors que nous n’avons fait que stimuler ou réactualiser tout ce qui se trouvait déjà engrammé (enregistré) dans notre esprit. Retenez bien cette dernière proposition car elle consiste en l’une des clefs de la maîtrise de notre vie !

 

 

 

 

affirmationsC’est cette connaissance qui permis aux premiers ésotéristes d’affirmer que Le monde est tel que nous le pensons. Cette connaissance leur permis surtout de changer de monde, ceci en transformant leur façon de penser et de concevoir la vie (l’état d’esprit général.) En effet, si nous changeons nos modèles mentaux, nous changeons nos perceptions et ne réagissons et ne vivons alors plus de la même manière. Nous ne captons toujours pas l’entière réalité (l’Actualité cosmique) mais ce que nous propose nos sens n’est plus faussé par tout ce que nous pensons et croyons déjà au sujet de la réalité des choses et des êtres. Notre réalité personnelle s’élargit, connaît une grande expansion et nous permet d’appréhender des niveaux d’existence et des niveaux de conscience encore inusités.

 

 

 

 

Monde-penséeLe PRP (Processus de Réforme Psychologique) que proposent les psychologues ésotéristes, depuis des siècles, consiste justement à définir nos actuels modèles mentaux ceci afin d’en établir le bien fondé et, éventuellement, de transformer ce contenu mental inconscient mais qui conditionne notre vie à tous les niveaux. Le conditionnement mental peut, il est vrai, provenir d’une source extérieure à l’origine (parents, éducation, société) mais la conservation ultérieure de ces programmes est de notre responsabilité. Nous ne sommes pas forcés de conserver nos croyances et modèles mentaux éternellement !

 

 

 
Monde-pensée3Vous désirez changer votre vie ? Ne faites rien dehors et n’attendez rien des autres : agissez au-dedans de vous, changez vos modèles de pensée et vous changerez votre perception du monde et des autres. Vous changerez littéralement de monde ! Alors vous comprendrez vraiment les paroles du Maître Jésus :

«Je suis dans ce monde mais je ne suis pas de ce monde…»

 

 

 

 

    Serge

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)

 

Le dehors du dedans

boite-doubleVoici un sujet peu connu car, à ma connaissance, seuls les psychologues ésotéristes s’y réfèrent. Du moins, de la façon que je vous présente là. Je suis donc heureux de vous proposer sans doute la primeur d’un sujet que je juge utile de vous présenter maintenant parce que, selon moi, il deviendra sous peu d’actualité, même si tout le monde ne s’en rendra pas compte sur le moment.

 

 

 

 

incarnation5Pour commencer, attendu que le sujet est très subtil, même présenté à la façon des psy éso, vérifions ensemble que nous comprenons bien les bases de l’incarnation humaine d’une part, et de la vie hors de la chair, d’autre part. Hors incarnation (ou en sortie de corps, par exemple) l’Homme véritable (appelé par les psy éso «le Soi-Conscient» ) se trouve à l’intérieur du corps psychique (ou «corps énergétique» ou encore «âme.»)

 

 

 

 

Durant l’incarnation, le corps psychique qui contient «ce que nous sommes vraiment» se trouve lui-même associé au corps de chair, et se retrouve donc limité par lui. De fait, le Soi, c’est à dire ce que nous sommes en fait, est limité non seulement par le corps psychique (ou «âme») mais aussi, par les limites relatives aux lois spirituelles qui régissent l’incarnation. Ce qui fait donc une double limitation, l’air de rien !

 

 

 

incarnation2Un des axiomes hermétiques précise que «Tout est double.» Du coup, on est en droit de penser que si sur Terre et durant l’incarnation, nous pouvons être abusés par nos sens limités orientés essentiellement sur le dehors et les autres, alors, après la mort du corps de chair, nous pouvons également être abusés par le plan psychique sur lequel vibre notre conscience personnelle, toujours orientée dans la même direction (le dehors/les autres.) Cela parce que, sur la Terre comme au ciel, nos différences prises de conscience passent par le filtre de notre enveloppe psychique, qui est conçu à partir de la somme des idées qui retiennent notre attention et conditionnent notre vécu.

 

 

 

 

« Comment ?!! » S’écrieront certains, « nous pouvons encore être abusés par nos sens et cela, même sur les plans invisibles et une fois hors de ce corps affreusement limité ??? » Ben pardi, la bonne blague !

 

incarnation3Réfléchissez un instant, c’est à dire essayez de mettre de côté ce que vous avez déjà dans la tête pour accueillir ce qui ne demande qu’à y entrer : Pourquoi reviendrions-nous sur terre, après chacune de nos vies, si une fois de l’autre côté, nous pouvions voir la vérité nue et crue ? Pourrions-nous l’oublier aussi facilement ?

 

 

On dit souvent : «Cherchez en vous, regardez à l’intérieur de vous…» ou encore «La vérité est en nous, tout est dedans», etc…

 

en soi2

 

OK ! Donc, si je résume bien, lorsque nous sommes incarnés, en regardant «en nous», c’est à dire et pour les puristes, en passant outre les limites de la chair et la manie compulsive de regarder au-dehors et chez autrui, nous atteignons à un autre niveau de réalité et donc de vérité

 

 

 

 

 

croyance de soi2Certes ! Mais cette «vérité» se résume en fait à ce que nous pensons et ressentons vraiment, pas en «LA vérité» de notre être profond et réel ! Pourquoi ? Parce que durant l’incarnation, lorsque nous tournons notre attention consciente vers «l’intérieur», ce que nous captons alors, ce n’est pas «ce que nous sommes vraiment» mais bien «tout ce que nous croyons être» ! De même, si nous nous fions à notre «ressenti», nous nous fions surtout à toute cette merde astrale qui résulte de nos processus mentaux les plus compulsifs et morbides. Sans doute pensez-vous, tout comme moi, que « ça craint un peu » !

 

 

 

 

reflet de soiHolà ! Me direz-vous, avec ce sens inné de la répartie qui ferait pâlir de jalousie Victor Hugo, mais ne dis-tu pas toi-même qu’en nous se trouve «le Soi Divin», c’est à dire «ce que nous serions si nous n’étions plus confondus avec nos processus mentaux car identifiés à eux» ?

Certes ! J’ai dis cela et j’en suis fier ! 😀

J’ai dis cela parce que je sais qu’au-delà de «dedans» se trouve Dedans !

Au-delà du corps psychique (l’ensemble de tout ce que nous ne sommes pas !) se trouve «Ce que nous sommes vraiment» !

Il suffit de ne pas se tromper de «dedans», en somme !

 

 

 

 

plans invisiblesEt lorsque nous sommes hors incarnation dans l’un des sous-plans de l’invisible, par exemple ? Eh bien ! Nous sommes alors immergés (contenus) dans l’état d’esprit particulier qui est le notre ET celui de tous ceux qui le partagent. C’est un peu comme si nous habitions le «dedans» qui était celui de notre vie terrestre. Ce «dedans» étant alors extériorisé pour nous et formant ce que nous nommons « Les Plans de conscience de l’Après-vie Terrestre. »

 

 

 

 

regarder au-dehors

 

C’est pour cela que nous sommes «ici» et avec ces êtres là, plutôt qu’ailleurs et avec d’autres êtres différents ! Et… L’erreur commise est alors la même : nous regardons DEHORS et CHEZ AUTRUI, c’est à dire que nous partageons ENCORE et comme sur Terre, le même état d’esprit… Limité ! Même si apparemment «plus lumineux» ! (sic)

 

 

 

 

 

 

regarder en soiEt si de l’Autre Côté du Voile nous regardons au-dedans de nous ? Alors nous voyons enfin la Vérité. Et cette dernière nous libère de toutes formes d’esclavage spirituel, même la forme la plus belle, la plus vicieuse et la plus pute qui soit qui réclame même des Grands Maîtres (les Soi) de « s’extenser » une dernière fois, de « revenir » (sous la forme d’une autre extension/personnalité, avec ceux qui n’ont rien compris au Jeu Divin (comme quoi, on peut être intelligent et con à la fois.) Je vous laisse deviner laquelle !

 

 

 

 

 

Serge Baccino

Licence Creative Commons
(Note : Sauf pour les images, trouvées sur le Web et réputées libres et gratuites)